Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2015

Comité de lecture

Bouillon de lecture

pour tous les amateurs de livres !

 

Rendez-vous à 20h15 le 2e jeudi du mois, dans les bibliothèques du secteur,

autour des petites gourmandises du moment : 

 

Jeudi 10 septembre, St Laurent    Lectures d’été

Jeudi 8 octobre, Orliénas              Biographies

Jeudi 12 novembre, Soucieu       J-Christophe Rufin

Jeudi 10 décembre, Chassagny   Auteurs chinois

Jeudi 14 janvier, St Laurent          Bande dessinée,

                                                      roman graphique 

Jeudi 11 février, Orliénas              Coups de coeur

Jeudi 10 mars, Soucieu                Premiers romans

Jeudi 9 avril, Chassagny               Valérie Zenatti 

Jeudi 21 mai, Saint Laurent          Jeanne Benameur                        

Jeudi 9 juin, Orliénas                     Polars         

01/10/2015

Rentrée du Bouillon

Pour cette séance de septembre, nous avons partagé nos coups de coeur et nos lectures de l'été.

 

forêt d'arbres creux.gifUne forêt d’arbres creux

Antoine CHOPLIN

La Fosse aux ours, 2015, 115 p, 16€

République Tchèque 1941, une famille arrive dans la ville-ghetto de Terezin (Theresienstadt). Architecte, Bedrich, le père, est alors affecté au bureau des plans pour agrandir les camps. La nuit par contre il dessine clandestinement tout ce qui se passe dans le camp : portrait, caricature, moments de vie… le tout caché dans une latte du bureau à dessin.

Toujours l’écriture ramassée et évocatrice d’Antoine Choplin, un  de nos auteurs favoris, dont nous avons aimé La nuit tombée (sélection du Prix Mes Sou Thu 2013) et Le héron de Guernica !

L’auteur  sera l’hôte de la librairie Murmure des Mots pour le café parlotte du 6 novembre !!!

 

part des flammes.gifLa part des flammes

Gaëlle NOHANT

Héloïse d’Ormesson, 2015, 492 p, 22€

Mai 1897, le Bazar de la Charité prend feu : 128 personnes trouvent la mort. Gaëlle Nohant brode ici une histoire autour de cet évènement de la fin du XIXe siècle. Elle y dépeint le Paris de l'époque, la vie des gens et surtout des femmes, pour qui l’importance du nom et du mariage est déterminante. Réflexion sur la lutte des pouvoirs et l’impact de la vie religieuse sur les mœurs. Les descriptions sont tellement minutieuses et détaillées qu’on a l’impression d’y être, être parmi la foule et les étals, au moment où est projeté le premier film cinématographique.

 

immeuble des femmes.gifL’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Karine LAMBERT

M. Lafon, 2014, 250 p, 14,95€

Le titre parle de lui-même : un immeuble et sa propriétaire, ancienne danseuse étoile, déçue par les hommes. Dans son immeuble elle souhaite que les locataires aient toutes renoncé aux hommes. Karine Lambert nous raconte donc l’histoire de cinq femmes d’âges et d’univers différents, qui ne veulent plus entendre parler d’amour. Seul mâle toléré : Jean-Claude le chat. Jusqu’au jour où Juliette, la nouvelle locataire de 30 ans, débarque au sein de ce petit groupe, sans pour autant faire une croix sur les hommes… Roman à la fois drôle et grave qui nous parle des difficultés d’aimer et des blessures que l’on porte en soi.

 

Restaurant de l'amour.gifLe restaurant de l’amour retrouvé

Ito OGAWA

Philippe Picquier, 2013, 242 p, 19€

Traduit du japonais par Myriam d’Artois-Ako

Une jeune femme de 25 ans perd la voix après une rupture sentimentale très douloureuse. Elle décide donc de retourner dans la campagne japonaise, chez sa mère qui vit avec un cochon apprivoisé. Elle se découvre des talents de cuisinière et ouvre son restaurant, « l’escargot ». Mais attention, pas un restaurant quelconque : là, les clients seront triés sur le volet, et elle leur cuisinera des plats uniques pour réveiller en eux des émotions enfouies. Un premier roman très bien écrit, même si la fin est un peu rapide.

 

Je veux devenir moine zen.gifJe veux devenir moine zen

Kiyohiro MIURA

Philippe Picquier, 2005, 142p, 6,10€

Traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu

Un cadre, rentré au Japon après 10 ans aux Etats-Unis, se rend régulièrement au temple proche avec son jeune fils. L’éducation de l’enfant se fait en partie au temple, dirigé par  une femme pleine de sagesse et de bon sens. Le fils finit par désirer devenir moine zen. Ce récit, très zen, raconte comment le voeu du jeune garçon bouscule ses parents et transforme  les relations familiales.

 

Ma vie de pingouin.gifMa vie de pingouin

Katarina MAZETTI

Gaïa, 2015, 269 p, 21€

Traduit du suédois par Lena Grumbach

Le roman alterne les récits de trois personnages principaux, lors d’une croisière en Antarctique : la jeune Wilma ; Thomas, divorcé ayant perdu la garde de ses enfants ; et Alba, 72 ans, qui observe et retranscrit les comportements animaux et humains. Si l’on trouve des situations graves dans ce microcosme, le ton reste assez léger, et le roman est agréable à lire, même si ce n’est pas un chef d’œuvre.

 

heure indigo.gifL’heure indigo

Kristin HARMEL

Denoël, 2014, 426 p, 21,50€

Traduit de l’américain The Sweetness of Forgetting par Christine Barbaste

Hope tient une pâtisserie à Cape Cod. Divorcée, elle a des rapports tendus avec sa fille, qui l’aide néanmoins beaucoup pour tenir la boutique familiale.  Sa grand-mère, Rose, atteinte d’Alzheimer, sait qu’elle a peu de temps pour lui transmettre un secret familial, qu’elle a caché toute sa vie. Dans un jour de lucidité, elle lui confie une liste de noms et lui demande de partir à la recherche de ces personnes à Paris. Les recettes transmises par la grand-mère (contenues dans le livre) sont aussi des indices, qui guideront  Hope dans sa découverte. Cette enquête familiale se révèlera aussi historique, et mènera Hope jusqu’à une synagogue et une mosquée à Paris. Elle lui permettra, en connaissant ses origines, de mieux se comprendre elle-même. Le roman offre de belles pages sur les Justes, et le précepte albanais de Besa, promesse de protéger ses hôtes et devoir de venir en aide à qui le demande. En même temps, c’est une histoire d’amour facile à lire.

 

secret de la manufacture.gifLe secret de la manufacture de chaussettes inusables

Annie BARROWS

Ed. du NIL, 2015, 621 p, 21€

Traduit de l’américain The Truth According to Us par Aline Azoulay et Dominique Haas

Eté 1938, aux Etats-Unis. Layla, jeune fille de bonne famille,  refuse le riche parti choisi par son père sénateur, qui la met au pied du mur : désormais elle doit travailler pour assurer son indépendance. Envoyée à Macedonia, elle doit rédiger la chronique de cette petite ville. Elle est logée dans l’excentrique famille des Romeyn, désargentés, anciens propriétaires d'une grande fabrique de chaussettes– Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant. Ce même été, Wilma, 12 ans, décide de démêler des histoires des adultes, et met à jour des secrets bien dissimulés.

Ce roman, en partie épistolaire, est le premier rédigé entièrement par l’auteur, après "Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates", qu’elle avait fini de mettre en forme pour sa tante Mary Ann Schaffer. Il est un peu plus poussif à démarrer, mais plein de charme, et les personnages en sont attachants.

 

roi des ombres.gifLe roi des ombres

Eve DE CASTRO

R. Laffont, 2012, 478 p, 21,50€

Roman historique prenant, retraçant le Versailles du Roi Soleil, panier de crabes où vingt mille personnes, du plus haut au plus bas de l'échelle sociale, s'agitent avec le rêve de grimper vers la lumière. Le Roi des Ombres est le roman de l’envers des décors, et en particulier des artisans qui ont œuvré aux circuits d’eau et aux fontaines de Versailles.

 

Lilah.gifLilah

Marek HALTER

R. Laffont, 2004, 244 p, 21€

Troisième tome de la trilogie des Femmes de la Bible, c’est un roman historique documenté qui débute en 397 avant Jésus-Christ.  Lilah est la sœur d’Ezra et l’encourage à ramener les Hébreux  Terre Promise, et se dresse contre son extrémisme religieux.

 

Jules.gifJules

Didier VAN CAUWELAERT

Albin Michel, 2015, 288 p, 19,50€

Histoire d’un chien d’aveugle. Alice, la personne dont il avait la responsabilité retrouve la vue. Il en est tout désorienté, et passe à d’autres maîtres… Une histoire chaleureuse et loufoque où Jules a du mal à réorganiser sa vie et celle de ses maîtres.

 

femme au carnet rouge.gifLa femme au carnet rouge

Antoine LAURAIN

Flammarion, 2014, 236 p, 18€

A Paris, une femme agressée est emmenée à l’hôpital. Laurent trouve son sac tout près de sa librairie. Comme il ne contient pas de papiers d’identité, Laurent enquête à partir des objets qu’il trouve dans le sac, et s’attache à sa personnalité. Un roman qui n’est pas sans évoquer l’atmosphère d’Amélie Poulain.

 

Autres lectures évoquées :

Et tu n’es pas revenu, Marceline LORIDAN-IVENS

La ballade de Lila K, Blandine LE CALLET

Les souvenirs, David FOENKINOS

Le voleur d’ombres, Marc LEVY

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, Rosa MONTERO, grand coup de coeur pour certaines lectrices... mais pas toutes ! (voir critique)

23/06/2015

Drôle de bouillon

Bouillon du 11 juin à Chassagny sur le thème de l’humour.

 

Les vacances d’un serial killer

Nadine MONFILS

Une famille belge part en vacances avec deux ados et la grand-mère. Humour un peu lourd

 

Papa a acheté un camping-car

François  ALTHABEGOITY

Récit du voyage d’un couple avec deux enfants de 2 et 5 ans à travers le monde. Burlesque et amusant.

 

Ancien malade des hôpitaux de Paris

Daniel  PENNAC

Court et hilarant.

 

Ça peut pas rater

Gilles LEGARDINIER

Lecture d’été agréable et drôle.

 

Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steak haché

David  SAFIER

Très drôle. Parabole sur les relations sociales, amicales et amoureuses.

 

La mise à nu des époux Ransome

Allan BENNET

Par l’auteur de la reine des lectrices. Suite à un cambriolage où leur maison est entièrement vidée un couple change de vie et fait de nouvelles rencontres.

 

Et je danse aussi

Jean Claude MOURLEVAT et Anne Laure BONDOUX

Roman épistolaire entre un auteur et une lectrice. Humour fin et décapant.

 

Le méchant prince et autres histoires sans morales

Stéphane  HOFFMANN

Humour féroce sur les « grands » de ce monde. Très drôle.

 

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

Romain PUERTOLAS

Voyage autour du monde d'un fakir fumiste, qui apprend l'authenticité et la solidarité. Agréable à lire et assez drôle.

 

Match

Gregory  PANACCIONE

Histoire en images et sans paroles relatant un match de tennis. Très drôle.

 

Auto bio

Cyril  PEDROSA

BD  humoristique. Scènes du quotidien d’une famille qui essaie de vivre « écolo ».

 

Aventures et pépins de William Poire

Jean Claude LUMET

Avalanche de gags. Un peu trop ?

 

Les pintades à Téhéran

Delphine  MINOUI

Très classique.

 

Le mec de la tombe d’à côté

Katarina  MAZETTI

Rencontre improbable entre un paysan suédois et une bibliothécaire. Drôle et triste à la fois.

 

Les pétillantes

Didier  FOURMY

Des dames âgées et aisées décident de vivre en colocation. Original et amusant.

 

 

Prochaine séance le 10 Septembre à St Laurent d’Agny.

Thème : coup de cœur des vacances.

Question : Conserve -t-on le même jour, le même horaire ?

12:34 Publié dans Bouillon de lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour

22/06/2015

Bouillon coups de coeur de mai 2015

Je refuse.gifJe refuse

Per PETTERSON

Gallimard (Du monde entier), 2014

Traduit du norvégien Jeg nekter par Terje Sinding

Roman polyphonique au milieu des paysages de Norvège, avec ses contrastes de lumières, cette histoire retrace les souvenirs d’une amitié profonde entre deux hommes, qui ne se sont pas vus depuis longtemps. Ils ont grandi dans la même communauté -même si leur milieu familial était très différent- mais ont suivi des chemins très différents.     Ginette

 

Bibliothèque des coeurs cabossés.gifLa bibliothèque des cœurs cabossés

Katarina BIVALD

Denoël, 2015, 496 p, 21.90 €

Traduit du suédois Läsarna i Broken Wheel rekommenderar Carine Bruy

Sara Lindquist, libraire, échange des lettres Amy, lectrice de l’Iowa (intégrées au texte). Lorsque sa boutique ferme, elle rend visite à son amie dans son village… mais arrive le jour de sa mort. Les gens du village la prennent en charge. En échange, elle réaménage l’ancienne bibliothèque avec les livres d’Amy et tente de trouver pour chacun le livre qui lui convient et lui fera du bien.

Beaucoup de réflexions sur ce qu’apportent les livres.     Nicole

 

Corps et âme.gifCorps et âme

Frank CONROY

Gallimard, première parution en 1996,

Traduit de l’américain Body and Soul par Nadia Akrouf

A New-York dans les années 1940,  Claude est souvent laissé à lui-même par sa mère taxi. C’est la découverte du piano -et la rencontre avec des musiciens qui vont l’aider à progresser- qui le font naître au monde et à la musique. Dans un style lumineux et émouvant, l’auteur raconte la découverte de la musique classique et du jazz par cet enfant prodige, et son ascension dans le monde.     Michelle et Aline

 

Meursault, contre-enquête.gifMeursault, contre-enquête

Kamel DAOUD

Actes Sud, 2014, 19€

Un conseil : pour bien profiter de ce livre, commencer par relire L’Etranger, dont il est la suite et le contrepoint. Haroun est le frère de « l’Arabe » anonyme, tué par Meursault dans le célèbre roman de Camus. 70 ans après les faits, il ressasse sa frustration et sa colère…

Premier roman d’un journaliste chroniqueur.      Michelle

 

Métisse blanche.gifMétisse blanche

Kim LEFEVRE

Phébus (Libretto), 2008, 528 p, 12.05€

Fruit des amours illégitimes d’une Tonkinoise et d’un militaire français qui l’abandonne, la petite Kim naît à Hanoi à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Elle doit surmonter la difficulté d’être femme et métisse. Métisse blanche retrace les vingt premières années de l’existence de l’auteur au Viêtnam, avant son départ pour la France, et évoque les codes de la société asiatique et l’évolution de la condition féminine.      Claude

 

Sublutetia 1.gifSublutetia 2.gifSublutetia 3.gifSublutetia

Eric SENABRE

Didier Jeunesse, 2011, 14€

Lors d’une sortie de classe, Nathan et Keren, perdus dans le métro parisien, découvrent par hasard l’existence d’un monde souterrain, Sublutetia. Dans cette société qui semble idéale, l’argent n’existe pas, et la technologie est basée sur l’air comprimé. Cependant elle est menacée par des révoltes et coups d’état…

Série fantastique en 3 tomes, finie, pleine d’action et d’imagination.     Laetitia Le Saux, illustratrice invitée au Bouillon

 

Embellie.gifL’embellie

Ava Audur OLAFSDOTTIR

Zulma, 2012, 400 p, 22€

Roman traduit de l'islandais par Catherine Eyjólfsson

En peu de temps, la narratrice rompt toutes ses amarres, et décide de retourner dans la région dont elle est issue. Comme une amie hospitalisée lui confie son fils de 4 ans, elle l’embarque avec elle pour un tour de d’Islande par la fameuse route n° 1 (la seule) en plein mois de novembre, sombre saison ventée et pluvieuse. Le roman retrace son cheminement personnel, avec de nombreux flashbacks, et sa relation avec l’enfant.     Annie

 

Cité sans aiguilles.gifLa cité sans aiguilles

Marc TORRES

V. Hamy, 2014, 240 p, 18€

Conte initiatique pour adultes. Les personnages, l’écrivain, l’horloger et le guerrier, ne se connaissent pas, mais sont réunis par leur quête de la cité blanche, cité de la paix gouvernée par le roi blanc. Mais hélas, le roi blanc, suite à la mort de sa femme, est devenu le roi fou : il a banni de sa cité tout ce qui sert à mesurer le temps, et fait fabriquer une machine à remonter le temps…     Françoise et Aline   

D'autres lectrices, qui attendaient un roman, n'ont pas aimé.

 

Et tu n'es pas revenu.gifEt tu n’es pas revenu

Marceline LORIDAN-IVANS  et Judith PERRIGNON

Grasset, 2015, 112 p, 12.90€

D’origine juive, l’auteur est revenue d’Auschwitz, mais pas son père. Ce témoignage, court, sobre, juste, s’adresse à son père. Marceline Loridan-Ivans se souvient du camp, des autres détenues (Simone Veil), et montre combien sa famille a été détruite par cette horreur : morts, dépressions, culpabilité… Et pourtant ce livre est une belle leçon de vie.      Marie-Claire

 

Fiançailles.gifFiançailles

Chloé HOOPER

C. Bourgois, 2013, 302 p., 23 €

Traduit de l'anglais (Australie) The engagement par Florence Cabaret

Emmenée par un riche homme d’affaires pour un week-end au fond du bush, une jeune femme ment sur son passé… mais son partenaire est lui aussi entouré de mystères… Jeu de dupes situé en Australie, avec de belles descriptions des terres sauvages et de la grande demeure victorienne. Un thriller psychologique  très intelligent, d’une écriture très belle mais assez froide et intellectuelle.     Ismène

 

Fil des souvenirs.gifLe fil des souvenirs

Victoria HISLOP

Ed. Les Escales, 2013, 22.50 €

Traduit de l'anglais The Thread par Alice Delarbre

Histoire de la Grèce romancée sur 50 années, en particulier l’époque du million de personnes déplacées de force entre Grèce et Turquie. (déjà évoqué avec les livres de Yachar Kemal, lors de notre « bouillon turc » de février 2011). L’auteur propose des romans faciles d’accès, possédant un fond historique intéressant. L’île des oubliés est aussi un très beau roman !     Ginette et Georgette

 

Don du roi.gifLe don du roi

Rose TREMAIN

Ed. J.C. Lattès, 2013, 22 €

Beau roman historique situé en 1660 sous Charles II d’Angleterre. Fils d’un gantier, Robert Merivel devient bouffon et favori du roi…     Annie B.

 

Mots qu'on ne dit pas.gifLes mots qu’on ne me dit pas

Véronique POULAIN

Stock, 2014, 16.50 €

L’auteur raconte au quotidien sa jeunesse avec des parents sourds-muets.    Annie B.

 

Salaam Palestine.gifSalaam Palestine

Textes de Véronique MASSENOT, dessins de Bruno PILORGET et photos de Marc ABEL

La boîte à bulles, 2013, 29 €

Splendide carnet de voyage, par trois artistes partis faire le portrait d’une Palestine vécue, à la rencontre de ses habitants. Entretiens, portraits sur le vif, reportages photographiques…     Maryvonne

 

Nous évoquons également quelques livres « coup de cœur », dont vous trouverez la critique sur le blog : Méto d’Yves GREVET, Un homme, ça ne pleure pas, de Faïza GUENE, La couleur du lait de Nell LEYSHON, Americanah, de Chimamanda Ngozi ADICHIE, et Dans son propre rôle de Fanny CHIARELLO.

01/05/2015

Bouillon de premiers romans

Beaucoup de très belles découvertes et de coups de cœur pour ce bouillon « Premier roman ». Nous nous promettons de choisir ce thème à nouveau !

premier romanLa malédiction du bandit moustachu

Irina TEODORESCU

Gaïa, 2014, 17 €

Tout découle d’une rencontre fortuite chez le barbier –au début du 20e siècle- entre Gheorghe Marinescu et un bandit d’honneur, qui vole aux riches pour donner aux pauvres, et commet l’imprudence de révéler où il cache son trésor. Ce fameux bandit moustachu se fait voler et tuer par Marinescu, mais il a le temps de le maudire, lui et ses fils, jusqu’en l’an 2000. A partir de là, l’histoire s’attache à la dynastie des Marinescu, qui font tout pour contrecarrer la malédiction…

C’est un récit truculent,  original, qui porte un regard sur la société roumaine et la grosse bourgeoisie. Rédigé en très bon français par l’auteur roumaine, avec toutefois une temporalité déroutante.

 

premier romanLe liseur du 6h27

Jean-Paul DIDIERLAURENT

Au Diable Vauvert, 2014

Le narrateur travaille au pilon, au service de la Zerstör. Il mène une existence banale, mais tous les matins, dans son train de banlieue, il lit à voix haute les feuillets arrachés à la machine, rassemblant peu à peu des auditeurs habitués. Bientôt, deux dames âgées lui demandent de venir lire dans une maison de retraite. Parallèlement, il collectionne les livres fabriqués avec la pulpe de papier issue de l’accident de son ami dans la broyeuse.

Nous sommes nombreux à avoir beaucoup aimé ce court roman réjouissant. (Voir la critique complète.)

 

premier romanIntempérie

Jesus CARRASCO

R. Laffont (Pavillons), 2015, 19 €

Traduit de l’espagnol Intemperie par Marie Vila Casas

Un enfant se cache et fuit, à travers un pays ravagé par la sécheresse. Il essaie d’échapper à l’homme le plus influent de la région, l’alguazil, et à son père complice de celui-ci. Sa rencontre avec un vieux chevrier arthritique lui permet d’apprendre la survie dans ce paysage hostile, et la confiance en l’autre. Mais la chasse se poursuit, et ils sont rattrapés par la violence.

Extrêmement fort et prenant, c’est un roman de la soif et de la cruauté, plutôt lyrique, où la nature est totalement hostile, et où l’homme a autorité totale sur sa femme, ses enfants et ses chiens. Peu de dialogues, quelques mots précis peu usités, pas de noms ni de dates, mais le lecteur identifie le centre de l’Espagne au début du 20e siècle. Premier roman d’un auteur espagnol d’une quarantaine d’années, comparé à Delibes. (Voir critique en espagnol).

 

premier romanUn été à Bluepoint

Stuart NADLER

Albin Michel (Les Grandes Traductions), 2015, 22.90€

Traduit de l’américain Wise Men par Bernard Cohen

Arthur Wise, juif polonais immigré, est devenu un avocat riche et célèbre aux Etats-Unis, spécialiste de la défense des victimes d’accidents d’avions. Il s’achète tous les attributs de la classe dominante blanche, dont une maison à Cape Cod. Son fils, Hillie, le narrateur, vit très mal la transformation de ses parents en nouveaux riches racistes et réactionnaires, et s’oppose à son père tyrannique, sans pour autant parvenir à mener une vie autonome… Il se lie d’amitié avec le serviteur noir et aime la nièce de celui-ci, Savannah (dans les années 1960, où le racisme est encore très présent). Le lecteur suit la réussite et les échecs de cette famille, la relation complexe père-fils, et apprécie les rebondissements jusqu’à la fin du livre.

Premier roman d’un auteur déjà été remarqué pour son livre de nouvelles,  Le livre de la vie, paru en 2013 en France.

 

premier romanLe ravissement des innocents

Taiye SELASI

Gallimard (Du monde entier), 2014, 21.90€

Traduit de l’anglais Ghana must go par Sylvie Schneiter

Voir le résumé.

Taiye Selasi, née en 1979 à Londres, de père Ghanéen, a grandi aux Etats-Unis et vit actuellement à Rome. On retrouve ses origines cosmopolites dans son roman. L’Afrique est très présente, de même que le statut d’immigré aux Etats-Unis, toujours précaire, ce dont témoigne l’injustice flagrante dont est victime le père dans sa vie professionnelle.  Il s’agit de construire son identité avec ce double héritage…

Cinq lecteurs du bouillon ont lu et beaucoup aimé ce livre.

 

premier romanDemain le soleil

Ishmael BEAH

Presses de la Cité, 2015, 20.50€

Traduit de l’anglais Radiance of Tomorrow par Alice Delarbre

La guerre civile terminée, les survivants reviennent à Imperi, en Sierra Leone, ramassent les morts, les enterrent, et reconstruisent le village. Le défi est double : faire vivre ensemble victimes et bourreaux, et  maintenir les valeurs anciennes tout en s’adaptant au monde actuel. Le village se remonte, puis se délite à force de corruption, suite à l’installation d’une mine de rhodolite. Le village est déplacé, mais l’instinct de vie pousse à rester debout.

Après son récit Le Chemin parcouru, qui relatait son expérience d’enfant soldat, Ishmael Beah signe un premier roman déchirant, presque une fable, sur la résilience à l’africaine, et présente des personnages extraordinaires. Pour une Afrique gagnante.

 

premier romanNous tous sommes innocents

Cathy JURADO-LECINA

Aux forges de Vulcain (Littérature), 2015, 16€

A la ferme des Passereaux, dans un village des contreforts pyrénéens, en 1957, Jean rêve de poursuivre ses études et de devenir enseignant. Malheureusement, son père, sombre et colérique, l’oblige à rester à la ferme dans sa famille étouffante. S’engager en Algérie lui permet pour un temps de s’éloigner, mais c’est plus troublé encore qu’il revient reprendre la ferme. Seul soutien de famille, doté en prime d’une petite sœur un peu simplette qu’il ne parvient pas à protéger,  il est complètement piégé.

Tragédie du terroir, ce roman inspiré d’une histoire vraie met en scène un homme brisé par le destin et son environnement. Cathy Jurado-Lécina, née en 1974, a déjà écrit de la poésie et une nouvelle noire Le syndrome écran, primés, ainsi que des critiques littéraires. Elle s’intéresse au lien entre la littérature et les arts visuels. Ce sont des photos du Plancher de Jeannot, accompagnées d’un texte de Guy Roux (le psychiatre passionné d’art brut qui a découvert le plancher et l’a révélé), qui ont déclenché l’écriture de ce roman. Lire l’entretien avec l’auteur sur le site de l’éditeur.

 

premier romanLa vérité et autres mensonges

Sascha ARANGO

Albin Michel (Les grandes traductions), 2015, 20€

Traduit de l’allemand Die Wahrheit und andere Lügen par Dominique Autrand

Henry Hayden est écrivain, auteur de bestsellers, mais en réalité, c’est sa femme qui les écrit. Lorsque sa maîtresse, qui n’est autre que son éditrice, lui annonce qu’elle est enceinte, il ne sait comment l’avouer à sa femme… Devrait-il éliminer l’obstacle qui menace tout l’édifice de sa vie ?

Sascha Arango, scénariste allemand réputé pour le théâtre, la télévision et la radio, a mis son expérience au service d’un thriller psychologique très prenant, à l’intrigue retorse !

 

premier romanLe voyage d’Octavio

Miguel BONNEFOY

Rivages (Littérature), 2015, 15€

Analphabète, Octavio a développé toute une stratégie pour cacher cette lacune, et se retrouve dans des situations épiques, jusqu’à ce que la belle Venezuela lui apprenne à lire. Mais le destin veut que le charismatique chef de la bande de brigands pour qui il travaille décide de cambrioler précisément la maison de celle-ci !

Ce court roman initiatique, presque un conte, offre un final à la limite du surnaturel. Epique, presque baroque, il est rédigé –en français- dans un style foisonnant bien sud-américain, avec des pointes d’humour. Le jeune auteur, franco-vénézuélien, travaille comme professeur de français à l’Alliance Française de Caracas.

 

premier romanAbsences

Alice LAPLANTE

R. Laffont, 2013, 15.99€

Traduit de l’américain Turn of Mind par Daphné Bernard

Amanda O’Toole a été retrouvée morte à son domicile, amputée de quatre doigts de la main droite. Très vite, sa voisine et amie, le docteur Jennifer White,  ancienne  chirurgienne orthopédiste, est soupçonnée du meurtre. Elle-même, atteinte de la maladie d’Alzheimer, ignore si elle est coupable et recherche dans sa mémoire malade des indices sur le meurtre de son amie.

L’auteur a vu pendant dix ans sa mère se battre contre la maladie d'Alzheimer, et ce polar est aussi une exploration psychologique très émouvante.

 

premier romanLa fille du roi araignée

Chibundu ONUZO

Les Escales, 2014, 20.90€

Traduit de The Spider King’s Daughter par Sylvie Schneiter

L’histoire est narrée alternativement par Runner-G, un pauvre vendeur à la sauvette, fils d’un avocat tué dans un accident de voiture, et par Abike, fille d'un richissime homme d'affaires corrompu et corrupteur. Une relation forte se développe entre eux, mais ils ignorent que leurs familles sont liées par des secrets bien gardés, et peu à peu les agissements du père d’Abike ressortent et la tension monte.

Ce roman,  d'une grande maturité malgré la jeunesse de son auteure (qui l’a écrit à 17 ans), n’épargne pas  la société nigériane. Avec Chimamanda Ngozi Adichie, voici une nouvelle auteure nigériane à suivre !

 

premier romanDebout-Payé

GAUZ

Roman, écrit comme un témoignage, à la construction déroutante.

Voir critique

 

premier romanUne vie entre deux océans

M.L. STEDMAN

Voir critique

 

premier romanLe complexe d’Eden Bellwether

Benjamin WOOD

Voir critique

18/04/2015

Patrick Modiano

Patrick Modiano a obtenu le  prix Nobel de littérature en 2014.

Pour le Bouillon de lecture de mars, nous avons lu plusieurs de ses livres, écrits à des époques différentes, et une impression commune de nostalgie s’en dégage. Dans sa « recherche du temps perdu », passé et présent se mélangent dans de nombreuses digressions, souvent autobiographiques. L’auteur décrit les quartiers de Paris au fil des errances dans les rues de ses personnages, assez flous (voire interchangeables) : on ignore d’où ils viennent et où ils vont.

La recherche d’identité est un thème récurrent : les traces de nos vies se trouvent toutes dans des dossiers quelque part, des annuaires, des photos. Comme dans Dora Bruder (1997), les personnages enquêtent sur le passé. Brume, mystère,… malgré une certaine tension, il ne se passe pas grand-chose, et le lecteur n’est pas plus avancé à la fin qu’au début. Dans son dernier roman Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier (2014), Modiano dévide de nombreux fils, mais rien ne se rejoint à la fin.

Tout est finalement une question d’atmosphère et de qualité d’écriture dans les romans de Modiano. Les plus jeunes de notre groupe s’impatientent à la lecture de ses divagations qui ne mènent nulle part, mais la plupart d’entre nous apprécient beaucoup cet auteur.

Nos titres préférés sont ceux où l’on ressent l’impact de l’Histoire : Dora Bruder (enquête sur la fugue, en 1941, d’une jeune fille juive) ; Rue des boutiques obscures (prix Goncourt 1978, passage des frontières par les Juifs) ; Un cirque passe (1992, retours sur l’époque de la guerre d’Algérie) ; L’herbe des nuits (2012, liens avec une enquête des services spéciaux marocains dans les années 1960)…

16:12 Publié dans Bouillon de lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roman

12/01/2015

Bouillon BD - roman graphique

Les noix, c'est de saison. Alors nous les dégustons sous forme de gâteau, de tarte,... en présentant les dernières bandes dessinées lues. Pour certains, la lecture de BD est un effort, pour d'autres un grand plaisir ! Voici celles que nous avons aimées :

 

bande dessinéebande dessinéeLes vieux fourneaux

Wilfrid LUPANO, ill Paul CAUUET, Dargaud, 2014, 11.99 €

Tome 1, Ceux qui restent         Tome 2, Bonny and Pierrot

Mimile, Pierrot et Antoine sont de vieux amis forts en caractère. Maintenant qu’ils sont à la retraite, nos trois septuagénaires ont les moyens d’appliquer leurs anciens idéaux libertaires, et vivent plus ou moins en autarcie. Antoine, veuf, apprend que sa femme le trompait avec son patron. Et voilà nos trois vieux soixante-huitards partis pour un road-movie vers la Toscane… Beaucoup d’humour dans leurs aventures loufoques.

Lire aussi Ma révérence, de Lupano, qui a rencontré un grand succès l’an dernier au prix MES-SOU-THU.

 

bande dessinéeRiche : pourquoi pas toi ?

Marion MONTAIGNE, Michel et Monique PINCON, Dargaud, 2013, 133 p, 17.95 €

Philippe Brocolis, est l’heureux gagnant de la cagnotte du Loto. Avant, les choses étaient simples : pour Philippe, être riche, c'était – eh oui ! – avoir de l'argent ! Pourtant, après avoir reçu son gain, il s'aperçoit que ce n'est pas si simple à définir, la richesse.

Marion Montaigne s'appuie sur les écrits de deux authentiques sociologues « spécialistes des riches », pour raconter en scénettes humoristiques l’argent et les riches. Le titre du premier chapitre est déjà très évocateur : à partir de combien est-on riche ?

L’auteur n’en est pas à son premier coup d’essai. Elle a déjà publié plusieurs bandes dessinées de vulgarisation scientifique, pleines d’humour. (cf. Tu mourras moins bête.)

 

bande dessinéeLydie

ZIDROU, Jordi LAFEBRE, Dargaud, 2010, 60 p, 14.99€

Dans l'impasse du bébé à moustaches, Camille, une jeune femme un peu simplette, accouche d'un bébé mort-né. Refusant de croire à sa mort, elle fait comme si la fillette était toujours là, et, contre toute attente, les habitants du  quartier jouent le jeu et la soutiennent  dans son déni. Année après année, tous donnent corps au petit fantôme… jusqu’à une fin surprenante.

C’est une histoire d’amour maternel insensé, tendre et pleine de poésie, mais aussi une histoire de solidarité, dans des décors des années 30 rendus avec délicatesse avec des tons sepia.

 

bande dessinéeCe n’est pas toi que j’attendais

Fabien TOULMé, Delcourt, (Encrage), 18.95 €

Fabien et sa femme attendent un deuxième enfant. Pendant la grossesse, le père ne cesse de s'inquiéter pour le bébé, et le jour de la naissance, il s'angoisse encore : quelque chose cloche chez Julia. Quand une trisomie est finalement dépistée, la vie de Fabien s'écroule. Avec une honnêteté sidérante, il raconte l'horreur, les crises de larmes, la panique, le rejet de sa petite fille qu’il n’arrive même pas à toucher.  Mais aussi le parcours médical, l’aide psychologique reçue, la rencontre avec ce bébé pas comme les autres et l'amour qui lui vient peu à peu.

bande dessinéeLe dessin, en noir et blanc + une couleur qui varie selon les chapitres, n’est pas « joli », mais il sert bien l’histoire, courageuse, et émouvante.

A rapprocher de la BD Le cœur enclume de Jérôme RUILLEZ sur le même sujet.

 

bande dessinéePaul au parc

Michel RABAGLIATI, La Pastèque (Montréal), 2011, 143 p, 21.40 €

Paul au Parc est le 7e album d'une série autobiographique commencée en 1999 (prix d’Angoulême). Les tomes peuvent se lire dans le désordre, ils présentent des tranches de vie d’une famille québécoise d’origine italienne dans les années 1970. Paul vit à Montréal avec ses parents et sa sœur sur le même palier que sa grand-mère et sa grand-tante, fort encombrantes. A 10 ans, il se passionne pour le métier d’auteur de bande dessinée, rêve de la jolie Hélène, et découvre le scoutisme. L’album, plein d’humour et de tendresse, baigne dans une douce nostalgie de l’enfance. En même temps il n’est pas aussi superficiel qu’il y parait : à partir d’anecdotes de la vie quotidienne, l’auteur aborde des sujets comme l'entrée dans l'adolescence, la naissance d’une vocation, les premiers émois amoureux, les relations familiales (Aline et sa belle-mère), l’amitié et la politique : Paul se préoccupe peu de la politique, mais la montée du FLQ (Front de Libération du Québec) ne peut pas être ignorée... Le dessin est assez dépouillé, en noir et blanc, mais la ligne est claire, les personnages et les situations expressifs.

 

bande dessinéeLes gardiens du Louvre

Jirô TANIGUSHI, Futuropolis/Louvre éditions, 2014, 20€

Un Japonais venu en France pour voir des toiles de maîtres, tombe malade et, incommodé par la foule, fait un malaise au Louvre. A partir de là, le récit bascule dans la dimension du rêve, où le narrateur est guidé par les esprits tutélaires du Louvre, et visite non seulement les œuvres, mais aussi les lieux où elles ont été peintes. De très belles pages sur la forêt de Corot, et le déménagement qui devait mettre à l’abri les œuvres du Louvre en 1939. On retrouve avec bonheur les dessins très soignés de Tanigushi dans cette déambulation intemporelle.

Une partie documentaire sur quelques peintres français et un Japonais complète la bande dessinée.

Dans cette collection « Musée du Louvre », voir aussi Le chien qui louche, d’Etienne Davodeau.

 

bande dessinéePiège nuptial

Christian de METTER, adapté de « Cul de Sac » de Douglas KENNEDY, Casterman, 128 p, 18 €

Nick, journaliste américain abordé par une autostoppeuse, se retrouve séquestré par la famille de celle-ci au fin fond du bush australien. Prisonnier de cette communauté fruste, violente et dégénérée, dépouillé de ses papiers et placé sous surveillance constante, il ne pense plus qu’à s’enfuir… Le dessin très sombre rend bien l’atmosphère malsaine et glauque du roman. Le récit présente des ellipses qui ont gêné notre lectrice peu habituée aux bandes dessinées.

L’auteur a adapté avec succès plusieurs romans noirs, dont Figurec et Shutter Island. Lire aussi Rouge comme la neige, superbe album où Christian de Metter est à la fois auteur et dessinateur.

 

bande dessinéeMort au tsar, tome 1 : le gouverneur

Fabien NURY, Thierry ROBIN, Dargaud, 2014, 57 p. 13.99 €

Moscou, 17 septembre 1904. Sur le parvis du palais du gouverneur général de Moscou, la foule manifeste, révoltée par la misère. Au balcon, le gouverneur Sergueï Alexandrovitch, oncle du jeune tsar Nicolas II,  lâche son mouchoir... donnant le signal pour les soldats de tirer dans la foule. Geste prémédité ou mouvement involontaire ? Le gouverneur semble sincèrement atterré par la haine de la foule, et tente de protéger sa famille des répercussions de son acte. Désormais, il le sait, il est la cible des révolutionnaires. Une fois de plus, le remarquable scénariste qu'est Fabien Nury (Il était une fois en France) présente un personnage ambivalent et s’inspire de l’Histoire pour écrire une fiction très réaliste. Son duo avec Thierry Robin (La mort de Staline) fonctionne avec efficacité, dans des scènes au découpage dynamique et efficace.

Un deuxième tome, présentera l’histoire vue par l’auteur de l’attentat contre Sergueï Alexandrovitch.

 

bande dessinéeLe soldat

Olivier JOUVRAY et EFA, Le Lombard, 2014, 72 p, 16.45€

Lors de la guerre de Sécession, Henry et Wilson, deux jeunes fermiers et amis d’enfance, s’engagent pour la gloire dans l’armée nordiste. Ils pensent revenir auprès de leurs proches rapidement en héros… Cette histoire reflète la dure réalité de la guerre, et surtout son absurdité. Il pourrait s’agir de n’importe quelle guerre ! Le côté psychologique est bien rendu : comment on motive les troupes, et comment chacun est ensuite confronté à la dure réalité du terrain. L’ennemi est diabolisé dans l’imaginaire d’Henry, qui voit les morts de la guerre sous forme de revenants, mais dans les faits, il se retrouve face à un jeune soldat qui lui ressemble.

 

Les profs

PICA, ERROC, Bamboo

Série d’humour, présentant de façon caricaturale mais assez juste les jeunes face aux profs, ou inversement : professeur feignant plein d’astuces pour ne pas assurer son cours, ras le bol en salle des profs, etc. Léger et amusant.

Autres bandes dessinées que nous avons aimées

bande dessinéebande dessinéebande dessinéebande dessinéebande dessinée 

bande dessinée

 

 

 

 

 

 

 

Chroniques Birmanes / Chroniques de Jérusalem, de Guy DELISLE

Les ignorants, récit d'une initiation croisée, d'Etienne DAVODEAU

Les damnés de Paris, de Michaël LE GALLI et Marie JAFFREDO

Couleur de peau : miel, de JUNG

Moi Chloé, génie en herbe, de KARINKA            

Quelques jours ensemble, ALCANTE et Fanny MONTGERMONT

01/01/2015

Bouillon Australien

Autour d’une tisane et d’une bonne galette au sucre, nous évoquons nos lectures australiennes...

 

Kate MORTON (1976-     )

Auteur de plusieurs bestsellers, souvent situés dans l’Angleterre victorienne.

australieLe jardin des secrets (Presses de la Cité, 2008)

Une petite fille se cache sur un bateau en partance pour l’Australie. Adoptée par de braves gens, Nell n’apprend le secret de ses origines qu’une fois adulte, et c’est sa petite fille qui finira cette quête. Un long roman qui se lit facilement et avec grand plaisir. Situé sur trois époques, dont l’époque anglaise victorienne qui n’est pas sans évoquer Daphnée du Maurier.

L’auteur revendique son attachement au livre pour la jeunesse Le jardin secret, de Frances Eliza Hodgson Burnett (Le petit Lord Fauntleroy).

australieLa scène des souvenirs (Presses de la Cité, 2013)

La scène de départ est déterminante : adolescente, Laurel voit sa mère poignarder un inconnu qui l’avait effrayée en l’appelant par son nom. Grâce à son faux témoignage : peur d’un rôdeur, sa mère s’est tirée du procès, mais la scène n’a jamais été évoquée entre elles. Adulte, Laurel mène l’enquête pour comprendre ce qui s’est passé, et quel rapport ce drame peut avoir avec le passé de sa famille. En mai 1941, il semble que quelque chose se soit passé qui a déterminé la vie de toute sa famille… A nouveau un roman très bien mené, sur plusieurs époques, dont celle du Blitz à Londres. Coup de cœur d’Annie P.

 

Kenneth COOK (1927-1987)

Journaliste, réalisateur, écrivain, et fondateur d’un parti à tendance écolo-pacifiste.

australieA coups redoublés (Autrement, 2008)

Constitué de courts extraits d’un procès et des discussions entre les protagonistes du procès, ce roman est de construction très particulière. On n’a aucune idée de qui a été tué jusqu’à la fin du livre !  Peu à peu le lecteur reconstitue les événements dans une auberge miteuse, lors d’une soirée très arrosée, entre équarisseurs de l’abattoir, prostituées, jeunes imbibés d’alcool…  Le roman est plein d’humour noir, avec des descriptions précises et cyniques.

australieLe vin de la colère divine (Autrement, 2011)

Un jeune homme issu d’une famille très catholique s’engage pour la guerre du Vietnam, pour sauver le monde du communisme. De son père, il dit que « c’est un catholique à la virgule près ».  Il semble être entouré d’autant de sortes de soldats que de motivations différentes… mais l’horreur et l’absurdité de la guerre ne font aucun doute !

australieLe koala tueur (Autrement, 2009)

Histoires courtes, très drôles, inspirées par ses tribulations de l’auteur dans le bush australien. Elles évoquent les aborigènes, les mineurs, mais surtout beaucoup d’animaux pas très sympathiques : koalas féroces, crocodiles d’estuaires, kangourous… Dans la même veine d’humour décapant que La vengeance du wombat ou L’ivresse du kangourou.

 

Markus ZUSAK (1975-     )

australieLa voleuse de livres (Pocket J, 2007)

En Allemagne, autour de la seconde guerre mondiale, on suit une enfant, on la voit évoluer. La narratrice est la mort, qui annonce ce qui va se passer, et choisit de temps en temps d’épargner une personne qui la touche. Le jour de l’enterrement de son frère, la  petite Liesel vole un livre « le manuel du fossoyeur », à partir duquel elle veut apprendre à lire. Elle est recueillie par une famille allemande très humaine. Malgré un début de lecture un peu ardu en raison de la structure non chronologique du livre, c’est un livre marquant, qui aborde avec sensibilité des thèmes multiples : vie des enfants de la guerre, pauvreté, amour de la lecture, résistance au nazisme…

Lire aussi Le Messager, coup de cœur de Martine au bouillon de septembre 2014.

 

Andrew McGAHAN (1966-     )

australieAustralia Underground (Actes Sud Noir, 2008)

Distopie ou politique fiction, située en Australie. Roman catastrophe, s’inspirant de la politique et du système actuels qui auraient mal tourné en conséquence de la recherche sécuritaire, de la mondialisation, des affaires et de la recherche du pouvoir… Le héros, ou plutôt anti-héros, est kidnappé à la place de son jumeau politicien bien-sous-tous-rapports,  et passe de groupe en groupe.  Dérangeant : beaucoup de choses qu’on ne devrait pas laisser passer, mais qu’on laisse faire…

 

Christos TSIOLKAS  (1965-     )

australieJesus Man (Belfond, 2012)

Le jour où il est licencié, Tommy bascule dans la pornographie et la violence. Un livre obscène et dérangeant : racisme, chômage de masse, drogue, et surtout omniprésence du sexe, détaillé crûment jusqu’à l’écœurement.

Eviter ce roman, et lire plutôt La giffle (2011), belle analyse de personnages qui a donné lieu à une série sur Arte : une paisible communauté australienne d’origine grecque,  dans la banlieue de Melbourne, se délite  lentement mais surement après la gifle donnée par l'un d'eux au fils d'un ami.

 

Tim WINTON  (1960-     )

Cet auteur a publié de nombreux romans, dont plusieurs pour ados, très accessibles, publiés dans la collection Medium de l’Ecole des Loisirs. Ses romans adultes, parus chez Rivages, font moins l’unanimité.

australieL’amour est la septième vague (EDL, Medium, 1998)

Un jeune de la ville se retrouve déraciné en milieu rural, et vit un bizutage très dur en classe. Par contre, il a de très bonnes relations avec ses parents, attentifs, et profite de sa passion pour le surf. Il vit une histoire d’amour avec une jeune fille plus expérimentée.

australieDemain et le jour suivant (EDL, Medium, 2001)

Nous retrouvons le personnage de Lockie, jeune surfeur solitaire, qui se lie d’amitié avec un membre de la "tribu" adverse des rockeurs, et se lance dans une croisade écologique pour sauver le village qui est devenu son chez lui...

australieLes ombres de l’hiver (Rivages, 2004)

« Dans une vallée isolée d'Australie, quatre personnes s'apprêtent à passer une soirée tranquille : un couple de fermiers, Maurice et Ida Stubbs, une ex-hippie enceinte, Ronnie, et un retraité, Murray Jacob. Tout à coup, dans la nuit, une ombre surgit, un chien hurle, des cris retentissent. Effrayés, les voisins se réunissent… » (4e de couverture). Il n'y a pas vraiment d'histoire, mais une ambiance effrayante au cœur d’une nature inhospitalière, et des personnages paniqués. Ginette n’a pas du tout aimé.

australieCet œil, le ciel (Belles Lettres, 1991 – Rivages, 1997)

Récit de fin d’enfance, étrange. La famille du narrateur, Ort (pour Morton), vit de peu sur une ferme australienne, mais un accident laisse ‘Pa  dans le coma et toute la famille se déglingue, malgré les efforts de ‘Man. Ils accueillent avec gratitude l’aide que leur apporte Henry, prédicateur SDF pas vraiment clair. Les personnages sont étranges, pas tellement sympathiques, si ce n’est pour l’amour qui les unit. Ort lui-même dort peu, erre la nuit dans le bush, parle au ciel « ce grand œil bleu qui regarde en bas, qui nous regarde », et surveille toute sa famille par les interstices des murs et portes, pour « voir où ils en sont ».

                p. 48 « Fat pense que c’est mal. Je veux dire de voir où ils en sont, les gens. Moi je pense surtout que c’est le meilleur moyen de savoir comment se porte sa famille. De toutes façons on se fait regarder à longueur de journée et de nuit, alors, et l’œil du ciel vous voit – qu’est-ce que ça peut faire si vos enfants ou votre frère vous regardent aussi ? C’est plutôt honnête. »

 

Paul WENZ  (1869-1939)

Né à Reims le 18 août 1869, Paul Wenz s’établit en Australie après quatre tours du monde. À Sydney, il se lie d’amitié avec Jack London dont il traduit The Love of Life (L’Amour de la vie). Entré en littérature sous le pseudonyme de Paul Warrego avec les nouvelles d’À l’autre bout du monde (1905), auteur d’une dizaine de romans et nouvelles, Wenz témoigne par sa vie et son œuvre d’une dimension épique, ouverte au plein vent de l’aventure, du côté des Melville, Conrad, London ou Cendrars.

australieL’écharde (1930, Zulma, 2010)

Le roman est situé sur une grande propriété d’éleveurs, en Australie. Lorsque le cuisinier chinois s’en va, le Boss (le propriétaire) le remplace par une femme qui tient bien la maison. Mais il se marie avec une femme de la ville. De dépit, son ex-employée se marie avec un autre, s’installe à proximité dans une sorte de saloon, et n’a de cesse de lui ruiner la vie. L’écharde, peut être au sens propre celle qu’on s’enfile sous la peau à manipuler sans arrêt les barrières à moutons, ou au sens figuré cette femme déterminée à nuire. (voir critique).

 

Evie WYLD  (1980-     )

Voir les critiques de ses deux romans, qu'Aline a trouvés très intéressants : Après le feu, un murmure doux et léger, et Tous les oiseaux du ciel.

 

Anna FUNDER  (1966-     )

australieStasiland (H. d’Ormesson, 2008)

Dans la tonalité du film « La vie des autres », la journaliste australienne a rédigé ce roman à partir de témoignages, récupérés après 1989 dans les archives de la Stasi, la redoutable police secrète de l’Allemagne de l’Est. Recommandé par Annie P.

 

Colleen McCULLOUGH  (1937-     )

australieLe temps de l’amour (Pocket, 2004)

Saga familiale agréable à lire, située au temps de la conquête de l’Australie : appropriation des grands espaces, chercheurs d’or,…  Roman de détente.

 

Tamara McKINLEY  (1948-     )

australieLa dernière valse de Mathilda (L'Archipel, 2005)

Deux histoires parallèles, situées à la fin de la 1ère guerre mondiale. Une veuve se retire sur un domaine isolé, et se plonge dans les carnets de Mathilda, rédigés cinquante ans plus tôt,… qui lui révèlent des choses sur son propre passé.  De très belles descriptions de paysages australiens, et d’une vie dans le bush difficile. Dans le style de Colleen McCullough.

 

australieArthur UPFIELD  (1890-1964)

Bons romans policiers ethniques, situés en Australie, qui mettent en scène un détective de mère aborigène et de père européen, l'inspecteur Napoléon Bonaparte, et qui explorent les paysages sauvages de l'intérieur australien.

 

Nous évoquons également d’autres livres très appréciés, d’auteurs australiens : Le livre d’Hanna de Géraldine BROOKS  (Belfond, 2008), L’invité du soir de Fiona McFARLANE (L'Olivier, 2014), et Une vie entre deux océans de M.L. STEDMAN (Stock, 2013).

22/11/2014

Bouillon policier de novembre 2014

Bouillon à Saint-Laurent-d’Agny : romans policiers

12 lectrices présentes autour du succulent gâteau d’Annie, évoquent la richesse des romans policiers actuels qui permettent de voyager de la Laponie à la Thaïlande, de connaître mieux et de comprendre des cultures, religions et de voyager dans le temps.

Nous commençons par le roman historique qui  nous emmène parfois loin.

roman policierVAN GULIK Robert : Le Fantôme du temple

se passe en Chine au III eme siècle , le juge Ti que l’on retrouve dans plusieurs ouvrages est chargé de résoudre l’énigme de ce corps sans tête qui lui corresponde !!! C’est l’occasion d’évoquer coutumes et légendes, l’enquête progresse lentement , c’est bien écrit.

roman policierDAVIDSON Leif : Le Danois serbe

date des années 1990 au moment de la guerre en Yougoslavie et mêle religions différentes dont l’Islam, la corruption, la violence avec beaucoup de suspense.

roman policierBUSSI Michel : Gravé dans le sable

C’est un autre maître du suspense qui nous conduit de 1944 à 1964 des plages de Normandie aux États Unis dans une recherche de la vérité à propos d’Omaha Beach. C’est son premier livre intitulé alors Omaha Crimes (recommandé par Maryvonne)

roman policierSHANKAR ETTETH Ravi : La couleur du deuil

Ce sont des nouvelles qui se déroulent en Inde à propos des rivalités permanentes depuis 1947 au Cachemire voisin.

 

3 ouvrages concernent l’histoire lyonnaise :

roman policierLE BRETON Nicolas : Le prince des ours

L’auteur est guide à Lyon, il émaille ses livres de photos et plans pour conduire ses enquêtes dans le Lyon médiéval.

 

roman policierESTRADE Alain : ZZ47 ou le Manuscrit oublié

A la fois au XIV e siècle et aujourd’hui, nous vivons au rythme des vicissitudes de La Chapelle Saint Vincent à la  fin de la guerre de cent ans et des convoitises suscitées par un hypothétique trésor. L’intrigue est bien menée, la chute est astucieuse. Pour les passionnés de La Chapelle par un écrivain qui s’affirme.

roman policierBOUHIER Odile : Le Sang des bistanclaques

Dans le milieu de la soierie lyonnaise juste après la première guerre mondiale, avec l’institut médico légal et le début de la médecine scientifique.

 

Après avoir voyagé dans l’histoire, nous sommes allées en Laponie et en Afrique du Sud.

roman policierMEYER Déon : 7 jours

2013, dans l’Afrique du Sud multiraciale et multilingue, durant une semaine.

 

 

roman policierTRUC Olivier : Le Dernier lapon (Prix des lecteurs Mes-Sou-Thu 2013) ravit Martine qui découvre comme nous l’avions fait la police des rennes, la longue nuit polaire de l’hiver Arctique, les traditions des Samis fortement menacées et les convoitises minières de trafiquants peu scrupuleux.

roman policierSAINZ de la MAZA Aro : Le Bourreau de Gaudí

Un ouvrage épais, mais qui ne se lâche pas. Le décor, c’est Barcelone qui vit avec ses promenades, parcs, ports et tous les monuments de Gaudí, un déroulement foisonnant, des personnages attachants (coup de cœur d’Aline qui le détaille ici)

 

Enfin, des policiers plus "classiques" :

roman policierLACKBERG Camilla : L’oiseau de mauvais augure

Remarqué par Georgette, 4ème volet d’une série située en Suède, de bonne facture mais qui s’essouffle un peu (8 tomes parus, de La princesse des glaces à La faiseuse d'anges).

roman policierGARDNER Lisa : Arrêtez-moi

L’analyse psychologique est fouillée, l’héroïne attend son assassinat, suspense garanti !!!

 

 

roman policierFLEMMING Jensen: Le Blues du braqueur de banque

Très décalé, beaucoup d’humour à l’occasion du meurtre du premier ministre danois. (ovni découvert par Claude).

 

Nous souhaitons attirer vers le roman policier des lecteurs qui boudent le genre parce qu’ils ignorent que celui-ci s’est « dépoussiéré » et considérablement ouvert vers des horizons géographiques ou historiques.

Les autres ouvrages analysés  dans le blog sont énumérés en fin de séance.

Marie-Claire

26/10/2014

Metin Arditi

Metin Arditi, né le 2 février 1945 à Ankara, est un écrivain suisse francophone d’origine turque. Il a quitté la Turquie à l’âge de sept ans, et passé onze ans dans un internat suisse à Lausanne. Diplômé de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, en physique et en génie atomique, il y a aussi enseigné. Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique. De 2000 à 2013, il a été Président de l'Orchestre de la Suisse romande.

Nous avons tous aimé ses romans, dont se dégagent des thèmes récurrents : la musique, la peinture, la difficulté de la filiation, la solitude et l’exil. Nous avons d’abord essayé de les classer par sujets, mais ses romans reprennent tous plusieurs de ces thématiques qui s'entremêlent. Voici donc ceux que nous avons lus, par ordre de parution.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationLa chambre de Vincent

Zoé, 2002

Ce récit autobiographique éclaire les thèmes développés dans l’œuvre de Metin Arditi : naissance dans une famille turque lettrée, exil dans une pension suisse pendant 10 ans, et rapport à l’art. En l’occurrence, l’émotion à la découverte d’un tableau de Van Gogh est le guide qui lui sert de retour vers ses souvenirs.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationDernière lettre à Théo

Actes Sud, 2005

Metin Arditi s’est inspiré des nombreuses lettres de Vincent Van Goth à son frère Théo pour écrire une dernière lettre, dans un bel exercice où il respecte le style de Van Gogh. Il s’appuie sur la thèse que Vincent a mal vécu sa place « d’enfant de remplacement » d’un fils mort avant lui, et s’est suicidé après cette lettre imaginaire.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationL’imprévisible

Actes Sud, 2006

Une bourgeoise genevoise fait appel à un professeur d’art à la retraite pour expertiser un tableau : de très belles mains. L’intrigue se déploie sur deux plans : les recherches sur le tableau et les peintres florentins, dont « le Bronzino »,  et la séduction de la propriétaire du tableau par le professeur qui n’accepte pas de voir décliner sa virilité.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationLa pension Marguerite

Actes Sud, 2006

13 heures de la vie d’un musicien : Aldo, célèbre violoniste, partage la vie de Rose, luthière. Au matin d’un grand concert, on lui livre un manuscrit, écrit par sa de sa mère, Anna. En découvrant le récit de son enfance, puis de la vie qu'elle a menée, seule d'abord, puis sous la protection de Marguerite qui dirigeait la pension de famille du même nom, et où il a lui-même grandi, il réalise qu’il l’a mal connue… et mal aimée.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationLa fille des Louganis

Actes Sud, 2007

1957, secrets de famille sur une île grecque : Pavlina, fille des Louganis, vit un amour passion pour son cousin Aris, fragile et tourmenté, qui se suicide en la laissant enceinte. L’enfant de la honte lui est retirée, elle passera sa vie à la rechercher… Une tragédie grecque, fataliste.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationLoin des bras

Actes Sud, 2009

Loin des bras… de la mère ? Les élèves de l’Institut Alderson, issus de riches familles, sont privés de l'affection des parents qu'ils ne voient, pour certains, q’une fois par an. Nous sommes en 1959, et les traumatismes de la guerre ne sont pas bien loin. Le lecteur s’attache au petit monde du pensionnat  pendant les trois mois de crise où  l’école risque de licencier, voire de fermer.  Le cercle des professeurs vit des jours angoissés, et l’arrivée d’une nouvelle professeur d’italien  pousse chacun à révéler son intimité et ses failles.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationLe Turquetto

Actes Sud, 2011

A partir d'un tableau célèbre, dont la signature présente une anomalie chromatique, l'auteur lâche la bride à son imagination. Il pourrait s'agir de la seule oeuvre parvenue jusqu'à nous du Turquetto, remarquable peintre de la Renaissance Vénitienne (16e s). En quatre tableaux, Metin Arditi dépeint la vie d'un artiste extraordinaire, un homme aux multiples cultures et multiples identités…   Lire la suite

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationPrince d’orchestre

Actes Sud, 2012

Brillant et narcissique, le chef d’orchestre Alexis Kandilis est au sommet de sa gloire. Il possède une connaissance extraordinaire de la musique, et chaque concert est un triomphe. Néanmoins son arrogance le pousse à des goujateries qui finissent par liguer contre lui musiciens, journalistes et mécènes… C’est le roman d’une chute, et d’une autodestruction. A chaque étape, ce musicien hors pair a des possibilités de rebondir, entre l’amour de quelques proches et une approche différente de la musique. Cependant il les piétine, tandis que l’insidieux leitmotiv des Kindertotenlieder – Les chants des enfants morts – de Gustav Mahler l’envahit insidieusement.

 

roman étranger,suisse,musique,peinture,filiationLa confrérie des moines volants

Grasset, 2013

En 1937, le régime soviétique organise le saccage des églises orthodoxes, et massacre les prêtres. Quelques moines vagabonds, réfugiés dans les forêts, rejoignent Nikodime, ermite illuminé en quête de rédemption. Il crée la Confrérie des moines volants pour sauver les trésors de l'art sacré russe : les moines (peu reluisants : anciens acrobates, voire voleurs, paillards…), vont ainsi dérober des objets restés après le passage du NKVD, et Nikodime les met à l’abri. Avant de se livrer au NKVD, il confie à Irina, une jeune fille qui l’a séduit et qui connaît la cachette, un carnet où sont consignés les statuts de la confrérie et le plan de la cachette. Dans la deuxième partie du roman, c’est le fils d’Irina, photographe, qui partira à la recherche de ses origines en Russie et tentera de dénouer le fil de l’histoire.