Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2010

Pourquoi un tel succès en France ???

Paul AUSTER 

Ecrivain américain, Paul Auster est né en 1947 dans le New Jersey. Très tôt au contact des livres, il commence à écrire dès l'âge de 12 ans. De 1965 à 1967 il étudie à l'université Columbia (littérature française, italienne et anglaise). D'abord traducteur d'auteurs français, il écrit des articles pour des revues, de la poésie et des scénarios de films muets, avant de se tourner vers le roman. Il est marié avec la romancière Siri Hustvedt, et réside actuellement à Brooklyn.

Une bonne partie de son oeuvre évoque la ville de New York. Il est notamment l'auteur de la trilogie New Yorkaise (1988), Moon Palace, (1990), la musique du hasard (1991), Leviathan (1993, prix Medicis étranger), Tombouctou (1999), le livre des illusions (2002), la nuit de l'oracle (2004), Brooklyn follies (2005), Seul dans le noir (2009), Invisible (2010). Ses romans sont largement reconnus en France, et très appréciés des critiques littéraires.

Seul dans le noir

Auguste Brill, critique littéraire veuf, vit chez sa fille divorcée, dans ce qu'il appelle "la maison des âmes en peine". Sa petite fille se remet mal du décès de son ex-conjoint, exécuté en direct à la télévision par des extrémistes irakiens. Pendant ses nuits d'insomnie, Auguste Brill tourne et retourne dans sa tête ses souvenirs, et invente un monde de fiction (Etats-Unis en pleine guerre civile, Owen Brick : personnage chargé d'assassiner un écrivain,...).

Des histoires dans l'histoire, pas tellement abouties. Seuls les flashbacks sur sa vie nous ont intéressés, le reste faisant "plaqué". Livre peu apprécié.

La nuit de l'oracle

Après un long séjour à l'hôpital, l'écrivain Sydney Orr rentre chez lui, toujours éperdument amoureux de sa femme. Au gré d'une de ses promenades dans New York, il découvre une papeterie tenue par un chinois, et y achète un étrange carnet bleu, auquel il prête le pouvoir de réamorcer son inspiration perdue.

Un roman sur plusieurs niveaux, à la construction déroutante, et à la chute brusque décevante. Les trente dernières pages étaient intéressantes...

La musique du hasard

Un pompier de New York plaque tout après avoir hérité de quelque milliers de dollars: il s'offre une grosse voiture, et bourlingue un an aux Etats-Unis. Presque à court d'argent, il rencontre "Jackpot", et le renfloue pour une soirée privée où le jeune joueur de poker espère se refaire. Comme ils ont perdu, ils se retrouvent contraints de rembourser leur dette en effectuant des travaux forcés. Prisonniers de cette étrange propriété, ils ont pour seule distraction la visite d'une prostituée. Jack tente de s'évader...

Tombouctou

Mr Bones, le narrateur, est le chien de Willy, marginal errant dans Baltimore à la recherche de son ancienne institutrice. En effet, Willy voudrait confier à celle-ci avant de mourir (ou de "partir pour Tombouctou" comme le dit M. Bones) son chien et ses écrits.

Une histoire banale du quotidien, construite comme un château à plusieurs étages, qui bascule vers un récit pas tout à fait réaliste. La fin laisse dubitatif !

Invisible

New-York, 1967. Fascination, puis répulsion, d'Adam Walker, jeune poète américain, pour un professeur français brillant et énigmatique qui semble l'apprécier et le pousse dans les bras de sa maîtresse. 40 ans plus tard, Adam veut faire le récit de cette année charnière. Gravement malade, il envoie son récit à un ami écrivain, et lui demande de finir sa mise en forme. La première époque, printemps, est rédigée à la première personne ; puis du "je", on passe au "tu" pour l'été, et au "il" pour l'automne. Adam décédé (l'hiver ?), c'est sa belle-fille qui essaiera de tirer des conclusions et de comprendre ce qui s'était passé à l'époque : Born était-il un espion ? une brute cynique ? Adam était-il un étudiant naïf ou un affabulateur (les scène torrides avec sa soeur ont-elles finalement été fantasmées ?).

Le lecteur reste sur une impression frustrante, le récit ne semble pas clos.

Selon les cas, un ou plusieurs membres du "Bouillon de Lecture" ont lu les livres évoqués ci-dessus. Un univers et une construction inutilement complexes, des digressions interminables, des récits pas vraiment finis... les lecteurs, frustrés, se sont plutôt demandé pourquoi cet auteur est tellement encensé par les critiques français !

Seule Marylou, qui s'est laissée emporter dans La musique du hasard, est vraiment amatrice...

25/10/2010

Bouillon de lecture du 21octobre 2010

Tour de table, chaque participante (et oui, aucun homme ce soir-là !) présente un livre qu'elle a apprécié.

Déluge, d'Henri BAUCHAU (Actes Sud, 2010), présenté par Ginette

Un roman très bien écrit, très agréable à lire, parfois déstabilisant. C'est l'histoire de Florian qui a un besoin viscéral de peindre, seul ou avec ses amis, et que la folie pousse à faire brûler ses oeuvres (elles sont encore plus belles). Entre autres : sa jeunesse tumultueuse (ses qualités picturales sont déjà reconnues) ; ses amitiés, notamment avec un capitaine de bateau qui l'engage au départ comme marin ; sa psychiatre, le Dr Hellé, qui donne l'impression de tirer de loin sur les fils des "marionnettes" que sont devenus les amis de Florian.

Aline avait aussi aimé le déluge, et plus encore L'enfant bleu, du même auteur.

 

Parfum de glace, de Yôko OGAWA (Actes Sud, 2002), coup de coeur de Dominique

Après le suicide de son compagnon dans son atelier de parfumerie, la narratrice enquête pour essayer de le comprendre. Elle rencontre sa famille pour la première fois, suit ses traces sur les lieux où il a passé sa jeunesse, découvre ses talents cachés.

Le livre est très riche, en voici les thèmes principaux : douleur du deuil, correspondance entre odeurs et mémoire, mémoire préservée même après la mort.

Actes Sud a publié de nombreux livres de cet auteur, à découvrir ! Voir la critique de La marche de Mina.

 

Place de Sienne côté ombre, de Franco LUCENTINI et Carlo FRUTTERO (première édition au Seuil en 1985), présenté par Chantal

Dans la campagne Toscane, un couple égaré est accueilli dans une maison, remplie d'une galerie de personnages étranges.

Toute l'ambiance du palio de Sienne, avec ses courses de chevaux entre quartiers et confréries : chevalerie, intrigues,... même les confréries mortes sont représentées ! Descriptions flamboyantes et intrigues sous-jacentes.

 

La princesse de Clève, de Madame de Lafayette (1678), présenté par Marylou

L'héroïne a été élevée à l'écart de la Cour par une mère stricte. A 16 ans, cette belle jeune fille fait sa première apparition à la Cour d'Henri II et Diane de Poitiers. Très courtisée, elle accepte naïvement d'épouser le Prince de Clève, gentil mais plus âgé qu'elle. Quelques temps plus tard, lorsqu'elle rencontre le beau Duc de Nemours, elle est prise de passion pour lui, mais à son âme défendante ! Elle fuit la Cour dans sa maison de campagne de Coulommiers, se consume d'amour et de remors, et meurt de langueur.

L'un des premiers romans s'attachant à l'analyse des sentiments (il a fallu attendre un siècle avant que son auteur -une femme ! ne soit mentionné). Un grand classique, très bien écrit,  à nouveau à la mode en ce moment.

 

Aurora, Kentucky, de Carolyn D. WALL (Le Seuil, 2010), coup de coeur de Marie-Claude

En 1938, dans le Kentucky marqué par la pauvreté, conséquence de la dépression, et le racisme profond, Olivia Harker, s'échine à tenir -avec son petit-fils William- l'épicerie héritée de son père, et héberge sa mère à moitié folle. Une particularité : elle élève des loups, ramenés d'Alaska par son grand-père.  Femme admirable et courageuse, Olivia vit dans le respect des convictions transmises par son père, mais elle devra réaliser peu à peu la gravité du racisme et les exactions commises par le Ku Klux Klan.

Un personnage remarquable, dans le milieu des "petits blancs" de l'Amérique profonde.

 

Le secret de Champollion, Jean-Michel RIOU (Flammarion, 2005), présenté par Nathalie

Roman historique situé pendant les campagnes d'Egypte de Napoléon, parti au Caire avec 300 navbires et 150 savants. Parmi ses objectifs : comprendre les hiéroglyphes pour percer les secrets du pouvoir des pharaons. Plein d'aventures et de rebondissements, le livre évoque la mise à jour des plus beaux tombeaux égyptiens, et de la pierre de Rosette.

Le récit est fait successivement par 3 savants, qui ont juré de déchiffrer la pierre de Rosette, et travaillent avec Champollion. Mais Napoléon est rappelé en Europe à cause des guerres, et espions et adversaires anglais guettent...

 

Ru, de Kim THUY (L.Levy, 2010), présenté par Geneviève

Plus autobiographie que roman, ce livre est composé d'une alternance entre les souvenirs des différentes époques de la vie de l'auteur. Vietnamienne de famille aisée, la narratrice s'est échappée de son pays avec les "boat people", a transité par les camps de réfugiés, puis s'est installée au Québec. Lorsqu'elle aura l'occasion, beaucoup plus tard, de retourner "au pays", elle n'y retrouvera pas ses marques.

Récit court et très bien écrit, entre atmosphères et sensations. Le titre évoque à la fois un "ru" ruisseau (en français) et un "ru" berceuse (en vietnamien).

 

Le journal de Hyde Park Gate, de Virginia Woolf, Vanessa Bell et Thoby Stephen (Mercure de France, 2006), coup de coeur de Claude

Virginia Woolf a passé son enfance dans une grande famille bourgeoise anglaise à la fin du 19ème siècle. Son père tenait un poste extrêmement honorifique à la British Library, et la famille était fréquentée par une élite intellectuelle.

Enfoui pendant des années à la British Library à Londres, le journal de Vanessa, Thoby et Virginia Stephen a été miraculeusement retrouvé pour ce qui touche aux années 1891, 1892 et 1895. Joyeux mélange de comptes-rendus d'événements familiaux, de lettres, de rubriques de conseils, d'embryons de romans, de devinettes ou de poèmes, c'est l'œuvre de trois enfants exceptionnellement doués et cultivés, âgés de dix à treize ans.

Superbement écrit, ce journal est une plongée agréable dans la sociologie d'une époque.

 

Les gueules cassées - les médecins de l'impossible, de Martin MONESTIER (Le Cherche Midi, 2009), présenté par Annie

La chirurgie réparatrice du visage est née pendant et après la guerre de 1914-1918. Le visage est lié à l'identité, et les gueules cassées présentaient des blessures dont il était difficile de se remettre physiquement et psychologiquement. 

Un hommage aux chirurgiens militaires et un livre de courage, écrit à partir des archives du Val de Grâce, qui présente de nombreuses photographies (avant et après la chirurgie réparatrice). "Encyclopédiste du bizarre, archéologue du pire", l'auteur a une bibliographie très fournie.

 

Mémoires de vie, mémoires d'éternité, d'Elisabeth KUBLER-ROSS (J.C. Lattès, 1998), présenté par Georgette

 

Autobiographie d'Elisabeth Kübler-Ross (1926-2004), médecin psychiatre, thérapeute célèbre dans le monde entier, de son enfance en Suisse à son engagement humanitaire dans la Pologne ravagée par la guerre, de ses études de médecine à son travail novateur auprès des mourants.

Elle a beaucoup contribué au développement des soins palliatifs, et est l'auteur de livres traduits dans le monde entier : "La mort, dernière étape de la croissance", "Avant de se dire au-revoir",...

 

Miral, de Rula JEBREAL (Oh ! Edition, 2010), présenté par Stéphanie

Dans le contexte du conflit israélo-palestinien, témoignage de Rula, recueillie dans un orphelinat pour enfants palestiniens à Jérusalem, ville divisée. En allant donner des cours aux enfants d'un camp de réfugiés, elle prend conscience de leur quotidien. Boursière à l'étranger, elle est devenue une journaliste politique réputée et primée pour son courage et son indépendance.

Très beau témoignage, adapté au cinéma en septembre 2010.

 

Le cuisinier, de Martin SUTER (C. Bourgeois, 2010), présenté par Aline

Voir critique.

J'aime la façon de Martin Suter de nous emmener avec finesse sur des chemins que nous n'imaginons pas. Voir aussi Un ami parfait (2002), Small world (1998), et la critique Le dernier des Weynfeld (2008).

Katiba, pépins de pommes et Road Hill House

Livres présentés par les lecteurs du Comité de lecture le 30 septembre :

Katiba, de Jean-Christophe RUFIN, paru chez Flammarion en 2010

Un groupe de touristes est arrêté en plein désert par des terroristes pour être rançonné. Mais suite à un dérapage, l'un des terroristes tire et tue...    

Une Katiba est le lieu où se préparent les combattants islamistes dans le Sahara. A la fois roman d'amour, policier, et récit très documenté, ce livre s'inscrit dans l'actualité. Il se situe dans le monde des ambassades, du quai d'Orsay, du fanatisme musulman, avec beaucoup de ramifications et une atmosphère de suspicion. L'un des personnages est particulièrement intéressant : une femme très ambivalente, à double culture algérienne et française. Lui-même ambassadeur, Rufin s'est sans doute inspiré d'un faisceau de faits vécus.

Tous les lecteurs ont trouvé ce livre intéressant, bien construit quoique un peu compliqué, avec différents récits qui s'entrecoupent (un peu en millefeuille, comme la présentation des actualités), mais certains n'ont pas aimé l'écriture de Rufin.

 

Le goût des pépins de pomme, de Katharina HAGENA, aux éditions A. Carrière, 2010. (traduit de l'allemand).

Située dans le nord de l'Allemagne, cette saga familiale un peu "gentille" se penche sur trois générations, avec de beaux portraits de femmes.

Un roman très visuel (dans le genre des photos de David Hamilton !!!), descriptif et intimiste, agréable à lire. Mais le ton égal tout le long du livre le rend parfois un peu ennuyeux. Dans ce style un peu nostalgique et descriptif, le comité avait nettement préféré "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates".

 

L'affaire de Road Hill House : l'assassinat du petit Saville Kent, de Kate SUMMERSCALE, aux éditions 10-18 (domaine étranger), 2009. (Traduit de l'anglais.)

Située en 1860, cette affaire a réellement existé. Elle a défrayé la chronique en son temps, et a marqué le début des investigations policières de Scotland Yard, avec analyses psychologiques.... ainsi que de l'ingérence des tabloïds ! On y retrouve le poids des différentes classes sociales dans l'Angleterre des filatures, et les difficultés rencontrées par le commissaire chargé de l'enquête lorsqu'il ose mettre en cause des personnes de milieu favorisé.

Dans l'ensemble, c'est un livre plutôt intéressant, mais avec trop de descriptions, et des longueurs lorsqu'il fait référence aux autres "affaires" de l'époque.

Calendrier du Bouillon de lecture 2010-2011

Rencontres "Bouillon de lecture"            

le troisième jeudi du mois à 20h15, en alternance à Soucieu, St Laurent et Orliénas.

Jeudi 30 septembre 2010 à Soucieu-en-Jarrest : discussion sur 3 livres et organisation du Comité de lecture pour l'année

Jeudi 21 octobre 2010 à Saint-Laurent-d'Agny : les participants présentent chacun (enfin, ceux qui veulent) un livre coup de coeur

Jeudi 18 novembre 2010 à Orliénas : Russel BANKS et Paul AUSTER, échange autour des livres de ces deux auteurs américains.

Jeudi 16 décembre 2010 à Soucieu-en-Jarrest : séance "coups de coeur"

Jeudi 20 janvier 2011 à Saint-Laurent-d'Agny : romans (non policiers) d'auteurs nordiques : Henning Mankell (Suède), Arto Paasilinna (Finlande), Audur Ava Olafsdottir (Islande).

Jeudi 17 février à Orliénas : auteurs turcs, comme Irfan Orga, Elif Shafak ou Oran Pamuk.

Jeudi 17 mars à Soucieu-en-Jarrest

Jeudi 19 mai à Saint-Laurent-d'Agny

Jeudi 16 juin à Orliénas : autour des livres de détente que chacun a aimés. De quoi se créer des envies pour les vacances !

22/09/2009

Prochain Comité de lecture

Prochain comité de lecture

Le 7 octobre à 20 h à Soucieu

 

Les livres dont nous parlerons :

 

La grand-mère de Jade

De Frédérique DEGHELT

 

Les naufragés de l’île Tromelin

D’Irène FRAIN

(cliquer sur le titre pour la critique)

 

La vie d’un homme inconnu

D’Andreï MAKINE

(cliquer sur le titre pour la critique)

 

Les yeux jaunes des crocodiles

De Katherine PANCOL

Venez partager un bon moment autour des livres !

28/10/2008

Comité de lecture du jeudi 4/12/08

PROCHAINE REUNION

Jeudi 4 décembre à 20h à Saint Laurent d’Agny (covoiturage)

 

Les livres en lecture pour cette date sont :

 

Un brillant avenir  Catherine CUSSET

Paradis conjugal  Alice FERNEY

L'inaperçu           Sylvie GERMAIN

 

Bonne lecture, et à bientôt !

07/10/2008

Comité de lecture du 8 octobre 2008

Livres proposés à la lecture

 

Un arc en ciel dans la nuit, de Dominique LAPIERRE

 

Ce livre est passionnant et se lit comme un roman. C'est une magnifique fresque très bien écrite. J'ai appris beaucoup sur l'histoire de l'Afrique du Sud, et notamment l'impact très fort de la croyance inaltérable des premiers Hollandais d'être un peuple élu. Cette conviction s'est transmise de génération en génération, renforcée par la dureté des conditions de vie, les affrontements nombreux et violents et explique pour une large part l'apartheid que je ne soupçonnais pas aussi fanatique.

Nelson Mandela par son esprit d'ouverture et sa tolérance (à sa sortie de prison) a certainement évité une guerre civile.

 

Un livre à lire absolument.

 

Un jardin dans les Appalaches, de Barbara KINGSOLVER

 

J'ai hésité à proposer ce livre car je souhaitais faire connaître Barbara Kingsolver plutôt par ses romans. Nous n'avions pas en rayon les meilleurs romans et celui-ci était une nouveauté. Je l'ai beaucoup aimé car je trouve Barbara Kingsolver et sa famille enthousiastes, idéalistes et généreuses. Elle fait passer sa passion avec humour et parfois excès mais il faut, je crois, se placer dans le contexte. Elle est américaine et veut convainces ses lecteurs du bien fondé de ses convictions. Elle est dans la continuation de ses romans dans lesquels elle exprime sa passion de la nature. 

Romans à conseiller : Un été prodigue, des cochons au paradis, l'arbre aux haricots

 

Margharita dolcevita, de Stephano BENNI

 

J'ai découvert l'auteur, et bien aimé ce livre farfelu et  plein d'humour. C'est une fable qui oppose deux mondes et montre l'emprise de l'un sur l'autre, à l'exception de Margharita, clairvoyante, qui résiste.

Les personnages de la famille de Margharita, atypiques, sont décrits avec beaucoup d'humour. Beaucoup de tendresse et de poésie également dans ce roman. A travers ce récit très original, l'auteur fait réfléchir sur la société et met en valeur l'esprit critique.

 

Annie