Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2015

Profession du père

rentrée littéraire,roman,familleProfession du père

Sorj CHALANDON

Grasset, août 2015, 320 p., 19€

Chaque roman de Sorj Chalandon m'a "rencontrée", et je n’ai jamais été déçue par cet auteur. Son dernier livre ne fait pas exception, même si le sujet en est plus personnel et  familial.

Pasteur Pentecôtiste, Judoka ceinture noire, parachutiste, footballeur, chanteur… ou agent secret ? Si le jeune Emile Choulans n’a jamais su quel métier noter dans les cases des formulaires à remplir en début d’année, c’est qu’il croyait aveuglément ce que son père lui racontait, accessoires à l’appui : kimono, robe de pasteur ou béret de para en évidence sur la plage arrière de la Simca Vedette paternelle…

L’auteur observe une famille dysfonctionnelle (proche de la sienne), à travers les yeux d’un collégien, éperdument admiratif et soumis à son père, dont le lecteur devine rapidement qu’il est mythomane et paranoïaque. Dans le microcosme familial, mère et fils sont maintenus en état de sujétion et d’alerte constante.

"Un soir de juin 1958 une amie de ma mère l’avait invitée à un récital des Compagnons de la Chanson, au théâtre romain. J’avais 9 ans. C’était la première fois qu’elle demandait à sortir seule le soir. Même avant ma naissance, mon père s’y était toujours opposé…" Le résultat ne s’était pas fait attendre "Tu vas dormir sur le paillasson, salope"… Elle a effectivement dormi derrière la porte, son fils ayant l’interdiction formelle de lui ouvrir sous peine de raclée. "C’était il y a trois ans. Depuis, Maman n’a plus jamais allumé la radio. Et plus jamais chanté."

Au moment où Charles de Gaulle "abandonne l’Algérie", André Choulans, le père, se sent trahi et décide de continuer la guerre sur le territoire français. Soit-disant officier de l’OAS, il transfère ses frustrations sur Emile et lui donne des missions : barbouiller les murs d’inscriptions OAS, poster des lettres de menace…  L’enfant est réveillé en pleine nuit pour se mettre au garde à vous, "torse nu et pieds glacés" et faire des séries de pompes en slip. A tout cela, la mère répond faiblement « Tu connais ton père ».

Emile a des crises d’asthme provoquées par l’angoisse, manque de sommeil,et ne parvient plus à se concentrer en classe... ce qui provoque de nouveaux drames. On éprouve de la pitié pour cet enfant maltraité et abusé psychologiquement. On ne comprend pas que son amour filial y résiste ! Vient même un temps où Emile utilise les méthodes de son père sur  un camarade, espérant que celui-ci saura l’arrêter… mais les méthodes fonctionnent trop bien !

Cette expérience extrême l'aura-t-elle aidé à s'affranchir de l'ascendant familial ? Reproduit-on les schémas parentaux ? Le lecteur retrouve brièvement Emile adulte dans sa relation à ses parents et à son enfant... mais beaucoup reste à imaginer.

Dans ce roman bouleversant, étouffant bien que parcouru d'intermèdes plus légers, j’ai lu la crédulité d’un enfant abusé psychologiquement par son père, mais aussi la complexité des relations familiales, tandis que Brigitte s’est attachée au contexte historique des "événements d’Algérie" du côté français.

Les entretiens avec l'auteur apportent un éclairage personnel. "Si le père n'avait pas été violent, je crois que l'enfance d'Emile (mon enfance) aurait été formidable !". Voir aussi les critiques de ses romans Retour à Killybegs et Le quatrième mur.

Aline

20/10/2015

Le grand méchant renard

bande dessinée,humourLe grand méchant renard

Benjamin RENNER

Delcourt, 2015, 192 p., 16.95 €

 

Bande dessinée hilarante, pour tous âges.

A la ferme, un renard froussard et inefficace tente de s’affirmer en tant que prédateur, face à un  chien de garde paresseux et blasé  et une poule caractérielle. Devant l’échec de ses méthodes, le Grand Méchant Loup lui suggère de développer une nouvelle stratégie : voler des œufs et élever les poussins pour les croquer, à parts égales.

Le graphisme et le dessin ne sont pas forcément faciles à lire pour certains, mais ces caricatures d’animaux sont vraiment drôles, avec un personnage du renard très attachant.

 

Malgré le côté très léger de ce roman graphique, on peut en tirer quelques leçons !

  1. Peu importe ce que nous sommes, l’amour peut faire tomber les barrières. Un poussin peut aimer un renard comme sa mère, et un renard s’attacher à un poussin ;

  2. On peut appartenir à une catégorie, une race, et ne pas en présenter tous les critères habituels. L’habit ne fait pas le moine, et le renard ne fait pas peur.

  3. La gentillesse et la compréhension peuvent régler des conflits. Ici, à la ferme, la gentillesse du renard fait plus progresser l’entente que l’agressivité de la poule.

A mettre entre toutes les mains.

Pascale et Aline

17/10/2015

La valise rose

La valise rose
Susie MORGENSTERN, ill. Serge BLOCH
Gallimard jeunesse, mars 2015, 28p., 13.50€

couverture_La_valise_rose.jpgPersonne n’a compris quelle idée loufoque était passée par la tête de grand-mère quand elle a apporté son cadeau de naissance à Benjamin : une valise rose !
Quoiqu’en ait pensé son entourage, Benjamin l’a adoptée tout bébé, et n’a pas cessé de lui trouver de nouveaux usages. La valise a été tour à tour couffin, coffre aux trésors, lit pour les peluches, garage à camions, tam-tam, soutien pour apprendre à marcher, cartable… et valise aussi parfois, bien sûr. Mais comme « il faut parfois faire des compromis dans la vie » il accepta enfin un jour de s’en séparer… je ne vous dis pas pourquoi (ou plutôt pour qui).
Un album sympa à lire avec les enfants, qui s’attacheront à cet objet, et sauront lui inventer plein d’autres usages !

 livre_La valise rose.jpg

Avec ses illustrations au style rétro en teintes pastel où « flashe » le rose fluo, cet album est un objet inattendu.

Pour en voir plus, lien vers le Bloch’s Blog

 

Par son histoire, écrite au passé et ouvrant sur plusieurs niveaux de réflexion, il évoque un conte… et c’est effectivement une leçon de vie. On peut en faire une lecture multiple :
C’est l’histoire simple d’une valise choisie comme doudou ou objet favori.
Oui, mais c’est aussi une étude des relations inter-familiales : les adultes sentiront l’opposition entre la fantaisie de la grand-mère et le conformisme de la maman, ainsi que l’hostilité (voilée ?) entre belle-mère et belle-fille… La mère croît savoir mieux que tous ce qui est bon pour son fils, mais n’est pas à son écoute. Le père, lui, a une vraie place de conciliateur.
J’ai aussi trouvé dans cet album un plaidoyer anticonformiste, pour la capacité à faire ses propres choix : « Les moqueries au collège sur la couleur et la forme de son « cartable » ne le dérangeaient pas du tout. Comme sa grand-mère il ne cherchait pas à ressembler tout le monde, à être invisible« .

Bref, il y a de quoi se nourrir dans cette valise rose, ne la ratez pas!

Aline

07/10/2015

Soudain, seuls

Soudain, seuls.gifSoudain seuls

Isabelle AUTISSIER

Stock, 18,50 €

 

Un livre qu'on ouvre et qu'on ne lâche pas.

Ludovic travaille dans l'événementiel, il est fougueux, séducteur, insouciant et est doté d'une grande aptitude au bonheur. Louise travaille dans un centre d'impôts, elle est effacée, solitaire, prudente et a une seule passion, l'alpinisme. Ils se rencontrent, ils s'aiment, mais pour Ludovic, la vie est trop banale, trop monotone à Paris, il faut rompre les habitudes, vivre une aventure et il convainc Louise de faire le tour du monde en voilier.

Les premiers mois sont magnifiques mais le rêve va se fracasser lorsqu’ils décident de faire une petite halte sur une île déserte entre la Patagonie et le Cap Horn, réserve protégée uniquement autorisée aux scientifiques. L'escapade va vite tourner au cauchemar, leur voilier ayant disparu emporté par une tempête.

 

Comment survivre dans une nature hostile avec pour toute nourriture des manchots sur une île où aucun bateau ne vient accoster ? Comment un couple peut-il résister dans un face à face qui renvoie chacun à ses responsabilités et à ses faiblesses ? Jusqu’où l'être humain est-il capable d'aller pour survivre ?

 

Isabelle Autissier nous fait éprouver la peur, la froid, la faim, l'épuisement, la désespérance et aussi l'amour et la haine dans un huit clos terrible. Elle sait décrire la tension psychologique qui monte peu à peu et elle nous amène à réfléchir sur les réactions d'un être humain plongé dans une situation extrême.

Annie

01/10/2015

Rentrée du Bouillon

Pour cette séance de septembre, nous avons partagé nos coups de coeur et nos lectures de l'été.

 

forêt d'arbres creux.gifUne forêt d’arbres creux

Antoine CHOPLIN

La Fosse aux ours, 2015, 115 p, 16€

République Tchèque 1941, une famille arrive dans la ville-ghetto de Terezin (Theresienstadt). Architecte, Bedrich, le père, est alors affecté au bureau des plans pour agrandir les camps. La nuit par contre il dessine clandestinement tout ce qui se passe dans le camp : portrait, caricature, moments de vie… le tout caché dans une latte du bureau à dessin.

Toujours l’écriture ramassée et évocatrice d’Antoine Choplin, un  de nos auteurs favoris, dont nous avons aimé La nuit tombée (sélection du Prix Mes Sou Thu 2013) et Le héron de Guernica !

L’auteur  sera l’hôte de la librairie Murmure des Mots pour le café parlotte du 6 novembre !!!

 

part des flammes.gifLa part des flammes

Gaëlle NOHANT

Héloïse d’Ormesson, 2015, 492 p, 22€

Mai 1897, le Bazar de la Charité prend feu : 128 personnes trouvent la mort. Gaëlle Nohant brode ici une histoire autour de cet évènement de la fin du XIXe siècle. Elle y dépeint le Paris de l'époque, la vie des gens et surtout des femmes, pour qui l’importance du nom et du mariage est déterminante. Réflexion sur la lutte des pouvoirs et l’impact de la vie religieuse sur les mœurs. Les descriptions sont tellement minutieuses et détaillées qu’on a l’impression d’y être, être parmi la foule et les étals, au moment où est projeté le premier film cinématographique.

 

immeuble des femmes.gifL’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Karine LAMBERT

M. Lafon, 2014, 250 p, 14,95€

Le titre parle de lui-même : un immeuble et sa propriétaire, ancienne danseuse étoile, déçue par les hommes. Dans son immeuble elle souhaite que les locataires aient toutes renoncé aux hommes. Karine Lambert nous raconte donc l’histoire de cinq femmes d’âges et d’univers différents, qui ne veulent plus entendre parler d’amour. Seul mâle toléré : Jean-Claude le chat. Jusqu’au jour où Juliette, la nouvelle locataire de 30 ans, débarque au sein de ce petit groupe, sans pour autant faire une croix sur les hommes… Roman à la fois drôle et grave qui nous parle des difficultés d’aimer et des blessures que l’on porte en soi.

 

Restaurant de l'amour.gifLe restaurant de l’amour retrouvé

Ito OGAWA

Philippe Picquier, 2013, 242 p, 19€

Traduit du japonais par Myriam d’Artois-Ako

Une jeune femme de 25 ans perd la voix après une rupture sentimentale très douloureuse. Elle décide donc de retourner dans la campagne japonaise, chez sa mère qui vit avec un cochon apprivoisé. Elle se découvre des talents de cuisinière et ouvre son restaurant, « l’escargot ». Mais attention, pas un restaurant quelconque : là, les clients seront triés sur le volet, et elle leur cuisinera des plats uniques pour réveiller en eux des émotions enfouies. Un premier roman très bien écrit, même si la fin est un peu rapide.

 

Je veux devenir moine zen.gifJe veux devenir moine zen

Kiyohiro MIURA

Philippe Picquier, 2005, 142p, 6,10€

Traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu

Un cadre, rentré au Japon après 10 ans aux Etats-Unis, se rend régulièrement au temple proche avec son jeune fils. L’éducation de l’enfant se fait en partie au temple, dirigé par  une femme pleine de sagesse et de bon sens. Le fils finit par désirer devenir moine zen. Ce récit, très zen, raconte comment le voeu du jeune garçon bouscule ses parents et transforme  les relations familiales.

 

Ma vie de pingouin.gifMa vie de pingouin

Katarina MAZETTI

Gaïa, 2015, 269 p, 21€

Traduit du suédois par Lena Grumbach

Le roman alterne les récits de trois personnages principaux, lors d’une croisière en Antarctique : la jeune Wilma ; Thomas, divorcé ayant perdu la garde de ses enfants ; et Alba, 72 ans, qui observe et retranscrit les comportements animaux et humains. Si l’on trouve des situations graves dans ce microcosme, le ton reste assez léger, et le roman est agréable à lire, même si ce n’est pas un chef d’œuvre.

 

heure indigo.gifL’heure indigo

Kristin HARMEL

Denoël, 2014, 426 p, 21,50€

Traduit de l’américain The Sweetness of Forgetting par Christine Barbaste

Hope tient une pâtisserie à Cape Cod. Divorcée, elle a des rapports tendus avec sa fille, qui l’aide néanmoins beaucoup pour tenir la boutique familiale.  Sa grand-mère, Rose, atteinte d’Alzheimer, sait qu’elle a peu de temps pour lui transmettre un secret familial, qu’elle a caché toute sa vie. Dans un jour de lucidité, elle lui confie une liste de noms et lui demande de partir à la recherche de ces personnes à Paris. Les recettes transmises par la grand-mère (contenues dans le livre) sont aussi des indices, qui guideront  Hope dans sa découverte. Cette enquête familiale se révèlera aussi historique, et mènera Hope jusqu’à une synagogue et une mosquée à Paris. Elle lui permettra, en connaissant ses origines, de mieux se comprendre elle-même. Le roman offre de belles pages sur les Justes, et le précepte albanais de Besa, promesse de protéger ses hôtes et devoir de venir en aide à qui le demande. En même temps, c’est une histoire d’amour facile à lire.

 

secret de la manufacture.gifLe secret de la manufacture de chaussettes inusables

Annie BARROWS

Ed. du NIL, 2015, 621 p, 21€

Traduit de l’américain The Truth According to Us par Aline Azoulay et Dominique Haas

Eté 1938, aux Etats-Unis. Layla, jeune fille de bonne famille,  refuse le riche parti choisi par son père sénateur, qui la met au pied du mur : désormais elle doit travailler pour assurer son indépendance. Envoyée à Macedonia, elle doit rédiger la chronique de cette petite ville. Elle est logée dans l’excentrique famille des Romeyn, désargentés, anciens propriétaires d'une grande fabrique de chaussettes– Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant. Ce même été, Wilma, 12 ans, décide de démêler des histoires des adultes, et met à jour des secrets bien dissimulés.

Ce roman, en partie épistolaire, est le premier rédigé entièrement par l’auteur, après "Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates", qu’elle avait fini de mettre en forme pour sa tante Mary Ann Schaffer. Il est un peu plus poussif à démarrer, mais plein de charme, et les personnages en sont attachants.

 

roi des ombres.gifLe roi des ombres

Eve DE CASTRO

R. Laffont, 2012, 478 p, 21,50€

Roman historique prenant, retraçant le Versailles du Roi Soleil, panier de crabes où vingt mille personnes, du plus haut au plus bas de l'échelle sociale, s'agitent avec le rêve de grimper vers la lumière. Le Roi des Ombres est le roman de l’envers des décors, et en particulier des artisans qui ont œuvré aux circuits d’eau et aux fontaines de Versailles.

 

Lilah.gifLilah

Marek HALTER

R. Laffont, 2004, 244 p, 21€

Troisième tome de la trilogie des Femmes de la Bible, c’est un roman historique documenté qui débute en 397 avant Jésus-Christ.  Lilah est la sœur d’Ezra et l’encourage à ramener les Hébreux  Terre Promise, et se dresse contre son extrémisme religieux.

 

Jules.gifJules

Didier VAN CAUWELAERT

Albin Michel, 2015, 288 p, 19,50€

Histoire d’un chien d’aveugle. Alice, la personne dont il avait la responsabilité retrouve la vue. Il en est tout désorienté, et passe à d’autres maîtres… Une histoire chaleureuse et loufoque où Jules a du mal à réorganiser sa vie et celle de ses maîtres.

 

femme au carnet rouge.gifLa femme au carnet rouge

Antoine LAURAIN

Flammarion, 2014, 236 p, 18€

A Paris, une femme agressée est emmenée à l’hôpital. Laurent trouve son sac tout près de sa librairie. Comme il ne contient pas de papiers d’identité, Laurent enquête à partir des objets qu’il trouve dans le sac, et s’attache à sa personnalité. Un roman qui n’est pas sans évoquer l’atmosphère d’Amélie Poulain.

 

Autres lectures évoquées :

Et tu n’es pas revenu, Marceline LORIDAN-IVENS

La ballade de Lila K, Blandine LE CALLET

Les souvenirs, David FOENKINOS

Le voleur d’ombres, Marc LEVY

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, Rosa MONTERO, grand coup de coeur pour certaines lectrices... mais pas toutes ! (voir critique)

11/09/2015

Le nageur

immigration, Sri Lanka

 

Le nageur

Roma TEARNE

Albin Michel, 2015, 22 €

traduit de l'anglais par Esther Ménévis.

 

Le nageur, c’est le surnom donné à Ben par les femmes de sa vie.

Depuis que son compagnon l’a quittée pour une femme plus jeune – et plus fertile – Ria s’est retirée à Eel House,  la "maison des anguilles", son refuge d’enfance au bord de la rivière au nord-est de l'Angleterre. C’est l’endroit où elle retrouve ses souvenirs heureux, et peut travailler à sa poésie en toute quiétude. Pas de compagnie, si ce n’est son vieil ami Eric, pas bien loin. Elle évite au maximum les gens du coin, tolère une vague copine d’enfance plus agaçante qu’autre chose, redoute la visite occasionnelle de son frère, ambitieux et avide.

La nuit, un nageur solitaire traverse la rivière, visite son jardin et sa maison, vide sa huche à pain et hante son piano… Etrangement, elle se sent un lien avec ce nageur, malgré les rumeurs qui battent la campagne anglaise d’animaux égorgés, d’immigrés clandestins et de terrorisme…

Pour éviter de gâcher votre plaisir de découverte, je ne dévoilerai pas l’intrigue,  mais c’est un beau roman où se rencontrent des personnages blessés, parfois pour le meilleur, mais pas toujours. Un roman intense, qui  évoque aussi l’accueil –ou pas- des étrangers et des réfugiés politiques dans un contexte où la paranoïa peut conduire aux pires erreurs. A l'heure où les immigrés ne sont plus que des chiffres, il humanise l'un deux, réfugié Tamoul, avec son histoire personnelle et son besoin de se réapproprier sa vie.

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de la première partie, et l'ensemble du livre est un franc coup de cœur pour Elisabeth et Jean-Bernard.   Aline

07/09/2015

Le peintre d'éventails

Peintre d'éventails.gif

 

Le peintre d’éventails

Hubert HADDAD

Zulma, 2013, 17 €

 

Hi-Han retrouve son vieux maître Matabei Reien à l’aube de sa mort, et recueille ses souvenirs, ainsi qu'une précieuse malle à mettre à l'abri.

C'est au fin fond de la contrée d'Atôra, au nord-est de l'île de Honshu, que Matabei, peintre traumatisé par un accident dont il s’était senti responsable, s’était retiré dans la pension de famille de Dame Hison. Spectateur de la vie de cette l’auberge, impliqué parfois dans ses passions,  il trouvait l’apaisement dans son magnifique jardin, "comme un visage tourné vers le ciel". Osaki, le vieux jardinier, l’avait choisi pour lui succéder, et l’avait peu à peu initié au jardin zen et à la peinture d’éventails. A son tour, il avait tenté de transmettre ce savoir à Hi-Han, jusqu’à ce que celui-ci s’éloigne.

"Peindre un éventail, n’était-ce pas ramener sagement l’art à du vent ?" (p.45)

Lorsque toute la région  a été brutalement détruite par le tsunami, la pension couverte de boue et ses habitants morts ou disparus, seul Matabei en excursion sur la montagne des bambous au moment de la catastrophe, s’en est tiré, et refuse d’être évacué. Il a refusé de s’éloigner de l’épicentre de sa vie, la région de Fukushima, pour tenter de sauvegarder ce qui pouvait l’être de l’œuvre du peintre d’éventails. Ses derniers mois ont été tendus par la nécessité de restaurer l’esprit du jardin dans la peinture d’éventails qui le représentait sous tous les angles.

Ce roman d’initiation, très contemplatif et parsemé de haïkus qui font écho à l’œuvre du merveilleux peintre et jardinier, laisse un sentiment puissant de nostalgie devant tant de beauté éphémère, et fait toucher du doigt tout ce que le tsunami a emporté d’intangible avec lui.

Ecrivain d'origine tunisienne de langue française, Hubert Haddad a su rendre admirablement une ambiance japonaise, d'une écriture sobre, évoquant ou suggérant plus qu'elle ne décrit. Entrevue sur France Culture.

Aline

Relire p. 78 le rapport entre éventails et jardin.

10:21 Publié dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, zen, tsunami, roman

23/07/2015

Broadway Limited : T1 Un dîner avec Cary Grant

Broadway-Limited-tome-1-Un-dîner-avec-Cary-Grant-de-Malika-Ferdjoukh-chez-LEcole-des-loisirs.jpg Brodway Limited T1 :

un dîner avec Cary Grant

 

Malika FERDJOUKH

L'école des loisirs, 582 p, 2015, 19.50 €

Elles s’appellent Manhattan, Hadley, Ursula, Chic, Etchika, Page. Toutes âgées d’une vingtaine d’années, elles vivent dans une pension pour filles : Giboulée. Nous sommes en 1948 dans un New York en pleine expansion culturelle. Le jazz, le cinéma (Cary Grant), la danse (Fred Astaire) sont à leur apogée. Toutes cherchent à réussir dans un métier artistique : la danse pour Page, le chant pour Ursula …. Ce petit monde vit en harmonie dans cette maison tenue par la vieille et dure Artemisia. Leur équilibre est un jour interrompu par l’arrivée d’un nouveau pensionnaire : Jo. Malheureusement pour Atemisia, Jo ne s’avère pas être une jeune fille mais un jeune homme : Jocelyn Brouillard (prononcé Jocelyne aux USA) arrivé tout droit de Paris ("Paree" avec l'accent s'il vous plait!) pour faire ses études. Malgré tout il s’installe à Giboulée et découvre la vie New Yorkaise et le monde du music-hall.

1940_l10.jpg

 L’auteur nous offre ici des histoires de vie New Yorkaise d’après-guerre de ces filles en quête de gloire. On passe de l’une à l’autre sans cesse et sans parfois vraiment de lien. On les suit dans leur vie, leurs tourments et surtout leurs difficultés à percer dans leur métier. A travers ces personnages hauts en couleurs (chaque fille a son propre trait de caractère) on découvre le New York du côté de la nuit, des bars, du music-hall, des spectacles et du théâtre. Les filles enchaînent castings, répétitions et petits jobs. La grande histoire est saupoudrée de petites histoires qui permettent de tisser des liens parfois insoupçonnés entre les personnages. On y croise aussi une Grace Kelly en devenir et un Woody Allen encore boutonneux et peu sûr de lui. Tout cela sur fond de jazz américain.

Le chemin de ces filles jusqu’aux étoiles se révèle semé d’embûches et Jocelyn dans tout cela s’émerveille de cette grosse ville. Il les accompagne, les soutient et découvre pour la première fois les sentiments amoureux.

vin3.jpg

L’écriture est saturée de références (difficiles certainement pour le public adolescent). L’écriture de Malika Ferdjoukh est fluide et linéaire. Elle nous plonge entièrement dans l’atmosphère du show business, dans la culture et mode de la fin des années 40 (on imagine tout de suite les filles au look de Katharine Hepburn). On s’approprie, s’identifie à ces personnages que l’on retrouve avec grand plaisir à chaque lecture. En posant le livre on a l’impression d’abandonner la pension et ses pensionnaires mais quel plaisir de les retrouver à chaque nouveau moment de lecture ! Intrigue parfaitement orchestrée, Malika évite toutes les facilités de littérature de jeunesse. Elle propose aussi ici un gros coup de projecteur sur les évènements marquants de cette période de l’histoire. Le personnage de Jocelyn nous permet ainsi de voir les décalages de niveau de vie et culturel d’une France en reconstruction après une guerre dévastatrice et d’une Amérique qui , elle, ne l’a pas connue.

Livre à l'origine à destination du public adolescent, il plaira et parlera certainement plus au public adulte.

Au fait le Broadway Limited est le train qui reliait Chicago et New York dans les années 40, un train où l’on croisait de nombreux passagers, de nombreux personnages ....

Céline

01/07/2015

Méto et Les Autodafeurs

Coup de projecteur sur deux coups de coeurs  : Méto et Les Autodafeurs. Même si leurs points communs sont nombreux : trilogies pour les adolescents écrits par des auteurs français, ils sont, néanmoins, très différents par leur genre.

 Meto-La-maison-T1.jpg52926314.jpgMeto-Le-monde-T3.jpg

Méto

La maison, L'île, Le monde

Yves GREVET

Soixante-quatre jeunes garçons sont enfermés dans une maison surveillée par des Césars. Regroupés selon leur tranche d’âge par couleur, ils ne savent pas d’où ils viennent, qui ils sont, mais ce qu’ils savent c’est que devenus trop grands (quand leurs lits « craquent ») ils disparaissent de la maison. Les lois de vie sont dures, tout est chronométré, minuté : attention aux nombre de secondes que vous mettez pour chaque bouchée au moment du repas ! Les Césars sont intransigeants. A la moindre incartade, on est enfermé dans le « frigo » (on imagine aisément le genre de sanction). Pour défouler les garçons et les rendre hargneux, ils les font jouer à un jeu extrêmement violent l' « Inche » où le but est de mettre des points en se déplaçant à quatre pattes tout en tenant la balle dans la bouche. Méto, le plus révolté des adolescents, prend les choses en main. Il en a assez de vivre cette vie de reclus et surtout pressent que bientôt son lit va « craquer ».

Trilogie très prenante. Yves Grevet joue sur le suspense et l’incompréhension du héros qui est aussi la nôtre (on découvre tout en même temps que lui). Les romans vont crescendo tant dans la découverte par Méto des secrets de cette maison et de leur existence que sur les péripéties et l’action qui monte au fur et à mesure des livres. D’une égale qualité, ces trois tomes se lisent sans pouvoir s’en détacher et le suspense dure jusqu’au bout : un tour de force !

autodafeurs 1.gif       autodafeurs 2.gif  autodafeurs.gif

 

 

 

 

 

Les Autodafeurs

Mon frère est un gardien, Ma sœur est une artiste de guerre, Nous sommes tous des propagateurs

Marine CARTERON

Le jour où son père meurt dans un "accident" de voiture, Auguste prend une décision (qu’il va au début amèrement regretter) : il propose à sa mère et sa sœur (Césarine autiste mais dans sa famille on dit "artiste") d’aller vivre chez leurs grands-parents à la Commanderie (du côté du père). En effet voyant sa petite sœur et sa mère déprimer, il pense qu’habiter à la campagne leur fera le plus grand bien. C’était sans compter qu’il fallait quitter l’appartement à Paris et le collège branché où il avait la cote. Pour Auguste c’est un choc lorsqu’il reprend sa scolarité dans son nouveau collège de campagne ringard. Il y retrouve son ami de vacances mais rencontre aussi des personnes qui vont changer sa vie : son prof de littérature (motard beau gosse à cheveux longs) et Néné (personnage haut en couleur). Surprenant une conversation entre sa mère et son professeur, Auguste se pose des questions quant à la mort de son père. Son grand-père lui apprend alors qu’il a été tué par une société secrète, les Autodafeurs, qui essaient d’avoir la mainmise et le contrôle du savoir en volant et détruisant les manuscrits et les œuvres les plus anciennes et d’une grande valeur. La famille d’Auguste fait partie de la Confrérie qui a pour but de protéger ces anciens écrits.

Quand le lecteur atteint cette révélation (moitié du premier tome), la machine se met en route. S’enchaîne action, enlèvement, course poursuite, meurtres …… Mise en place lente et agréable (semée de petites pointes d’humour et de sarcasme) et deuxième moitié complètement dans le suspense et les rebondissements. Le roman alterne le récit d’Auguste et le journal de sa petite sœur. C’est la touche « légère » et perchée de l’histoire. Malgré son handicap, Césarine sera un personnage important et une aide précieuse pour Auguste. Au-delà de l’autisme on découvre une enfant intelligente, rusée et possédant un don de déduction implacable. Coup de cœur pour ce personnage original. Niveau originalité on pensera aussi à Néné, élève sérieux mais pas modèle, le plus ringard du collège qui sera un équipier de choc pour Auguste. A lire sans modération !

 Céline

22/06/2015

Bouillon coups de coeur de mai 2015

Je refuse.gifJe refuse

Per PETTERSON

Gallimard (Du monde entier), 2014

Traduit du norvégien Jeg nekter par Terje Sinding

Roman polyphonique au milieu des paysages de Norvège, avec ses contrastes de lumières, cette histoire retrace les souvenirs d’une amitié profonde entre deux hommes, qui ne se sont pas vus depuis longtemps. Ils ont grandi dans la même communauté -même si leur milieu familial était très différent- mais ont suivi des chemins très différents.     Ginette

 

Bibliothèque des coeurs cabossés.gifLa bibliothèque des cœurs cabossés

Katarina BIVALD

Denoël, 2015, 496 p, 21.90 €

Traduit du suédois Läsarna i Broken Wheel rekommenderar Carine Bruy

Sara Lindquist, libraire, échange des lettres Amy, lectrice de l’Iowa (intégrées au texte). Lorsque sa boutique ferme, elle rend visite à son amie dans son village… mais arrive le jour de sa mort. Les gens du village la prennent en charge. En échange, elle réaménage l’ancienne bibliothèque avec les livres d’Amy et tente de trouver pour chacun le livre qui lui convient et lui fera du bien.

Beaucoup de réflexions sur ce qu’apportent les livres.     Nicole

 

Corps et âme.gifCorps et âme

Frank CONROY

Gallimard, première parution en 1996,

Traduit de l’américain Body and Soul par Nadia Akrouf

A New-York dans les années 1940,  Claude est souvent laissé à lui-même par sa mère taxi. C’est la découverte du piano -et la rencontre avec des musiciens qui vont l’aider à progresser- qui le font naître au monde et à la musique. Dans un style lumineux et émouvant, l’auteur raconte la découverte de la musique classique et du jazz par cet enfant prodige, et son ascension dans le monde.     Michelle et Aline

 

Meursault, contre-enquête.gifMeursault, contre-enquête

Kamel DAOUD

Actes Sud, 2014, 19€

Un conseil : pour bien profiter de ce livre, commencer par relire L’Etranger, dont il est la suite et le contrepoint. Haroun est le frère de « l’Arabe » anonyme, tué par Meursault dans le célèbre roman de Camus. 70 ans après les faits, il ressasse sa frustration et sa colère…

Premier roman d’un journaliste chroniqueur.      Michelle

 

Métisse blanche.gifMétisse blanche

Kim LEFEVRE

Phébus (Libretto), 2008, 528 p, 12.05€

Fruit des amours illégitimes d’une Tonkinoise et d’un militaire français qui l’abandonne, la petite Kim naît à Hanoi à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Elle doit surmonter la difficulté d’être femme et métisse. Métisse blanche retrace les vingt premières années de l’existence de l’auteur au Viêtnam, avant son départ pour la France, et évoque les codes de la société asiatique et l’évolution de la condition féminine.      Claude

 

Sublutetia 1.gifSublutetia 2.gifSublutetia 3.gifSublutetia

Eric SENABRE

Didier Jeunesse, 2011, 14€

Lors d’une sortie de classe, Nathan et Keren, perdus dans le métro parisien, découvrent par hasard l’existence d’un monde souterrain, Sublutetia. Dans cette société qui semble idéale, l’argent n’existe pas, et la technologie est basée sur l’air comprimé. Cependant elle est menacée par des révoltes et coups d’état…

Série fantastique en 3 tomes, finie, pleine d’action et d’imagination.     Laetitia Le Saux, illustratrice invitée au Bouillon

 

Embellie.gifL’embellie

Ava Audur OLAFSDOTTIR

Zulma, 2012, 400 p, 22€

Roman traduit de l'islandais par Catherine Eyjólfsson

En peu de temps, la narratrice rompt toutes ses amarres, et décide de retourner dans la région dont elle est issue. Comme une amie hospitalisée lui confie son fils de 4 ans, elle l’embarque avec elle pour un tour de d’Islande par la fameuse route n° 1 (la seule) en plein mois de novembre, sombre saison ventée et pluvieuse. Le roman retrace son cheminement personnel, avec de nombreux flashbacks, et sa relation avec l’enfant.     Annie

 

Cité sans aiguilles.gifLa cité sans aiguilles

Marc TORRES

V. Hamy, 2014, 240 p, 18€

Conte initiatique pour adultes. Les personnages, l’écrivain, l’horloger et le guerrier, ne se connaissent pas, mais sont réunis par leur quête de la cité blanche, cité de la paix gouvernée par le roi blanc. Mais hélas, le roi blanc, suite à la mort de sa femme, est devenu le roi fou : il a banni de sa cité tout ce qui sert à mesurer le temps, et fait fabriquer une machine à remonter le temps…     Françoise et Aline   

D'autres lectrices, qui attendaient un roman, n'ont pas aimé.

 

Et tu n'es pas revenu.gifEt tu n’es pas revenu

Marceline LORIDAN-IVANS  et Judith PERRIGNON

Grasset, 2015, 112 p, 12.90€

D’origine juive, l’auteur est revenue d’Auschwitz, mais pas son père. Ce témoignage, court, sobre, juste, s’adresse à son père. Marceline Loridan-Ivans se souvient du camp, des autres détenues (Simone Veil), et montre combien sa famille a été détruite par cette horreur : morts, dépressions, culpabilité… Et pourtant ce livre est une belle leçon de vie.      Marie-Claire

 

Fiançailles.gifFiançailles

Chloé HOOPER

C. Bourgois, 2013, 302 p., 23 €

Traduit de l'anglais (Australie) The engagement par Florence Cabaret

Emmenée par un riche homme d’affaires pour un week-end au fond du bush, une jeune femme ment sur son passé… mais son partenaire est lui aussi entouré de mystères… Jeu de dupes situé en Australie, avec de belles descriptions des terres sauvages et de la grande demeure victorienne. Un thriller psychologique  très intelligent, d’une écriture très belle mais assez froide et intellectuelle.     Ismène

 

Fil des souvenirs.gifLe fil des souvenirs

Victoria HISLOP

Ed. Les Escales, 2013, 22.50 €

Traduit de l'anglais The Thread par Alice Delarbre

Histoire de la Grèce romancée sur 50 années, en particulier l’époque du million de personnes déplacées de force entre Grèce et Turquie. (déjà évoqué avec les livres de Yachar Kemal, lors de notre « bouillon turc » de février 2011). L’auteur propose des romans faciles d’accès, possédant un fond historique intéressant. L’île des oubliés est aussi un très beau roman !     Ginette et Georgette

 

Don du roi.gifLe don du roi

Rose TREMAIN

Ed. J.C. Lattès, 2013, 22 €

Beau roman historique situé en 1660 sous Charles II d’Angleterre. Fils d’un gantier, Robert Merivel devient bouffon et favori du roi…     Annie B.

 

Mots qu'on ne dit pas.gifLes mots qu’on ne me dit pas

Véronique POULAIN

Stock, 2014, 16.50 €

L’auteur raconte au quotidien sa jeunesse avec des parents sourds-muets.    Annie B.

 

Salaam Palestine.gifSalaam Palestine

Textes de Véronique MASSENOT, dessins de Bruno PILORGET et photos de Marc ABEL

La boîte à bulles, 2013, 29 €

Splendide carnet de voyage, par trois artistes partis faire le portrait d’une Palestine vécue, à la rencontre de ses habitants. Entretiens, portraits sur le vif, reportages photographiques…     Maryvonne

 

Nous évoquons également quelques livres « coup de cœur », dont vous trouverez la critique sur le blog : Méto d’Yves GREVET, Un homme, ça ne pleure pas, de Faïza GUENE, La couleur du lait de Nell LEYSHON, Americanah, de Chimamanda Ngozi ADICHIE, et Dans son propre rôle de Fanny CHIARELLO.