Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2012

témoignage en BD : la sclérose en plaques

Des fourmis dans les jambes, par Arnaud GAUTELIER, ill. Renaud PENNELLE

E. Proust (Atmosphères), 2012

fourmiscouvet4.jpg

Alex, 33 ans, publicitaire parisien, vit avec Chloé et leur fille Marion. Un appartement agréable, beaucoup d’amis… une vie idéale ? Pas vraiment : depuis 13 ans, Axel se bat contre un ennemi invisible : la sclérose en plaques. C’est leur quotidien qui est relaté dans cette BD, leur combat pour mener une vie normale et profiter des bons moments, sans occulter les jours de colère ou de découragement.

Derrière l’auto-dérision, Axel cache la lourdeur de sa vie, la fatigue, les jambes qui brûlent ou qui piquent comme si des milliers de fourmis en avaient fait leur territoire, les séances de chimio dans des centres hospitaliers déshumanisants, le fauteuil roulant trop lourd,  les crottes de chiens sur les trottoirs parisiens… Le déménagement à Nantes va leur offrir un nouveau départ et une meilleure qualité de vie !

Scénario et illustration sont également réussis. Le récit, autobiographique, est réaliste et émouvant, tout en évitant l’écueil de la sensiblerie grâce à l’humour du personnage. Le dessin, dont les traits nets sont adoucis au lavis, offre toute une palette de noir, gris et blanc et des cadrages variés.

Un grand coup de cœur ! Aline

17/07/2012

Nightshade

Nightshade d'Andrea Cremer

 "L'amour interdit vaut-il tous les sacrifices ?"

 Nightshade est l'histoire de Calla, agée de dix-sept ans, qui est l'Alfa de sa meute. Comme tous les siens elle a le pouvoir de se transformer en louve... Le jour de la Lune de Sang, elle doit être unie au séduisant Ren, Alpha de la meute rivale, mais, décidant d'écouter son coeur, Calla se rebelle en sauvant la vie de Shay, jeune lycéen.

En suivant son coeur, Calla risque de tout perdre, y compris sa propre vie...

 "Un roman sombre et étincelant comme un diamant brut"

 Nightshade est le meilleur livre que je n'aie jamais lu, fantastique, plein d'amour et de rivalité.

Iris, 14 ans

Hunger games

Hunger Games, de Suzanne COLLINS 

C'est l'histoire, racontée au présent, de Katniss, une jeune fille de 16 ans appelée pour participer aux Hunger Games, un jeu télévisé sanguinaire et cruel organisé par la Capitale de son pays, consistant à mettre douze garçons, et douze filles dans une arène afin qu'ils s'y entre-tuent. Une seule règle dans l'arène : survivre à tout prix.

Hunger Games est une trilogie intense à ne surtout pas manquer, remplie de suspense, de frisson et d'angoisse.

Iris, 14 ans

11/07/2012

Coup de coeur au féminin

Les filles de l'ouragan, Joyce Maynard

Du souffle..! Et un vrai roman féminin pour cet été

L’une  s’appelle Ruth, l’autre Dana, leurs lettres se croisent pour tisser la trame prenante d’un vrai roman. Deux destins féminins qui débutent en 1950, jour d’ouragan dans le New Hampshire… Voilà qui donne du souffle  à cette histoire développée  un demi siècle. Plus que le secret final,  le contexte social  (les errances de deux adolescentes  qui vont subir la combinaison des préjugés religieux,  le poids de l’éducation dans un milieu agricole et sans originalité pour l’une, pour l’autre une déroute familiale sur prétexte pseudo- artistique ) l’alchimie imprévisible qui en résulte font qu’on ne lâche ce livre qu’avec  regret …. Si l’on ajoute deux histoires d’amour, pas trop traditionnelles non plus, on a tous les ingrédients d’un  roman très prenant, féminin sans aucun doute,  pour l’été.

Sylvie B

29/06/2012

Hate list

Hate list

Jennifer Brown – Albin Michel, collection Wiz, 2012

Le jour de la rentrée, Valérie se dit qu’elle n’y arrivera pas, elle ne pourra pas retourner au lycée, elle ne supportera pas les regards inquisiteurs, pas après ce qui est arrivé le 2 mai dernier. Ce jour-là son petit ami Nick, qui était la seule personne avec laquelle elle se sentait vraiment bien, a ouvert le feu sur les élèves et les enseignants en visant ceux dont le nom figurait sur La liste de la haine, avant de retourner l’arme contre lui. Cette liste de noms écrite dans son carnet, servait juste d’exutoire à Valérie, elle n’a jamais voulu la mort de personne. Elle se sent coupable, bien qu’elle ait risqué sa vie en s’interposant entre Nick et l’une des victimes. Elle se sent coupable parce qu’elle n’a rien vu venir. Aurait-elle pu empêcher ce drame ?

Valérie essaye de se reconstruire au fil du roman en affrontant ses angoisses, ses souvenirs, son amour pour Nick, le regard des autres victimes, le regard de ses parents.

L’auteure a choisi de nous faire partager l’après drame, la reconstruction de la petite amie du tueur et pas le parcours meurtrier du jeune garçon. Elle nous raconte comment une jeune fille, coupable et victime à la fois, tente de vivre malgré tout après une telle horreur. Les articles d’une journaliste peu soucieuse de véracité ponctuent le récit de Valérie et nous montrent comment ils ont influencé l’opinion publique sur l’événement. Les autres victimes sont très présentes dans le récit et font part de leurs doutes ou de leurs certitudes quand à la culpabilité de Valérie, mais il y a aussi ses parents qui doutent. Heureusement pour elle, un psychiatre l’aide et la soutien au quotidien, il est le seul à croire en elle et en son innocence. Enfin pas tout à fait, contre toute attente, il y a aussi la jeune fille qu’elle a sauvée qui la soutient, la fille qu’elle détestait le plus avant le drame.

Une histoire réaliste, poignante et bouleversante qui nous évoque Columbine, mais on est très loin d’ « Elephant » de Gus Van Sant.

J’ai aimé ce roman qui parle de l’adolescence, plus que du drame lui-même où les jeunes ont parfois un mal-être, où ils peuvent être cruels entre eux, où ils se cherchent et ne savent pas encore s’ils doivent rentrer tous dans un même moule ou bien s’ils doivent affirmer leurs différences.

On ne sort pas indemne d’un tel roman, on est secoué, voire malmené, mais c’est écrit avec beaucoup de sensibilité. Ce n’est jamais morbide.

Un grand coup de cœur de Dominique

Histoires de vie -  Adolescence, Mal être, Drame, Pardon. A partir de 13 ans

28/06/2012

bouillon de voyage

CORTES Edouard : Ararat Sur la piste de l’arche de Noé

Presses de la renaissance 2007

Le thème du bouillon de lecture de juin 2012 étant "récits de voyage", j’ai choisi par hasard cet ouvrage, l’auteur était inconnu de moi.

C’est un voyage solitaire en Ami 6 « de la Dordogne en Turquie » l’été 2006, des ascensions multiples du mont Ararat partagé entre Turquie, Arménie, Iran, sous contrôle militaire à la recherche de fragments en bois de l’arche de Noé.

C’est surtout le mythe du « déluge fondateur » évoqué dans toutes les religions et sociétés, accompagné du traumatisme du tsunami géant de décembre 2004 qui a projeté des bateaux très loin des côtes.

L’auteur nous fait partager sa quête accompagnée d’un cheminement intérieur de sa pensée, sa vie dans un pays oriental de palabres et négociations, ses prouesses physiques contre le froid et l’altitude, ses amis, sa curiosité.

Se lit avec grand intérêt, des cartes et photos illustrent le cheminement : une découverte et un régal.

Marie-Claire

 

26/06/2012

l'enfant cachée

L’enfant cachée, de Loïc Dauvillier, ill. Marc Lizano

Le Lombard, 2012

bande dessinée, shoah 

La petite Elsa fait parler sa Mamie sur l’époque de la Shoah. Dounia a porté l’étoile jaune, a vécu l’ostracisme envers les juifs, les dénonciations, les rafles,… mais aussi l’entraide et la solidarité. Sa famille a été séparée, Dounia a été aidée par des voisins et cachée à la campagne. Sa maman a fini par revenir d’un camp de concentration, mais pas son papa.

Cette bande dessinée jeunesse, facile d’accès,  évoque avec pudeur cette époque, et la difficulté pour les survivants d’en parler.

la bande à Ed

La bande à Ed, de Geg et Jak

Grrr….art, 3 tomes parus de 2007 à 2011

 bande dessinée, handicap

Cette BD jeunesse d’humour présente une bande de jeunes  dans sa vie quotidienne, avec le collège, les sorties, les rêves, les frustrations, les disputes… La particularité de la bande à Ed est de regrouper des jeunes plus ou moins inadaptés, voire en situation de handicap : Ed est en fauteuil roulant, Sam est « de petite taille », Chang malvoyant, Sam obèse,… Tous ont un commun le sens de l’humour noir et de l’auto-dérision. Les gags à la page sont drôles, parfois  politiquement incorrects, et s’adressent à des enfants déjà grands (CM), voire à des adultes.

 

Un autre regard sur le(s) handicap(s).

 

Le rap des "bandits capés" : 

"- j'suis toujours en surcharge, ma taille est extra-large, je supporte plus les regards, de tous les gens standard ! Leurs commentaires m'agressent, mais comment taire ma graisse, et comment rendre grâce, à mon envie d'espace ? (Sam)

- faut qu'ça roule pour moi, car je n'ai pas le choix, avec mes roues motrices, j'suis l'infirme de service, un genre de guéridon, qu'on laisse à l'abandon, celui qui reste là, mais ne marche pas au pas ! (Ed)

- ... "

bande dessinée,handicap

 

 

Les ignorants

Les ignorants : récit d'une initiation croisée, d'Etienne Davodeau

Bande dessinée adulte, en noir et blanc, chez Futuropolis, 2011

ignorants.jpg

Pendant 18 mois, Etienne Davodeau a travaillé la vigne et découvert le monde du vin avec son ami Richard Leroy. De son côté il a partagé avec Richard le monde de la bande dessinée. Tous deux pleins de bonne volonté, ils ont ouvert de nombreuses bouteilles, lu pas mal de livres, et se sont baladés sur les salons du vin ou de la BD, à la rencontre d’auteurs ou de vignerons passionnés par leur métier.

A la fois instructive et passionnante, cette Bande dessinée donne au lecteur des envies de découverte, tant d'auteurs de BD que de vignobles.... 

Coup de coeur de Marie-Claire et Aline, et Prix Mes-Sou-Thu 2012 (prix des lecteurs à Soucieu-Messimy-Thurins).

 

12/06/2012

Résultats du prix Mes-Sou-Thu

Samedi 9 juin, une cinquantaine de participants au prix Mes-Sou-Thu se sont réunis à la bibliothèque de Soucieu pour la proclamation des résultats.

2012 mes sou thu vote 3.JPG

dans la catégorie BD, unanimité dans tous les villages pour

Les ignorants, récit d'une initiation croisée, d'Etienne Davodeau

dans la catégorie romans

Les nymphéas noirs, de Michel Bussy

2012 mes sou thu vote.JPGPour les romans, néanmoins, le choix a été très serré. Les résultats étaient différents village par village : Messimy a préféré « Ce que le jour doit à la nuit » de Delphine de Vigan, Soucieu a choisi « Rouge argile » de  Virginie Ollagnier, et Thurins « Les nymphéas noirs ».

 

ignorants.jpgnympheas noirs.jpg