Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2021

PARTIR EN LIVRE

Le bar à histoires s'installe sur la terrasse de la bibliothèque :

transats, parasols, boissons et histoires fraîches pour tout le monde!

partir en livre, bar à histoires

28/06/2021

Burn

roman ado, fantasy

Burn

Patrick NESS

Pocket Jeunesse (PKJ), octobre 2020, 398 p., 18€90

 

En 1957, dans la petite ville de Frome, aux États-Unis, Sarah est l’objet de brimades en tant que métisse, et son ami Jason –américain d’origine japonaise- plus encore ! Pour tenter de maintenir leur ferme à flot, le  père de Sarah doit se résoudre à embaucher un dragon (et un bleu, de l’espèce de la pire réputation). Sarah est censée se méfier de « La bête », pourtant Kazimir le dragon semble la protéger.

Selon le dragon bleu, Sarah serait la clé d'une prophétie au cœur des conflits entre humains et dragons, et l'avenir du monde entier serait en jeu. De son côté, Malcolm, jeune assassin élevé dans une secte d’adorateurs des dragons, est en route pour Frome pour accomplir la prophétie à sa façon… si le FBI qui le poursuit ne le tue pas avant.

L’originalité de Patrick Ness est de faire coexister un récit de fantasy avec la société américaine des années 1950, avec ses tensions raciales et homophobes, la guerre froide avec la Russie, et les premiers pas de la conquête de l’espace.

L'aventure est prenante, pleine d’action et de retournements, mais trop rapide pour développer les personnalités des protagonistes. Après un début assez détaillé, le récit s'emballe pour finir en un seul tome, et déterminer l'avenir des mondes en une scène finale enlevée.

Aline

22/06/2021

Mer et merveilles

Les enfants font des MER-VEILLES !

 

C’est parti ! L’été est là ! Sandales, paréo et pieds dans l’eau !

Les enfants qui l’ont compris sont venus décorer la fresque Mer et merveilles. Elle sera notre passeport pour les vacances !

atelier créatif

Sur le même thème, d’autres ont créé un abécédaire dans lequel se côtoient le Kraken royal, le xylophone à tête de poisson et la sirène-sorcière. Un voyage merveilleux dans les profondeurs de leur imaginaire. A feuilleter sous le soleil !

atelier créatif

16:14 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : atelier créatif

21/06/2021

Soleil jusqu'à la fin

soleil-jusqu-a-la-fin-600x.jpg

 

Soleil jusqu'à la fin

Mélanie Georgelin

Sarbacane (Exprim'), 2021, 208 p., 16€

 

La vie d’Amaya bascule le jour où les gendarmes la trouvent près du corps de sa mère, morte de chagrin après le départ du père pour une autre femme.

La jeune fille de douze ans est alors envoyée dans une Maison d’Enfants à Caractère Social, puisque sa tante ne peut pas l’accueillir chez elle, faute de moyens. Dans ses bagages, elle emporte la robe flamenco de sa maman, sa poupée Soledad à qui elle confie tout et son courage, immense.  Aux Coucous, elle fera la rencontre d’autres enfants que la vie a cabossés. Directeur, éducateurs, psychologue vont tenter de l’apprivoiser, mais ils ne sauront pas la protéger du pire.

C’est auprès de Madeleine et Pierrot, quelque part dans un refuge perdu dans le Vercors qu’Amaya va rassembler les petits morceaux d’elle-même et se reconstruire.

Bouleversant, poignant, sensible et tellement intelligent ! L’écriture de Mélanie Georgelin est belle, faussement légère. Elle parle de la vie, de la mort, des évènements qui parachutent les enfants dans le monde des adultes, bien avant l’heure.

Amaya interpelle le lecteur en le nommant Albert. Elle le positionne en témoin de chaque fêlure comme pour lui dire "Tu vois, la vie, elle fait ça aussi…" Certains chapitres nous proposent de voyager dans le monde des adultes pour compléter ce prisme sensible sur les différents aspects de l’aide sociale à l’enfance.

Il y a tellement d’humanité dans ce livre que l’on en sort grandi. Retourné, épluché, lessivé, mais grandi. Une belle leçon de résilience ! Dès 13 ans

Lissy

18:27 Publié dans Livres pour ados | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman ado

08/06/2021

Les protégés de Sainte Kinga

Les protégés de Sainte Kinga.jpg

 

Les protégés de Sainte Kinga

Marc VOLTENAUER

Slatkine & Cie, 2020, 542 p., 21€90

 

Prise d’otages dans les mines de sel de Bex, dans les Alpes Vaudoises, en Suisse. Un homme, déguisé en Charlot, retient dans une salle souterraine une classe de lycéens qui visitait les salines, ainsi qu’un groupe politique en réunion sur place.

Armes de poing, explosifs, le preneur d’otages est lourdement armé, et bénéficie manifestement du soutien d’un hackeur… voire d’une taupe parmi les policiers ? Ses revendications, transmises par vidéo, sont peu habituelles, mais il n’hésite pas à mettre ses menaces à exécution pour mettre la pression.

Le lecteur suit l’enquête de l’équipe de l’inspecteur Andreas Auer pour découvrir l’identité des ravisseurs et comprendre leurs motivations, ainsi que le travail des négociateurs. En parallèle, l’auteur déroule l’histoire de la mine, et celle d’Aaron Salzberg, un ingénieur juif polonais arrivé à Bex en 1826 pour travailler dans les mines de sel. Le rapport du passé avec le drame actuel est peu à peu dévoilé.

L’écriture est dynamique, avec de nombreux dialogues, l’intrigue très plausible, et le contexte des mines intéressant. Les personnages prennent de l’épaisseur au fil du récit, qui évolue vers un plaidoyer contre les injustices et laisse le lecteur dubitatif. La fin peut-elle justifier les moyens ?

Un polar intelligent, placé sous l'égide de Sainte Kinga, patronne des mineurs de sel.

Aline