Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2012

Marthe et Mathilde

Marthe et Mathilde : 1902-2001
Pascale Hugues
Ed. Les Arènes, 2009

L'auteur, journaliste du journal Libération, puis du Point, vit à Berlin.
Elle retrace la vie de ses deux grands-mères qui vivaient en Alsace, l'une d'origine française et l'autre allemande, toutes deux nées en 1902 et mortes en 2001. Elles étaient amies depuis l'âge de 5 ans, et ont vécu deux guerres qui auraient pu les diviser, mais leur amitié a survécu à tout.

Ce roman retrace un pan de l'histoire de l'Alsace et l'évolution de la condition féminine pendant le 20ème siècle. On suit aussi la vie à Berlin, via la sœur de Mathilde, institutrice engagée dans cette ville. C'est enfin l'histoire d'une belle amitié... franco-allemande !

Roman présenté au Bouillon de Lecture par Marie-Claire

19/12/2011

Le pari des guetteurs de plumes africaines

Le pari des guetteurs de plumes africaines
Nicholas DRAYSON
Editions des 2 terres, mars 2011

Nairobi, Kenya.
Le très honnête monsieur Malik -petit, rond et dégarni- suit avec assiduité les promenades ornithologiques du mardi organisées par Rose Mbikwa, non seulement parce qu'il est passionné par les oiseaux, mais aussi parce qu'il est secrètement amoureux de Rose. Au moment où il trouve enfin le courage de lui écrire afin de lui demander de l'accompagner au bal annuel du Hunt Club, un sérieux concurrent envisage de se mettre lui aussi sur les rangs : le charmeur parvenu Harry Khan.

Pour éviter d'embarrasser la dame, ils décident d'un pari : celui qui verra le plus de variétés différentes d'oiseaux kenyans en une semaine aura le privilège de l'inviter le premier. L'affaire est sérieuse, et tout leur club se passionne pour le décompte !

Ils passent donc sept jours à sillonner le Kenya, chacun dans son style : en grand pour Harry Khan, plus modestement pour monsieur Malik. Cette histoire loufoque de pari est prétexte pour l'auteur à croquer quelques personnages hauts en couleurs, mais aussi à présenter le pays avec humour, et à en dénoncer les dangers et la corruption endémique.

Lu et apprécié par Aline et Annie.

14/11/2011

Room

Room
Emma Donoghue, Stock (La Cosmopolite), 2001

Jack s'apprête à fêter ses 5 ans avec sa maman. Tous deux vivent enfermés dans la Chambre avec Petit Dressing, Madame Lucarne, Monsieur Lit... Maman invente tout un monde, des activités et des rituels pour Jack, à qui elle a appris à lire.

Quand le Grand méchant Nick menace de cesser de leur apporter à manger, Maman force Jack à être très "peurageux" pour s'échapper et les sauver tous les deux. Mais la vie "Dehors" est difficile !

Un récit exaltant l'amour maternel, la résilience, la réadaptation... Bien qu'inspiré de faits divers horribles, le roman est rendu lumineux par la fraîcheur de Jack, le narrateur, et la détermination de sa Maman à le protéger et l'éduquer au mieux.

Présenté au Bouillon d'octobre 2011 par Jacqueline. Marie-Claire et Aline ont aussi aimé !

Turquetto

Le Turquetto
Metin Arditi, Actes Sud (Domaine Français), août 2011

A partir d'un tableau célèbre, dont la signature présente une anomalie chromatique, l'auteur lâche la bride à son imagination. Il pourrait s'agir de la seule oeuvre parvenue jusqu'à nous du Turquetto, remarquable peintre de la Renaissance Vénitienne.

En quatre tableaux, Metin Arditi dépeint la vie d'un artiste extraordinaire, et homme aux multiples cultures et multiples identités :
- d'abord Elie, enfant juif né à Constantinople dans un milieu pauvre, passionné de dessin bien que la représentation d'êtres vivants soit strictement interdite dans sa religion ;
- ensuite Ilyas, se faisant passer pour Chrétien en Italie, afin d'échapper au ghetto juif et de pouvoir accéder à un atelier et peindre ;
- puis maître renommé, qui finit par trahir ses origines à travers son oeuvre, ce qui lui vaut une condamnation à mort ;
- et enfin de retour à Constantinople, caché sous l'identité d'Ali dans le quartier musulman, afin d'échapper aux poursuites des Vénitiens...

D'assez nombreuses expressions hébraïques ou arabes en début de récit peuvent gêner un peu la lecture. Cependant le personnage et l'époque sont fascinants, en particulier pour les relations entre religions et peuples, ainsi que l'évocation des peintres, de leur oeuvre, et des liens entre l'art et la politique.

Aline

19/10/2011

Accabadora

Accabadora

Michela MURGIA, Seuil 2011

 

Quatrième enfant non désirée, Maria est cédée bien volontiers par sa mère à Tzia Bonaria, la couturière du village. Selon la tradition locale, elle devient donc  la "fille d’âme" de la vieille femme, qui l’élève avec plus de tendresse qu’elle n’en avait connu dans sa famille, et la pousse à étudier.

 

Très proche de sa mère adoptive, Maria est pourtant la seule à ignorer que celle-ci est aussi, par compassion, la "dernière mère"  des souffrants. Dans cette région reculée de Sardaigne, c’est elle qui est chargée d’aider les mourants à passer de l’autre côté. Mise brutalement au courant, Maria est révoltée par ces actes contraires à ses convictions…

 

Ce court roman est à la fois un hymne à la vie, à l’âpre beauté de la Sardaigne, de ses champs et de ses vignes, et une réflexion sur l’adoption et l’euthanasie.

Aline

 

09/10/2011

Scintillation

Scintillation
John Burnside, Métailié 2011
(traduit de "Glister" par Catherine Richard)

Sur une péninsule, empoisonnée par une ancienne usine chimique, continuent à vivre -et souvent à mourir de maladies inconnues- les familles des anciens ouvriers. Tous semblent atteints d'une certaine apathie, les parents sont démissionnaires, les jeunes traînent plus souvent du côté de l'usine qu'ils ne vont à l'école...

Depuis quelques années des garçons disparaissent bizarrement, et la version officielle est qu'ils ont fugué. Pourtant, le policier local sait bien qu'il n'en est rien, puisqu'il a lui-même découvert l'un des cadavres d'enfants et contribué à le dissimuler. Hélas, il n'est pas de taille à mener l'enquête, ni à se révolter contre la loi du silence.

Le seul personnage vivant et positif, dans cette ambiance délétère, est le narrateur principal, Léonard, passionné de livres, de vieux films, et depuis peu de sexe. Contrairement aux autres habitants de l'Intraville, il voit la beauté qui l'entoure, s'attache aux gens, est curieux et veut savoir ce qui est arrivé aux "enfants perdus". Sa lucidité ne l'empêche pas de se laisser entraîner par un groupe violent, puis par un étrange personnage qui le mène à l'ultime lumière.

Scintillation est un livre difficile à classer ou à résumer, à l'écriture dense et poétique, dont la fin pose plus de questions qu'elle n'en résout. Un récit fascinant, d'une "terrible beauté", qui ne laisse pas indifférent.
Aline

Prix du livre Lire / Virgin

01/08/2011

Anthropologie et humour noir

Le dernier voyage du révérend
Nigel Barley, Payot, 2001

Au coeur du XIXe siècle, un prêtre anglican débarque à Akwa, à l'embouchure du Niger, dans l'espoir d'évangéliser les foules.

L'esclavage a certes déjà été aboli, mais les colons et trafiquants sont toujours là pour réaliser un maximum de profit sur le dos des africains, tandis que ces derniers se maraboutent et s'entretuent à qui mieux mieux dans des luttes intestines de pouvoir.

Candide et plein d'amour pour son prochain, le pauvre révérend ne comprend pas la moitié de ce qui se trame autour de lui, et reste résolument optimiste. Il est entouré d'une galerie de personnages hauts en couleurs et attachants : sa femme, qui l'aime profondément mais déteste l'Afrique, son serviteur Ali dévoué et fine mouche, le "prince John Bull" qui à la fois l'exploite et le protège, le "Roi Jack" à moitié fou,...

Une chronique politiquement incorrecte, irrévérencieuse et burlesque.
Aline

Dignité

danbé, Aya Cissoko et Marie Desplechin
Calmann-Lévy, 2011

A mille lieues des titres racoleurs, ce livre discret trace l'itinéraire d'Aya Cissoko, la jeune championne du monde de boxe française (1999 et 2003) et boxe anglaise (2006).

Elle évoque avec simplicité son enfance parisienne pauvre mais heureuse jusqu'à l'incendie qui tue son père Sagui et sa soeur Massou. Puis les années de combat pour grandir, s'affirmer face à sa mère, dont elle reconnaît aujourd'hui le courage : malade et malheureuse, Massiré refuse l'autorité des "Pères" qui voudraient leur retour au Mali, mais élève Aya dans le respect de la tradition et du danbé, la dignité.

Dignité et résilience caractérisent Aya, dans ce récit tout en retenue.
Aline

Voir aussi cette très bonne critique.

21/07/2011

non-sens

Pas Sidney Poitier

Percival Everett      Actes Sud 2011

 

L’absurde affirme ses droits dès le début du roman :

Fils d’une mère hystérique et excentrique, le narrateur est né après une grossesse de 24 mois, et a été affublé du prénom impossible de « Pas Sidney ». Tout au long de sa vie, il conserve ce prénom, qui lui vaut pourtant de nombreux ennuis.

 

Pas Sidney avance dans la vie sans but précis, tantôt victime de la couleur de sa peau et de sa naïveté, tantôt sauvé du désastre par l’incroyable fortune léguée par sa mère.

Il est également doté d’une capacité à "fesmeriser"  (hypnotiser) certains sujets, et d’un physique plutôt avantageux.

 

Les personnages qui l’entourent sont caricaturaux, depuis les bonnes sœurs illuminées jusqu’aux infâmes policiers blancs de Negroblanc County. Ses amis proches, Ted Turner (flanqué d’une Jane Fonda fondue d’aérobics) et son professeur d’université Percival Everett sont tous deux des adeptes du "non-sens" et lui donnent les conseils les plus absurdes…

 

Malgré une histoire un peu déroutante, j’ai aimé ce roman d’initiation, plein d’humour noir et décalé.

Aline

 

14/06/2011

Hommes et femmes...

Homo Erectus, Tonino Benacquista,   Gallimard, 2011

"Pour certains, il s'agissait d'un rendez-vous réservé aux hommes, où il était question de femmes. D'autres, en mal de solidarité, y voyaient le dernier refuge des grands blessés d'une guerre éternelle. Pour tous, d'où qu'ils viennent et quoi qu'ils aient vécu, c'était avant tout le lieu où raconter son histoire."

Ce cercle de parole, ouvert à tous les hommes, se réunit régulièrement. Chacun peut librement raconter son histoire, sans interruption. Chaque histoire est légitime, et écoutée sans commentaire.

Entre deux réunions du jeudi soir, deux esquisses de récits de vie, nous suivons les réflexions et l'évolution -amoureuse- de trois hommes : Denis, le garçon de brasserie, qui ne plaît plus aux femmes ; Philippe, le philosophe, jamais remis du départ de sa Juliette ; Yves, le poseur de fenêtres, dont le rêve familial a volé en éclats le jour où Pauline l'a trompé avec un gogo-danceur.

Tonino Benacquista nous entraîne une fois de plus sur un sujet surprenant, et son récit est agréable à lire, bien écrit, pas du tout graveleux malgré le sujet. Pour autant, je ne trouve pas qu'il ait exploité son idée de base avec l'originalité développée dans d'autres romans (Malavita, Quelqu'un d'autre, Saga...).

Aline