Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2015

L'été, c'est BD !

Ile aux femmes.gifL’île aux femmes

Zamzim

Glénat, 2015

Aviateur émérite et séducteur impénitent, Céleste Bompard est réquisitionné pendant la grande guerre comme courrier pour l’armée. Abattu en vol,  il se retrouve sur une île -qu’il croît déserte- avec pour tout viatique les lettres des poilus à leurs femmes. Elles se révèleront bien utiles lorsqu’il lui faudra, comme Shéérazade, négocier sa survie auprès d’une tribu d’amazones férocement hostiles aux hommes…

De l’humour, une histoire peu convenue, avec un rebondissement final. Le dessin est proche de la BD belge classique (ligne claire), mais les personnages un peu plus caricaturaux (le pif de Céleste !).

 

ce n'est pas toi que j'attendais.gifCe n’est pas toi que j’attendais

Fabien Toulmé

Delcourt, 2014

Emouvante histoire vraie de l’arrivée d’une petite fille trisomique, vécue par Fabien, le père. Du rejet absolu du handicap à une histoire d’amour.

Voici un roman graphique touchant par sa sincérité, au dessin clair et efficace (sans effet esthétique) en noir et blanc + 1 couleur variant selon les chapitres. Coup de coeur.

 

Chauve(s).gifChauve(s)

Benoît Desprez

Boîte à bulles (Contre-cœur), 2015

L’auteur évoque par petites touches sensibles –et humoristiques lorsqu’il le peut- le cancer de sa compagne, du verdict à la repousse des cheveux. Comme dans la bande dessinée ci-dessus, le dessin (noir et blanc) clair et efficace sert bien son propos. Très bien, quoique peut-être un peu court pour le sujet.

Grand méchant renard.gifLe grand méchant renard

Benjamin RENNER

Delcourt (Shampooing), 2015

Chargé par le loup de kidnapper les poussins de la ferme, puis de les engraisser afin qu’ils puissent se régaler, le renard froussard essaie de passer pour un grand méchant renard… sans succès.

Cette bande dessinée aux vignettes en couleur très expressives présente des gags à toutes les pages et des personnages désopilants. Gare aux cours d'auto-défense des poules activistes !

 

Amazigh.gifAmazigh, itinéraire d’hommes libres

Mohamed Arejdal et Cédric Liano

Steinkis, 2014

Ce roman graphique retrace les tribulations de Mohamed Arejdal, jeune Berbère qui tente avec ses amis Boufouss et Ali, d’émigrer clandestinement en Europe depuis le Maroc. La liberté dont rêve Mohamed, c’est celle de devenir artiste en Europe. Départ honteux, traversée du désert, de la Méditerranée sur un cercueil flottant, camp de détention en Espagne, brutalités policières suite à ses tentatives d’évasion, et retour à la case départ... ou pas !

La BD est émaillée de croquis qui n’ont rien à voir avec  le récit, mais plutôt avec une réalisation artistique de Mohamed, ce qui est un peu déroutant. Les illustrations en noir et blanc sont expressives, parfois un peu trop proches du croquis pour mon goût, mais très rythmées.

 

Fugazi.gifFugazi Music Club

Marcin PODOLEC

Gallimard, 2015

Récit. Au lendemain de la chute du mur, Waldek et ses amis se battent pour faire vivre une salle de concerts rock et déjantés. Super engagés, ils profitent de nombreuses bonnes volontés et parviennent à mettre sur pied des soirées mémorables. Mais entre corruption, manque de moyens, casseurs, lutte contre la drogue et la mafia, la partie est perdue d’avance…

J’ai bien aimé le sujet, mais le récit ressemble un peu trop à une énumération, et il est dommage que la fin soit annoncée d'avance. Le dessin en noir et bleu est irrégulier, souvent à la limite du croquis, parfois très travaillé, ce qui rend la lecture un peu laborieuse. Pour fans de rock alternatif ?

 

Carnets de thèse.gifCarnets de thèse

Tiphaine Rivière

Seuil, 2015

Roman graphique. Jeanne, prof de collège en ZEP, n’en peut plus de ses classes indisciplinées, et décide de faire une thèse en littérature. Chronique de ses années de galère avec l’administration, son maître de thèse et les autres thésards, ainsi que de l’incompréhension familiale… autodérision et humour noir assez réussis. Les illustrations en couleurs ne présentent pas d'intérêt particulier, mais servent le texte.

 

Reste du monde.gifLe reste du monde

Jean-Christophe Chauzy

Casterman, 2015

Fin de vacances dans les Pyrénées pour Marie. Demain, elle repart pour Paris avec ses deux fils, mais pas pour retrouver son mari, qui vient de la plaquer pour une jeunette. Annoncé par la soudaine panique des animaux, un cataclysme isole le village et le plateau du reste du monde. Affrontant les difficultés au fur et à mesure qu’elles se présentent, Marie et ses fils tentent de s’en sortir dans la nature en crise, alors que les instincts sauvages refont surface.

Le récit est enrichi par des illustrations soignées en couleurs, particulièrement de la nature, dont certaines en double page. Présentée comme un one shot, cette BD est en fait un début de série, qui nous laisse face à nos questions : comment se fait-il que « le reste du monde » ne vienne pas à leur aide ? L'auteur prévoit-il seulement un 2e tome ? d’anticipation ?

(à suivre...)

27/01/2015

Les voleurs de Carthage

Voleurs de Carthage (Les)Voleurs de Carthage (Les) 

Les voleurs de Carthage, tomes 1 et 2

Appollo et Tanquerelle

Dargaud, octobre 2014, 13.99 €

Un Gaulois et un Numide quel drôle de tandem ! C’est pourtant celui qui va rythmer cette série burlesque composée de deux tomes. Nous sommes plongés, ici, au cœur de la grande ville de Carthage au bord du gouffre (les Romains sont prêts à lancer l’assaut).

Dans le premier tome, Horodamus et Berkan sortent des griffes des Romains une jeune fille, Tara, issue d’une grande famille de voleurs d’Utique. Maintenant seule (le reste de la troupe s’étant fait décimer), elle s’associe à nos deux idiots pour leur proposer l’affaire du siècle : voler l’or et piller le temple de Carthage. Mais inclure ces deux énergumènes dans cette aventure ne semble pas être forcément une bonne idée.

Dans le deuxième tome l’histoire se précise et les rouages pour le pillage sont mis en place. L’équipe s’est maintenant agrandie de deux autres personnages tout aussi hauts en couleurs : un prêtre et un soldat. Entre l’avancée des Romains dans Carthage et le peu de professionnalisme de l’équipe, le casse semble commencer avec beaucoup de difficultés. C’est ce qui fera l’humour de ce deuxième et dernier tome.

Appollo et Tanquerelle nous offrent ici un péplum tout en humour et en situations burlesques toutefois avec un fond sérieux (la guerre et la destruction de Carthage). Les illustrations naïves et enfantines renforcent le côté comique. On s’attache aux personnages : à ce Gaulois complètement rustre qui ne pense qu’à embrasser et abuser de la belle Tara et à ce Numide qui se croit supérieur intellectuellement à son ami. Le fond historique de cette bande dessinée reste sérieux et véridique. Un intérêt supplémentaire à ce diptyque.

Riche en aventures et en rebondissements cette histoire nous offre un très bon moment de détente à savourer en ce moment au chaud sous sa couette. 

Voir ici le commentaire d'Ismène

Céline 

12/01/2015

Bouillon BD - roman graphique

Les noix, c'est de saison. Alors nous les dégustons sous forme de gâteau, de tarte,... en présentant les dernières bandes dessinées lues. Pour certains, la lecture de BD est un effort, pour d'autres un grand plaisir ! Voici celles que nous avons aimées :

 

bande dessinéebande dessinéeLes vieux fourneaux

Wilfrid LUPANO, ill Paul CAUUET, Dargaud, 2014, 11.99 €

Tome 1, Ceux qui restent         Tome 2, Bonny and Pierrot

Mimile, Pierrot et Antoine sont de vieux amis forts en caractère. Maintenant qu’ils sont à la retraite, nos trois septuagénaires ont les moyens d’appliquer leurs anciens idéaux libertaires, et vivent plus ou moins en autarcie. Antoine, veuf, apprend que sa femme le trompait avec son patron. Et voilà nos trois vieux soixante-huitards partis pour un road-movie vers la Toscane… Beaucoup d’humour dans leurs aventures loufoques.

Lire aussi Ma révérence, de Lupano, qui a rencontré un grand succès l’an dernier au prix MES-SOU-THU.

 

bande dessinéeRiche : pourquoi pas toi ?

Marion MONTAIGNE, Michel et Monique PINCON, Dargaud, 2013, 133 p, 17.95 €

Philippe Brocolis, est l’heureux gagnant de la cagnotte du Loto. Avant, les choses étaient simples : pour Philippe, être riche, c'était – eh oui ! – avoir de l'argent ! Pourtant, après avoir reçu son gain, il s'aperçoit que ce n'est pas si simple à définir, la richesse.

Marion Montaigne s'appuie sur les écrits de deux authentiques sociologues « spécialistes des riches », pour raconter en scénettes humoristiques l’argent et les riches. Le titre du premier chapitre est déjà très évocateur : à partir de combien est-on riche ?

L’auteur n’en est pas à son premier coup d’essai. Elle a déjà publié plusieurs bandes dessinées de vulgarisation scientifique, pleines d’humour. (cf. Tu mourras moins bête.)

 

bande dessinéeLydie

ZIDROU, Jordi LAFEBRE, Dargaud, 2010, 60 p, 14.99€

Dans l'impasse du bébé à moustaches, Camille, une jeune femme un peu simplette, accouche d'un bébé mort-né. Refusant de croire à sa mort, elle fait comme si la fillette était toujours là, et, contre toute attente, les habitants du  quartier jouent le jeu et la soutiennent  dans son déni. Année après année, tous donnent corps au petit fantôme… jusqu’à une fin surprenante.

C’est une histoire d’amour maternel insensé, tendre et pleine de poésie, mais aussi une histoire de solidarité, dans des décors des années 30 rendus avec délicatesse avec des tons sepia.

 

bande dessinéeCe n’est pas toi que j’attendais

Fabien TOULMé, Delcourt, (Encrage), 18.95 €

Fabien et sa femme attendent un deuxième enfant. Pendant la grossesse, le père ne cesse de s'inquiéter pour le bébé, et le jour de la naissance, il s'angoisse encore : quelque chose cloche chez Julia. Quand une trisomie est finalement dépistée, la vie de Fabien s'écroule. Avec une honnêteté sidérante, il raconte l'horreur, les crises de larmes, la panique, le rejet de sa petite fille qu’il n’arrive même pas à toucher.  Mais aussi le parcours médical, l’aide psychologique reçue, la rencontre avec ce bébé pas comme les autres et l'amour qui lui vient peu à peu.

bande dessinéeLe dessin, en noir et blanc + une couleur qui varie selon les chapitres, n’est pas « joli », mais il sert bien l’histoire, courageuse, et émouvante.

A rapprocher de la BD Le cœur enclume de Jérôme RUILLEZ sur le même sujet.

 

bande dessinéePaul au parc

Michel RABAGLIATI, La Pastèque (Montréal), 2011, 143 p, 21.40 €

Paul au Parc est le 7e album d'une série autobiographique commencée en 1999 (prix d’Angoulême). Les tomes peuvent se lire dans le désordre, ils présentent des tranches de vie d’une famille québécoise d’origine italienne dans les années 1970. Paul vit à Montréal avec ses parents et sa sœur sur le même palier que sa grand-mère et sa grand-tante, fort encombrantes. A 10 ans, il se passionne pour le métier d’auteur de bande dessinée, rêve de la jolie Hélène, et découvre le scoutisme. L’album, plein d’humour et de tendresse, baigne dans une douce nostalgie de l’enfance. En même temps il n’est pas aussi superficiel qu’il y parait : à partir d’anecdotes de la vie quotidienne, l’auteur aborde des sujets comme l'entrée dans l'adolescence, la naissance d’une vocation, les premiers émois amoureux, les relations familiales (Aline et sa belle-mère), l’amitié et la politique : Paul se préoccupe peu de la politique, mais la montée du FLQ (Front de Libération du Québec) ne peut pas être ignorée... Le dessin est assez dépouillé, en noir et blanc, mais la ligne est claire, les personnages et les situations expressifs.

 

bande dessinéeLes gardiens du Louvre

Jirô TANIGUSHI, Futuropolis/Louvre éditions, 2014, 20€

Un Japonais venu en France pour voir des toiles de maîtres, tombe malade et, incommodé par la foule, fait un malaise au Louvre. A partir de là, le récit bascule dans la dimension du rêve, où le narrateur est guidé par les esprits tutélaires du Louvre, et visite non seulement les œuvres, mais aussi les lieux où elles ont été peintes. De très belles pages sur la forêt de Corot, et le déménagement qui devait mettre à l’abri les œuvres du Louvre en 1939. On retrouve avec bonheur les dessins très soignés de Tanigushi dans cette déambulation intemporelle.

Une partie documentaire sur quelques peintres français et un Japonais complète la bande dessinée.

Dans cette collection « Musée du Louvre », voir aussi Le chien qui louche, d’Etienne Davodeau.

 

bande dessinéePiège nuptial

Christian de METTER, adapté de « Cul de Sac » de Douglas KENNEDY, Casterman, 128 p, 18 €

Nick, journaliste américain abordé par une autostoppeuse, se retrouve séquestré par la famille de celle-ci au fin fond du bush australien. Prisonnier de cette communauté fruste, violente et dégénérée, dépouillé de ses papiers et placé sous surveillance constante, il ne pense plus qu’à s’enfuir… Le dessin très sombre rend bien l’atmosphère malsaine et glauque du roman. Le récit présente des ellipses qui ont gêné notre lectrice peu habituée aux bandes dessinées.

L’auteur a adapté avec succès plusieurs romans noirs, dont Figurec et Shutter Island. Lire aussi Rouge comme la neige, superbe album où Christian de Metter est à la fois auteur et dessinateur.

 

bande dessinéeMort au tsar, tome 1 : le gouverneur

Fabien NURY, Thierry ROBIN, Dargaud, 2014, 57 p. 13.99 €

Moscou, 17 septembre 1904. Sur le parvis du palais du gouverneur général de Moscou, la foule manifeste, révoltée par la misère. Au balcon, le gouverneur Sergueï Alexandrovitch, oncle du jeune tsar Nicolas II,  lâche son mouchoir... donnant le signal pour les soldats de tirer dans la foule. Geste prémédité ou mouvement involontaire ? Le gouverneur semble sincèrement atterré par la haine de la foule, et tente de protéger sa famille des répercussions de son acte. Désormais, il le sait, il est la cible des révolutionnaires. Une fois de plus, le remarquable scénariste qu'est Fabien Nury (Il était une fois en France) présente un personnage ambivalent et s’inspire de l’Histoire pour écrire une fiction très réaliste. Son duo avec Thierry Robin (La mort de Staline) fonctionne avec efficacité, dans des scènes au découpage dynamique et efficace.

Un deuxième tome, présentera l’histoire vue par l’auteur de l’attentat contre Sergueï Alexandrovitch.

 

bande dessinéeLe soldat

Olivier JOUVRAY et EFA, Le Lombard, 2014, 72 p, 16.45€

Lors de la guerre de Sécession, Henry et Wilson, deux jeunes fermiers et amis d’enfance, s’engagent pour la gloire dans l’armée nordiste. Ils pensent revenir auprès de leurs proches rapidement en héros… Cette histoire reflète la dure réalité de la guerre, et surtout son absurdité. Il pourrait s’agir de n’importe quelle guerre ! Le côté psychologique est bien rendu : comment on motive les troupes, et comment chacun est ensuite confronté à la dure réalité du terrain. L’ennemi est diabolisé dans l’imaginaire d’Henry, qui voit les morts de la guerre sous forme de revenants, mais dans les faits, il se retrouve face à un jeune soldat qui lui ressemble.

 

Les profs

PICA, ERROC, Bamboo

Série d’humour, présentant de façon caricaturale mais assez juste les jeunes face aux profs, ou inversement : professeur feignant plein d’astuces pour ne pas assurer son cours, ras le bol en salle des profs, etc. Léger et amusant.

Autres bandes dessinées que nous avons aimées

bande dessinéebande dessinéebande dessinéebande dessinéebande dessinée 

bande dessinée

 

 

 

 

 

 

 

Chroniques Birmanes / Chroniques de Jérusalem, de Guy DELISLE

Les ignorants, récit d'une initiation croisée, d'Etienne DAVODEAU

Les damnés de Paris, de Michaël LE GALLI et Marie JAFFREDO

Couleur de peau : miel, de JUNG

Moi Chloé, génie en herbe, de KARINKA            

Quelques jours ensemble, ALCANTE et Fanny MONTGERMONT

02/11/2014

Festival de la Bulle d'Or

 bande dessinée

Avis aux bédéphiles ! Le Festival de la Bulle d’Or est de retour les 15 et 16 no­vembre à Brignais !

- vente de BD neuves et d’occasion, objets para-BD, expositions de planches originales, fresque en live, atelier de sérigraphie, caricaturistes, animations enfants.

- rencontres d'auteurs, dessinateurs, illustrateurs, coloristes ou scénaristes, disponibles pour des moments d’échanges privilégiés et des dédicaces per­sonnalisées. Parmi eux, citons Pixel Vengeur (l’auteur de l’affiche du Festival), Pourquié, Lu Ming, Mora, Biancarelli, Amoretti, Boudjellal, Jouvray, Casenove, Ducoudray, Quignon, Mara, ou encore Meynet...

 

25e FESTIVAL DE LA BULLE D’OR

Samedi 15 et dimanche 16 novembre 2014, de 10h à 18h, à Brignais Complexe Pierre-Minssieux - Boulevard des sports

Remise des Prix : samedi 15 novembre à 17h.

Prix d’entrée :

Plein tarif : 4€ - Tarif réduit : 2€ (mineurs de plus de 12 ans/étudiants/chômeurs)

Familles : 10 € (quel que soit le nombre de mineurs de plus de 12 ans)

Gratuit pour les moins de 12 ans accompagnés et pour les personnes déguisées en héros de BD.

+ d’infos :www.brignais.com/festivalbd

15:33 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bande dessinée

13/08/2014

Duel à Elk Spring

duel à Elk Spring.jpgLes aventures de Rabbi Harvey : Duel à Elk Spring

Steve Sheinkin

Traduit de l’américain « Rabbi Harvey vs. the Wisdom Kid »

Yoda éditions, 2011, 122p.

 

«  - C’est bien connu que si vous laissez tomber une tranche de pain beurrée du côté beurré, elle tombe toujours du côté beurré. Mais l’autre jour, j’ai fait tomber ma tranche et elle est tombée du côté non beurré. Qu’est-il arrivé ?

-          C’est simple. Vous l’avez beurré du mauvais côté

-          Félicitation, Wolfie. Vous avez le poste »

Le ton de ce roman graphique est ici donné. A première vue rien ne laisse présager une histoire aussi fantasque : dessins simples en noir et blanc, bulles très présentes et denses. Pourtant une fois les premières cases lues on ne peut plus s’en détacher. L’humour, assez hilarant, est présent dès les premières lignes et on s’attache d’emblée au personnage principal qui n’attire que sympathie : le rabbin Harvey.

Installé dans la petite ville d’Elk Spring, au coeur du Colorado, le Rabbin Harvey (seul rabbin de ce village) vend ses conseils à un stand tous les jours pour 5 cents (conseils plein de philosophie !). Mais voilà qu’un autre rabbin, Rabbi Ruben, essaie de lui voler sa place.

En introduction Steve Sheinkin résume lui-même : « … récits sur la sagesse juive qui ont pour décor les rues poussiéreuses du Far West (…) j’ai rassemblé des éléments de sources diverses : folklore juif, légendes hassidiques (...), contes de Rabbi Nahman et enseignements talmudiques. Le héros du livre, Rabbi Harvey, protège sa ville et rend la justice en utilisant pour toute arme la sagesse, la bonté et l’humour. Il est un mélange de rabbin (…) et de shérif de western. »

Joli coup de coeur pour passer un très bon moment de détente.

Céline

13/11/2013

Les petits Mickeys dans le grand monde à Soucieu

et voici déjà le  temps des bilans...

Notre atelier de dessin BD, avec Karinka, a attiré une douzaine d'artistes en herbe, crayon et gomme à la main, qui n'ont pas ménagé leurs efforts... Terriblement concentrés, ils n'ont pas perdu une miette des enseignements de l'illustratrice !!!

bande dessinéeDe son côté, le critique de BD Laurent Mélikian a fasciné son public avec son intervention sur la bande dessinée internationale. Passionné par son sujet, il nous a offert une conférence formidable.

Nous savons maintenant que nous ne savions rien de l'art séquentiel : toute la production italienne, espagnole, philippine, chinoise, indienne... nous était inconnue ! Nous avons pu feuilleter une partie de sa fantastique collection internationale, de la BD de propagande aux historietas et aux aventures bollywoodiennes.

Même les non-amateurs de BD ont été emballés, c'est dire ! Alors, merci Laurent !!!

13:52 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bande dessinée

22/10/2013

Festival de la Bulle d'Or : le Off

Programme en marge de la Bulle d’Or

Bibliothèque Eclats de Lire

à Soucieu en Jarrest

 

bande dessinéeExposition

Techniques du 9ème art

du 2 au 30 novembre 2013

 

Cette expo originale, créée par On a marché sur la Bulle, passe en revue l’ensemble du processus de fabrication d’un album de bande dessinée : du travail du scénariste à la mise en couleur en passant par les codes et les spécificités techniques.

 

 

Atelier de dessin BD

Animé par l’illustratrice Karinka

mercredi 6 novembre de 15h à 17h

pour les enfants >8 ans

gratuit, sur réservation (04 72 31 15 53)

 bande dessinéebande dessinée

 

 

 

de 17h à 18h30,

Karinka restera à disposition du public

 pour discussion, vente, autographes…

Karinka est l’auteur des séries :

« Moi Chloé, génie en herbe » et « Zone 51 »

publiées à La Fourmilière BD (Lyon)

 

 

La bande dessinée, un phénomène mondial

conférence-rencontre avec Laurent Mélikian,

critique de Bandes Dessinées

samedi 9 novembre de 10h30 à midi

entrée libre

 

 Dès qu'il sait dessiner, l'homme utilise une succession d'images pour se raconter. Aujourd'hui encore, chaque culture possède sa propre forme de bande dessinée. De l'Asie à l'Amérique latine en passant par l'Europe du Nord, les petits Mickeys sont des acteurs du grand monde. Se jouant des frontières, ils se nourrissent et enrichissent les courants d'imaginaire autour du globe.

Voyage sur une planète en cases et bulles.

 

 

Voir le programme  complet de la Bulle d’Or 2013

30/09/2013

Ouessantines

bande dessinée,île,mystèreSoizic, bretonne presque aussi têtue que sa mère, décide de changer de vie, et de s'installer sur l'île d'Ouessant où elle a fait retaper une vieille maison pour ouvrir des chambres d'hôtes.

Le moins qu'on puisse dire est que l'accueil des îliens est très frais. Ils sont excessivement méfiants, et tentent de la décourager de rester sur l'île.

Tous, sauf Marie, heureuse de voir arriver cette jeune femme entreprenante, et qui pourtant  se suicide quelques jours après. Dans son testament fraîchement refait, Marie lui laisse pour mission de mettre de l'ordre dans ses affaires, provoquant l'ire des vieilles îliennes,  ses amies de toujours…

 

La chronologie et le récit sont faciles à suivre, et les portraits de personnages et l'ambiance sont bien rendus. Le dessin est clair, expressif, les couleurs bien réussies, fraîches et pimpantes lorsqu'il fait beau, grisées à souhait sans brouiller le trait lorsqu'il pleut. Par contre, la progression du  mystère et du suspense ne m'a pas semblé suffisamment construite.

Aline

Ouessantines

Scénario de Patrick Weber, dessin de Nicoby

Couleurs Kness

Vents d'Ouest, mai 2013, 126 p., 18.25€

17/09/2013

Une histoire d'hommes

bande dessinée,rock,amitiéLeur groupe de rock, les Tricky Fingers, commençait à percer, les quatre garçons avaient le vent en poupe : Sandro, le chanteur charismatique, Yvan, le compositeur guitariste, JB et Franck le batteur… incontrôlable. Mais voilà, l'émission prévue le 18 avril 1995 à la BBC a tourné court, et le groupe s'est séparé brutalement.

 

Vingt ans après, les quatre copains se retrouvent tous ensemble pour la première fois depuis cette soirée catastrophique. Sandro est le seul à avoir percé dans la musique, il est même devenu  une star du rock. A l'opposé, Yvan n'a pas avancé : il n'a plus touché à sa guitare, et ne s'est jamais engagé dans une relation durable. Entre les deux, il y a JB, rangé, qui a repris l'entreprise de surgelés du beau-père, et puis Franck, tenancier de bar, désormais chauve mais toujours aussi "lourd".

Au cours du week-end, ils se rappellent leur jeunesse, et discutent enfin de ce qui s'est passé cette fameuse soirée… et depuis. Cette mise au point leur permettra  -sans doute- de faire leur deuil et de recommencer à vivre.

 

A l'opposé des albums jeunesse pleins d'humour de Zep, voici une BD adulte plus mélancolique et psychologique. Une belle histoire d'amitié, qui avance à force de flashbacks bien maîtrisés. Le dessin est assez arrondi, et les couleurs pastel (bleus, roses et violets teintés de gris) accentuent l'ambiance nostalgique.

 

Une histoire d'hommes

Zep

Rue de Sèvres, sept. 2013, 18 €

08/07/2013

Bouillon de BD

Pour certains participants, c'est une découverte de la bande dessinée actuelle pour adultes. Parmi les  titres sélectionnés et appréciés, beaucoup de BD historique, et de très beaux récits.

 

bande dessinéeLa mort de Staline

Tome 1 : agonie, tome 2 : funérailles

Fabien Nury et Thierry Robin

Pas besoin d'être un expert pour lire avec intérêt cette BD historique, pas forcément 100 % véridique, mais très crédible, qui relate les manigances autour du pouvoir au moment de la mort de Staline.

 

bande dessinéeL'art de voler

Antonio Altarriba

Le 4 mai 2001, le père de l'auteur, âgé de 90 ans, saute du 4ème étage de sa maison de retraite... Son fils retrace son histoire, marquée par la guerre d'Espagne, les camps en France, le marché noir du charbon à Marseille pendant l'occupation,… mais aussi par un talent particulier pour la mécanique.

 

bande dessinéeLa guerre d'Alan

Emmanuel Guibert

Récit tiré des souvenirs de l'ancien militaire, Alan Ingram Cope, né en 1925, qui raconte sa vie à l'auteur, avec des allers retours. Le tome 1 se passe plutôt pendant son service, le tome 2 pendant la 2nde guerre mondiale en France, le tome 3 dans les camps.

  

bande dessinéeEgon Schiele, 1890-1918

Xavier Coste

Portrait romancé du peintre, mort à 28 ans de la grippe espagnole : ses rapports aux femmes, sa peinture érotique et provocatrice, son séjour en prison après avoir été soupçonné de pédophilie. La BD parle peu du mouvement des peintres Viennois avant la 2nde guerre, mais évoque le soutien dont il a bénéficié de leur part. Klimt en particulier ne l'a pas laissé tomber même lorsqu'il a séduit sa maîtresse.

 

bande dessinéeUn printemps à Tchernobyl

Emmanuel Lepage

En 2008, l'auteur est invité près de Tchernobyl par un groupe de militants antinucléaire. Il livre un reportage en dessin sur la vie des survivants et de leurs enfants sur les terres contaminées, et rend compte de ses rencontres avec des personnes chaleureuses et pleines de vie malgré tout. Un thème proche du  très beau roman La nuit tombée, d'Antoine Choplin.

 

bande dessinéeChroniques Birmanes

Guy Delisle

En 2007, l'auteur suit sa femme, qui travaille pour Médecins Sans Frontière en Birmanie. Père au foyer, il évoque à la fois ses petits tracas quotidiens et de grandes considérations par rapport au pays. Il est écœuré par le milieu des expatriés et le pouvoir des grandes multinationales, dans ce pays dominé par la junte militaire.

 

bande dessinéeLe photographe  (3 tomes)

Emmanuel Guibert (scénario et dessins)

Frédéric Lemercier (couleur et mise en page)

Didier Lefèvre (scénario et photographie)

Le Photographe retrace le parcours d'une équipe de Médecins sans frontières entre le Pakistan et l'Afghanistan alors occupé par l'URSS, de 1986 à 2002. Basée sur le témoignage et les clichés de Didier Lefèvre, photographe à qui Médecins sans frontières avait demandé de réaliser un reportage, sur "la longue marche des hommes et des femmes qui tentent de réparer ce que d'autres détruisent". La série mêle BD en sépia et couleurs, et photos  en noir et blanc.

 

bande dessinéeParoles de poilus, 1914-18

Ces lettres et carnets du front, déjà parues, présentent grand intérêt historique. Le texte intégral est donné, puis traduit en BD. Chaque lettre est  illustrée par un dessinateur différent.

Même principe pour les Paroles d'étoiles, à partir de récits de Juifs pendant la dernière guerre.

 

bande dessinéeL'affaire du voile

Pétillon

Le détective Jack Palmer, toujours perdu dans son imperméable beige à la Colombo et toujours aussi incompétent,  enquête cette fois-ci sur la disparition d'une jeune fille qui se serait convertie à l'islam. L'auteur réussit avec humour à renvoyer dos à dos modérés et extrémistes.

 

bande dessinéeL'hôte

Jacques Ferrandez

D'après l'œuvre d'Albert Camus, l'auteur rend magistralement l'ambiance des Hauts-Plateaux d'Algérie et les tensions entre Algériens et Français, qui n'empêchent pas quelques vraies rencontres empreintes de respect. Une histoire tragique et un régal pour les yeux.

 

 

bande dessinéeLe bleu est une couleur chaude

Julie Maroh

A sa mort, Clémentine demande à ses parents de transmettre son journal intime à Emma, "la fille aux cheveux bleus" et l'amour de sa vie. Le journal retrace toute l'histoire de la relation entre les deux femmes. Le dessin, est élégant, réalisé en teintes de gris rehaussées de touches de bleu pour les yeux et cheveux d'Emma. Une poignante histoire d'amour et de recherche de soi.

La BD a remporté plusieurs prix, dont celui du Public Fnac-SNCF au festival d'Angoulême 2011. Une adaptation cinématographique a été réalisée par Abdelatif Kechiche, avec Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos dans les rôles principaux. La vie d'Adèle a reçu la Palme d'or au Festival de Cannes 2013.