Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2016

Le fils

etats-unisLe fils

Philipp MEYER

Albin Michel, 2015, 688 p. 23.50 €

Traduit de l'américain par Sarah Gurcel

S'attaquant au mythe de la conquête de l'ouest américain, Philipp Meyer donne sa version littéraire de l'histoire du Texas, âpre et violente, au travers de celle de la famille McCullough. Les récits des différentes générations se croisent, pour donner à découvrir peu à peu l’histoire de la famille et l’évolution de la région. Le fondateur, presque une légende, en est le « Colonel Eli », fils de pionniers texans, qui fut pisteur, ranger, puis gros éleveur à la tête d’une immense propriété où il fait régner sa loi.
Quelques dates décisives :
1849, ce qu’il reste de guerriers comanches continue à harceler les blancs, qu’ils soient Mexicains ou Texans, lançant des raids violents contre villages et fermes isolées, volant, violant, scalpant, tuant… C’est lors de l’un de ces raids qu’Eli McCullough, 12 ans, est enlevé par une tribu, dans laquelle il reste comme esclave, puis fils adoptif. Rebaptisé Tiehteti, il s’adapte totalement au mode de vie Comanche déjà très menacé. Ces trois années le marquent durablement.
1915, les éleveurs texans s’entretuent avec les voisins mexicains pour des histoires de vol de bétail, la famille McCullough décime les Garcia… et récupère ses terres !
1917, c’est le début des forages pétroliers, qui feront la fortune des McCullough.

C’est aussi l’évolution des paysages texans, depuis les grandes prairies rendues sèches et stériles par l’élevage intensif, puis ruinés par les forages.
Entre chaque mode de vie se dressent des tensions, chaque génération tend à vouloir préserver le mode de vie qui l’a vu grandir, ou qui l’a précédée : en l’occurrence, Eli regarde avec nostalgie vers l’époque des grandes prairies herbeuses dominées par les bisons et les indiens, dont il n’a connu que l’extrême fin. Son fils Peter regrette la grande époque du ranch et de la paix (relative) avec les voisins Mexicains. Son petit-fils Peter continue à essayer de perpétrer la tradition de l’élevage même lorsqu’elle n’est clairement plus rentable… et s’oppose à l’exploitation pétrolière…

Oubliés les mythes des cow-boys et des Indiens… Les gentils, les méchants… finalement il n’y a que des hommes qui s’emparent par la force de ce qu’ils convoitent. La seule différence, c’est que les Indiens se l’avouent, que cela fait partie de leur philosophie de vie : les plus forts survivent, se multiplient et font vivre leur famille, leur tribu. Tandis que les blancs ou les mexicains se cachent leurs motivations et cherchent des prétextes. Les racines de la violence sont profondément enfoncées, dans ce pays qui s’affirme par les armes, cf la campagne électorale où les candidats de droite paradent à grand renfort d’armes à feu ! On comprend mieux l’inertie -voire l’opposition farouche- rencontrée par le président Obama dans son combat contre les armes à feu ! On comprend mieux aussi le contexte Texan actuel et l’acharnement à défendre les armes !

p. 663 « Les Américains croyaient que personne n’avait le droit de leur prendre ce qu’eux-mêmes avaient volé. Mais c’était pareil pour tout le monde : chacun s’estimait le propriétaire légitime de ce qu’il avait pris à d’autres. Les Mexicains avaient volé la terre aux Indiens, … les Texans avaient volé la terre des Mexicains. Et les Indiens qui s’étaient fait voler leur terre par les Mexicains l’avaient eux-mêmes volée à d’autres Indiens. »

Ce roman est une épopée âpre, souvent cruelle, où se croisent des personnages rudes. Pour autant, l’amour y a aussi sa place. Celui de la terre, bien sûr, mais aussi la passion, qui fleurit là où on ne l’attend pas et n’est pas dénuée de poésie. Même l’intraitable « Colonel Eli » est touché à l’âme par le parfum de sève des bourgeons de peupliers de Virginie, chargé de souvenirs…

Aline

01/02/2016

Bouillon de lecture BD

Le bouillon, c’est aussi l’occasion de lire des genres auxquels on n’est pas habitué. J’ai trouvé les deux bandes-dessinées suivantes intéressantes, mais –par goût personnel- j’aurais préféré lire ces histoires dans des romans.

bande dessinée

 

Des maux pour le dire
Yves LACROIX, ill. LAX
Vent d’Ouest, 1995, 13.90€


Yves, handicapé de naissance, a besoin des auxiliaires de vie, mais ils ne sont pas tous « super ». Le meilleur d’entre eux, Mehdi, devient l’ami de Yves, mail il disparaît, enlevé par des ennemis de son père, qui le torturent. Il est soigné à l’hôpital, puis s’enfuit. Yves voyage jusqu’au cœur de l’Afrique pour tenter de le retrouver.
Au cours de ce voyage, Yves affronte des péripéties multiples, des gens qui l’aident, d’autres qui sont indifférents. Les dessins sont parlants.

bande dessinée

 

La dame de Damas
Jean-Pierre FILIU,
Ill. Cyrille POMES
Futuropolis, 2015, 18€

 


« La dame de Damas s’est levée ce matin
Liberté dans les cœurs, aube à portée de main
Cette dame je la chante, c’est la Révolution.
Sur les murs de Syrie j’écris partout son nom. »
Depuis fin 2010 jusqu’en août 2013 sont décrits les manifestations pacifiques contre Bachar el-Assad, la répression terrible, les bombardements, les armes chimiques… Le héros essaie de communiquer à l’ONU les crimes du dictateur mais personne ne l’écoute. A Doraya, quartier de la banlieue sud-ouest de Damas, les habitants tentent de survivre à la guerre civile, et d’aimer.
Une histoire d’amour contrarié, les bombardements et la « mort blanche » qui frappe la capitale syrienne,… tout est trop triste ! Les dessins sont expressifs.

Georgette

Le tirailleur

Prepub-LeTirailleur-150px.jpg

 

Le tirailleur

Alain Bujak et Piero Macola

Futuropolis, 120p.

Alain Bujak a rencontré Abdesslem. A l’époque de leur rencontre cela faisait plus de 6 ans, à l’âge de 80 ans, qu’Abdesslem vivait dans un logement social loin de sa famille pour pouvoir toucher sa pension en tant qu’ancien tirailleur marocain. Dans sa petite pièce qui lui sert de logement à Dreux il se livre alors au reporter-photographe. Il lui raconte comment en 1939, alors qu’il n’était qu’un petit berger de la campagne profonde du Maroc, il s’est fait embrigader de force dans l’armée française. Il vit la seconde guerre mondiale comme tirailleur pendant 4 ans sans avoir pu dire au revoir à sa famille. Finalement après la guerre il décide de rester et de combattre en Indochine pour ne revoir sa famille que de longues années plus tard.

BD en forme de reportage. On passe du moment présent où Alain Bujak interroge Abdesslem aux moments passés pendant la guerre. BD pratiquement documentaire, elle est augmentée à la fin par un reportage photo « Voyage chez Abdesslem ». Passant 9 mois sur 12 en France seul pour toucher une misérable pension, Abdesslem décide finalement de rentrer définitivement au pays pour vivre ses dernières années en compagnie de sa famille. Ce reportage le montre dans son pays parmi les siens.

Belle histoire de vie édifiante et tragique mais aussi critique des conditions de traitement par l’armée française qui considérait ces militaires marocains comme des « indigènes », leur imposant des traitements différents de celui des français. Et en les récompensant à peine avec une pension ridicule. Dénonciation d’une armée française qui n’aura eu aucune reconnaissance pour ces hommes qui ont combattus dans ses rangs, lui donnant leur vie.

Récit du vieil homme poignant et touchant. En contradiction, les illustrations sont douces et pastels par contre très réalistes. Des passages entiers sont sans texte, laissant le lecteur seul face à des planches entières d’illustrations splendides.

Plus qu'une bande dessinée, c’est un documentaire et un témoignage poignant que nous offre ici le duo Bujak/Macola.

Abdesslem à Bujak: "Qu'est-ce que tu veux savoir mon fils ?"

Céline

16/01/2016

ce n'est pas toi que j'attendais

bande dessinée

 

Ce n’est pas toi que j’attendais

Fabien Toulmé

Delcourt, 2014

J'ai lu avec plaisir cette BD autobiographique. L'auteur raconte la venue au monde de sa deuxième fille Julia dont la trisomie 21 n'a pas été détectée. Cette naissance est un bouleversement énorme pour le papa qui ne comprend pas ce qui leur arrive. Il a du mal à regarder sa fille, ne peut pas la prendre dans ses bras. Elle doit être opérée du coeur, l'intervention se déroule très bien . La maman assume et aime Julia, elle essaie d'aider son mari à entrer en relation avec leur seconde fille. Ils découvrent la réalité de la maladie et ses différentes facettes avec le soutien du milieu médical et la rencontre d'enfants atteints du même handicap et de leurs familles. Finalement ce papa accepte et aime Julia: " Ce n'est pas toi que j'attendais mais je suis content que tu sois là".

Cette BD n'est pas du tout larmoyante, des pointes d'humour. Il fait réfléchir sur le problème du handicap. De plus, elle est agréable à lire, avec des dessins et textes clairs, des chapitres de différentes couleurs.

En fin d'ouvrage, des photos de Julia et de son papa. L'auteur est né en 1980 à Orléans.

Ginette

15/01/2016

L'avocat aux pieds nus

chine,droits de l'homme

 

L'avocat aux pieds nus

Chen Guangcheng

Editions Globe, 2015, 24.50 €

 

C'est un témoignage fort que nous livre l'auteur.

Fils de paysans pauvres de la province du Shandong dans l’est de la Chine, Chen Guangcheng est l'un des dissidents chinois les plus connus.

Il naît en pleine Révolution culturelle en 1971 et devient aveugle à l’âge de 5 mois suite à une maladie non soignée, faute d'argent.

Du fait de son handicap il n'est pas accepté à l'école. Il réussit cependant, à l'âge de 18 ans, à accéder à un établissement pour aveugles qui forme uniquement à des professions para médicales Très tôt il prend conscience de la non reconnaissance des personnes handicapées et du non-respect des lois dans de nombreux domaines. Ne pouvant suivre des études de droit comme il le souhaite, il se forme sur le tas pour défendre les droits bafoués de ses concitoyens.

Il se fait essentiellement connaître des médias internationaux en 2005 par sa dénonciation des abus provoqués par la politique de l’enfant unique et il est invité aux Etats-Unis pour les exposer. Les problèmes qu’il avait déjà avec les autorités vont s'intensifier car si cette renommée en fait un héros pour de nombreux Chinois, elle le place au rang des ennemis du Parti. Il est condamné en 2006 à quatre ans de prison ; il est ensuite assigné à résidence surveillée dans son village. Il n'a aucun droit et ne peut recevoir aucune visite. Au bout de deux ans il ne supporte plus ce régime ; il s’évade et parvient à rejoindre Pékin où il trouve refuge dans l’ambassade américaine. Il obtient, non sans mal, le droit de s'exiler aux Etats-Unis avec sa famille où il poursuit son combat pour une Chine plus respectueuse des droits de l’homme.

Il dénonce dans son livre avec courage les dérives de la société chinoise et notamment la corruption omniprésente et les abus incessants pratiqués par ceux qui détiennent un pouvoir, même minime. Vexations, humiliations, répression sont le lot quotidien des défenseurs des droits.

Son parcours force l'admiration et donne espoir dans l'homme.

Annie

14/01/2016

L'école des vers à soie

auteurs chinoisL'école des vers à soie

HUANG Beijia

Picquier jeunesse, 2000

Traduit du chinois Wo yao zuo ge hao hai zi par Patricia Batto et Gao Tian Hua

Roman à destination de la jeunesse il conviendra aussi aux adultes. L’histoire est linéaire et l’on suit la progression des personnages, néanmoins chaque chapitre peut être lu comme une petite histoire dans la grande.

Ling Jin est une petite fille rondelette et très moyenne en classe au grand désarroi de ses parents (surtout de sa mère). En Chine la loi est dure : il faut être bon en mathématiques pour réussir dans la vie. Malheureusement Ling Jin atteint juste la moyenne. Pourtant son esprit est vif et ses interrogations perpétuelles et insolites font ressortir les contradictions du monde adulte dans une société très hiérarchisée. Huang Beijia nous donne aussi ici une vision du système éducatif chinois qui pousse les enfants à la compétition et à avoir de très bon résultats en travaillant dur pour pouvoir choisir la « bonne école ». La maman de Ling Jin, dans cette veine, cherchera à trouver toute les solutions pour améliorer les résultats scolaires de sa fille jusqu’à aller lui faire faire un régime car la graisse « confit le cerveau et empêche les neurones de bien fonctionner ». Elle subit une pression permanente de sa mère, jusqu’à créer un véritable conflit de génération. Heureusement, elle pourra s’échapper et trouver son bol d’air en s’occupant d’une colonie de vers à soie.

Céline

11/01/2016

La couleur de l'eau

Couleur de l'eau.jpgLa couleur de l’eau

Kerry HUDSON

Ed. P. Rey

Traduit de l’anglais Thirst par Florence Lévy-Paoloni,

Prix Femina étranger 2015

 Si vous aimez votre maison douillette, les petits déjeuners au soleil sur la terrasse, alors oui, lisez ce livre, l'odeur du bar à frites vous libérera de votre confort bourgeois, de votre ignorance de nantis à l'abri de la salissure. Car ce livre radical est un parti pris sur la misère urbaine. Tout au long des 350 pages l'auteur s'acharne à nous faire comprendre que cette eau là (un joli titre) n'incite pas à la rêverie : peu nous est épargné des descriptions olfactives, réalistes voire triviales des humains qui assurent leur survie. C'est là sa qualité principale, ce récit nous parle des pauvres, dans un décor de pauvres s'étirant sans concession entre Londres des Bas quartiers et la banlieue moscovite. J'ai suivi bien volontiers l'histoire d'amour entre le vigile et la petite voleuse venue de l'Est, j'ai bien repéré leur nid de bonheur précaire, au premier étage, juste dessus de l'enseigne clignotante jusqu'aux miettes au milieu du lit...

Je n'ai cessé d'espérer que des eaux boueuses charriant la corruption post soviétique émergent de vrais personnages. Mais je suis restée sur ma ... soif, même si très conventionnellement l'amour triomphait dans les dernières pages. J'en suis ressortie un peu rincée de mes espérances, pas forcément mécontente de ce vilain temps en littérature, mais (est-ce la traduction ?) pas convaincue non plus: on aurait pu avoir l'arc en ciel....!

Sylvie

07/01/2016

Le charme discret de l'intestin

DocumentaireLe charme discret de l’intestin
Giulia ENDERS
Actes Sud, 2015, 21.80 €
Traduit de l’allemand Darm mit Charm par Isabelle Liber

Absolument d’actualité après les festivités gastronomiques de fin d’année, ce documentaire se penche sur les richesses et la complexité insoupçonnées de nos boyaux… Non, notre système digestif ne se résume pas à un tube !
A commencer par les mécanismes de déglutition et de digestion, l’auteur propose une visite guidée de notre « cerveau d’en bas » et se passionne pour les bactéries qui le régissent. Surpoids, diabète, maladies de peaux, allergies, dépression… et si l’intestin jouait pour notre santé un rôle bien plus important que nous ne l’imaginions ?...

Succès de librairie surprenant, cet ouvrage se dévore comme un roman. Accessible, il réveille l’attention du lecteur par des anecdotes humoristiques ou des analogies choisies… (même si parfois le lien entre l’image utilisée et le sujet peut sembler un peu mince.)
Certaines déductions de cause à effet ne semblent pas évidentes, ni prouvées. Pour autant, l’auteur a le mérite de faire un bilan -compréhensible pour le néophyte- de l’état des recherches sur le sujet, et de lancer des hypothèses. Elle ne prétend pas posséder toutes les réponses, mais ouvre des pistes de réflexion.

Voici un exemple de vulgarisation scientifique absolument réussie ! Merci aux lecteurs de me l'avoir signalé, je me suis régalée (oui, je sais, l'image est facile). Empruntez-le dans l'une des bibliothèques du Pays Mornantais.

Aline

03/01/2016

Le Sorgho rouge

auteurs chinoisLe sorgho rouge
Ya Ding
Stock, 1987

Il s'agit du premier roman de Ya Ding, traducteur d’auteurs classiques français en chinois. Ce récit, écrit directement en français, s'inspire de l'expérience de l'auteur.

En Chine, à la fin des années 1950, Liang, garçon de 9 ans, emménage à la campagne avec sa famille : son père, cadre du Parti communiste chinois, a été envoyé comme « préfet » dans un village reculé pour y propager la révolution communiste. Le village est assez arriéré et pauvre, mais ils s’y font leur place, sa mère travaille comme institutrice, sa petite sœur Ling est gardée par "grand-mère" Song, et Liang se fait un véritable ami. Quant au père, il travaille jour et nuit à construire des puits et des digues, afin d’améliorer les récoltes, pour la gloire de la révolution.
Dans un deuxième temps commence la révolution culturelle. Le jeune Liang, embrigadé, rêve de devenir un révolutionnaire communiste parfait, apprend son petit livre rouge par cœur, grimpe au clocher de l’église pour détruire les symboles religieux, et fait la chasse aux objets et coutumes traditionnels,… Cheveux longs, pantalons étroit et jouets sont proscrits !
Mais les parents de Liang à leur tour sont critiqués, sa mère pour avoir eu un ancêtre condamné par Staline, son père pour avoir fait le jeu des bourgeois en permettant l’enrichissement (tout relatif !) des paysans !!!

C'est sans doute l'un des premiers témoignages sur la révolution culturelle qui nous soit parvenu. J'ai beaucoup aimé le regard sans jugement, mais teinté d'incompréhension, que ce jeune garçon (et sa petite soeur) pose sur les traditions chinoises, puis sur la révolution culturelle qui tente de les éradiquer. A chaque "tournant", l'enfant est prêt à adhérer avec enthousiasme et une certaine naïveté, pour peu que les adultes lui en laissent l'opportunité... et sa désillusion en est d'autant plus amère.

Aline

La joueuse de Go

auteurs chinoisLa joueuse de go
SHAN SA
B. Grasset, 2001, Goncourt des lycéens

Début des années 1930 en Mandchourie. Le roman utilise la narration alternée entre les deux personnages principaux, dévoilant peu à peu leur personnalité, leur relation complexe et ce qui se joue autour d'eux :
D’un côté un combattant japonais envoyé en Mandchourie pour défendre l’empire contre les «terroristes » rebelles chinois. Brave et fier héritier des samouraïs, il a été élevé à la dure, préparé mourir pour la « grandeur éternelle du Japon ». Pour autant, il a connu la tendresse d’une nourrice d’origine chinoise, et une part de lui aime profondément la Chine.

De l’autre côté, une jeune fille éduquée de la ville Mandchoue des Mille Vents, qui dès quatre ans servait de partenaire à son cousin Lu, joueur exceptionnel. Elle brûle de vivre une vie libre et indépendante, et refuse de se laisser imposer une vie monotone sacrifiée à un époux.
« Je saurai maîtriser mon destin et me rendre heureuse. Le bonheur est un combat d’encerclement, un jeu de go. »

Place des Mille Vents, tous deux trouvent un répit et un équilibre devant la beauté du jeu de go. Le choc des pions, leur position sur le damier, les mouvements et les tactiques trahissent les pensées et les humeurs des joueurs. Elle joue avec audace et imagination, lui avec élégance et harmonie. Chacun fasciné par le jeu de l’autre, ils se donnent rendez-vous tous les jours autour du damier.

Très beau récit tout en retenue, dans un cadre et une époque peu connus.

Aline