Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2022

Critique Le monde après nous de Rumaan Alam

78_9782021475623_1_75.jpgLe monde après nous                                                              

Rumaan Alam

Pas de super héros dans ce récit, pas de foule paniquée ni d’émeutes, pas d’effets spectaculaires, juste l’attente, l’ennui, le vide et pourtant ... l’Apocalypse arrive.

Tout commence bien pour ce couple de New-yorkais et ses deux enfants. Ils ont loué à Long Island une maison avec piscine et jacuzzi pour une semaine. La villa est luxueuse, isolée au milieu des bois où on peut apercevoir de temps en temps de magnifiques cerfs. C’est le paradis ! 

Clay est professeur et chroniqueur au New York Times. Amanda travaille dans la publicité. Chacun est un reflet banal de la société américaine moderne.

Leurs enfants Archie 16 ans et Rose 13 ans ont les mêmes préoccupations que tous les adolescents et sont accros à leur écran.
Les vacances commencent merveilleusement bien. Mais le deuxième soir, on sonne à la porte. Ils n’attendent personne bien sûr et tout de suite ont peur. Quand ils se décident à ouvrir, presque la batte à la main, ils découvrent un couple afro-américain âgé. Ce sont G. H. et Ruth Washington, qui se présentent comme les propriétaires. Mais peut-on leur faire confiance ? Comment être surs de leur identité et pourquoi sont-ils là ? Ils apprennent très vite la raison :  New York est paralysé par une gigantesque coupure de courant. Tout s’est arrêté. La situation semble très grave. Pris de panique, ils ont préféré partir loin de la ville et la seule solution qui leur est apparue a été de se réfugier dans leur maison à Long Island. Clay et Amanda n’ont d’autres choix que de les accueillir.

 Une autre mauvaise surprise les attend : la télévision ne diffuse plus rien, et les téléphones ne captent plus Internet. Le Wi-Fi est en panne. Le drame pour Archie et Rose et l’isolement pour tous.

 Ils s’organisent pour vivre ensemble dans la meilleure entente sans parvenir à occulter la terrible question. Que se passe-t-il ? Un ouragan, une attaque terroriste, une guerre nucléaire ?

 Dépendant de l’information et, donc, de la communication en général, ils se retrouvent devant du vide et ne peuvent que se perdre en conjectures. À un certain degré, tout devient irréel, comme si le monde avait été brutalement mis en pause.

Un sentiment d’étrangeté grandit peu à peu.
 L’inquiétude rôde. Soudain, se produit comme une explosion, mais il ne s’agit pas d’une explosion. Ils appellent ça le Bruit. Après cela, le silence n’est plus pareil. La baie vitrée a une fêlure.

Des évènements étranges se produisent, les cerfs migrent en masse, les flamands roses se posent dans la piscine et ont un comportement étrange ...
Les personnages ne savent pas ce qui se passe et seul le lecteur, par l’intermédiaire d’un narrateur omniscient qui vient s’immiscer dans le récit, connaît l’avenir.

Rumaan Alam analyse avec minutie l’état psychologique des deux couples en se promenant dans leurs pensées.

 Il ne se passe rien ou presque mais il fait ressentir la montée de la peur en face de l’inconnu, par petites touches, par la survenue de situations bizarres, inhabituelles et angoissantes.

 Un bon livre qui reflète les préoccupations actuelles de toute une société.

Annie Pin

Écrire un commentaire