Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2014

Nos disparus

roman étranger, Etats-Unis, jazzNos disparus

Tim GAUTREAUX

Seuil, août 2014, 539 p, 23€

Traduit de l’américain The Missing par Marc Amfreville

Sam Simoneaux, cajun de l’Arkansas, est un gars décent, élevé dans le respect de la vie par son "Nonc". Débarqué en France le jour de l’Armistice de la Grande Guerre, il ne connaît que le froid et le déminage désordonné des champs de l’Argonne. Il revient aux Etats-Unis avec le souvenir lancinant d’une fillette française blessée, qu’il a dû abandonner quasi sans aide, et qui l’a surnommé Lucky : le chanceux.

"Sam était rentré d’Europe avec l’idée qu’il ne fallait pas trop se fier aux apparences, et que le monde était un endroit beaucoup plus dangereux qu’il ne l’avait cru. Comme la plupart de ses camarades, il n’avait pas vraiment compris ce qu’il avait traversé." Page 15 : arrivée dans les champs de l’Argonne, où il faudrait une vie pour tout déminer.

De retour à la Nouvelle Orléans, marié, chef de rayon aux Grands Magasins Krine, il occupe une position plutôt enviable jusqu’au jour où il est tenu pour responsable de l’enlèvement d’une fillette. Culpabilisé par la douleur de sa famille, il entreprend de retrouver la petite Lily Weller en remontant avec eux le Mississipi sur l’Ambassador, le bateau dancing où ils travaillent comme musiciens. Au gré des escales, il enquête jusque dans les bayous, et glane des renseignements, non seulement sur la petite Lily, mais aussi sur son propre passé. Car lui aussi promène dans sa tête son lot de disparus, et va à la rencontre de ceux qui lui manquent (Le titre anglais « missing » évoque la disparition, mais aussi le manque).

Les heures de navigation sur le fleuve font revivre l’époque où une excursion  ou une soirée dancing à bord d’un bateau avec orchestre (noir ou blanc selon le public) était le rêve d’un soir ou d’une journée pour des populations isolées ; une rare distraction au milieu de la misère crasse, lourdement arrosée d’alcool de contrebande, quitte à finir en bagarres ; mais aussi la découverte du jazz, de la musique qui swingue, des danseurs déchaînés,…

p. 118 et suite

Je me suis régalée avec ce roman évocateur, empreint de nostalgie, à la fois enquête, peinture d'une société âpre, hymne à la musique, et réflexion sur la culpabilité, la responsabilité, la vengeance…

"[Son oncle Claude] lui avait appris qu’on avait peu de chances de revenir sur les actions de sa vie, qu’elles soient bonnes ou mauvaises."

Aline

 

17/11/2014

Clandestines

Roman étranger, roman policier, Arabie SaouditeClandestines

Zoé FERRARIS

Belfond, 2014, 350 p., 21 €

Traduit de l’américain "Kingdom of Strangers" par Françoise Rose.

Suite à un vent de sable dans le désert, des cadavres de femmes d’origine asiatique sont mis à jour. Comment toutes ces femmes ont-elles pu être assassinées sans que leur disparition soit même signalée ? Un meurtrier en série sévirait-il en Arabie Saoudite ? Hypothèse inconcevable pour les musulmans moralistes !

La police de Djeddah enquête sous pression. L’inspecteur Ibrahim Zahrani, progressiste aux impeccables états de service se fait aider par les personnes les  plus compétentes : pisteurs bédouins, ou -ce qui n’est pas du goût de ses collègues machistes ou musulmans ultra-pieux-, de Katya, médecin légiste talentueuse  et déterminée à rendre justice à ces femmes. Mais il est perturbé par ses problèmes personnels : une femme intégriste insupportable, le mariage raté de son fils et la disparition brutale de son amante…

Ce roman policier noir est une plongée dans tout ce que la situation quotidienne des femmes d’Arabie Saoudite a d’insupportable et d'humiliant pour notre regard occidental : impossibilité de conduire, de sortir seule ; vie derrière voile, rideaux et volets ; dépendance de leur époux, frère ou fils pour la moindre sortie ; menace permanente de se faire accuser d’attitude immorale (voire d’adultère puni de la peine de mort) au moindre écart… réel ou imaginaire.  Sans parler de la situation terrible des nombreuses clandestines d’Asie du Sud-Est, venues chercher du travail et se retrouvant esclaves domestiques, voire sexuelles.

Je conseille ce roman pour son intrigue, et plus encore pour sa découverte de l’Arabie Saoudite. L’écriture est fluide et rapide. Plusieurs personnages sont assez complexes pour que le lecteur s’y attache, certains apportant une lumière positive sur la société saoudienne.

Aline

15/11/2014

Le bourreau de Gaudi

roman policier,barcelone,gaudiLe Bourreau de Gaudí

Aro SÁINZ DE LA MAZA

Actes Sud (Actes Noirs), sept 2014, 663 p, 23.80€

Traduit de l’espagnol El Asesino de la Pedrera par Serge Mestre

Un corps en flammes est retrouvé suspendu au balcon de la Pedrera, monument emblématique de Barcelone, oeuvre de Gaudí, et l’auteur du crime fait circuler sur Internet une vidéo du supplice de sa victime. Ce meurtre cruel plonge la police catalane dans le plus grand désarroi, à quelques semaines de la visite du pape pour la consécration de la Sagrada Familia.

Faute d’indices, la juge Cabot impose aux services de la criminelle de réintégrer Milo Malart, policier révoqué par mesure disciplinaire, dont les méthodes non conventionnelles pourraient apporter un éclairage différent à l’affaire. Il enquête avec une sous-inspectrice débutante, poussé par l’urgence et l’impression que d’autres meurtres rituels vont suivre…

Malgré sa longueur, ce roman policier est passionnant. Le lecteur s’attache à la personnalité complexe de Milo Malart, et de sa jeune collègue pleine de répondant. L’intrigue progresse bien, s’épaississant au fur et à mesure des découvertes, plongeant ses ramifications dans la corruption et les vices des puissantes familles barcelonaises, les expropriations dues aux jeux olympiques de 1992, le journalisme à sensation,… jusqu’à une fin réussie. Barcelone n’est pas seulement un décor, mais un personnage du roman, avec ses transformations, ses différents quartiers, ses plages, et surtout l’œuvre architecturale de Gaudí dont le lecteur découvre une partie des détails et du symbolisme ésotérique.

Aline

19/10/2014

Portrait d'après blessure

rentrée littéraire,roman,attentat,photographie,pressePortrait d’après blessure

Hélène GESTERN

Arléa (1er Mille), sept 2014, 231 p., 20 €

Collègues de travail pour une série télévisée à base de photos d’archives, « Histoires d’images », Olivier et Héloïse sont victimes d’une explosion dans le métro et s’en sortent de justesse, blessés.  La photo choc de leur évacuation est diffusée par la presse à sensation, puis relayée sur internet. Autant que par le présumé attentat et ses séquelles, leur vie se trouve bouleversée par cette mise à nu impudique. Il leur faut se reconstruire par rapport à l’explosion, mais aussi à cette exposition médiatique, démultipliée par les nouveaux moyens de communication, où « leur intimité [a été] disséquée au scalpel méchant de la presse à scandale ».

Hélène Gestern fait progresser son roman sur plusieurs tableaux : la reprise de la vie après une expérience traumatisante,  les sentiments de deux personnages pudiques, l’enquête sur l’explosion dans le métro. Mais, comme l’annonce la citation choisie en exergue, ce roman veut aussi offrir une réflexion sur l’impact des photographies sur leurs sujets, et la responsabilité de celui qui les publie.

Willy Ronis, Ce jour-là : "Une photo n’est pas un parpaing avec lequel on puisse construire n’importe quoi. Je me sens entièrement responsable de l’utilisation de mes images"

Dans cette histoire, deux droits entrent clairement en conflit : le droit à l’information et le droit à la vie privée et à la dignité. Et "Il est vrai qu’il n’y avait pas de mots dans le code pénal pour décrire ce geste très particulier qui consiste à violer la douleur avec un objectif".

 "Je comprenais surtout qu'une mécanique de presse cupide, dont le travail ressemblait plus à un tapin sur le boulevard de l’horreur qu’à du journalisme, détournait à son profit des lois qui n’avaient pas été écrites pour elle ; je constatais l’incroyable hypocrisie de cette entreprise – mais n’était-ce pas au fond celle de n’importe quel plan social truqué, de n’importe quelle créance pourrie – prête à vendre la dignité de n’importe qui pour quelques parts de marché, le bon plaisir des actionnaires ou trois grammes de notoriété supplémentaire. Pour ces gens-là, nous n’avions rien été, et même moins que rien – juste un paramètre susceptible d’améliorer un tirage hebdomadaire." (p. 182)

Et pour finir, ces mots tellement d’actualité…

"Mais quelles étaient-elles, ces fameuses « nécessités de l’information » ? Le spectacle de la mort en direct était-il devenu un dû ? On avait bien d’autres pudeurs quand il s’agissait de masquer le visage d’un confrère retenu en otage. Et nous-mêmes, dans tout cela ? Quel genre d’êtres stupides, engourdis de violence, étions-nous devenus, qu’il nous faille voir le sang en double page pour admettre qu’il avait coulé ?"

Aline

Jacob, Jacob

roman, rentrée littéraire, Algérie, débarquementJacob, Jacob

Valérie Zenatti

Ed. de l’Olivier, août 2014, 165 p., 16 €

Valérie Zenatti situe son récit dans une famille juive de Constantine, traditionnelle, frustre, laissant peu de place aux aspirations des femmes, et aucune aux sentiments. Une vie étriquée où tous travaillent dur, et où le chef de famille est plus prompt à blâmer sa femme et à battre ses enfants à coups de ceinturon qu’à les encourager. Le seul qui fasse exception est le petit dernier, Jacob. Brillant, gentil et attentionné, il est la fierté de sa famille.

Après avoir été renvoyé de son lycée en tant que juif sous la pression des lois de la France pétainiste, il est néanmoins assez français pour être enrôlé en 1944 pour le débarquement en Provence. Le lecteur suit avec tendresse le parcours de ce jeune homme de 19 ans avec ses compagnons, Ouabedssalam, Attali, Bonnin et Haddad, tirailleurs Algériens ou Sénégalais.  Dans cette guerre loin de chez eux, ils remontent vers l’Alsace, dans le froid et la peur, découvrant cette France apprise à l'école, libérant les villages, faisant aussi de belles rencontres.

Dans un rythme fluide, un récit émouvant et bien construit, L'auteur rend l'atmosphère de l’Algérie de 1944 à 1961, les odeurs, la chaleur, la fascination exercée par Constantine et ses ponts suspendus sur le Rhummel,…

Valérie Zenatti est née à Nice en 1970. En 1983 elle part vivre avec sa famille en Israël. De retour en France en 1990, elle exerce différentes activités, dont le journalisme et l'enseignement. Elle publie des livres pour la jeunesse à l'École des loisirs (nous avons beaucoup aimé Quand j'étais soldate et Une bouteille dans la mer de Gaza, et a publié trois ouvrages aux éditions de l'Olivier : En retard pour la guerre (2006), Les Âmes soeurs (2010) et Mensonges (2011). Elle est également traductrice des romans d'Aharon Appelfeld. On peut penser qu’elle transpose ici une partie de son histoire familiale.

Aline et Marie-Claire

05/10/2014

Le dernier gardien d'Ellis Island

roman,rentrée littéraire,immigrationLe dernier gardien d’Ellis Island

Gaëlle Josse

Notabilia, sept. 2014, 14 €, 166 p.

"Dans quelques jours, j’en aurai fini avec cette île, dont je suis le dernier gardien et le dernier prisonnier".

Directeur d’Ellis Island, John Mitchell demeure jusqu’au bout de son démantèlement, tel un capitaine qui resterait dernier à bord. 9 jours, c’est le temps  qu’il lui reste entre le départ du dernier immigrant et son propre retour à Brooklyn où l’attend un appartement terne.

9 jours, c’est suffisant pour revenir sur les événements et les personnes qui ont marqué sa vie : les deux femmes de sa vie, superbes dans son souvenir, Liz, l'épouse tendrement aimée, et Nella, l'immigrante sarde.

"Son histoire, pendant quelques dizaines d’années, s’est en grande partie confondue avec celle d’Ellis Island".

En toile de fond, le destin de tous les immigrants, arrivés chargés d’un lourd passé, après un difficile voyage en bateau,  pour qui l’Amérique représente l’espoir, et le passage à Ellis Island semble le dernier obstacle : passer par cette "porte d’or", ou pour 2 % d’entre eux, être refoulés par cette "herse d’acier". John Mitchell organisait l’activité incessante de cette fourmilière de fonctionnaires, de médecins et d’infirmières chargés d’écouler le flot des candidats à l’immigration.

"J’ai parfois l’impression que l’univers entier s’est rétréci pour moi au périmètre de cette île. L’île de l’espoir et des larmes. Le lieu du miracle, broyeur et régénérateur à la fois, qui transformait le paysan irlandais, le berger calabrais, l’ouvrier allemand, le rabbin polonais ou l’employé polonais en citoyen américain après l’avoir dépouillé de sa nationalité."

A lire pour le récit de cet homme de devoir, déchiré par l’écart douloureux qui a marqué sa vie, mais aussi pour l’écriture ciselée de Gaëlle Josse, toute en finesse, où chaque mot trouve sa place exacte. Parmi ses autres romans, mon préféré est Les heures silencieuses, publié en 2011. Rencontre avec l'auteur à la librairie Murmure des Mots, à Brignais, le vendredi 7 novembre à 13h.

Aline

28/09/2014

Bruce Machart

nouvelles,amérique,rencontre d'auteurDes hommes en devenir

Bruce Machart

Ed. Gallmeister (Nature Writing), 2014, 22 €

Traduit de l’américain Men in the Making par François Happe

Recueil de nouvelles, très américaines, et assez noires au premier abord.

Chacune de ces histoires, nous fait partager les fêlures d'hommes ordinaires dans des paysages typiquement américains, le plus souvent texans. Des histoires de chiens écrasés, d’accidents, d’enfants morts ou de parents disparus, ou tout simplement de garçons ou d’hommes ordinaires faisant de leur mieux dans des circonstances difficiles.

On n’oubliera pas Raymond, dans La seule chose agréable que j’ai entendue, aide-soignant qui agit de son mieux, avec compassion, au service des grands brûlés, alors que sa vie personnelle part en petits morceaux. Ou Dean Covin, convoyeur médical, qui prend le temps de se recueillir sur toutes les personnes dont il a transporté les restes, dans Ce qui vous fait défaut.

Ou à l’inverse le terrible grand-père texan de la nouvelle On ne parle pas comme ça au Texas, qui tente d’imposer  valeurs « viriles » à son petit-fils en visite : lorsque l’enfant lui dit "Je suis désolé" , il rétorque : "On ne parle pas comme ça au Texas. Au Texas, on ne mâche pas ses mots, tu sais, c’est une chose qui ne se fait pas." "Par contre, ce qui se faisait, au Texas, apparemment, c’était de mettre un fusil dans les mains d’un enfant de neuf ans qui a la gueule de bois". (p. 90)

nouvelles,amérique,rencontre d'auteur

Bruce Machart, rencontré le 24/09 à la librairie Murmure des Mots, nous a dit rechercher dans l’écriture la même chose que dans la lecture : découvrir ce qui va se passer, se laisser prendre et surprendre par l’histoire et les personnages, sans savoir d’avance comment ça va finir. Il s’inspire de ce qui l’entoure, d’histoires entendues, de personnages ou de situations rencontrés. Engrange les histoires, les ressentis, les failles, jusqu’à ce plusieurs lui semblent s’accorder, se compléter. Pour Le sillage de l’oubli, son premier roman, l’élément déclencheur a été une histoire racontée par son père lorsqu’il était enfant, d’un homme pauvre et cruel, qui attelait ses fils à la charrue, à tel point qu’ils ont grandi le cou de travers. Cela lui semblait trop extrême pour être possible, et il s’est demandé s’il serait capable de rendre vraisemblable une telle histoire… (et n’a appris que plus tard qu’elle était vraie). De même, son roman en cours d’écriture a été inspiré par un moment de sa vie où il s’est interrogé sur les effets de la maladie d’Alzheimer, mais cela n’en compose qu’une petite part.

Lorsqu’il commence ses histoires, il s’attache beaucoup à ses personnages, sans savoir où ceux-ci vont le mener, ni avoir de fin en vue. Si ses personnages –nature comprise- sont aussi marquants, c’est peut-être parce qu’il les décrit au travers de tous les sens : regard, toucher, odeurs, goûts, bruits. En lisant Le dernier à être resté en Arkansas, le lecteur est frappé par les odeurs des résineux, la texture de l’écorce, le gel, la bière, la graisse de la monstrueuse écorceuse,… Dans Parce qu’il ne veut pas se souvenir, il évoque ainsi l’ambiance moite des nuits texanes : "Encore une de ces nuits de Houston, si chaude et si humide que vous pourriez accrocher des sachets de thé aux branches des arbres et les laisser infuser" (p. 57). Les hommes n’expriment pas leurs sentiments, a fortiori les Texans, donc l'auteur ne les exprime pas en mots, mais plutôt via des attitudes du corps, partant du principe que les expressions physiques seront plus parlantes, plus fiables que le cœur ou l’esprit, qui peuvent mentir.

A propos des titres de ses œuvres, Bruce Machart nous a fait part de son goût pour les mots enrichis par des significations multiples, rendues du mieux possible par un travail de traduction extrêmement fin. Monument fait ainsi référence aussi bien aux monuments et lieux que l’on aimerait avoir visités, au petit souvenir envoyé de Paris, qu’à la croix élevée par les MADD (Mothers Against Drinking Drivers) en souvenir du petit Kevin fauché par  une voiture. Tandis que la traduction du Sillage de l’oubli, en anglais The Wake of Forgiveness, a dû abandonner les multiples significations de « Wake » (veillée, éveil, épiphanie, sillage) et adoucir Forgiveness (pardon) en oubli pour éviter les connotations plus religieuses du Pardon en français.

nouvelles,amérique,rencontre d'auteurNé au Texas dans une famille nombreuse de fermiers d’origine Tchèque et allemande, Bruce Machart a rencontré un assez beau succès aux US, sauf sans doute au Texas, qui est son lieu de cœur, ou de référence, même s’il vit et enseigne au Massachussetts, plus libéral (comprendre : plus à gauche). Ses chiffres de ventes en France sont équivalents à ceux des Etats-Unis, ce qui peut surprendre, mais s’explique par le travail approfondi de son éditeur et des libraires, et le bouche à oreille. Même son recueil de nouvelles a rencontré du succès alors que ce n’est pas un genre très lu. Il les a écrites indépendamment,  puis s’est rendu compte qu’elles sont reliées par un thème : apprendre à devenir un homme, malgré ses failles.

"Etre un homme, un homme accompli, c’est faire en permanence l’expérience du manque."

Pour reprendre, comme lui, l’image développée dans Monument des enfants qui se réconfortent l'un l'autre de leurs terribles pertes, entre soleil et pénombre, derrière le store à lamelles : toute personne oscille entre ombre et lumière. Ses nouvelles sont plutôt noires, mais avec une part de lumineux. Pour se réconcilier avec ce genre pas toujours apprécié.

Aline

27/09/2014

Bouillon de rentrée

Pendant l'été, nous avons lu et aimé :

 

comité de lectureAlbatros, la croisière de la peur

Deborah SCALING KILEY, Phebus (Libretto),1998

Récit, très précis sur un plan technique, extrêmement impressionnant au niveau humain : une convoyeuse de bateaux doit mener un grand navire de croisière en Louisiane, assortie d’une équipe peu sérieuse. Tempête, naufrage, stress post-traumatique sont très bien décrits.

 

comité de lectureBaguettes chinoises

XINRAN, Ed. P. Picquier, 2008

Les lectures sous l’arbre, cet été, au Chambon sur Lignon, ont mis en avant les éditions P. Picquier et son riche catalogue asiatique.

Lorsque l’on sait qu’en Chine, le surnom traditionnel « baguettes » (utilitaires et jetables) correspond aux filles et « poutres » (solides, qui soutiennent le toit d’une maison) aux garçons, le cadre est déjà posé. Dans une famille où le père n’a pu engendrer que des filles, trois d’entre elles choisissent de migrer à Nankin pour tenter leur chance ailleurs que dans la campagne où elles n’ont aucun avenir. Du même auteur, nous avons eu un gros coup de cœur pour Funérailles célestes.

 

comité de lectureCaresse de rouge

Eric FOTTORINO, Gallimard, 2004

Félix Maresco est assureur, à Paris XVe. Dans un des immeubles gérés par sa compagnie, un incendie éclate, une femme et son fils ont disparu. Très touché par ce fait divers, qui fait écho à son histoire personnelle, Félix enquête, et dévoile peu à peu sa tragédie intime.

Fottorino est un auteur que nous suivons avec plaisir, nous avons entre autres beaucoup aimé Korsakov (2004), L’homme qui m’aimait tout bas (2009) et Questions à mon père (2010).

 

comité de lectureLa part de l’aube

Eric MARCHAL, Ed. A.Carrière, 2013

1777, un avocat découvre à Fourvière un manuscrit écrit par un druide, qui décrit de nombreux aspects des  traditions gauloises et leurs connaissances. Il tente de contacter Diderot et Voltaire pour faire changer en conséquence l’article sur les Gaulois de l’Encyclopédie. Eric Marchal rend hommage à la civilisation gauloise, et décrit de façon très accessible cette période attachante où fermente déjà  la Révolution, avec de nombreux personnages historiques : Marie-Antoinette, Mesmer, Parmentier… ainsi que la ville de Lyon et ses habitants. Passionnant malgré ses 641 pages.

 

comité de lectureSous le toit du monde

Bernadette PECASSOU, Flammarion, 2013

Une jeune Népalaise des hautes terres réussi à aller faire des études à Katmandou faire des études, grâce au roi et à la reine du Népal.  Karan, un jeune Français d'origine népalaise, croit trouver en Ashmi la personne idéale pour incarner le nouveau Népal, et la pousse à devenir la première femme journaliste népalaise, ce qui précipitera son destin. Au fil de son récit, l’auteur décrit le Népal des dernières années, la condition féminine, ainsi que l’opposition marquée entre le Katmandou des touristes et du trek, qui s’intéressent peu au pays, et la misère locale ou la corruption. 

 

comité de lectureLe messager

Markus ZUSAC, Ed. Kero, 2014

Ed Kennedy, jeune chauffeur de taxi sans avenir, se trouve par hasard dans une banque au moment d’un braquage, et est considéré comme un héros. Par la suite, il reçoit des messages sur des cartes à jouer, demandes d’aide de personnes en difficulté. Ces missions le forcent à se dépasser. Un roman qui sort de l’ordinaire, avec pas mal d’humour, qui laisse sur une interrogation : finalement, chacun pourrait-il vivre au-delà de ses capacités ?

 

comité de lectureExpo 58

Jonathan COE, Gallimard, 2014

Thomas, modeste fonctionnaire anglais, est choisi pour partir 6 mois à Bruxelles superviser la logistique du pavillon anglais pour l’exposition universelle. Dans cette période de guerre froide, il part naïvement, plein d’idéalisme, pensant participer à améliorer les relations entre pays. Mais l’histoire bascule dans l’espionnage. Sentant souffler le vent de l’aventure, Thomas hésite à se laisser séduire… Des notes cocasses.

 

comité de lectureOn ne voyait que le bonheur

Grégoire DELACOURT, J.C. Lattès, 2014

La première partie du livre est décomposée en chapitres évoquant le prix de chaque chose, d’un plaisir, d’une vie humaine. Commence alors une longue énumération de moments (et leur prix), d’où émerge peu à peu la vie d’un homme, Antoine, qui semble confier à son fils ses interrogations sur la vie. Après un retournement dramatique, l’auteur entre dans un récit familial plus classique, sous-tendu par le manque d’amour maternel. Au total, ce livre est assez inégal, mais offre de belles pages émouvantes, avec une réflexion finale sur le pardon.

 

comité de lectureRéparer les vivants

Maylis de KERANGAL, Verticales, 2014

En 24h, l’auteur retrace toutes les étapes, depuis l’accident mortel de Simon jusqu’à la greffe de son cœur.Prix RTL-Lire.

 

comité de lectureEn finir avec Eddy Bellegueule

Edouard LOUIS, Le Seuil, 2014

Eddy Bellegueule a du mal à porter son nom, dans village du Nord de la France, d’autant plus qu’il est homosexuel dans un milieu défavorisé incapable d’admettre cette différence. Il s’en sort grâce aux études. Récit assez noir, inspiré de la vie de l’auteur, très bien écrit.

 

comité de lectureLa petite communiste qui ne souriait jamais

Lola LAFON, Actes Sud, 2014

Parce qu'elle est fascinée par le destin de la prodigieuse petite gymnaste roumaine de quatorze ans apparue aux JO de Montréal en 1976, l’auteur s’est inspirée des livres de Nadia Comaneci pour  raconter ce qu'elle imagine de son expérience. Instructif et poignant, ce roman retrace la création du club de gymnastique en Roumanie par Béla, le régime de travail intensif, les transformations du corps des filles affamées et poussées à l’extrême, l’emprise de l’Etat…

 

Les critiques de plusieurs romans évoqués au Bouillon ont déjà été postées sur le blog, cliquer sur la page coups de cœur pour en lire le détail.

Et pour changer, deux livres choisis parmi d’autres genres que le roman :

 

comité de lectureLunes Birmanes

Sophie Ansel, Sam Garcia

BD Delcourt (Mirages), 2012

Cette bande dessinée, très instructive, se penche sur les exactions de la junte birmane, et montre le visage des minorités ethniques opprimées en Birmanie (et Thaïlande, Malaisie), qui sont la proie des agissements inhumains des trafiquants en tous genres. A lire !

 

comité de lectureKako le terrible

Emmanuelle POLACK, BARROUX

La Joie de Lire, 2013

Album jeunesse. Récit inspiré d’un fait divers réel  du début du 20e siècle, et dont les illustrations utilisent des cartes postales et articles de journaux d’époque. Dans la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, Séraphin le gardien recueille un hippopotame dont il s’occupe avec dévouement… jusqu’au jour où une soirée festive trop arrosée mène au drame.

23/09/2014

Orphelins de Dieu

roman,corse,rentrée littéraireorphelins de dieu marc biancarelli actes sud,2014,20 €  corse,xixe siècle. vieux tueur à gages,ange columba,dit « l’infernu »,en bout de course,malade,est engagé par vénérande,une jeune fille à demi folle de douleur et de haine après l’atta,ainsi que le lien qui se tisse peu à peu entre la jeune fille et,évoquent nettement  le film des frères coen,true grit,(cité en exergue). ensemble,ange et vénérande  traversent les régions reculées des montagnes,à la poursuite des bandits sans foi ni loi… que l’infernu connaî,puisqu’il a combattu à leurs côtés lorsqu’il était plus jeune. p,le vieux tueur confie des lambeaux de son histoire à vénérande,et les deux récits se mêlent,resituant les personnages à plusieurs époques et évoquant des pa,qui a connu quelques succès sous les ordres du capitaine poli. l,elle s’est peu à peu transformée en groupe de mercenaires en tos,puis d’effroyables brigands en corse.  p. 207 « rappelle-toi,vénérande,comment tout a commencé… garde de moi cette seule image,moi qui marchais dans l’insouciance,les soldats de notre liberté chantant à mes côtés,et notre capitaine qui guidait notre espoir… nous étions l’armée,quand c’est chanté par les poètes,ça va,mais quand on les vit en vrai on n’a pas envie d’en faire des ch,on n’était plus des héros depuis longtemps. on était des salopar,et après il a fallu survivre,et nous on savait faire que la guerre. et à la guerre,tu tues des gens. tuer,voler,passer de ville en ville,s’enfuir encore,plus loin,à chaque fois plus loin,et au bout d’un certain temps,tu as oublié pourquoi tu fais ça,mais ce qui est sûr c’est que tu ne sais pas faire autre chose. ,à l’écriture parfaitement maîtrisée. l’auteur s’attache et à ses,à la fois violents et fascinants,ainsi qu’aux paysages corses. j’ai manqué un peu de repères hist,voltigeurs ?)… mais peut-être ne faut-il pas en chercher,et s’intéresser plutôt à l’universalité de ce roman qui interrogOrphelins de Dieu

Marc Biancarelli

Actes Sud, 2014, 20 €

Corse, XIXe siècle. Vieux tueur à gages, Ange Columba, dit "l’Infernu", en bout de course, malade, est engagé par Vénérande, une jeune fille à demi folle de douleur et de haine après l’attaque sauvage et inutilement cruelle dont a été victime son jeune frère. Cette poursuite de la vengeance, ainsi que le lien qui se tisse peu à peu entre la jeune fille et le tueur, évoquent nettement  le film des frères Coen, True Grit, (cité en exergue).

Ensemble, Ange et Vénérande  traversent les régions reculées des montagnes corses, à la poursuite des bandits sans foi ni loi… que l’Infernu connaît bien, puisqu’il a combattu à leurs côtés lorsqu’il était plus jeune.

Peu à peu, le vieux tueur confie des lambeaux de son histoire à Vénérande, et les deux récits se mêlent, resituant les personnages à plusieurs époques et évoquant des pages sauvages de l’histoire de Corse. Ange Columba a rejoint très jeune l’armée de libération de Corse, qui a connu quelques succès sous les ordres du capitaine Poli. Lorsque cette armée autoproclamée a été chassée par les voltigeurs, elle s’est peu à peu transformée en groupe de mercenaires en Toscane et en Grèce, puis d’effroyables brigands en Corse.

p. 207 "Rappelle-toi, Vénérande, comment tout a commencé… Garde de moi cette seule image, moi qui marchais dans l’insouciance, les soldats de notre liberté chantant à mes côtés, et notre capitaine qui guidait notre espoir… nous étions l’armée du peuple et après nous il n’y eut plus personne…"

p.158 "Les guerres d’indépendance, quand c’est chanté par les poètes, ça va, mais quand on les vit en vrai on n’a pas envie d’en faire des chansons. Mais à la vérité, on n’était plus des héros depuis longtemps. On était des salopards. Ouais. Le drapeau on l’a laissé au pays, et après il a fallu survivre, et nous on savait faire que la guerre. Et à la guerre, tu tues des gens. Tuer, voler, passer de ville en ville, s’enfuir encore, plus loin, à chaque fois plus loin, et au bout d’un certain temps, tu as oublié pourquoi tu fais ça, mais ce qui est sûr c’est que tu ne sais pas faire autre chose."

Un roman puissant et cruel, à l’écriture parfaitement maîtrisée. L’auteur s’attache à ses personnages, à la fois violents et fascinants, ainsi qu’aux paysages corses. J’ai manqué un peu de repères historiques (exactions des Bleus p. 187, voltigeurs ?)… Mais peut-être ne faut-il pas en chercher, et s’intéresser plutôt à l’universalité de ce roman qui interroge sur ce  qui pousse certains hommes au pire ?

Voir l'excellente critique d'Emmanuelle Caminade dans La Cause littéraire.

Aline

19/09/2014

Prières pour celles qui furent volées

roman étranger, Mexique, drogue, enlèvementPrières pour celles qui furent volées Jennifer Clément Flammarion, août 2014, 269 p., 20 € Traduit de « Prayers for the Stolen » par Patricia Reznikov   « Viens, on va te faire laide ». Dès la première phrase, le lecteur est happé par le récit.  Au Mexique,  la terre montagneuse du Guerrero semble maudite. Tous les hommes sont partis. S’ils ne se sont pas enrôlés dans les trafics de drogue, ils ont tenté leur chance en traversant le Rio Bravo pour rejoindre les Etats-Unis. Ne restent que des femmes qui tentent de survivre dans les montagnes, et de protéger leurs filles en les enlaidissant afin qu’elles n’attirent pas l’œil des prédateurs des cartels de la drogue.  p. 139 « C’était devenu le but de tout le monde, de ne jamais revenir. Autrefois, il y avait eu une vraie communauté qui habitait dans ces montagnes, mais tout s’était terminé quand ils avaient construit l’autoroute du soleil qui reliait Mexico à Acapulco. »  Ladydi, la narratrice, est l’une de ces filles déguisées en garçons toute leur enfance, puis enlaidie à l’adolescence et cachée dans un trou à la moindre alerte : « Dans nos montagnes, il ne naissait que des garçons. Lorsque j’étais enfant, ma mère m’habillait en garçon et m’appelait Gamin… en tant que fille, j’aurais été volée. Si les trafiquants de drogue apprenaient qu’il y avait une jolie fille dans le coin, ils arrivaient sur nos terres dans leurs 4X4 noirs et emportaient la gamine. A la télévision, je regardais les filles se faire belles, mais ça n’arrivait jamais chez moi. En grandissant, j’ai pris l’habitude de frotter un feutre jaune ou noir sur l’émail blanc de mes dents pour qu’elles aient l’air pourri. » « C’est la mère de Paula qui avait eu l’idée de creuser des trous… Ma mère disait que l’état du Guerrero devenait une vraie garenne à lapins, avec des filles cachées dans tous les coins. Dès que quelqu’un entendait le bruit d’un 4X4 ou apercevait un point noir dans le lointain, toutes les filles se cachaient dans les trous. »  Nous nous attachons à la vie quotidienne de Ladydi et ses copines Paula, Maria et Estefani. Malgré la misère, les pères manquants, les mères aigries ou alcooliques, et toutes les tensions qui les entourent, elles sont réconfortées par leur amitié et de bons moments à l’école. Mais Paula est bien trop belle pour être cachée sous le boisseau…  Au-delà des filles volées, l’auteur évoque aussi les règlements de comptes, et la corruption ou l’incurie des personnes mêmes chargées de lutter contre le trafic de drogue. p. 53  « Nous connaissions toutes le bruit que font les hélicoptères de l’armée qui approchent. Nous connaissions aussi l’odeur du Paraquat*, mélangé au parfum des papayes et des pommes. Ma mère disait : ces escrocs sont payés par les trafiquants pour ne pas arroser les pavots avec leur fichu Paraquat, alors ils le balancent n’importe où sur la montagne et ça tombe sur nous ! »  Un récit brûlant et désespérant, éclairé néanmoins par la détermination de ces femmes, et leur solidarité entre elles. L’écriture est à la fois très abordable, avec ses phrases courtes et percutantes, et très évocatrice. Les paysages et les personnages restent longtemps en tête après la lecture. L’auteur vit actuellement à Mexico City. Aline  * herbicide très toxiquePrières pour celles qui furent volées

Jennifer Clément

Flammarion, août 2014, 269 p., 20 €

Traduit de "Prayers for the Stolen" par Patricia Reznikov

 

"Viens, on va te faire laide".

Dès la première phrase, le lecteur est happé par le récit.

Au Mexique,  la terre montagneuse du Guerrero semble maudite. Tous les hommes sont partis. S’ils ne se sont pas enrôlés dans les trafics de drogue, ils ont tenté leur chance en traversant le Rio Bravo pour rejoindre les Etats-Unis. Ne restent que des femmes qui tentent de survivre dans les montagnes, et de protéger leurs filles en les enlaidissant afin qu’elles n’attirent pas l’œil des prédateurs des cartels de la drogue.

p. 139 "C’était devenu le but de tout le monde, de ne jamais revenir. Autrefois, il y avait eu une vraie communauté qui habitait dans ces montagnes, mais tout s’était terminé quand ils avaient construit l’autoroute du soleil qui reliait Mexico à Acapulco."

Ladydi, la narratrice, est l’une de ces filles déguisées en garçons toute leur enfance, puis enlaidie à l’adolescence et cachée dans un trou à la moindre alerte :

"Dans nos montagnes, il ne naissait que des garçons. Lorsque j’étais enfant, ma mère m’habillait en garçon et m’appelait Gamin… en tant que fille, j’aurais été volée. Si les trafiquants de drogue apprenaient qu’il y avait une jolie fille dans le coin, ils arrivaient sur nos terres dans leurs 4X4 noirs et emportaient la gamine. A la télévision, je regardais les filles se faire belles, mais ça n’arrivait jamais chez moi. En grandissant, j’ai pris l’habitude de frotter un feutre jaune ou noir sur l’émail blanc de mes dents pour qu’elles aient l’air pourri."

"C’est la mère de Paula qui avait eu l’idée de creuser des trous… Ma mère disait que l’état du Guerrero devenait une vraie garenne à lapins, avec des filles cachées dans tous les coins. Dès que quelqu’un entendait le bruit d’un 4X4 ou apercevait un point noir dans le lointain, toutes les filles se cachaient dans les trous."

Nous nous attachons à la vie quotidienne de Ladydi et ses copines Paula, Maria et Estefani. Malgré la misère, les pères manquants, les mères aigries ou alcooliques, et toutes les tensions qui les entourent, elles sont réconfortées par leur amitié et de bons moments à l’école. Mais Paula est bien trop belle pour être cachée sous le boisseau…

Au-delà des filles volées, l’auteur évoque aussi les règlements de comptes, et la corruption ou l’incurie des personnes mêmes chargées de lutter contre le trafic de drogue.

p. 53  "Nous connaissions toutes le bruit que font les hélicoptères de l’armée qui approchent. Nous connaissions aussi l’odeur du Paraquat*, mélangé au parfum des papayes et des pommes. Ma mère disait : ces escrocs sont payés par les trafiquants pour ne pas arroser les pavots avec leur fichu Paraquat, alors ils le balancent n’importe où sur la montagne et ça tombe sur nous !"

Un récit brûlant et désespérant, éclairé néanmoins par la détermination de ces femmes, et leur solidarité entre elles. L’écriture est à la fois très abordable, avec ses phrases courtes et percutantes, et très évocatrice. Les paysages et les personnages restent longtemps en tête après la lecture. L’auteur vit actuellement à Mexico City.

Aline

* herbicide très toxique