Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2012

Cuisine tatare et descendance

Cuisine tatare et descendancefamille,cuisine,russie

Alina Bronsky, traduit de l'allemand par Isabelle Liber, Actes Sud, 2012, 23.40 €

Rosalinda nous fait partager sa façon d'affronter la misère omniprésente en URSS dans les années 1980 : pénuries, corruption, appartements collectifs,... Lorsque sa fille tombe enceinte, elle donne à sa petite-fille le nom de son ancêtre tatare Aminat, et prend à bras-le-corps  son rôle de grand-mère. Orgueilleuse et manipulatrice, elle régente toute la famille, et fait subir à tous d'insolites épreuves "pour leur bien"

C'est drôle et triste à la fois, mordant et douloureux. C'est aussi l'histoire d'un peuple déboussolé par des années de privations : les Tatars, ancien peuple turc nomade, l'une des minorités opprimées d'URSS.

Jacqueline

21:23 Publié dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : famille, russie

12/09/2012

l'armoire des robes oubliées

L’armoire des robes oubliées

Riikka Pulkinen

Traduit du Finnois Totam par Claire St Germain

Albin Michel, janvier 2012

 

Elsa, la grand-mère, est en phase terminale. Elle et son mari, Marrti, essaient de vivre au mieux des journées qui restent, de profiter de la vie et de leur famille, même si les relations avec leur fille Eleanoora ne sont pas toujours faciles.

Mais la fin de vie est aussi l’heure des bilans. Lorsque leur petite fille ressort d’une armoire une robe oubliée, le passé remonte : leur carrière prestigieuse à tous deux, et les années où ils ont embauché une jeune fille, Eeva, pour s’occuper de leur petite Eleanoora…

 

Le récit alterne les époques, et expose les relations entre des personnages passionnés. Une sorte de destin circulaire relie Eeva et Anna, la fille d’Eleanoora, qui se retrouvent dans une situation similaire.

Ce roman a recueilli de très bonnes critiques,  cependant, je l'ai apprécié sans y adhérer totalement...

Aline