Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2015

Invisible

roman,science-fictionInvisible

Fabrice COLIN

Mango (Autres Mondes), 2009 

En 2019, deux adolescents, Tiago et Douglas sont des petites frappes faisant partie d'un gang. Pour s'en sortir, ils font des casses et obéissent à Angel le chef du groupe. Sauf que cette fois-ci, le casse ne se passe pas comme prévu. Ils ont été attendus, et l'armée a débarqué. Dans sa fuite, Douglas emporte une valise qu'il a quand même réussi à dérober. Après quelques efforts, les jeunes parviennent à l'ouvrir, mais elle contient un flacon qui semble vide. Poussé par la curiosité, Douglas l'ouvre... lâchant des milliards de Nanorobots : des machines minuscules, invisibles à l'œil nu, prévues pour prendre le contrôle des êtres humains et modifier leur organisme. Que vont devenir Tiago et Douglas ? Quel avenir pour leur société après cette mise en liberté de tous ces Nanorobots ?

Roman facile, certes, mais qui permet un rythme rapide. L'action arrive tout de suite, les aventures se succèdent sans temps mort. Beau récit de science-fiction pour les ados mais aussi pour les adultes qui trouveront du plaisir dans ce genre de littérature. Tous les ingrédients sont réunis : aventures, rebondissements, histoire d'amour, d'amitié.

Depuis 2000, la collection Autres Mondes fait sa place dans les romans adolescents. A partir de romans de SF actuels qui mettent en scène notre société, cette collection propose aux jeunes une réflexion sur le monde qui nous entoure et sur son évolution réelle et possible.

Disponibles à la bibliothèque au rayon ado :

Fabrice COLIN : Memory Park

Nathalie LE GENDRE : Automates, 49302

Danielle MARTINIGOL : Les abîmes d'Autremer

Johan HELIOT : Ados sous contrôle

Christophe LAMBERT : La loi du plus beau

Céline

08/02/2015

Amours

roman,condition féminineAmours

Léonor de Récondo

S. Wespieser, 2015, 276 p., 21 €

1908, dans une petite ville du Cher, le quotidien lisse et respectable du notaire Anselme de Boisvaillant et de sa femme Victoire est un peu assombri par l’absence de descendance. Victoire ressasse son ennui, Anselme s'inquiète d'un possible secret de famille. Pour autant, dans leur maison bourgeoise, "Chacun restait à sa place, jouant son rôle à la perfection… Anselme à son étude, Victoire à ses pensées, les domestiques à leurs obligations."

Désirs et amours se croisent, pas toujours au bon endroit ou là où on les attend : amour charnel ou amour forcé, acceptation ou rejet de son corps, amour maternel… ou pas ! Jusqu’à la naissance « du mauvais côté du lit » du petit Adrien, qui vient remuer les espoirs et les sentiments.  

Léonor de Récondo évoque, d’un point de vue féminin, la condition féminine et la place infime laissée aux domestiques, à qui on ne demande pas leur avis même pour les décisions qui les concernent au plus près.

"Si [Céleste] avait eu le choix –mais ce mot n’existe ni dans sa condition, ni dans son vocabulaire- elle aurait dit : Non ! Elle l’aurait même hurlé". Au lieu de quoi, elle suit bravement le conseil d’Huguette "Garde la tête haute, c’est tout ce que nous pouvons faire, nous autres ! Garder la tête haute pour faire croire qu’on n’a pas honte."

Un instant, les barrières sociales et les convenances semblent sur le point d’être bousculées, mais elles ont la vie dure !

La trame du récit réserve quelques surprises originales, le sujet en est émouvant -voire mélodramatique-,  mais je les ai trouvés mal accordés à une langue lisse et poétique, qui tient la réalité à distance. Ce pourrait être du roman réaliste, c’est de la broderie à petits points… Je l'aurais voulu âpre, il est mélancolique.

Aline

03/11/2014

L'amour et les forêts

roman, rentrée littéraire, harcèlementL’amour et les forêts

Eric REINHARDT

Gallimard (Blanche), août 2014, 368 p, 21.90€

A l’origine du livre : la rencontre entre l’auteur et une lectrice transformée par la lecture de son dernier roman. Leur discussion donne lieu à de très belles pages sur la relation entre l’écrivain et le lecteur, l'écriture, et ce que peut apporter un roman à son lecteur, mais aussi les peurs de l’écrivain.

Peu à peu, Béatrice Ombredanne révèle des pans de sa vie, soumise au harcèlement constant de son mari. Sa situation, tendue entre son besoin de perfection pour ses enfants et son travail, et la conscience que son mari l’humilie et la manipule, est très émouvante.

A la lecture, cependant, j’ai été gênée par les différentes versions de sa vie que donne Béatrice à ses interlocuteurs. Chaque confident a droit à une facette de sa vérité (ce qui en soit est normal : nous ne confions pas les mêmes choses à différentes personnes), mais ces différentes facettes ne m’ont pas semblé concordantes, si ce n’est qu’elles pointent toutes vers une relation désastreuse avec son mari, à laquelle Béatrice ne se soustrait que trop ponctuellement, pour une liaison d’un jour ou un séjour à l’hôpital psychiatrique.

L’écriture, pour moi aussi, comporte des incohérences : l’amant est trop parfait, la sœur s’exprime de façon trop raffinée, pas franchement crédible dans un dialogue… C’est donc un roman que j’ai lu avec intérêt, et empathie pour la situation du personnage, mais qui ne m’a pas convaincue.

Aline

19/10/2014

Portrait d'après blessure

rentrée littéraire,roman,attentat,photographie,pressePortrait d’après blessure

Hélène GESTERN

Arléa (1er Mille), sept 2014, 231 p., 20 €

Collègues de travail pour une série télévisée à base de photos d’archives, « Histoires d’images », Olivier et Héloïse sont victimes d’une explosion dans le métro et s’en sortent de justesse, blessés.  La photo choc de leur évacuation est diffusée par la presse à sensation, puis relayée sur internet. Autant que par le présumé attentat et ses séquelles, leur vie se trouve bouleversée par cette mise à nu impudique. Il leur faut se reconstruire par rapport à l’explosion, mais aussi à cette exposition médiatique, démultipliée par les nouveaux moyens de communication, où « leur intimité [a été] disséquée au scalpel méchant de la presse à scandale ».

Hélène Gestern fait progresser son roman sur plusieurs tableaux : la reprise de la vie après une expérience traumatisante,  les sentiments de deux personnages pudiques, l’enquête sur l’explosion dans le métro. Mais, comme l’annonce la citation choisie en exergue, ce roman veut aussi offrir une réflexion sur l’impact des photographies sur leurs sujets, et la responsabilité de celui qui les publie.

Willy Ronis, Ce jour-là : "Une photo n’est pas un parpaing avec lequel on puisse construire n’importe quoi. Je me sens entièrement responsable de l’utilisation de mes images"

Dans cette histoire, deux droits entrent clairement en conflit : le droit à l’information et le droit à la vie privée et à la dignité. Et "Il est vrai qu’il n’y avait pas de mots dans le code pénal pour décrire ce geste très particulier qui consiste à violer la douleur avec un objectif".

 "Je comprenais surtout qu'une mécanique de presse cupide, dont le travail ressemblait plus à un tapin sur le boulevard de l’horreur qu’à du journalisme, détournait à son profit des lois qui n’avaient pas été écrites pour elle ; je constatais l’incroyable hypocrisie de cette entreprise – mais n’était-ce pas au fond celle de n’importe quel plan social truqué, de n’importe quelle créance pourrie – prête à vendre la dignité de n’importe qui pour quelques parts de marché, le bon plaisir des actionnaires ou trois grammes de notoriété supplémentaire. Pour ces gens-là, nous n’avions rien été, et même moins que rien – juste un paramètre susceptible d’améliorer un tirage hebdomadaire." (p. 182)

Et pour finir, ces mots tellement d’actualité…

"Mais quelles étaient-elles, ces fameuses « nécessités de l’information » ? Le spectacle de la mort en direct était-il devenu un dû ? On avait bien d’autres pudeurs quand il s’agissait de masquer le visage d’un confrère retenu en otage. Et nous-mêmes, dans tout cela ? Quel genre d’êtres stupides, engourdis de violence, étions-nous devenus, qu’il nous faille voir le sang en double page pour admettre qu’il avait coulé ?"

Aline

Jacob, Jacob

roman, rentrée littéraire, Algérie, débarquementJacob, Jacob

Valérie Zenatti

Ed. de l’Olivier, août 2014, 165 p., 16 €

Valérie Zenatti situe son récit dans une famille juive de Constantine, traditionnelle, frustre, laissant peu de place aux aspirations des femmes, et aucune aux sentiments. Une vie étriquée où tous travaillent dur, et où le chef de famille est plus prompt à blâmer sa femme et à battre ses enfants à coups de ceinturon qu’à les encourager. Le seul qui fasse exception est le petit dernier, Jacob. Brillant, gentil et attentionné, il est la fierté de sa famille.

Après avoir été renvoyé de son lycée en tant que juif sous la pression des lois de la France pétainiste, il est néanmoins assez français pour être enrôlé en 1944 pour le débarquement en Provence. Le lecteur suit avec tendresse le parcours de ce jeune homme de 19 ans avec ses compagnons, Ouabedssalam, Attali, Bonnin et Haddad, tirailleurs Algériens ou Sénégalais.  Dans cette guerre loin de chez eux, ils remontent vers l’Alsace, dans le froid et la peur, découvrant cette France apprise à l'école, libérant les villages, faisant aussi de belles rencontres.

Dans un rythme fluide, un récit émouvant et bien construit, L'auteur rend l'atmosphère de l’Algérie de 1944 à 1961, les odeurs, la chaleur, la fascination exercée par Constantine et ses ponts suspendus sur le Rhummel,…

Valérie Zenatti est née à Nice en 1970. En 1983 elle part vivre avec sa famille en Israël. De retour en France en 1990, elle exerce différentes activités, dont le journalisme et l'enseignement. Elle publie des livres pour la jeunesse à l'École des loisirs (nous avons beaucoup aimé Quand j'étais soldate et Une bouteille dans la mer de Gaza, et a publié trois ouvrages aux éditions de l'Olivier : En retard pour la guerre (2006), Les Âmes soeurs (2010) et Mensonges (2011). Elle est également traductrice des romans d'Aharon Appelfeld. On peut penser qu’elle transpose ici une partie de son histoire familiale.

Aline et Marie-Claire

16/10/2014

Les grands

roman,rentrée littéraire,guinée-bissau,musiqueLes grands 

Sylvain PRUDHOMME

Gallimard (l’Arbalète), sept. 2014, 251 p., 19.50 €

Sélection du prix Femina pour la rentrée littéraire de septembre 2014.

 

I muri. Elle est morte.

Dulce, la chanteuse populaire de Super Mama Djombo, groupe mythique en Guinée-Bissau à la fin des années 1970, vient de mourir. Le soir même devait se tenir un concert mémorable du groupe, recomposé d’un mélange de jeunes musiciens talentueux et des anciens, surnommés avec affection et respect "les grands".

Couto, guitariste du groupe, qui a passionnément aimé Dulce, erre dans la ville en proie aux souvenirs. De quartier en gargote, il partage la nouvelle avec ceux qui l’ont connue. Ses pensées flottent, entre ses années avec Dulce, sa jeunesse de guérillero contre les Portugais, et les heures de gloire du groupe, qui joua pour des stades bondés une musique neuve, symbolisant l’indépendance du pays.

Nous sommes en Guinée-Bissau en 2012, à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle. La rumeur propagée par les jeunes (radio pilon) veut qu’un coup d’état du commandant suprême des armées soit imminent.

Sylvain Prudhomme nous offre un roman prenant, dépaysant, qui permet un regard sur une Guinée-Bissau vibrante de musique, d’amitié et de sensualité où chacun poursuit son chemin malgré les tensions politiques.

Au passage, petite satisfaction de bibliothécaire : retrouver un livre COUSU (et non une reliure mal collée comme cela se fait de plus en plus !).

Aline

05/10/2014

Le dernier gardien d'Ellis Island

roman,rentrée littéraire,immigrationLe dernier gardien d’Ellis Island

Gaëlle Josse

Notabilia, sept. 2014, 14 €, 166 p.

"Dans quelques jours, j’en aurai fini avec cette île, dont je suis le dernier gardien et le dernier prisonnier".

Directeur d’Ellis Island, John Mitchell demeure jusqu’au bout de son démantèlement, tel un capitaine qui resterait dernier à bord. 9 jours, c’est le temps  qu’il lui reste entre le départ du dernier immigrant et son propre retour à Brooklyn où l’attend un appartement terne.

9 jours, c’est suffisant pour revenir sur les événements et les personnes qui ont marqué sa vie : les deux femmes de sa vie, superbes dans son souvenir, Liz, l'épouse tendrement aimée, et Nella, l'immigrante sarde.

"Son histoire, pendant quelques dizaines d’années, s’est en grande partie confondue avec celle d’Ellis Island".

En toile de fond, le destin de tous les immigrants, arrivés chargés d’un lourd passé, après un difficile voyage en bateau,  pour qui l’Amérique représente l’espoir, et le passage à Ellis Island semble le dernier obstacle : passer par cette "porte d’or", ou pour 2 % d’entre eux, être refoulés par cette "herse d’acier". John Mitchell organisait l’activité incessante de cette fourmilière de fonctionnaires, de médecins et d’infirmières chargés d’écouler le flot des candidats à l’immigration.

"J’ai parfois l’impression que l’univers entier s’est rétréci pour moi au périmètre de cette île. L’île de l’espoir et des larmes. Le lieu du miracle, broyeur et régénérateur à la fois, qui transformait le paysan irlandais, le berger calabrais, l’ouvrier allemand, le rabbin polonais ou l’employé polonais en citoyen américain après l’avoir dépouillé de sa nationalité."

A lire pour le récit de cet homme de devoir, déchiré par l’écart douloureux qui a marqué sa vie, mais aussi pour l’écriture ciselée de Gaëlle Josse, toute en finesse, où chaque mot trouve sa place exacte. Parmi ses autres romans, mon préféré est Les heures silencieuses, publié en 2011. Rencontre avec l'auteur à la librairie Murmure des Mots, à Brignais, le vendredi 7 novembre à 13h.

Aline

23/09/2014

Orphelins de Dieu

roman,corse,rentrée littéraireorphelins de dieu marc biancarelli actes sud,2014,20 €  corse,xixe siècle. vieux tueur à gages,ange columba,dit « l’infernu »,en bout de course,malade,est engagé par vénérande,une jeune fille à demi folle de douleur et de haine après l’atta,ainsi que le lien qui se tisse peu à peu entre la jeune fille et,évoquent nettement  le film des frères coen,true grit,(cité en exergue). ensemble,ange et vénérande  traversent les régions reculées des montagnes,à la poursuite des bandits sans foi ni loi… que l’infernu connaî,puisqu’il a combattu à leurs côtés lorsqu’il était plus jeune. p,le vieux tueur confie des lambeaux de son histoire à vénérande,et les deux récits se mêlent,resituant les personnages à plusieurs époques et évoquant des pa,qui a connu quelques succès sous les ordres du capitaine poli. l,elle s’est peu à peu transformée en groupe de mercenaires en tos,puis d’effroyables brigands en corse.  p. 207 « rappelle-toi,vénérande,comment tout a commencé… garde de moi cette seule image,moi qui marchais dans l’insouciance,les soldats de notre liberté chantant à mes côtés,et notre capitaine qui guidait notre espoir… nous étions l’armée,quand c’est chanté par les poètes,ça va,mais quand on les vit en vrai on n’a pas envie d’en faire des ch,on n’était plus des héros depuis longtemps. on était des salopar,et après il a fallu survivre,et nous on savait faire que la guerre. et à la guerre,tu tues des gens. tuer,voler,passer de ville en ville,s’enfuir encore,plus loin,à chaque fois plus loin,et au bout d’un certain temps,tu as oublié pourquoi tu fais ça,mais ce qui est sûr c’est que tu ne sais pas faire autre chose. ,à l’écriture parfaitement maîtrisée. l’auteur s’attache et à ses,à la fois violents et fascinants,ainsi qu’aux paysages corses. j’ai manqué un peu de repères hist,voltigeurs ?)… mais peut-être ne faut-il pas en chercher,et s’intéresser plutôt à l’universalité de ce roman qui interrogOrphelins de Dieu

Marc Biancarelli

Actes Sud, 2014, 20 €

Corse, XIXe siècle. Vieux tueur à gages, Ange Columba, dit "l’Infernu", en bout de course, malade, est engagé par Vénérande, une jeune fille à demi folle de douleur et de haine après l’attaque sauvage et inutilement cruelle dont a été victime son jeune frère. Cette poursuite de la vengeance, ainsi que le lien qui se tisse peu à peu entre la jeune fille et le tueur, évoquent nettement  le film des frères Coen, True Grit, (cité en exergue).

Ensemble, Ange et Vénérande  traversent les régions reculées des montagnes corses, à la poursuite des bandits sans foi ni loi… que l’Infernu connaît bien, puisqu’il a combattu à leurs côtés lorsqu’il était plus jeune.

Peu à peu, le vieux tueur confie des lambeaux de son histoire à Vénérande, et les deux récits se mêlent, resituant les personnages à plusieurs époques et évoquant des pages sauvages de l’histoire de Corse. Ange Columba a rejoint très jeune l’armée de libération de Corse, qui a connu quelques succès sous les ordres du capitaine Poli. Lorsque cette armée autoproclamée a été chassée par les voltigeurs, elle s’est peu à peu transformée en groupe de mercenaires en Toscane et en Grèce, puis d’effroyables brigands en Corse.

p. 207 "Rappelle-toi, Vénérande, comment tout a commencé… Garde de moi cette seule image, moi qui marchais dans l’insouciance, les soldats de notre liberté chantant à mes côtés, et notre capitaine qui guidait notre espoir… nous étions l’armée du peuple et après nous il n’y eut plus personne…"

p.158 "Les guerres d’indépendance, quand c’est chanté par les poètes, ça va, mais quand on les vit en vrai on n’a pas envie d’en faire des chansons. Mais à la vérité, on n’était plus des héros depuis longtemps. On était des salopards. Ouais. Le drapeau on l’a laissé au pays, et après il a fallu survivre, et nous on savait faire que la guerre. Et à la guerre, tu tues des gens. Tuer, voler, passer de ville en ville, s’enfuir encore, plus loin, à chaque fois plus loin, et au bout d’un certain temps, tu as oublié pourquoi tu fais ça, mais ce qui est sûr c’est que tu ne sais pas faire autre chose."

Un roman puissant et cruel, à l’écriture parfaitement maîtrisée. L’auteur s’attache à ses personnages, à la fois violents et fascinants, ainsi qu’aux paysages corses. J’ai manqué un peu de repères historiques (exactions des Bleus p. 187, voltigeurs ?)… Mais peut-être ne faut-il pas en chercher, et s’intéresser plutôt à l’universalité de ce roman qui interroge sur ce  qui pousse certains hommes au pire ?

Voir l'excellente critique d'Emmanuelle Caminade dans La Cause littéraire.

Aline

30/07/2014

Le liseur du 6h27

 romanLe liseur du 6h27

Jean-Paul DIDIERLAURENT

Au Diable Vauvert, 2014

Mal dans sa peau, solitaire et sensible, Guylain Vignolles mène une existence morose dans le petit appartement qu’il partage avec Rouget de Lisle son poisson rouge. Il déteste son travail au service d’une gigantesque broyeuse , la Zerstör 500, qui transforme chaque jour des tonnes de livres invendus en pulpe de papier.

Sa seule évasion, instant de résistance et de poésie, c’est son trajet matinal dans le RER du 6h27, toujours dans la même rame, où il lit à voix haute les feuilles rescapées, sauvées au hasard par un angle mort de la terrible machine. Les habitués attendent ce rendez-vous quotidien, et bientôt il est prié de venir faire la lecture aussi dans une maison de retraite.

Son quotidien est éclairé par d’autres amis excentriques : Giuseppe, collègue handicapé par la broyeuse, qui collectionne les livres issus de son accident, Yvon l’alexandrophile, qui affecte de ne parler qu’en alexandrins, déroutant jusqu’aux chauffeurs les plus endurcis. Le hasard met entre ses mains une clé USB contenant les notes d’une dame pipi…

Entre humour, tendresse, entraide entre français "d’en bas", et pouvoir des mots… ce petit livre se savoure avec délices.

Aline

17:25 Publié dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman

04/10/2013

Une part de ciel

part de ciel.gifUn peu de tendresse dans la France des précaires et des cabossés...

 

Alors quelle est cette "Part de Ciel "décrite par Claudie Gallay?

Un état de grâce qui surgit des ornières du chemin... et elles sont nombreuses dans la France des précaires et des cabossés!

On est en Vanoise, dans un décor de nature grandiose certes, mais le décor est celui de la France pauvre: une caravane encombrée et son chauffage d'appoint mal réglé.  Claudie Gallay nous décrit un village de Vanoise en sursis : on se prend à vivre au rythme de son café ou derrière les bottes crottées d'une baronne atypique,  patronne des  galeux à quatre pattes;  on boit le thé insipide du vieil épicier lucide et  attentionné ; on compatit  avec le garde forestier qui essaie de tout concilier... Y compris  une  épouse désabusée  qui rêve de vacances au soleil ... C'est bien là une famille à la manière de Claudie Gallay. Avec ses proscrits, ses coups de gueule, son noël et ses paillettes… !

De l’amour aussi… qui surgit dans des moments  de grâce :  cette "part de ciel "  contenue dans le titre.   Elle   revient indiscutablement à Marius et au beau personnage de la Môme (portrait  délicat d’une ado de 18 ans). 

Autant le précédent roman sur Avignon m'avait semblé ...glauque, autant ce dernier roman laisse quelques traces lumineuses une fois refermé...

 

Claudie Gallay sera présente le vendredi 11 octobre à partir de 18h à la librairie de Brignais, à l'occasion de l'anniversaire de Murmure des Mots.

Sylvie

Une part de ciel

Claudie Gallay

Actes Sud, 2013, 384 p., 22€

20:05 Publié dans critiques de livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman