Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2022

Auteurs Haïtiens : Dany Laferrière

Dany LAFERRIERE (1953- )

Né à Port-au-Prince, Dany Laferrière passe son enfance à Petit-Goâve avec sa grand-mère Da, un des personnages marquants de son œuvre. Son père, Windsor Klébert Laferrière vit alors en exil, en raison de son engagement politique contre « Papa Doc ».  Il fait ses études à Port-au-prince, puis devient journaliste et chroniqueur radio. Le 1er juin 1976, son ami et collègue le journaliste Gasner Raymond est assassiné par les Tontons Macoute. À la suite de cet événement, craignant d'être le prochain « sur la liste », il quitte Haïti du jour au lendemain pour Montréal, n'informant que sa mère de son départ. Vivant entre Montréal et Paris, il a reçu plusieurs prix littéraires, et est membre de l’Académie Française depuis 2013.

 

pays sans chapeau.jpgPays sans chapeau, 1996

En Haïti, le pays sans chapeau, c’est l’au-delà, puisqu’on n’enterre pas les morts avec leur chapeau. Ce texte a été écrit au retour de l’exil. Parti à 23 ans pour échapper aux Duvalier, il raconte ses retrouvailles avec Haïti 20 ans plus tard. Toutes ses sensations lui reviennent brutalement. Dans une alternance de chapitres, Pays rêvé s’attache aux croyances vaudou qui perdurent (pays de morts et de revenants)  tandis que  Pays réel relate le monde des vivants. Empreinte de tendresse, de mélancolie et de nostalgie, Dany Laferrière emploie une écriture proche de la chronique quotidienne.

 

cri des oiseaux.jpgLe cri des oiseaux fous, 2000

Même sujet : à 23 ans Dany Laferrière doit quitter son pays. En une seule nuit, il lui faut dire adieu à tous… sans le leur dire. Son meilleur ami vient d’être tué par les Tonton Macoutes et il va partir d’urgence, en secret. Exil, dictature.

 

charme des après-midi.jpgLe charme des après-midi sans fin, 1997

Un chapitre par thème, pour évoquer son enfance, son adolescence, l’amour de sa grand-mère, voir les filles… et en même temps replacer sa vie dans le contexte politique.

 

L'énigme du retour.pngL'énigme du retour, 2009

Prix Médicis

Le narrateur vit depuis 30 ans à Montréal, mais se sent toujours haïtien dans l'âme. Suite à l'annonce du décès de son père, exilé politique lui aussi, il rentre au pays natal, où il alterne entre souvenirs de jeunesse, et douleur de ne plus se sentir haïtien. Comme n'importe quel blanc, il est victime d'une tourista cuisante, et les gens cherchent à l'exploiter comme un quelconque touriste, sous prétexte qu'il est devenu "riche" et qu'Haïti a faim.
Procédant par touches délicates, l'auteur nous offre une réflexion mélancolique et fine sur l'identité et l'exil, et interroge le passé en même temps qu'il explore le présent. Son écriture alterne entre vers libres, qui rendent ses sensations et ses impressions du moment, et une prose plus factuelle,  utilisée pour ses souvenirs et impressions du pays, marqué par les années de dictature.

 

l'art presque perdu.jpgL’art presque perdu de ne rien faire, 2014

Essai, ou "autobiographie de mes idées". Autoproclamé « spécialiste mondial de la sieste », propice à la réflexion, Dany Laferrière l’érige en art de vivre.

Écrire un commentaire