Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2012

La maison des parents

Mon Vaisseau Te Mènera Jeudi Sur Un Nuage
Marcus Malte. - Syros, 2011. - (Tempo)

Récit court et poignant, en 8 chapitres courts, comme autant de planètes du système solaire, évoquées dans le titre (moyen mnémotechnique de retenir l'ordre des planètes).
Le narrateur est un jeune garçon dont la famille emménage dans la "Maison des Parents" pour être près de sa petite sœur Justine, hospitalisée en oncologie.

Chaque chapitre commence par un descriptif de planète en italique, puis on entre dans le quotidien d'une famille happée par la maladie, les visites à l'hôpital, la vie et les rencontres dans la maison des parents. Le narrateur semble se protéger de la réalité en s'évadant dans sa passion des planètes et en restant un peu bébé. Sa rencontre avec d'autres habitants de la Maison lui permet d'évoluer, et les discussions avec la jeune Alexia d'en apprendre beaucoup sur les hôpitaux, la maladie, la rémission... (ou pas !)

Aline

Arrête de mourir

Arrête de mourir
Irène Cohen-Janca. - Actes Sud Junior, 2011. - (d'une seule voix)

Samuel est amoureux, et ne souhaite qu'une seule chose, continuer à profiter de ses 17 ans et de sa copine. (J'ai particulièrement aimé la façon extrêmement poétique dont l'auteur raconte comment Samuel l'a séduite...)

Mais voilà, sa mère fiche tout par terre, avec son attitude bizarre, ses post-it de plus en plus nombreux et ses oublis qui se multiplient. Ce court roman est un choc, un cri de douleur de ce garçon qui perd sa mère au fur et à mesure qu'Alzheimer progresse, et à qui sa vie semble échapper. Ses sentiments de frustration et de perte devant la l'évolution de sa maman ont fait écho en moi.

Malgré le sujet poignant, ce roman est splendide !

Aline

25/04/2012

Sorcières

Bande dessinée : Héritages

Scénario de Bénédicte Gourdon, ill.ustrations de Stéphanie Hans, Dupuis (collection Sorcières), janvier 2011, 14.50 €, 56 p.

Nina mène une vie presque normale à Bordeaux (avec les mains gantées en permanence, quand même), jusqu’au jour où son fiancé meurt dans un accident de voiture sans qu’elle parvienne à le sauver. En pleine période de deuil et de remise en question, elle fait la connaissance d’une société secrète de magiciens dirigée par sa grand-mère.  Nina, appelée à lui succéder, doit accepter ses mains magiques de guérisseuse, héritage de ses deux grands-mères, et apprendre à  gérer son don. Cependant d’autres forces sont en jeu : sa mère folle, ayant refusé l’héritage, une autre candidate à la succession…

La grande force de cette bande-dessinée est son dessin, au trait appuyé et à la coloration puissante. Les personnages féminins sont superbes, la ville de Bordeaux bien représentée, par contre, les hommes  ne sont parfois guère plus que des ombres. Le scénario est moins abouti, le lecteur reste un peu sur sa faim car de nombreuses questions restent en suspens.

Bd très esthétique, plaisir de lecture, mais au scénario incomplet si c’est un one shot comme le reste de la collection sorcières.

Aline

 

29/02/2012

le palais de minuit

Le Palais de minuit, Carlos Ruiz Zafon
traduit de l'espagnol par François Maspero, publié en 1994 en Espagne
Pocket jeunesse, janvier 2012, 284 p., 19.30 €

Calcutta, 1932. Suite à l'horrible disparition de leurs parents, deux jumeaux, Ben et Sheere, sont confiés dans des circonstances dramatiques, l'un à un orphelinat, l'autre à sa grand-mère. On les retrouve 16 ans plus tard, ignorant tout de leur histoire familiale, traqués par Jahawal, mystérieux assassin démoniaque, qui utilise le feu et doit tuer l'un de ses enfants pour trouver le salut. Ils sont aidés par les amis   de Ben, prêts à se sacrifier pour leur frère d'orphelinat.

Le style rappelle les autres oeuvres de Zafon, bien écrit quoique tarabiscoté (disons baroque), mais la force du récit s'affadit beaucoup en passant dans un Calcutta qui ne sert que décor aussi factice qu'un décor de photographe.
Suspense, fantastique, horreur et amitié.
Se lit avec plaisir, sans plus. J'ai nettement préféré Marina ou l'ombre du vent.
A partir de 15/16 ans.

11/01/2012

Divergent

Divergent
Veronica Roth. Nathan, 2011. (Blast)

traduit de l'américain "Divergent" par Anne Delcourt

Dans un monde post-apocalyptique, la société est gérée de façon à éviter les conflits : elle est divisée en 5 Factions qui développent chacune une qualité censée prévenir les tensions.
A 16 ans, les jeunes sont testés à l'aide d'une simulation (neurotransmetteur + ordinateur) pour déterminer quel est leur point fort. Le lendemain, ils décident à quelle Faction ils appartiendront toute leur vie :
- les Sincères,
- les Erudits,
- les Altruistes,
- les Fraternels,
- les Audacieux.
BéaTrice vient d'une famille d'Altruistes, la logique voudrait qu'elle devienne Altruiste à son tour. Or son test présente une anomalie, puisqu'il n'est pas concluant. Elle doit cacher sa divergence, sous peine de grave danger, et choisit d'appartenir à la caste des Audacieux, qui l'ont toujours fascinée.

La plus grande partie du roman est constituée de son initiation chez les Audacieux, menée tour à tour par l'impitoyable Eric et par le ténébreux Quatre. Elle révèle la personnalité de chaque aspirant, et fait éclore des amitiés et des haines. Parallèlement, on voit monter les tensions entre les Factions, le système se dérègle peu à peu sous la pression des Erudits : ils contestent l'organisation établie, qui veut que le pouvoir soit confié aux Altruistes puisque qu'ils n'en font usage que pour le bien d'autrui.

Beaucoup d'action et de suspense, à lire d'une traite. Une très bonne trilogie-dystopie,  comme Hunger games ! Le premier épisode est clos dans ce roman, mais on attend la suite, "Insurgent" en anglais, prévue pour l'automne 2012, avec impatience.

Mots clés : dystopie-aventure-amitié-roman d'initiation.

Le peuple des nuées

Le peuple des nuées, tome 1 la soie et l'épée
Kai Meyer. L'Atalante, 2011. (Le Maedre)


Récit atypique, situé dans le Chine de la dynastie Qing, et qui fait nombreuses références à la mythologie chinoise.

Nugua a été abandonnée bébé en offrande aux dragons, et a toujours vécu parmi eux. Mais un matin à son réveil, ils ont disparu. Elle part à leur recherche.
Niccolo, lui, fait partie du peuple des nuées : il a toujours vécu sur une île dans les nuages, maintenue en l'air par un complexe système de pompes exploitant l'éther, dont personne ne comprend plus le mécanisme depuis des générations. Pour une raison inconnue, l'éther vient à manquer, et l'île descend et vient se coincer entre des pics montagneux. Niccolo est envoyé à la recherche des dragons, dont le souffle contient l'éther indispensable.

Ces deux personnages se rencontrent, et mènent leur quête de concert, leur chemin croisant d'improbables personnages : Bisevent aux épées magiques, Pleuring le pleurnicheur, enfermé par un sort dans un costume de dragon, de terribles Mandchous, des semi-dieux chevauchant des grues,...
Voici donc le début d'une trilogie d'aventures fantasy originale et bien menée, aux personnages certes un peu caricaturaux, mais surprenants. Deux ou trois bonnes soirées de lecture en perspective !
Aline

09/01/2012

Bouillon passerelle

Littérature passerelle

Une petite définition pour commencer. Qu'appelle-t-on littérature passerelle ?
Les romans, plutôt édités dans des collections "ados", qui peuvent plaire aussi bien aux adolescents qu'aux adultes.

Nos lectures se sont inspirées de la sélection réalisée par les bibliothécaires en comité de lecture "Crilj Ados"...

Les adultes du Bouillon prisant peu la fantasy , nous nous sommes cantonnés aux livres "réalistes"... sauf Geneviève qui n'a d'ailleurs pas été passionnée par "Bal de givre à New-York" : une distraction pure, sans sujet sérieux. Les lecteurs adultes et sérieux que nous sommes ont du reste trouvé que certains romans jeunesse manquent d'épaisseur, (ou de profondeur ?).

Les livres suivants nous ont plu :

Treize raisons, de Jay Asher (Albin Michel, Wiz, 2010)
Hannah s'est suicidée. Elle a laissé derrière elle une série d'enregistrements destinés aux 13 personnes qu'elle considère comme responsables de son geste, et explique ses raisons. Clay, qui l'aimait en secret et n'a pas su lui venir en aide, est bouleversé, et revit leurs moment ensemble. Ce roman fait débat, certains lecteurs étant agacés par le personnage un peu égoïste d'Hannah, qui veut faire culpabiliser les "responsables" pour des fautes somme toute pas si graves. D'autres trouvent plausible le passage à l'acte de la jeune fille, à un âge où des incidents peuvent prendre des proportions dramatiques...

La couleur de la rage, de Jean-Noël Blanc (Gallimard, Scripto, 2010)
6 nouvelles présentant des adolescents en révolte, avec des personnages, des ambiances et des lieux très différents. J.-N. Blanc est aussi l'auteur du roman "Le nez à la fenêtre", qui faisait partie de la sélection du prix Mes-Sou-Thu 2011.

Comme des trains dans la nuit, d'Anne Percin (Le Rouergue, 2011)
4 nouvelles troublantes, qui nous plonge dans l'adolescence, l'âge des découvertes, des audaces et des erreurs parfois. Marc a honte d'être fils d'éleveur, et fait les 400 coups avec un autre vaurien de son lycée professionnel...En visite à Londres, deux jeunes découvrent que l'art peut être le vrai remède au poison de la mort... etc.

La théorie de la relativité, de Barbara Haworth-Attard (T.Magnier, 2007)
Le jour de ses 16 ans, la mère de Dylan le met à la porte, car il l'encombre pour recommencer sa vie. Comment faire quand on est à la rue avec son sac à dos ? Dylan  fait la manche, cherche des foyers, rejoint des squats, se débrouille comme il peut, essayant d'éviter les risques de la rue... trouve parfois refuge dans une bibliothèque. Il s'invente des théories personnelles (1/4 des passants donne quand il fait la manche).

Lune indienne, par Antje Babendererde (Bayard J., Millezime, 2007)
La mère d'Olivier lui annonce à la fois sa décision de se marier avec un indien Lakota et leur départ pour aller vivre sur une réserve de l'ouest américain. Le "futur" leur a construit une maison écologique (isolation en chanvre). Ils sont bien accueillis, mais certaines relations sont difficiles dans cette famille recomposée : Olivier rejette le nouveau mari de sa mère, et le fils de celui-ci, jaloux, le maltraite. Le patriarche aide les garçons à mieux comprendre la beauté de la nature, la richesse des racines indiennes...
L'auteur, psychothérapeute, s'intéresse beaucoup à la culture indienne. Elle a aussi écrit "le chant des orques" situé chez les indiens de la côte ouest.

Le premier qui pleure a perdu, de Sherman Alexie (Albin Michel, Wiz, 2008)
Junior, jeune indien Spokane de 14 ans, vit dans une réserve assez sordide, où l'alcool provoque de nombreux drames. Différent des autres par sa grosse tête et sa myopie, il est assez lucide pour savoir qu'il n'a aucun avenir sur la réserve. Résolument optimiste, il exprime tout son humour par des dessins (qui illustrent le roman). Plutôt intello, il est accepté dans une école de blancs. L'intégration se fait plutôt bien, mais du coup, il est rejeté par ses copains indiens... Beaucoup d'espoir et d'optimiste dans ce court roman, malgré un environnement bien noir !

Vango, de Timothée de Fombelle (Gallimard, 2010)
Situation de départ : sur le parvis de Notre Dame, Vango se prépare à prononcer ses vœux, lorsqu'il doit brutalement s'enfuir pour sauver sa vie. Vango ignore qui il est, mais son passé cache de lourds secrets. Des îles siciliennes aux brouillards de l'Ecosse, entouré par une galerie de personnages forts, il cherche sa vérité.
Ce roman d'aventures n'est pas sans rappeler "Les aventures de Boro reporter" de Franck et Vautrin. La trame de fond est constituée par les événements historiques entre 1918 et 1936 : montée vers la guerre, trafic d'armes...  Le tome 2 vient de paraître.

Peine maximale, d'Anne Vantal (Actes Sud, romans ados, 2010)
Ce roman captivant et très instructif sur le système judiciaire français présente le déroulement d'un procès en assises, sur trois jours. Le jeune Kolia est accusé de cambriolage et du kidnapping d'un bébé, sa sœur de séquestration. Le roman débute au moment de l'arrivée et de la sélection des  jurés, et se termine sur le verdict.
Chaque court chapitre présente le point de vue d'un des acteurs du procès, heure par heure.  Le lecteur a ainsi accès aux témoignages et aux procédures, mais aussi aux pensées intimes des victimes, des accusés, des avocats, du juge, du greffier, de la famille... peu à peu le lecteur est tenté, lui aussi, de forger son intime conviction, qui évolue avec chaque témoignage.

14/11/2011

La fille du marais

La fille du marais
Franny Billingsley, Editions des Grandes Personnes, sept 2011, 441p., 19€
traduit de l'anglais (USA) "Chimes" par Nathalie Laverroux

Le récit est situé dans une zone reculée d'Angleterre, en bordure de marécage, à une époque non précisée, au moment de l'arrivée du chemin de fer.
Filles de pasteur, Briony Larkin et sa soeur Rose ont 17 ans. Briony la narratrice, est persuadée d'être responsable de la déficience mentale de sa jumelle et de diverses catastrophes qui se sont abattues sur leur famille. Elle se déteste avec application et s'impose de veiller à tout instant sur sa soeur. Douée de seconde vue, elle peut voir les "créatures anciennes", mais garde ce don secret, car les femmes dénoncées comme sorcières finissent pendues.
L'histoire débute à l'arrivée d'Eldric, fils de l'ingénieur Clayborne qui construit une usine pour assécher les marais. Comme les marais sont le refuge des créatures magiques, le Seigneur du marécage se venge en envoyant la fièvre des marais aux habitants du village. Briony, qui craint pour sa soeur si fragile, s'empêtre dans une négociation avec les créatures magiques.

Le récit présente beaucoup de détours et de retours en arrière, sur des moments heureux où Briony pouvait laisser libre cours à son imagination et à sa créativité, et sur des catastrophes qu'elle pense avoir provoquées à cause de ses liens avec les créatures magiques. Le récit, assez glauque, est éclairé par la relation que développe Briony avec Eldric, le fils de l'ingénieur.

Au total, un très bon roman original, un peu gothique à l'image de sa couverture, long et tarabiscoté.

Le dernier hiver

Le dernier hiver
Jean-Luc Marcastel, Hachette Jeunesse (Black Moon), octobre 2011, 448p., 16€

En 2035, Johan raconte comment la nuit et l'hiver éternel sont tombés sur la terre, et comment la Malesève, une maléfique forêt de pins dévoreuse, s'est étendue, repoussant les humains et détruisant peu à peu fin la civilisation.
Resté dans une partie enneigée d'Aurillac qui maintient encore un semblant de vie normale, Johan se désespère d'être séparé de sa merveilleuse Léa partie avec ses parents en exode vers le sud, et qu'il pense en danger à Bergerac. Il finit par partir en expédition en motoneige pour la rejoindre. Par amour pour Johan -et pour chasser leurs propres démons- son frère et 3 amis l'accompagnent dans sa quête désespérée et dangereuse.
Les pins vampires s'attaquent à eux, mais d'autres êtres vivants ont muté en créatures assoiffées de sang... et les plus dangereux de tous sont encore les humains, mutants ou non !

Ce roman d'aventure original, roman initiatique dans une ambiance glacée et glaçante, présente des personnages héroïques mais souffrant chacun d'une fêlure. L'apogée du suspense évoque Hunger games, et se passe (encore !) dans une arène.
Très agréable à lire, en un seul tome.

14/07/2011

Héroïc fantasy ou Science-fiction ?

Les yeux d'Opale
Bénédicte Taffin.- Gallimard jeunesse, sept. 2010.


L'auteur mêle avec habileté deux histoires, l'une de fantasy, l'autre de science-fiction, jusqu'à n'en faire plus qu'une, passionnante :

- Sur Opale, dans le royaume médiéval de Kindar, la princesse Héléa accède au trône après le décès tragique de son père et la disparition de son frère, le prince héritier Sylfin. Méprisée et menacée par les seigneurs du royaume à cause de son ascendance "chimar" (mutante), elle décide de leur livrer bataille.

- Sur Onyx, Angus, épris de liberté, prend part avec d'autres rebelles à l'organisation d'une expédition secrète visant à échapper à l'emprise des Intelligences Artificielles qui les contrôlent, et à s'établir sur une planète encore non terraformée.
Leur vaisseau effectue un atterrissage en catastrophe sur la planète Opale en plein coeur de la bataille médiévale !

Le lecteur découvre peu à peu les deux sociétés, avec leurs règles et leurs coutumes. Les personnages sont complexes et attachants, tous ont des rêves, des envies contradictoires. L'arrivée des Onyxiens, frustrés de se retrouver sur une planète habitée,  bouleverse l'ordre politique et social d'Opale. Les intrigues sont nombreuses, aussi bien à l'intérieur d'un peuple, comme le complot visant à éliminer Héléa, ou l'opposition entre plusieurs factions à l'intérieur du vaisseau spatial, mais aussi entre les différents peuples. Des alliances se créent, d'autres se défont. Les héros ne connaissent pas de répit, et le lecteur non plus...

Mais la rencontre des deux mondes n'est peut-être pas un pur hasard...

J'attends le second tome avec impatience ! Aline