Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2012

Je reviendrai avec la pluie

je voulais écrire quelques lignes sur "Je reviendrai avec la pluie" de Takuji ICHIKAWA .... mais ce serait attrister le blog.

Si Mark Lévy est nippon, je l'ai rencontré... et ma foi.... c'est juste imprégné d'un peu de tradition japonaise ... où de l'idée que j'en ai maintenant.  On ne badine  pas avec la vie conjugale, ni avec l'éducation des rejetons, ni avec l'hygiène. On apprend au passage le nom des fleurs locales.  De la poésie... disait... l'éditeur?

Voilà, j'ai fait ma méchante !

Sylvie

Quelqu'un d'autre a eu un avis différent ?

12:14 Publié dans Zut ! | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2012

Prix Femina 2011

Jayne Mansfield, 1967
Simon Liberati, Grasset, 2011

Selon les critiques, le livre est une splendeur, et la fin de l'actrice symbolise judicieusement la fin du star système des années Hollywood... Et bien, une fois encore, mes goûts diffèrent de ceux des critiques ! Simon Liberati a obtenu le Prix Femina 2011 pour son roman (?) Jayne Mansfield et moi, je suis restée hermétique à ce livre au point de ne pas pouvoir en lire plus du quart !
D'ordinaire, même si l'histoire ne me passionne pas, je me rattrape sur le style, ou inversement... Mais là ???

Dès la première page, le livre déverse son lot de descriptions cliniques : "Le crash eut lieu à un kilomètre et demi du pont des Rigolets, un ouvrage d'art de mille trois cent quatre-vingt-huit mètres de long construit en 1929 et qui serait en partie démoli par le cyclone Katrina en août 2005..."

On s'approche de l'accident : la Buick (Electra 225 bleu métallisé modèle 66) encastrée sous un camion  (semi-remorque Western Star à dix-huit roues de la Société de fret Johnson Motor Lines) dans un mouvement extrêmement lent et détaillé, un zoom interminable ne nous épargnant aucun détail morbide, du toit "arraché et tiré vers le haut comme le couvercle d'une boîte de sardine" aux mèches blond platine éparpillées,...

Plus loin, cette approche millimétrée se concentre sur les derniers mois de l'espèce de monstre de foire qu'était devenue la star à la fin de sa vie. J'ai été plutôt repoussée (et ennuyée !!!) que fascinée par le récit circonstancié de sa déchéance. 

Aline

17:30 Publié dans Zut ! | Lien permanent | Commentaires (0)