Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2013

Legend

Legend, par Marie Lu

Castelmore (collection Bragelone pour les ados),

septembre 2012, 279 p., 15,20 €

Traduit de l'américain par Oliver Debernarddystopie,thriller

 

Thriller, dystopie postapocalyptique

 

La République américaine de Californie est une sorte d'oligarchie militaire, en guerre contre les Colonies (que le lecteur suppose correspondre au reste des Etats-Unis). Day, 15 ans, considéré comme mort depuis ses 10 ans, vit dans la rue, hors du système, et harcèle la République à sa façon discrète, tentant de rétablir quelques injustices. Malheureusement, il est repéré en essayant de voler des médicaments pour soigner son petit frère atteint d'une forme mutante de la grave épidémie qui sévit dans les quartiers déshérités.

June, totalement à l'opposé de la société, est une jeune prodige qui a reçu la note maximale à l'Examen décidant de l'orientation des enfants à 10 ans. Elle poursuit une formation accélérée dans les traces de son frère, Metias, brillant capitaine de l'armée. A la mort de Metias, June est missionnée pour retrouver Day, considéré comme son meurtrier.

Mais ce n'est pas si simple, Day et June sont attirés l'un par l'autre et chacun est bourré de qualités... - tandis que le régime est truffé de militaires manipulateurs,  prêts aux pires horreurs.

 

Lecture facile, le lecteur rentre de plein pied dans l'action avec deux personnages principaux. Véritable page turner, thriller romantique presque aussi efficace que Hunger games, même si le scénario est un peu moins original. Annoncé comme une trilogie.

Le tome 2 Prodigy est publié en anglais fin janvier 2013.

 

21/01/2013

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliersfantastique,nazisme,différence

 

Ransom Riggs, traduit de l'américain par Sidonie Van den Dries

 

Bayard jeunesse, mai 2012, 14.50 €

 

Après avoir appelé son petit-fils à l'aide dans ce qui ressemblait à un délire paranoïaque, le grand-père de Jacob est mort dans des circonstances étranges. Jacob l'a trouvé agonisant au fond d'un bois, portant de profondes marques de griffes, et il a à peine eu le temps de recueillir ses dernières paroles avant de fuir à son tour devant un monstre… invisible pour les autres.

 

Sous le choc, hanté de terribles cauchemars, Jacob est encouragé par son psychologue à tenter de comprendre le dernier message de son grand-père, et à se rendre au Pays de Galles, dans l'orphelinat extraordinaire où celui-ci a grandi. Et si les récits de monstres et d'enfants particuliers dont le régalait son grand-père lorsqu'il était enfant n'étaient ni des délires, ni des mensonges… ? Et si sa mort atroce s'expliquait par son enfance ?

 

Récit émouvant et original, qui oscille entre l'année 1940 et l'époque actuelle. C'est une sorte de conte fantastique, certes, mais aussi un livre qui fait réfléchir sur la sécurité et l'enfermement, les persécutions contre les juifs, le devoir d'agir,…

 

Les illustrations, d'anciennes photos sépia de personnages étranges, contribuent à mettre le lecteur dans l'ambiance. Le héros est un adolescent réfléchi, plein de bonne volonté. Il est entouré de nombreux personnages attachants, qui possèdent une certaine profondeur, et dont la différence fait le charme et la force.

 

 

Pour la suite : le tome 2 devrait paraître en anglais au printemps 2013. Et Tim Burton aurait acquis les droits cinématographiques de ce roman, dont l'univers semble fait pour lui !

27/09/2012

Ce qu'ils n'ont pas su nous prendre

Ce qu'ils n'ont pas su nous prendre

Ruta Sepetys

Gallimard (Scripto), octobre 2011,14€

Récit émouvant sur des déportations d'opposants au régime et d'intellectuels de Lituanie après l'annexion des pays Baltes par Staline en 1940.

Lina est une  jeune Lituanienne douée pour le dessin, fascinée en particulier par les peintures de Munch, qui s'apprête à rentrer dans une école d'art. Son père est recteur à l'université. Une nuit de juin 1941, sa famille est raflée par le NKVD et déportée, dans des conditions épouvantables qui rappellent les récits de déportation de la shoah. Après la séparation d'avec leur père et un terrible voyage en wagon à bestiaux, ils doivent lutter pour leur survie dans un camp de travail de l'Altaï. Un certaine solidarité se manifeste entre déportés.

Le roman, inspiré de témoignages de déportés, a des accents de vérité, dans les récits de petites débrouilles pour récupérer une betterave, une patate ou un morceau de bois, pour faire passer des messages dans l'espoir qu'ils parviendront à leur famille. Les dessins de Lina jouent le rôle de lien -des petits cailloux semés dans l'espoir que son père les trouvera- de témoignage, et de gagne-pain aussi à l'occasion.

histoire, URSS, déportationhistoire, URSS, déportation

Le titre français, beaucoup plus porteur d'espoir que le titre anglais, laisse entrevoir ce que les déportés réussissent pour certains à conserver : l'amour, l'humour, la soif de liberté et de beauté.

12/09/2012

Les garçons ne pleurent pas

Boys don’t cry

Malorie Blackman

Milan (Macadam), 2011

 

Travailleur et réservé, le jeune Dante vient de finir ses examens de fin de lycée, et espère avoir gagné une bourse à l’université. Mais ses projets de vie sont bouleversés quand une ancienne petite amie, Mélanie, dépose chez lui… sa fille ! Avec le soutien de son père et de son frère Adam, il doit faire face à ses responsabilités et s’occuper d’Emma.

 

Les sujets pullulent dans ce roman attachant : relations familiales, deuil après la maladie et le décès d’un parent, homosexualité…

29/08/2012

Holden, mon frère

Holden, mon frère

Fanny Chiarello

Ecole des Loisirs (Medium), juin 2012

 

Un gamin des banlieues, dehors toute la journée pendant les vacances d’hiver, franchit la porte de la bibliothèque, car la bibliothèque c’est le seul endroit chauffé où il ne faut rien payer, du moins dans mon quartier. Tout surpris de passer la douane sans se faire démasquer  comme un imposteur, il récolte même un sourire du préposé à l’accueil !

 

Kevin est confronté à un monde à l’opposé du sien : chez lui on pratique des activités viriles ou on regarde la télé ; ouvrir un livre, c’est snob”, et ”les durs à cuire du collège appellent binoclards tous les gens qui lisent autre chose que les revues cochonnes de leur père”. Grâce à une mamie-samouraï  au fort tempérament, il apprend à cohabiter avec Laura la fayotte de sa classe (qu’on croirait inspirée de la Léonnie Gratin de l’élève Ducobu)  et apprivoise les livres. Sa première découverte est L’Attrape-cœur (de Salinger) où il s’identifie au personnage principal, Holden.

 

Voilà un récit gratifiant pour les bibliothécaires et autres amoureux des livres ! Le personnage principal, avec ses contradictions, est émouvant, et le lecteur se régale de le voir s’ouvrir aux autres et s’affirmer. Les autres personnages sont assez caricaturaux… quoique la fin du livre laisse supposer qu’ils sont en fait plus nuancés que n’était capable de le percevoir le narrateur.

 

Recommandé par Adèle, de la librairie Murmure des Mots, et elle a bien raison ! Aline

22/08/2012

Starters

Starters, tome 1 : survivre n’est qu’un débutdystopie

Lissa Price

Traduit de l’américain par Aude Lemoine

R. Laffont, mars 2012, 17.15 €

 

Suite à la guerre des spores, tous les adultes ont été atteints de maladie mortelle, sauf les vieux : les Enders.  D’une très grande longévité, ils monopolisent travail et richesses, niant tout droit aux enfants et aux jeunes, les Starters. Ceux qui n’ont pas de grands-parents privilégiés vivent donc de débrouille.

 

Callie et son petit frère font partie des Starters dépouillés, survivant dans des squats, sans cesse sur le qui-vive. Afin de gagner de quoi nourrir son frère, Callie se rend à Prime Destination, une organisation qui paie illégalement des jeunes pour louer leur corps à des Enders avides de sensations « jeunes ». Mais comment reconnaître les vrais jeunes des vieux ? Comment être certain de récupérer son corps après la location, et en bon état ? Au cours de sa troisième location, Callie cohabite involontairement avec l’Ender qui l’habite, et se retrouve mêlée à un complot politique qui la dépasse… et la concerne directement !

 

Voilà un très bon thriller d’anticipation, à l’intrigue effrayante et au rythme soutenu. Les personnages principaux sont suffisamment complexes pour être crédibles. Le suspense, qui rappelle Hunger Games, est relancé par un certain flou en fin de premier tome… J’attends avec impatience la suite –et fin-  qui devrait paraître en novembre 2012 sous le titre « Enders ».

Aline

Humaine

Humaine

Rebecca Maizel

Traduit de l’américain « Infinite Days » par Valérie Le Plouhinec

Albin Michel (Wiz), avril 2011

 

Rhode se sacrifie pour que Lenah, puissante vampire, puisse redevenir humaine. La voici sur un campus américain, où elle doit réapprendre à vivre comme une humaine de 16 ans (l’âge qu’elle avait lorsque Rhode l’a transformée en vampire, il y a quelques siècles).

Lenah peut enfin retrouver des sensations humaines (le toucher, très bien décrit !), profiter des plaisirs de la vie, se faire des amis, tomber amoureuse… Hélas, pour  son cercle de vampires, il n'est pas question de la laisser s’échapper, et la traque commence !

 

Un roman agréable à lire, qui réconcilie avec le thème des vampires, et analyse avec finesse les sentiments de l'héroïne. Pour l'adulte que je suis, l'effet est un peu gâché par le choix bêtement conventionnel de Lenah, qui tombe amoureuse du roi du campus, musclé, bronzé, etc... au lieu de personnages originaux, dont le destin est trop bref. Mais bon, en plus, Justin est tellement gentil et attentif ! Comment résister à ça ???

 

Le tome 2, prévu en octobre 2012, confirmera la qualité de cette série... ou pas.

Aline

Revived

Revived : la 6ème vie de Daisy A.

Cat Patrick

Traduit de l’américain par Nathalie Azoulai

La Martinière jeunesse (fiction), 2012

 

Daisy meurt d’une allergie aux piqûres de guêpes…. et s’installe quelques jours plus tard dans une nouvelle ville ! Depuis l’accident de son autobus scolaire, lorsqu’elle avait 4 ans, elle fait partie d’un protocole médical visant à tester un sérum de résurrection, et mène une vie particulière, élevée entre deux agents du programme Revived.

 

Cette nouvelle vie s’annonce bien meilleure que la précédente. Cette fois-ci, Daisy se fait tout de suite une meilleure amie… qui se trouve être la sœur du beau gosse sur lequel elle craque complètement au lycée !

 

Amitié, romance avec Matt, originalité et  mystère du programme Revived, déviance de son initiateur et suspense… j’ai trouvé beaucoup de bons ingrédients dans ce roman. Et pourtant, il m’a laissée sur ma faim : les personnages auraient mérité d’être plus développés, et –hormis le sujet de départ- l’intrigue ne présente pas de surprise.

Aline

Waterloo Necropolis

Waterloo Necropolis

Mary Hooper, éditions des Grandes Personnes, mai 2011

Traduit de l’anglais Fallen Grace par Fanny Ladd et Patricia Duez

 

Londres, 1861. L’auteur situe son roman dans une Angleterre peuplée tout autant de personnages généreux  que d’affreux  individus véreux. Grace, presque 16 ans, est orpheline et doit s’occuper de sa sœur Lily, un peu plus âgée mais simplette. Sans ressources depuis la mort de leur mère, elles ont quitté l’institution qui les hébergeait parce qu’un homme s’imposait à elles la nuit. Elles survivent péniblement dans un quartier pauvre de Londres, de petites ventes de cresson.

Pour s’en sortir, Grace accepte un travail de « pleureuse » chez un «marchand de la mort » (entreprise de pompes funèbres) sans scrupules, dont la réelle motivation est de la dépouiller d’un héritage qu’elle ne soupçonne pas.

 

L’intrigue est un peu morbide, mais plutôt bien menée. L’intérêt du roman se situe plutôt dans la description de la société victorienne, agrémentée de références à Charles Dickens. Par contre de grossières fautes de conjugaison agacent nettement à la lecture ! Traduction ratée ou manque de relecture… ?

09:52 Publié dans Livres pour ados | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman, londres

17/07/2012

Nightshade

Nightshade d'Andrea Cremer

 "L'amour interdit vaut-il tous les sacrifices ?"

 Nightshade est l'histoire de Calla, agée de dix-sept ans, qui est l'Alfa de sa meute. Comme tous les siens elle a le pouvoir de se transformer en louve... Le jour de la Lune de Sang, elle doit être unie au séduisant Ren, Alpha de la meute rivale, mais, décidant d'écouter son coeur, Calla se rebelle en sauvant la vie de Shay, jeune lycéen.

En suivant son coeur, Calla risque de tout perdre, y compris sa propre vie...

 "Un roman sombre et étincelant comme un diamant brut"

 Nightshade est le meilleur livre que je n'aie jamais lu, fantastique, plein d'amour et de rivalité.

Iris, 14 ans