Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2021

Journal d'un jeune naturaliste

oiseau, nature, biographie, autisme

 

Journal d’un jeune naturaliste

Dara McANULTY

Gaïa, 2021, 240 p., 22€

Traduit de l’anglais par Laurence Kiefe 

A l’âge de 14 ans Dara McAnulty, jeune Irlandais (Ulster) autiste apprend la décision de ses parents de déménager et de s’installer à l’autre bout du pays. Il est bouleversé par la perspective de devoir quitter les forêts et paysages qu'il affectionne tant. Le changement l’effraie terriblement et l'écriture s'impose à lui comme une nécessité, un moyen de se libérer de sa peur et d'exprimer ses sentiments, ses passions et ses frustrations.

Il nous fait partager, au fil d'une année, son émerveillement au contact de la vie sauvage et son désarroi face à l'inconséquence et l'indifférence humaines. Mêlant observations scientifiques, poésie et mythologie irlandaises, son récit nous offre la perspective unique d'un jeune autiste sur le monde vivant et nous invite à observer et protéger les merveilles trop souvent ignorées qui nous entourent.

Il a une très grande connaissance de la flore et de la faune locales et plus particulièrement des oiseaux qu’il sait parfaitement identifier et dont l’observation quotidienne est pour lui un besoin vital ; ils lui apportent du bonheur et participent à son équilibre.

Après le repas, des chants jaillissent de tous les coins du ciel et nous nous immobilisons pour écouter le crépuscule. En isolant ces mélodies chacune à leur tour, je me sens soudain enraciné. Les spirales des alouettes. Les harmonies des merles. Le bouillonnement des pipits farlouses. Le battement des ailes des bécassines. Et toujours les cris des oiseaux de mer. Nous sommes dans un autre univers. Pas de voitures. Pas de gens. Rien que la nature dans toute sa splendeur.

Ce journal n’est pas ordinaire, il est celui d’un jeune autiste qui nous fait ressentir d’une façon poignante son extrême sensibilité, sa souffrance due à son handicap dont il a parfaitement conscience, ses difficultés de communiquer, la douleur ressentie à l’école face à la méchanceté, le harcèlement, la brutalité de la plupart des autres élèves. 

A travers son récit il révèle à quel point la nature est un ancrage pour lui et à quel point elle devrait l’être pour chacun de nous. Il démontre avec intelligence comment progressivement nous nous sommes désolidarisés de l’environnement dans lequel nous évoluons. Une déconnexion qui a des impacts dramatiques sur la nature et sur notre mode de vie.  

Il s’exprime avec sincérité et naturel dans une écriture fluide et poétique qui rendent son récit très attachant.

Dans un monde aussi rapide, aussi compétitif, il est indispensable de se sentir enraciné. Il est indispensable de sentir la terre et d’entendre les oiseaux chanter. Il est indispensable d’utiliser nos sens pour participer au monde. Peut-être, à force de nous taper la tête contre un mur de briques, celui-ci finira-t-il par s’écrouler. Et peut-être pourrons nous utiliser ces décombres pour reconstruire quelque chose de mieux, de plus beau, en lâchant la bride à notre propre nature. Vous imaginez ça ?

Annie

25/09/2021

Groupe de lecture : les coups de coeur de l'été

C'est la rentrée aussi pour les lecteurs de nos bibliothèques. Pour cette première rencontre, chacun a présenté son coup de coeur de l'été.

 

des diables et des saints.jpgDes diables et des Saints

Jean-Baptiste ANDREA

L'Iconoclaste, janvier 2021, 368 p., 19€

Jo, pianiste de 80 ans, joue du piano dans les gares et les aéroports. Il attend une femme, qui descendra un jour du train, peut-être Rose, qui était à l’orphelinat avec lui dans les Pyrénées.

L’auteur fait parler l’enfant qu’était Jo, pas joyeux sur le fond, mais l’écriture est fluide, agréable. Il saisit avec subtilité l’enfance et la résilience.

 

lisière.jpgLisière

Kapka KASSABOVA

Marchialy, février 2020, 458 p., 22€

Bulgarie, Grèce, Turquie trois pays, trois versions de l’histoire avant, pendant et après la guerre froide. Les réfugiés de l’époque, récits de personnes qui ont survécu, et de gardes-frontières.

L’autrice est romancière, journaliste et poétesse, elle a utilisé tous ses talents pour écrire ce livre original et instructif. Mythes, histoire, humain, un peu ardu à commencer mais il en vaut la peine !

 

famille mandible.jpgLa famille Mandible 2029-2047

Lionel SHRIVER

Belfond, mai 2017, 528 p. 22€50

Nous sommes en 2029 le président américain déclare le pays en faillite, la famille Mandible dont le grand-père a amassé une petite fortune s’enferme dans un appartement. Les légumes sont hors de prix, l’eau est une denrée rare, le gouvernement réquisitionne l’argent des particuliers.

Sur fond de crise économique, comment faire sans argent, chute et déroute.

 

fabrique des souvenirs.jpgLa fabrique des souvenirs

Clélia RENUCCI

Albin Michel, août 2021, 309 p., 19€90

Dans un futur proche, des techniciens ont mis au point un système qui permet d’enregistrer des souvenirs. Un marché se met en place autour de ces souvenirs. Le récit tourne autour du souvenir d’une soirée au théâtre et de l’homme qui tombe amoureux d’une femme du passé.

Original plein de romantisme, thèmes : musique, violon luthier, récit sur le passé et la transmission. Peut faire penser au film Vanilla Sky.

 

Que sur toi se lamente le Tigre.jpgQue sur toi se lamente le Tigre

Emilienne MALFATO

Elyzad, septembre 2020, 77 p., 13€90

Irak rural d’aujourd’hui. Une femme franchit un interdit, avoir une relation amoureuse et sexuelle hors mariage. Son amoureux part à la guerre et meurt. Elle est enceinte. La famille en débat, mais chacun sait, et elle aussi, qu’elle va mourir.

Pas larmoyant, la tradition n’est pas remise en cause, tous acceptent cette "fatalité".

 

le cerf-volant.jpgLe cerf-volant

Laëtitia COLOMBANI

Grasset, juin 2021, 204 p., 18€50

L’Inde, ses contradictions, les interdits pour les filles. Une jeune institutrice décide d’ouvrir une école et d’apprendre à lire aux jeunes filles.

Récit lumineux, facile à lire.

 

comme un empire.jpgComme un empire dans un empire

Alice ZENITER

Flammarion, août 2020, 395 p., 21€

C’est la rencontre d’un assistant parlementaire et d’une hackeuse. Tous deux se battent contre la politique d’aujourd’hui et peinent à vivre dans ce climat.

Roman très axé sur la politique, ancré dans les problématiques de société, qui fait plutôt penser à un documentaire.

 

paqueline.jpgLa Pâqueline

Isabelle DUQUESNOY

La Martinière, janvier 2021, 460 p., 21€50

Nous sommes en 1798, Victor l’embaumeur fils de la Pâqueline est en prison pour attitude équivoque avec un cadavre, celui de sa femme. Après avoir fait fortune, Victor vivait dans un grand appartement très luxueux dans Paris. La Pâqueline vit dans une extrême pauvreté avec son paon domestiqué. À la suite du procès de son fils, elle est la cible d’un incendie qui détruit sa maison. Elle décide donc de s’installer chez son fils. Découvrant le luxe dans lequel il vivait, elle décide de vendre toutes ses œuvres d’art et objets onéreux afin de vivre dans de meilleures conditions. Elle reprend également l’affaire de son fils et pratique le trafic d’organes. Sur les murs de l’appartement, elle va écrire toute sa vie, afin qu’il comprenne comment il est venu au monde, et quelle a été la vie de sa mère.

Ce personnage est capable de nous faire rire, de nous émouvoir et de nous dégoûter, c’est surprenant ! L’écriture est riche et fine, les descriptions du Paris de 1798 et des coutumes de la Normandie des années 1770 sont impressionnantes d’informations.

 

et ils dansaient le dimanche.jpgEt ils dansaient le dimanche

Paola PIGANI

Liana Levi, août 2021, 224 p.,19€

Nous sommes en 1929, une jeune Hongroise, Szonja, arrive en France à Lyon plus précisément Vaulx en Velin. Elle est embauchée à l'usine de production de soies artificielles, où elle travaille dur dans des vapeurs chimiques toxiques. Hébergée dans un couvent, elle fréquente d’autres ouvriers immigrés, en particulier des Italiens. Leur seule distraction : aller danser le dimanche au bord de la Rize. La crise, les conditions de travail et de licenciement, mèneront ces ouvriers à se rassembler, jusqu'à aboutir au Front populaire.

Un roman riche en descriptions du climat social et des conditions de travail des immigrés ouvriers d’usine en région lyonnaise. L’écriture est fluide, mais si documentée que les personnages manquent un peu de chair - pour un roman.

 

dans les geoles.jpgDans les geôles de Sibérie

Yoann BARBEREAU

Stock (la bleue), février 2020, 300 p. 20€90

Récit, histoire vraie dans la Russie de Poutine. Un jeune homme travaillant à l'Alliance française à Irkoutsk est arrêté. On lui dit que sa femme l’a accusé de pédophilie sur sa fille. Procès, prison puis hôpital psychiatrique. Il s’échappe, réussit à se réfugier à l’ambassade de France à Moscou, puis s’évader via l’Estonie.

Récit haltant Kafkaïen.

 

les innocents.jpgLes Innocents

Michael CRUMMEY

Presses de la cité, janvier 2021, 360 p., 21€

Terre Neuve, au début du XIXe siècle. Deux enfants orphelins sont livrés à eux-mêmes. Ils vivent aux rythmes des saisons, avec des périodes d’abondance et d’autres de disette, ils survivent.

Un roman qui nous décrit le courage et la résilience des enfants.

 

saga des cazalets 1 étés anglais.jpg saga des cazalets 2 à rude épreuve.jpg saga des cazalets 3 confusion.jpgsaga des cazalets 4 nouveau départ.jpg

 

 

 

 

 

 

La saga des Cazalet

Elizabeth Jane HOWARD

La table ronde, de mars 2020 à octobre 2021

Saga d’une famille anglaise, entre 1937 et 1950. Un récit très cinématographique, avec de nombreux personnages. Le tome 4 paraîtra en France en octobre 2021.

1) Etés anglais : Dans le Sussex, toute la famille se retrouve sur la propriété familiale. Ils mènent une vie bourgeoise aisée. Les enfants ressentent les préoccupations des adultes. Avec un retour sur la guerre de 14 et l’implication des Anglais.

2) A rude épreuve : Le quotidien à Home Place est dominé par les nouvelles à la radio, le deuil, les raids allemands, l’accueil d’un groupe d’enfants.

3) Confusion : de 1942 à la fin du conflit mondial, avec des personnages féminins forts.

 

eaux troubles du mojito.jpgLes eaux troubles du mojito et autres belles raisons d’habiter sur terre

Philippe DELERM

Seuil, septembre 2015, 247 p., 14€50

Petites descriptions de 2 pages chacune. En 109 pages l'auteur nous livre 40 raisons d’habiter sur terre : Se faire surprendre par une averse et aimer ça, regarder un enfant apprendre à lire en bougeant les lèvres,...

 

terre promise.jpgUne terre promise

Barak OBAMA

Fayard, novembre 2020, 848 p., 32€

Récit fascinant et intime de l’histoire en marche. Pouvoir et limites de la démocratie, histoire contemporaine. Ce tome s’arrête à la fin du premier mandat du Président des Etats-Unis.

 

cette nuit là.jpgCette nuit là

Victoria HISLOP

Les escales, mai 2021, 291 p., 20€

Suite de L’île des oubliés après 10 ans. Victoria Hislop redonne vie à ses personnages. Le 25 août 1957 la colonie de l’île de Spinalonga ferme ses portes. Maria retourne sur l’île avec son mari qui avait trouvé le remède. Anna, la sœur de Maria est assassinée par son époux.

 

Prochain bouillon de lecture

18 octobre à 20h à la bibliothèque de Taluyers

Bandes dessinées et roman graphique.

 

23/08/2021

Une vie et des poussières

roman, vieillesse, guerre mondiale

Une vie et des poussières

Valérie CLO

Buchet-Chastel, 2020, 16€

 

Mathilde 84 ans entre en EHPAD sur décision de sa fille Rose 60 ans. Rose est une femme qui aime le contrôle et la sécurité, elle mène tout le monde à la baguette ! Elle cache une blessure intime, celle de l’absence d’une mère journaliste très occupée par son travail. Contrairement à Baptiste son frère qui préfère la paix à la guerre, et souvent ne dit rien pour éviter de s’opposer à sa sœur.

Mathilde a reçu un petit calepin en cadeau, de la part de Maryline une aide-soignante avec qui elle a lié une amitié pudique. Maryline c’est une auxiliaire dynamique, joyeuse, professionnelle qui refuse de sacrifier le lien humain avec les résidents au profit du rendement.

Mathilde va noter dans son petit carnet ses souvenirs, son enfance marquée par la guerre, la disparition d’un père et le placement chez des paysans en zone libre. Elle écrit également sur le quotidien de sa vie en EHPAD, avec ses bons et mauvais jours. Son carnet sera découvert par l’aide-soignante qui avant de le rendre à la famille écrira un courrier à un éditeur….

Ce livre "charmant" est une leçon de vie, empreint de luminosité malgré des événements dramatiques survenus durant l’enfance. C’est également un hommage au personnel soignant en EHPAD.

Pascale

16/05/2021

Autrice à découvrir

une vie et des poussières.jpg

 

Une vie et des poussières

Valérie CLO

Buchet-Chastel, 2020, 240 p., 16€

 

Mathilde 84 ans entre en EHPAD sur décision de sa fille Rose 60 ans. Rose est une femme qui aime le contrôle et la sécurité, et mène tout le monde à la baguette ! Elle cache en elle une blessure, celle de l’absence d’une mère journaliste très occupée par son travail. Au contraire, son frère Baptiste préfère la paix au conflit, et souvent il ne dit rien pour éviter de s’opposer à sa sœur.

Mathilde a reçu un petit calepin en cadeau, de la part de Maryline une aide soignante avec qui elle a lié une amitié pudique. Maryline, c’est une aide-soignante dynamique, joyeuse, professionnelle qui refuse de sacrifier le lien humain avec les résidents au profit du rendement.

Mathilde va noter dans son petit carnet ses souvenirs, son enfance marquée par la guerre, la disparition d’un père et le placement chez des paysans en zone libre. Elle écrit également sur le quotidien d’une vie en EHPAD avec ses bons et mauvais jours.

Son carnet sera découvert par l’aide soignante qui avant de le rendre à la famille écrira un courrier à un éditeur….

Pour faire court, je dirai que c’est un livre « charmant », une leçon de vie, pleine de luminosité, malgré des événements dramatiques survenus durant l’enfance. C’est également un hommage au personnel soignant en EHPAD

Pascale

12/04/2021

Dans la peau de l'ours

roman policier, thriller, écologie, amérique

 

Dans la gueule de l’ours

James A. McLaughlin

Ed. Rue de l’Echiquier, 2020, 448 p., 23€

Traduit de l’américain Bearskin par Brice Mathieussent

 

Rice Moore, biologiste de formation, plus doué pour plonger dans les ennuis que pour en sortir, s’est mis au vert au fin fond des Appalaches dans une réserve naturelle. Son poste d’homme à tout faire et de garde-forestier n’est pourtant pas une sinécure.  Ses efforts pour protéger le milieu naturel sont confrontés à l’hostilité des locaux qui n’apprécient pas qu’on limite leur chasse, y compris celle de la faune protégée.

Lorsqu’il découvre un braconnage organisé de vésicules et de pattes d’ours, il décide de s’attaquer au trafic à sa façon abrupte. Soucieux de conserver son anonymat pour rester loin des radars de la police comme des cartels de drogue mexicains, il se met lui-même en danger dans cette enquête.

Très beau roman de "Nature Writing", qui comporte des aspects policiers pour son enquête, mais aussi un regard critique sur la population (mâle) des recoins isolés des Appalaches, et une recherche approfondie sur la faune et l’intégration à la vie sauvage, voire l’imprégnation au milieu naturel. Deux femmes seulement sont présentes dans ce roman, deux personnalités fortes, mais blessées par la brutalité des hommes. La sauvagerie présente tout au long de ce thriller écologique n’est pas celle des animaux.

Prix Edgar-Allan-Poe 2019 du meilleur premier roman, Grand prix de littérature policière 2020.

Aline

19/02/2021

Les dynamiteurs

roman noir, Amérique

Les dynamiteurs

Benjamin Whitmer

Gallmeister (Americana), 2020, 392 p., 24€20

Traduit de l’américain par Jacques Mailhos

 

1895, le vice règne à Denver, ville minée par la pauvreté et la violence. Sam aide de son mieux Cora à nourrir et protéger une bande d’orphelins. Installés dans une usine désaffectée, les adolescents  doivent défendre ce « foyer » contre les clochards violents et vicieux. Une nuit, un géant monstrueusement défiguré les aide à faire fuir leurs attaquants. Sam, qui sait lire, est le seul à pouvoir communiquer avec Goodnight, et se laisse peu à peu embringuer dans les combines des « têtes de nœud ». Pour nourrir les plus jeunes, il rentre malgré lui dans le monde violent des adultes.

Tous les personnages évoluent dans un Denver désespérément corrompu, où la violence des truands répond à celle de la police et des Pinkerton. L’auteur dresse une fresque très noire des villes américaines en voie de « civilisation » au moment où certains élus tentent d’établir leur loi, entre pionniers, mineurs, tables de jeux, saloons,…  On pense au Dickens des orphelins devant survivre dans les bas-fonds de Londres, et au Steinbeck de l’Amérique désespérée. L’écriture est prenante, les rebondissements tiennent en haleine.

Aline

09/02/2021

Bouillon de lecture autour de l'art

Question judicieuse : quels sont les arts ?

Traditionnellement, les arts majeurs sont l’architecture, la sculpture, les arts visuels (dessin & peinture), la musique, la littérature, les arts de la scène, (théâtre, danse, mime, cirque, humour). Le consensus désigne ensuite le cinéma comme 7ème art, les arts médiatiques (radio, télévision, photographie) comme 8ème art, la bande dessinée comme 9ème art, et les jeux vidéo comme 10ème art... puis les candidats sont nombreux pour le 11ème… arts culinaires ? éloquence ? mode et parfumerie ?...

 

Autour de la musique

art, Quatuor

Anna Enquist

Actes Sud, 2016, 300 p., 21€90

Auteur néerlandaise, musicienne, concertiste et psychothérapeute, Anna Enquist travaille en milieu hospitalier.

Amsterdam. Les personnages, amis de longue date, se retrouvent pour jouer de la musique : Caroline, violoncelliste, est médecin, son mari Jochem, alto, est luthier, Hélène 2nd violon, est infirmière, Hugo, 1er violon, dirige un centre culturel. L’ancien professeur de musique d’Hugo et Caroline, Rainier, âgé, donne encore des cours.

Chaque personnage parle à la 1ère personne pour livrer son histoire. La musique partagée les aide à surmonter les épreuves de la vie. Ce roman, au rythme soutenu, se lit vite et facilement, y compris pour les non mélomanes. Au-delà de la musique, qui imprègne tout le roman, l’auteur présente une critique de la vie actuelle aux Pays-Bas, et de la place accordée aux personnes âgées dans la société. Elle aborde les problèmes de la vieillesse et de la retraite. Quand on se voit diminuer, mais qu’on veut résister…

 

art, art,

Eric-Emmanuel Schmitt

Ma vie avec Mozart

Albin Michel (livre avec CD), 2005, 160 p., 23€90

Le narrateur parle avec Mozart. Il raconte qu’ado il déprimait, pensait au suicide, puis tout a changé pour lui à l’écoute de La flûte enchantée. « A cette époque je croyais que le monde mourait, alors que c’était moi qui mourais au monde ». Cette musique le rapproche de la vie. Il décrit ses états d’âme.

Madame Pylinska et le secret de Chopin

Albin Michel, 2018, 118 p., 13€50

Jeune, le narrateur n’aimait pas le piano, jusqu’à entendre sa tante jouer du Chopin. C’est sa professeure de piano qui lui apprend que le piano ne se joue pas seulement avec ses mains, mais avec tout son être. « Il y a des secrets qu'il ne faut pas percer mais fréquenter : leur compagnie vous rend meilleur. »

 

La Calligraphie

 

art, Passagère du silence

Fabienne Verdier

Albin Michel, 2003, 292 p., 23€

Fabienne Verdier a consacré toute sa vie à la calligraphie chinoise. A l’école des Beaux-Arts de Toulouse, elle s’intéressait aux représentations de la nature, essayant de saisir l’instant en un trait.

A 20 ans, partie en Chine, elle s’est retrouvée dans une ville immense, seule étrangère à l’université. Les professeurs, persécutés pendant la révolution chinoise, ont mis longtemps à lui ouvrir leur porte. L'artiste est restée dix ans à Chongqing, pour apprendre l'art de la calligraphie auprès de Huang Yuan, et du graveur de sceaux Cheng Yun. Au-delà de son aventure personnelle, on perçoit la philosophie qui sous-tend son art. Actuellement, elle travaille sur d’immenses calligraphies, et peint comme on danse, avec un pinceau énorme, soutenu par des rails, et guidé par un guidon de vélo. (cf Exposition à Aix en Provence l’été dernier, voir affiche Roland Garros 2018)

 

L’écriture

art, Mr Gwyn

Alessandro Baricco

Gallimard (Du monde entier), 2014, 192 p., 18€50

Mr Gwyn, romancier londonien, est au sommet de sa gloire après avoir écrit trois romans à succès. Dans un article du Guardian, il annonce qu’il n’écrira plus jamais de roman. Lorsqu’il revient à l’écriture, après un an, c’est pour faire des portraits de gens. Il crée un lieu, prépare l’ambiance, pour chacune des personnes qu’il va dépeindre.

On s’attache à ce personnage d’écrivain, sympathique, mais assez excentrique, sophistiqué, mystérieux. Un roman formidable, et une très belle réflexion sur l’artiste. Qu’est-ce qu’est un artiste. Qu’est-ce que l’art ?

Alessandro Baricco est écrivain, homme de théâtre, et musicologue. Son œuvre Novecento : pianiste, écrite sous la forme d’un monologue poétique, a été magnifiquement joué au théâtre par André Dussolier.

 

art, Miss Islande

Audur Ava Olafsdottir

Zulma, 2019, 266 p., 20€50

Histoire d’une femme qui pour pouvoir vivre de sa passion, l’écriture – la poésie- doit passer par le stade de miss Islande pour gagner son indépendance. Plus qu’une histoire d’artiste, c’est un récit sur la réalisation de soi, la débrouille et la résistance à l’ordre établi.

 

La peinture

 

art, Manet, le secret

Sophie Chauveau

Télémaque, 2014, 384 p., 22€

Nommé chef de file des impressionnistes, Edouard refuse d’étudier le droit, devient apprenti marin, rate le concours de l’école navale. Dandy, croqueur de femmes, il recherche la reconnaissance du salon des peintres, est éconduit. Ses amis, peintres et poètes sont évoqués dans le livre : Renoir, Degas, Pissarro, Monet, Baudelaire…  Amoureux de Suzanne, qui enseignait le piano à sa mère, il a un enfant avec elle, mais ne le reconnait pas, car elle n’est pas de son milieu. L’auteur décrit la relation extraordinaire de ce fils Léon avec sa mère. L’histoire de France s’entrechoque avec la vie de l’artiste, dans un contexte historique allant du second empire à la défaite française de 1870, puis à la IIIe république. Bien écrit, facile à lire et bien ancré dans l’histoire.

Sophie Chauveau a écrit avec talent de nombreuses biographies d’artistes romancées : La passion Lippi, Le rêve Botticelli, L’obsession Vinci, Fragonard l’invention du bonheur, Sonia Delaunay la vie magnifique…)

 

art, Radeau

Antoine Choplin

Pendant la guerre, Louis transporte en camion de précieux tableaux du Louvre, pour les emporter à l’abri dans le sud. Le radeau de la méduse en fait partie. Malgré l’ordre strict de ne pas s’arrêter, il recueille Louise, qui chemine au bord de la route. L’écriture ciselée et pudique de Choplin, à son meilleur, comme dans son splendide roman Le héron de Guernica.

 

art, art, Le meurtre du Commandeur

T1, Une idée apparaît / T2, la métamorphose se déplace

Haruki Murakami

Belfond, 2018, 456 + 472 p., 23€90/tome

Un jeune peintre, que sa femme a quitté, s’installe dans l’ancienne résidence d’un peintre japonais décédé, spécialiste de peinture traditionnelle. Il découvre au grenier une peinture obsédante, sur le meurtre du commandeur. Un voisin veut faire peindre un portrait, mais comment faire le portrait d’un homme sans visage ???

Intrigue à tiroirs, histoire d’amour, secret de famille, un peintre qui se cherche dans la progression de son art, la naissance d’une œuvre… Dans le 2e tome, Murakami fourni les réponses aux questions posées dans le premier. Féru d’art, il décrit la création, la quête du peintre, les rapports entre modèle et peintre, quand une toile est-elle achevée ? comment s’en séparer ?

Ces romans tournent autour de la peinture, et -comme souvent chez Murakami- mélangent réel et fantastique, jusqu’à ce que le lecteur ne distingue plus la frontière. "La réalité ne se limite pas seulement à ce qui est visible". Passionnant et philosophique.

 

art, Les couleurs de nos souvenirs

Bleu, histoire d’une couleur / Vert, histoire d’une couleur /….

Michel Pastoureau

Tous les livres de Michel Pastoureau autour de l’histoire et de l’origine des couleurs sont passionnants, avec des anecdotes très parlantes.

 

art, Le grand art

Léa Simone Allegria

Flammarion, 2020, 358p., 20€

Paul Vivienne, commissaire-priseur, a beaucoup vendu, mais il commence à être dépassé par internet et les ventes en ligne. Lorsqu’il découvre un retable au fond d’une chapelle toscane, il se demande si c’est un faux ou pas, s’il a de la valeur ou non. La forme du roman est proche de l’enquête policière, dans le milieu de l’art et de la finance, des bulles spéculatives.

 

art, Efface toute trace

François Vallejo

Viviane Hamy (Contemporaine), 2020, 320 p., 19€

Dans ce roman qui démarre comme un policier, le narrateur est un expert en art contemporain, chargé par un groupe de collectionneurs d'enquêter sur des incidents étranges ayant entraîné la mort de trois d'entre eux. Comment faire de l’argent avec l’art contemporain, l’art conceptuel, les happenings… On en arrive parfois au « foutage de gueule », voire au blanchiment d’argent.

Andy Warhol, Keith Harring, Bansky sont évoqués, y compris la vente aux enchères où l’œuvre de Bansky s’est auto-déchiquetée aussitôt adjugée.

 

La sculpture

 

art, Trencadis

Caroline Deyns

Quidam éditeur (Made in Europe), août 2020, 364 p.

Roman biographique sur Niki de Saint Phalle

L’auteur écrit la biographie de Niki de Saint Phalle comme un patchwork d’éclats de vie. D’où son titre : le trencadis est une forme de mosaïque à base d’éclats de céramique, typique de l’architecture moderniste catalane, employé en particulier par Gaudi au parc Güell. Les narrateurs, différents pour chaque chapitre, présentent chacun une scène ou une facette de la vie de Niki, qui permet de faire des liens avec son œuvre artistique, et l’apprécier plus en profondeur. Tel ce forain qui, refusant de prêter sa carabine à cette tireuse d’élite, l’accompagna jusqu’à la cour où elle réalisait ses œuvres « Tir à la carabine » et put lui-même participer au processus créatif.

Cette forme de narration fait à la fois l’originalité du livre, et sa difficulté. Car si chaque chapitre est bien écrit et prenant, le passage d’une scène à l’autre peut démotiver un peu le lecteur.

 

art, Pietra Viva

Léonor de Récondo

S. Wespieser, 2013, 242 p., 20€

Un épisode de la vie de Michel Ange, son parcours autour d’une œuvre. En 1505, il part dans les carrières de Carrare choisir le marbre qui lui est nécessaire pour réaliser le tombeau commandé par le pape. Très intéressant, ce roman présente sa façon de travailler, mais aussi sa vie débridée.

 

art, La brodeuse de Winchester

Tracy Chevalier

Table Ronde (Quai Voltaire), 2020, 348 p., 23€50

L’histoire, située en Angleterre à l’époque de la montée du fascisme sur le continent, s'inspire de celle de Louisa Pesel, la fondatrice du cercle des Brodeuses de la cathédrale de Winchester.

 

Prochain Bouillon en visioconférence

Lundi 1er mars, à 20h

Auteurs choisis : Colum McCann et Marc Dugain

09/01/2021

à saute-livres, le meilleur des livres pour enfants

Toute l’année, un comité de lecture de bibliothécaires de Lyon et Rhône se réunit afin de lire, acheter et mettre en valeur le meilleur de la littérature jeunesse.

plaquette CRILJ 2019 20 couverture.png

Pour vos choix de lecture ou les cadeaux aux enfants (même si Noël est déjà passé) vous pouvez consulter notre sélection officielle, ou nous retrouver sur le site A Saute-Livres  pour de nouvelles découvertes.

La plupart de ces titres sont disponibles dans les médiathèques du réseau.

14/12/2020

école du cirque, école de la vie !

cirque, famille, MongolieTum

 

Tumée, l'enfant élastique

Marion Achard

Actes Sud Junior, octobre 2020, 119 p., 13€50

Tumée est née dans une famille d’éleveurs Mongols qui, après des hivers trop rigoureux pour les troupeaux, a dû quitter la steppe et  installer sa yourte dans les quartiers pauvres d’Oulan-Bator. Sa passion pour la gymnastique contorsionniste est liée aux personnes qu’elle aime : elle a pratiqué des exercices dès le plus jeune âge avec son père, bien que celui-ci doive souvent s’absenter pour trouver du travail, et a progressé à l’école du cirque auprès de son amie Arioma. 

Dès le premier chapitre, le lecteur suit, instant par instant, la tentative de record du monde de Tumée en position de Marinelli, l'une des contorsions les plus extrêmes où le poids total du corps recourbé en arrière repose sur la machoire,  exploit physique exigeant un complet dépassement de soi.  Le roman alterne entre ses efforts pour tenir la position le plus longtemps possible et le souvenir de ses jeunes années.

Marion Achard s’est rendue en Mongolie à la rencontre des enfants et adolescentes contorsionnistes d’Oulan-Bator. Très documenté, ce roman n’en est pas moins une belle histoire de famille,  d’amitiés, de soutien indéfectible et de persévérance.

Aline

cirque,famille,mongolietum

07/12/2020

Semiosis, science-fiction écologique

Semiosis.jpg

Semiosis

Sue Burke

Albin Michel (Imaginaire), 2019, 434 p., 24.90 EUR

Traduit de l'américain Semiosis par Florence Bury

 

Une expédition humaine a quitté la Terre et ses conflits pour s’établir sur une planète lointaine compatible, au terme d’un voyage de 160 ans. Sur Pax, ils veulent « fonder une nouvelle société en pleine harmonie avec la nature, dans la confiance mutuelle, la joie, l’amour, la beauté, la communauté et la vie ». Nous suivons d’abord l’établissement difficile de la première génération, en butte à un monde qu’elle ne comprend pas, puis l’adaptation, génération après génération et la confrontation de l’utopie à la réalité.

L’originalité de ce roman de science-fiction tient à l’importance accordée aux relations entre humains, animaux et végétaux, tous plus ou moins dotés d’intelligence. Les échanges entre les plantes ne vont pas sans rappeler les essais de Wohlleben (La vie secrète des arbres), mais elle est poussée jusqu'aux échanges et à la compréhension entre espèces différentes. La communication est au cœur du récit : comment se comprendre lorsque tout notre référentiel est différent ? La fable écologique est développée à l’extrême, jusqu’à l’idée de symbiose entre les hommes, les animaux et les plantes… unis (ou pas) pour la survie et dans l’amour du beau.

Passée une certaine frustration lorsque l’auteur choisit d’abandonner les personnages d’une génération pour avancer à la suivante, j’ai trouvé ce récit passionnant, et porteur d’un regard stimulant  sur nos rapports entre nous, et à la nature ! Le roman peut se lire seul, mais un second tome de ce dyptique, Interference, est déjà paru en anglais...

Aline