Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

Atelier d'écriture

Atelier d’écriture

Enfants à partir de 9 ans

 écriture.jpg

Mercredi 19 avril ou / et Mercredi 24 mai 2017

 de 15h à 17h

 Et si on s’amusait à inventer des histoires ?

 

Bibliothèque Eclats de lire

Gratuit - Inscription conseillée

06/04/2017

Le ciel est la limite

roman, deuil, Brésil

 

Le ciel est la limite

Anne LANOË

Fleurus, 2016, 250 p., 13.90€

 

Suite à un accident de la route qui a coûté la vie à sa mère, Samuel est resté quelques jours dans le coma. A son réveil, il refuse de parler... se coupant peu à peu de tous ceux qui l’entourent ! Ne sachant plus quoi inventer pour le sortir de son mutisme, son père l’envoie  2 mois au Brésil : avec un groupe de jeunes, il doit participer à un programme de revégétalisation d’une favela.

Le titre fait référence au bidonville, qui monte jusqu’au ciel, mais aussi à la belle métisse brésilienne, Céu (« ciel »), qui distille la joie de vivre.  « Nous avons des maisons de pauvres comme tu vois mais le monde entier nous envie cette vue sur Rio. Ce n’est pas pour rien qu’on cherche à nous déloger d’ailleurs. C’est bien trop beau pour nous. Seul le ciel nous arrête. »

Des fleurs tropicales, un musée d’art naïf, les cariocas, la plage, le Pain de Sucre et le Corcovado… mais aussi des gnons et des engueulades…  « Voyager n’est pas guérir son âme », et pour Samuel, ultrasensible, roi des haussements d’épaules, sourcils levés et mimiques en tous genres, il est difficile de s’entendre avec les autres jeunes du groupe. Chacun a son histoire douloureuse, et peine à accepter les mains tendues !

Ce voyage au Brésil est plutôt un voyage intérieur, ainsi que l’occasion de mieux connaître sa mère en renouant avec son histoire familiale, marquée par les années de plomb en Amérique du Sud.

Aline

25/03/2017

L'enfant qui mesurait le monde

L'enfant qui mesurait le monde.jpeg

 

L’enfant qui mesurait le monde

Metin ARDITI

Grasset, 2016, 19€

 

Sur l’île grecque de Kalimaki, on n’a jamais eu que le strict nécessaire. Pêcheurs, mareyeurs, constructeurs de trehandiri (bateau traditionnel), cafetiers…  ont toujours travaillé dur, mais la situation a empiré depuis la crise ! Maraki trime pour gagner sa vie et celle de son fils en pêchant à la palangre.

Le maire, Andreas, arrange avec le goupe Investco un grand projet hôtelier « Pericles palace » qui, certes, bétonnerait la plus belle crique de l’île, mais permettrait de réaliser des infrastructures et apporterait la prospérité aux îliens. Le roman oppose le point de vue des « progressistes » à celui des défenseurs de l’intégrité de l’île. Esthètes ou pragmatiques, les personnages sont présentés avec empathie par l’auteur, qui s’attache à comprendre leurs motivations, et les changements que ce projet  apporterait dans la vie de chacun, femme, homme ou enfant. Ce que personne ne souhaite voir disparaître, c’est le caractère humain et solidaire de la communauté.

Pendant ce temps, le petit Yannis, muré dans ses comportements compulsifs, mesure les détails et compare les chiffres à ceux de la veille pour rétablir l’ordre du monde. Mais le monde peut-il rester en ordre même lorsque les choses changent ? Et qu’est-ce que l’ordre du monde ? Aidé par Eliot, architecte retraité venu enterrer sa fille sur l’île, Yannis essaie de trouver ses propres réponses.

Proche du conte philosophique, ce roman offre, outre une galerie de personnages attachants,  plusieurs pistes de réflexion. Les thèmes : Grèce, autisme, deuil, maîtrise du progrès… sont entremêlés, et s’enrichissent l’un l’autre. Belle lecture facile, émouvante et positive.

Aline

19/03/2017

mars vert : les Agronautes

Projection du film "Les Agronautes"

vendredi 31 mars à 20h

film

en présence d’Honorine Perino, réalisatrice

à la Bibliothèque Eclats de lire

offert par l'Association Bibliothèque Jarézienne et ADDOCS

gratuit - places limitées

 

14:15 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film

18/03/2017

Aquarium

roman étranger, poisson, famille

Aquarium

David VANN

Gallmeister (Nature writing), 2016, 23€

 

Caitlin, douze ans, vit seule avec sa mère, Sheri, trimardeuse sur le port de Seattle. La vie n’a pas été facile pour cette femme désabusée.

« Il y a des choses que les adultes appellent des attentes, ce qui signifie qu’on n’obtient jamais ce qu’on veut, et d’ailleurs, on ne l’obtient pas justement parce qu’on en a envie… Je travaille pour pouvoir travailler davantage. J’essaie de ne rien désirer dans l’espoir d’obtenir quelque chose. J’essaie d’être libre pour pouvoir être seule. Et tout ça n’a aucun intérêt. » (p. 28)

Elles n’ont aucune famille, et sont tout l’une pour l’autre, même si un sympathique Steve commence à faire son apparition à l’appartement de temps en temps.

Le soir après l’école, en attendant que sa mère rentre, Caitlin court à l’aquarium et se plonge dans la contemplation des animaux marins. Régulièrement, elle rencontre un vieil homme qui semble comprendre et partager sa passion pour les poissons. Elle se réjouit de ce début d’amitié, jusqu’à ce qu’elle en parle à sa mère, déclenchant une violence proportionnelle à la colère jusqu’ici contenue par sa mère.

Auteur de Sukkwan Island, David Vann est expert en ambiances familiales oppressantes, et la lecture, quand déferle la violence, est éprouvante. Pour autant, il offre aussi des personnages résistants, ainsi que des plages de respiration, douces et philosophiques,  lorsque Caitlin s’immerge dans l’observation du monde marin.

« Suspendu dans le néant comme une petite constellation, le poisson-fantôme, improbable…

Une feuille d’arbre donnant naissance à des étoiles... Un corps de petites feuilles vertes, veiné, très fin, ses nageoires peintes d’une lumière générée ailleurs, mais de son œil jusqu’à son long museau, une éruption de galaxies sans source étrangère, nées au cœur du poisson lui-même. Une fissure dans le tissu du monde, un passage dans lequel chuter sans fin. C’est mon poisson préféré. » (p. 36)

Aline

15/03/2017

Des chiffres et de l'action

roman ado, aventure

Le cercle des 17

Richard Paul EVANS

Pocket jeunesse (PKJ.)

Traduit de l’américain Michael Vey. The Prisoner of cell 25, par Christophe Rosson

Depuis sa naissance, Michael Vey possède un pouvoir électrique surprenant, mais il a toujours dû le cacher… jusqu’à ce qu’il craque sous le harcèlement des caïds du lycée et n’utilise ses pouvoirs pour se défendre, sous les yeux de la jolie Taylor, l’une des filles les plus populaires du lycée. Tous deux  décident d’enquêter sur l’origine de cette différence, mais ils sont vite pourchassés par une mystérieuse organisation qui veut les utiliser à des fins douteuses.

Beaucoup d’action et de suspense dans ce roman pour ados et jeunes adultes dans la lignée des Alex Rider (Anthony Horowitz) ou Missing (Meg Cabot). L’intrigue progresse vite, donc on ne s’ennuie pas une minute à la lecture. Le revers de la médaille, c’est que les personnages sont peu approfondis. Ceci étant, la série comporte 5 autres tomes, où l’on peut espérer que leurs caractères vont être affinés…

Pierre et Aline ont aimé.

 

roman ado,aventureLes Cent

Kass MORGAN

R. Laffont

Traduit de l’américain Homecoming

Depuis la guerre nucléaire, l'humanité s'est réfugiée dans les stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de la planète. Les règles sont draconiennes afin d’éviter d’accroître la population : un enfant maximum est autorisé par famille, la naissance d’enfants en surnombre entraîne l’euthanasie d’un de ses parents ! Pour autant, l’air va bientôt commencer à manquer, aussi 100 jeunes, tous mineurs, tous accusés de crimes passibles de la peine de mort, se voient-ils accorder une seconde chance. Leur mission : retourner recoloniser la Terre. Seulement, l'atmosphère y est toujours potentiellement radioactive et à peine débarqués les 100 risquent de mourir. Face à un monde hostile, ces jeunes au lourd passé vont devoir se battre pour survivre, et pourraient bien être le seul espoir de l'humanité.

Chacun reste lourdement marqué par son passé à l’heure de reconstruire l’humanité. Trahisons, amours, suspense… dans ce roman d’action, adapté en série TV.  4 tomes parus à ce jour. Ce récit n’est pas aussi bien mené que Hunger games, mais il se lit facilement. Pierre a aimé, mais Aline trouve que la romance prend trop de place.

14/03/2017

Ciné M.O.T.S.

Amis voyageurs du prix M.O.T.S., bonjour !

Ne manquez pas la première escale de notre tour du monde

Film « Nous trois ou rien »

bibliothèque de Thurins

ce vendredi 24 mars à 20h

Copie de Escale 1 Ciné MOTS.png

« D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble. »

Alors, à vendredi !

Et n’oubliez pas de faire circuler les livres du prix !

 

10/03/2017

Bouillon grec (2)

grèceEva

Ersi SOTIROPOULOS

Stock (La Cosmopolite), 2015, 19€

Traduit du grec Eva par Madeleine Rigopoulos

 

Après une journée houleuse, suivie d’une soirée de réveillon agitée, Eva erre dans les rues d’Athènes.

Eva et son mari Nikos se sont incrustés à une grande fête chic, où ils ne connaissaient personne, d’où une sensation frustrante d’être transparents. Un peu ivre (ou un peu « chargée » ?) Eva s’échappe de cette soirée de réveillon agitée, et déambule dans les rues d’Athènes. Une nuit sans sommeil à errer dans des rues, le long des vitrines éteintes et dans les quartiers désaffectés, où elle croise la faune de la nuit.

Des rencontres fugitives avec des personnages un peu à la dérive : sans-abri, prostituées, voleur à la tire,… lui font oublier un moment l’impasse où elle se trouve : comment trouver 10000 € pour faire admettre son vieux père malade dans une clinique privée ?

 

Prix du meilleur roman de l’Académie d’Athènes, ce roman m’a paru plutôt morne. Eva  a la sensation de vivre  comme de « derrière un paravent » sans vraiment se réaliser. Ce portrait de femme désabusée est-il une allégorie de la Grèce après la fête (le boom économique) ? Malgré la qualité de l’écriture, je reconnais que je me suis un peu ennuyée...

Aline

Bouillon grec (1)

roman policier, GrèceActionnaire Principal

Petros MARKARIS

Seuil, 2009, 22,30 €

Petros MARKARIS  né en 1937 à Istanbul vit à Athènes. Auteur dramatique, scénariste pour le réalisateur de cinéma Théo Angelopoulos, et traducteur, notamment de Brecht et de Goethe, il a publié plusieurs romans policiers dans la série des "enquêtes du commissaire Charitos", best-seller en Grèce et en Allemagne.

Dans cette enquête, le commissaire voyage beaucoup entre la Crète et Athènes. Côté Crète, un bateau sur lequel sa fille et le petit ami de celle-ci se trouvaient est l'objet d’une prise d’otages. Pendant ce temps à Athènes, un déséquilibré exige la suppression immédiate de la publicité à la télévision et à la radio, et fait pression en exécutant une par une des vedettes de ces médias, provoquant une panique générale.

Le rythme de ce policier est assez lent, avec des longueurs pour expliquer les déplacements du commissaire, son itinéraire est trop détaillé. Les infos sur le comportement des Grecs sont intéressantes. Ils doivent utiliser le système D et la débrouille pour de nombreuses choses courantes de la vie. Au vu de ce roman, le civisme semble très faible.

Livre lu avec intérêt.  Annie B

28/02/2017

après la lecture, l'écriture !

Atelier d’écriture

Samedi 18 mars de 10h à midi

atelier d'écriture Venez avec vos crayons, feuilles, carnets…   pour 2 heures d’écriture sans complexe

 à partir de 15 ans - Gratuit

Inscription à la bibliothèque

atelier d'écriture

Et pour les enfants, un atelier est prévu

Mercredi 19 avril de 15h à 17h

à partir de 9 ans - Gratuit

Inscription à la bibliothèque