Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2021

Ash house

adolescent

 

Ash House

Angharad Walker

Casterman, 2021, 328 p., 16€

 

Sur les conseils de l’hôpital qui n’est pas parvenu à le soigner, un jeune garçon est déposé par le père de sa famille d’accueil dans une maison isolée de la ville. Là, il doit recevoir les soins qui lui permettront de ne plus souffrir.

Mais à son arrivée à Ash House, la réalité vacille : la maison semble faite de cendres encore fumantes, des drones survolent le domaine et enregistrent tout ce qu’il s’y passe et le directeur, mystérieusement absent depuis quatre ans, n’appelle plus au téléphone… Seul le Docteur semble se soucier des enfants, mais ses apparitions les terrifient depuis la disparition de l’une des filles…

Les enfants qui vivent ici obéissent aux "obligeances", les règles morales qui contrôlent chaque instant de leur vie et leur permettent de vivre sans adulte. Chacun porte un nom qui lui rappelle l’obligeance qu’il incarne : Freedom, Wisdom, Concord, Merit, Justice… En arrivant, le jeune garçon devient Sol (solitude), peut-être parce qu’il reste un personnage à part tout au long de l’histoire ou bien parce que les souvenirs de sa vie d’avant semblent lui échapper jour après jour. Pourtant, il va puiser en lui la force nécessaire pour tenter de sortir de ce qui commence à ressembler à un cauchemar.

J’ai été prise par l’ambiance dès les premières pages et je n’ai pas lâché le livre. Toutes les astuces du thriller fonctionnent très bien, avec leurs lots de surprises et de rebondissements.  Chaque chapitre est une descente vers le mystère. La construction narrative est efficace, les personnages attachants, l’écriture est soignée et il y a une bonne maîtrise du rythme et des actions. Je ne savais pas où l’auteur allait m’emmener et je n’ai pas été déçue, bien que la fin reste en balance, entre rêve et réalité. (une suite à venir ?). Dès 12 ans.

Lissy

24/05/2021

Le carnaval (gastronomique) des animaux

livre audio, musique, animaux, cuisineLe carnaval (gastronomique)
des animaux

Milan, octobre 2020, 19€90

Texte de Bernard Friot, Ill. de Louis Thomas, raconté par Jacques Gamblin

Musique de Camille de Saint-Saëns et Jean-François Verdier, interprétée par l’orchestre Victor Hugo de Franche-Comté, dirigé par Jean-François Verdier

En piste, et en musique, pour le top-chef des animaux !

C'est le jour du grand concours annuel de cuisine musicale à Lionville ! Le lion, en tant que président du jury, goûte chacun des plats préparés par les animaux : altiste-au-pot, croque-notes-de-doigts-de-pianistes, gigot-de-violoncelliste-cuisson-basse-température, brochettes-de-contrebassiste, croquettes-de-petits-chanteurs… Jusqu’à ce que le concours dérape, troublé par la grève  des  pianistes,  révoltés  d’être  cuisinés  aux  petits oignons. De plus, des incidents mystérieux (suspense, suspense!) aboutissent –c’était fatal – à la mort du cygne.

Bernard Friot s’est amusé à inverser les rôles, ce sont les animaux qui composent un jury façon jeu télévisé, et dégustent les musiciens d’orchestre. Le lion est un tyran froussard et idiot, et le seul personnage assez vif et malin pour démêler la situation est un escargot –de Franche-Comté.

Adepte de Bernard Friot, je m'attendais à un récit plus original, mais il est quand même assez drôle. Un mélange à la fois contemporain (le concours est dérangé à plusieurs reprises par le téléphone portable du lion) et classique, bien raconté par Jacques Gamblin.

Côté musique, les compositions de François Verdier sont difficiles à distinguer du Carnaval des animaux de Saint Saëns, mais le tout est bien interprété. L’illustration est réalisée dans  style rétro.

Après leur version de  "Pierre et le loup" et  "Anna, Léo et le gros ours de l’armoire"  Jean-François Verdier et Bernard Friot récidivent avec un 3ème livre-disque assez réussi. Les amateurs pourront trouver en ligne un dossier pédagogique.

Aline

19/05/2021

Autrices à découvrir, les choix du Bouillon

Chaque participant à la rencontre "Bouillon de lecture" de mai a présenté son choix d'autrice. Prochaine rencontre lundi 14 juin autour des auteur(e)s iranien(ne)s.

 

Claire KEEGAN

Irlandaise, née en 1968, elle partage sa vie entre Irlande et Corrèze, et anime des ateliers de création littéraire. Elle a commencé à publier vers 2010. Avec une écriture extraordinaire. Claire Keegan sait suggérer sans jamais imposer.

roman, auteure, autrice

Ce genre de petites choses

S. Wespieser, 2020

Dans une petite ville irlandaise en 1985, le Couvent recueille des jeunes femmes ayant « fauté », les enfants sont retirés à leur mère. Un charbonnier, Bill Furlong, est confronté à une jeune femme qui effondrée parce qu’elle est privée de  son enfant. Réflexion de ce charbonnier : que faire ? à l’époque, les agissements de l’Eglise n’étaient pas remis en cause…

Les trois lumières : une fillette se trouve chez sa tante, toujours habillée en garçon. On comprend peu à peu pourquoi.

 

Joyce Carol OATES

roman,auteure,autriceUn livre de martyrs américains

Ed. P. Rey, 2019

Histoire de 2 familles. Dans l’une, le père pratique des avortements, dans l’autre, membre d’une secte « pro-vie », le père tue le médecin. Vie des deux familles : les femmes de ces hommes, et leur descendance. Très gros livre, et pourtant on est déçu d’en voir la fin.

 

Laura ALCOBA

roman,auteure,autriceLe bleu des abeilles

Gallimard (Blanche), 2013

La narratrice a dizaine d’années lorsqu'elle rejoint sa mère, opposante à la dictature, réfugiée en France (son père est emprisonné). Elle s'attend à découvrir le Paris et la France qu’on lui avait fait miroiter en cours de français. Mais Le Blanc-Mesnil ressemble peu à ce qu'elle avait imaginé de son pays d'accueil. Comme dans son premier livre, Manèges, Laura Alcoba décrit la réalité au travers du regard d’une enfant. Le quotidien n’est pas facile, pour autant la jeune fille -l’auteure- reste amoureuse de la langue française.

 

Fariba VAFI

roman,auteure,autriceUn secret de rue

Zulma, 2011

Iran. Une jeune fille assiste son père, en train de mourir. Très factuel. Claude n’a pas tellement aimé.

 

Milena AGUS

roman,auteure,autriceMon voisin

Ed. L. Levi, 2009

Récit très court. Une jeune femme, mère d’un petit garçon, pense au suicide. Elle échafaude des scénarii de suicide. Un jour, le fils d’un voisin vient, à la recherche d’un copain. Elle entre en relation avec le voisin, et peu à peu sort et commence à s’ouvrir.

 

Eliette ABECASSIS

roman,auteure,autriceUn secret du docteur Freud

Flammarion, 2014

Vienne, mars 1938. Dernière réunion de Freud avec un maximum de ses disciples, avant de quitter Vienne.

 

 

Alice MUNRO

roman,auteure,autricePrix Nobel de littérature en 2013 (remarque : il n’y a eu que 16 femmes Nobel de littérature pour 120 hommes). Canadienne, née en 1931 en Ontario, elle a longtemps tenu une librairie à Victoria (sur l’ïle de Vancouver) avec son mari. Elle a publié sa 1ère nouvelle en 1968. Elle écrit en anglais, principalement des nouvelles, parfois liées entre elles, et centrées autour de personnages féminins, dans l’Ontario ou la Colombie Britannique des années 1940 à nos jours.

Fugitives (Runaway)

Ed. de l’Olivier, 2008

roman,auteure,autriceRien que la vie (Dear Life)

Ed. de l’Olivier, 2014

Son écriture est ciselée, avec des histoires qui restent dans la tête. Des femmes qui s’émancipent, ou qui voudraient s’émanciper. Elle a inspiré Almodovar pour son film Julieta, et sa nouvelle L'Ours traversa la montagne, qui évoque la maladie d'Alzheimer, a été adaptée au cinéma en 2006 par Sarah Polley sous le titre Loin d'elle (Away from Her).

Citation : "De certaines choses on dit qu'elles sont impardonnables, ou qu'on ne se les pardonnera jamais. Mais c'est ce qu'on fait - on le fait tout le temps."

 

Nancy HUSTON

roman,auteure,autriceArbre de l’oubli

Actes Sud, 2021

L’arbre de l’oubli, c’est l’arbre autour duquel tournaient les noirs avant d’être embarqués en bateau, pour garder le souvenir de leur personne. Comme toujours avec Nancy Huston, il est question de temps qui passe, de famille. Shaïna est métisse, de père juif et de mère noire. Elle rassemble en elle les gènes de peuples qu’on a essayé de détruire. Des peuples exilés, qui cherchent à survivre.

Ce roman rappelle un peu Lignes de failles, avec une construction sur plusieurs générations. La langue de Nancy Huston est précise.

Nos livres préférés de cette auteure : Lignes de faille, 2006, et Lèvres de pierre, 2018 (parallèle entre l’enfance de Pol Pot et celle de l’auteure).

 

Delphine HORVILLEUR

roman,auteure,autriceVivre avec nos morts, petit traité de consolation

Grasset, 2021

Rabbin, Delphine Horvilleur accompagne les vivants confrontés à la mort. Ça donne envie d’être juif pour avoir un tel rabbin ! Avec humour, Delphine Horvilleur remonte dans les traditions, on se rend compte que la tradition juive est aussi la nôtre, puisque nous partageons l’ancien testament.

 

Juliette BENZONI

roman,auteure,autriceLa collection Klederman

Plon, 2012

Roman historique à la limite du policier, qui tient bien en haleine.

 

 

Claudie GALLAY

Née en 1961 à Bourgoin Jaillieu, institutrice, Claudie Gallay se consacre à l’écriture depuis le succès de son roman Les déferlantes.

roman,auteure,autriceAvant l’été

Actes Sud, 2021

5 jeunes filles de 23 ans, au milieu des années 1990. Pour la fête du village, décident de faire un défilé de mode, courent les friperies pour acheter des vêtements qui sortent de l’ordinaire, apprennent la démarche des mannequins, …

Jessica se rend compte qu’elle a beaucoup changé pendant cette période, et s’interroge sur ses choix de vie : elle ne souhaite plus reprendre l’hôtel exploité par sa mère et sa grand-mère. Dans le même style que les Déferlantes, un roman où il ne se passe pas grand-chose, mais que l’on n’a pas envie de quitter.  Roman frais et joyeux, plein de promesses.

 

Valérie PERRIN

roman,auteure,autriceNée en 1967, photographe au cinéma au scénariste, elle est connue pour ses romans Les oubliés du dimanche et Changer l’eau des fleurs.

Trois

Albin Michel, 2021

Une histoire d’amitié, très agréable à lire.

 

Marie NIMIER

Parolière et romancière prolixe.

roman,auteure,autriceLe palais des orties

Gallimard (Blanche), 2020

Simon hérite de la ferme de ses parents. Nora et lui cultivent les orties, et parviennent à en vivre, une vie calme et simple avec leur 2 enfants.

Un jour arrive une jeune woofeuse, qui offre ses bras, contre le gîte et le couvert. La jeune fille conquiert tous les membres de la famille, et en bouleverse l’équilibre.

Grande présence de la nature. Va loin dans l’interrogation sur ce qu’est l’amour, le désir, la passion et tous les bouleversements que ça peut apporter quand on ne s’y attend pas. L’écriture de Marie Nimier est fluide et agréable, pas conventionnelle.

 

Sara Lövestam

Née le 13 juillet 1980 à Uppsala, elle vit à Stockholm. Professeur et linguiste de formation, Sara Lövestam est une militante LGBT. Cette romancière suédoise a abordé le roman historique, le roman policier et la littérature jeunesse. Trois de ses romans ont été publiés en français chez Actes Sud : Différente (2013) prix du Swedish Book Championship, Dans les eaux profondes (2015) et En route vers toi (2016)

Sa série Une enquête de Kouplan, détective sans papier est publiée chez Robert Laffont (La bête noire) :

-Chacun sa vérité 2016 (grand prix de littérature policière 2017)

-Ca ne coûte rien de demander, 2018

-Libre comme l’air 2019

-Là où se trouve le cœur 2020

roman,auteure,autriceElle met en scène un immigré sans papiers à Stockholm. Ancien journaliste d’investigation forcé de quitter l’Iran avant de se faire arrêter, il est devenu par la force des choses détective à la petite semaine pour survivre dans la métropole. Entre demande d’asile, débrouille, crainte d’être repéré par les services secrets iraniens, il mène des enquêtes sans prétention. Tout au long de la série, on voit évoluer son personnage (un homme dans un corps de femme), et on suit ses efforts pour obtenir des nouvelles de sa famille. Qu'est-il arrivé à son frère, arrêté en Iran il y a huit ans ? et à ses parents ?

 

Victoria MAS

roman,auteure,autriceLe bal des folles

Albin Michel, 2019

Premier roman, prix Renaudot des lycéens 2019

Depuis l’arrivée de Charcot à la Salpêtrière, on dit que seules les véritables hystériques y sont internées, mais le doute subsiste quand on voit l’expérience menée par Charcot, adepte de l’exposition des fous, avec le « Bal des folles ». A la mi-carême, se tient dans l’établissement le très mondain « Bal des folles » où le temps d’une soirée, le tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie des pensionnaires déguisées.

Le livre raconte le quotidien des femmes enfermées contre leur gré, et dont certaines n’étaient pas vraiment folles. Une histoire romancée qui permet de bien comprendre la vie à la Salpêtrière. Un hymne à la liberté, pour toutes ces femmes que le XIXème siècle a essayé de contraindre au silence. Bien écrit, captivant !

16/05/2021

Autrice à découvrir

une vie et des poussières.jpg

 

Une vie et des poussières

Valérie CLO

Buchet-Chastel, 2020, 240 p., 16€

 

Mathilde 84 ans entre en EHPAD sur décision de sa fille Rose 60 ans. Rose est une femme qui aime le contrôle et la sécurité, et mène tout le monde à la baguette ! Elle cache en elle une blessure, celle de l’absence d’une mère journaliste très occupée par son travail. Au contraire, son frère Baptiste préfère la paix au conflit, et souvent il ne dit rien pour éviter de s’opposer à sa sœur.

Mathilde a reçu un petit calepin en cadeau, de la part de Maryline une aide soignante avec qui elle a lié une amitié pudique. Maryline, c’est une aide-soignante dynamique, joyeuse, professionnelle qui refuse de sacrifier le lien humain avec les résidents au profit du rendement.

Mathilde va noter dans son petit carnet ses souvenirs, son enfance marquée par la guerre, la disparition d’un père et le placement chez des paysans en zone libre. Elle écrit également sur le quotidien d’une vie en EHPAD avec ses bons et mauvais jours.

Son carnet sera découvert par l’aide soignante qui avant de le rendre à la famille écrira un courrier à un éditeur….

Pour faire court, je dirai que c’est un livre « charmant », une leçon de vie, pleine de luminosité, malgré des événements dramatiques survenus durant l’enfance. C’est également un hommage au personnel soignant en EHPAD

Pascale

12/05/2021

Entrez, c'est ouvert !

Qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, la bibliothèque vous accueille tout l'été, aux horaires habituels (enfin... sauf jours fériés, quand même !)

2021 05 07 bienvenue.jpg

12:11 Publié dans Accueil | Lien permanent | Commentaires (0)