Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2020

Quand le spectacle a le goût du sang

roman ado, dystopie, critique des lecteurs

 

Show Stopper

Hayley BARKER

Bayard, 2019, 17€90

Traduit de l'anglais par Laurence Bouvard

 

On suit dans l’histoire Hoshiko et Ben, évoluant des deux côtés du Cirque de l’horreur. Ben en tant que spectateur, qui n’a qu’à se délecter de la mort des artistes, et Hoshiko, la funambule qui doit faire son numéro -à la fin potentiellement mortel.

Mais Ben tombe sous le charme d’Hoshiko, et, pour simplifier, veut l’aider. Elle, Hoshiko, veut que ses « proches » survivent à l’enfer qui se déchaînera, suite à la rencontre des deux protagonistes.

Ce livre contient son lot de personnages attachants, ainsi que d’inhumanité, d’horreur et de mort (parfois violente), mais aussi de petites joies et d’espoir, le tout écrit de façon à ce qu’une fois commencé on ne lâche plus le livre !

Excellent ouvrage. J’ai bien aimé ce livre et le recommande, mais peut-être pas aux enfants trop jeunes. D'ailleurs il est rangé au rayon ados.

Valentine P.

07/09/2020

L'arbre monde

roman étranger, arbre, nature

 

L’arbre-monde

Richard POWERS

Le Cherche Midi, 2018, 550 p., 22€

Traduit de l’anglais par Serge Chauvin

 

La communication des arbres, la place de l’homme dans la nature et nos liens avec elle sont les thèmes centraux du nouveau roman de Richard Powers. Ces sujets, très en vogue actuellement, sont ici traités magistralement. Jusqu’à l’âge de 55 ans, l’auteur ne s’intéressait pas du tout aux arbres.

La découverte près de San Francisco de la forêt de séquoias géants, des arbres de 10 m de diamètre, 100 m de hauteur et plus de 1500 ans, a provoqué chez lui une fascination et une évidence : les arbres ne sont ni des objets ni un matériau à exploiter mais des êtres vivants. Ils sont partie prenante de l’histoire de l’humanité et participent à l’équilibre du monde. A l’arrivée des Européens, 4 grandes forêts primaires s’étendaient sur le territoire nord-américain. 98 % ont disparu ; il en reste 2 % qu’une poignée d’hommes veut sauver.

Richard Powers aborde ce sujet d’une façon originale et passionnante à travers le destin de 9 personnages, des ébréchés de la vie, qui ont chacun une essence d'arbre particulier dans leur histoire spécifique ou pour les représenter. Le roman comporte plusieurs parties, racines, tronc, cime, graines. La première, très dense, se dissémine en neuf longues nouvelles dont chacune aurait pu aboutir à un roman en soi, vertigineux de détails et de conséquences.

Nicholas, artiste dépressif dont la famille, avant de disparaître brutalement, avait réussi à maintenir en vie l’un des derniers châtaigniers d’Amérique, espèce éradiquée au début du 20e siècle suite à une épidémie cryptogamique.

Mimi Ma, dépositaire d’objets précieux amenés par son père, alors étudiant, venu aux États-Unis pour fuir la révolution chinoise. Jeune époux, pour honorer ses parents restés en Chine il plante un mûrier, l’arbre à soie qui a bâti la fortune de sa famille.

Adam dont le père plante un arbre à chaque naissance d’enfant. Pour la sienne, il a choisi un érable. Enfant, il est passionné par les mondes qui l’entourent, les insectes, les pierres, les minéraux, tous à l’exception des êtres humains.

Ray et Dorothy un couple atypique ; malgré un attachement viscéral de Dorothy à la liberté et un refus de tout ce qui s’apparente à la propriété, elle accepte d’épouser Ray. Celui-ci pense solidifier leur union par un acte symbolique : chaque année pour leur anniversaire de mariage, planter un végétal dans leur jardin.

Douglas est un marginal. Engagé dans la guerre au Vietnam, son avion a été touché par un obus ; les branches d’un banian ont amorti sa chute et l’ont sauvé. Il va de petit boulot en petit boulot et finit par planter des semis de sapins par milliers destinés à produire, en quelques années, du bois bon marché.

Neelay, fils d’immigrants indiens devenu paraplégique suite à sa chute d’un arbre, devient un génie des jeux vidéo et l’auteur d’un jeu au succès mondial, inspiré par le débordement du vivant. Il plonge les joueurs au milieu d’un monde animiste, vivant, grouillant, en devenir. A eux d’en décider l’avenir.

Olivia, étudiante, change radicalement de vie après avoir frôlé la mort et pense communiquer directement avec la nature.

Patricia, mal-entendante garde-forestière, est l’auteure d’une thèse révolutionnaire sur la manière dont les végétaux communiquent. Professeur de botanique à l’université, elle explique à ses étudiants que, s’il fallait concentrer la création du monde en une heure, la naissance des sols, des montagnes, des fleuves et des végétaux occuperait une quarantaine de minutes, tandis que l’humanité, elle, n’apparaîtrait que dans les trente dernières secondes. Et le temps de quelques battements de cœur pour détruire, asservir et programmer aveuglément sa propre disparition.

Tous vont, pour une raison ou une autre, converger vers la Californie et s’y rencontrer pour protéger un immense séquoia menacé de destruction, avant de se redéployer à nouveau aux quatre coins du pays, partageant désormais pour le meilleur ou pour le pire une histoire commune. Ils se retrouvent, avec quelques autres, autour d’actions qui les opposent aux puissantes entreprises d’exploitation forestière qui ont transformé la sylviculture en exploitation intensive. Mais que peuvent quelques dizaines d’activistes, certes déterminés, mais démunis face à des dirigeants sans état d’âme et pour qui seul le profit compte ? La répression extrêmement violente bouleverse leur vie.

L’Arbre-monde se découvre comme une forêt. Chênes, séquoias, châtaigniers, érables, aubépines, pins, plaqueminiers, trembles, noyers, bouleaux, acajous… à chaque espèce sa personnalité. Des siècles d’existence pour certaines. Et au  fil de la lecture s’impose, dans un enchevêtrement de lyrisme et de poésie, la vision d’une infinie complexité. Le fouillis, le taillis, le sous-bois, l’humus. L’aérien et le sous-sol. Les réseaux, les échanges d’un bosquet à l’autre, un monde foisonnant où il reste beaucoup à découvrir. 

Richard Powers explore ici le drame écologique et notre lente noyade dans le cyber-world, et nous rappelle que, sans la nature, notre culture n'est que ruine de l'âme. Il  nous enseigne en même temps une leçon qui tient autant de la science que de la philosophie : comment la nature pense, se parle à elle-même et s’organise sans avoir recours à la raison, comment les forêts s’organisent par le biais de vastes réseaux de communication, comment les arbres "imaginent" leur propre destin quand ils font s’étendre leurs branches vers le ciel et leurs racines dans le sol.

Ce roman foisonnant très dense n’est pas toujours d’une lecture facile mais il est riche de connaissances et passionnant. Il ouvre au lecteur une porte sur de multiples interrogations : qui sommes-nous ? Sur quoi fondons-nous nos vies ? Quelle est la place du respect dû à tous les êtres vivants ? Notre économie de croissance et de surproduction a-t-elle seulement un sens, un avenir ? A travers cette approche des grands mythes des arbres fondateurs, ce sont nos fondements de vie qui sont mis en question. Richard Powers a réalisé un énorme travail documentaire et nous offre un roman très abouti et percutant, débordant d’humanité et de générosité, un texte à la gloire du vivant.

Annie P.

09/05/2020

Les lectures de... Michèle

Michèle aime les romans qui font voyager, en lien avec la réalité. Elle partage avec nous ceux qu’elle a aimés ces derniers mois. Et vous ? Quels livres recommandez-vous ?

 

roman étrangerCeux qu’on aime

Victoria HISLOP

Les Escales, 2019, 22.50€

Histoire d’une jeune femme et de sa famille en Grèce, pendant les dures années de guerre, puis de guerre civile.

 

roman étrangerLa femme aux cheveux roux

Orhan PAMUK

Gallimard (du monde entier), 2019, 21€

Cem, 16 ans, travaille l’été pour un maître puisatier. Il rencontre une troupe de comédiens ambulants et tombe amoureux  d’une baladine rousse. Après un accident sur le chantier du puits, Cem rentre à Istanbul pour essayer d’oublier ce qui s’est passé. Très bien, mais difficile à avaler.

 

roman étrangerLe pouvoir du Chien

Thomas SAVAGE

Gallmeister (Totem), réed 2019, 9.20€

La vie dans un ranch au cœur des étendues sauvages du Montana et le climat d’une petite ville servent de décor à un drame aux allures de western, écrit en 1967.

 

roman étrangerRue du Pacifique

Thomas SAVAGE

10-18 (Domaine étranger), 2008, 7.50€

Montana des années 1860. En suivant la vie de deux familles opposées, les Melten et les Connor, Thomas Savage dresse un portrait nostalgique et désabusé de la génération qui a succédé aux pionniers de l'ouest américain.

 

roman étrangerLa reine de l’Idaho

Thomas SAVAGE

10-18 (Domaine étranger), 2005, 8.80€

Portrait d'une famille du Montana, sur plusieurs générations, avec des personnages de femmes fortes.

 

roman étrangerDiên biên Phù

Marc Alexandre OHO BAMBE

S. Wespieser (littérature étrangère), 2018, 19€

Belle histoire d’amour et d’amitié en temps de guerre

 

roman étrangerNo home

Yaa GYASI

Calmann-Levy, 2017, 21.90€

Sur l’esclavage, du Ghana jusqu’à l’Amérique, au travers du destin de deux sœurs et de leur descendance. J’ai trouvé ce livre super !

 

roman étrangerKaboul était un vaste jardin

Qais AKBAR OMAR

R. Laffont, 2014, 22€

Récit autobiographique. En 1990, l’auteur a 9 ans et mène une vie heureuse en famille, à Kaboul. Après, ce sont l’arrivée des moudjahidin, la fuite, les talibans, les bombes américaines… Belle histoire, malgré tellement d’horreurs commises dans ce pays !

 

roman étrangerLa papeterie Tsubaki

Ito OGAWA

P. Picquier, 2018, 20€

Une jeune japonaise devient écrivain public à la suite de sa tante qui l’a élevée. C’est tout tranquille mais agréable.

 

roman étrangerQuand le soleil était chaud

Josette ALIA

Grasset, 1993

Fresque sur les Chrétiens d’Orient, suivant une famille au Caire, puis à Beyrouth. Une vie facile et brillante prise dans les tourments de la guerre. Un roman très documenté, écrit il y a presque 30 ans, mais qui demeure d’actualité pour comprendre la complexité du Moyen Orient.

 
What do you want to do ?
New mail
 
Partagez avec d'autres lecteurs, envoyez-nous vos coups de cœur sur bibliotheque@soucieu-en-jarrest.fr
 

02/05/2020

Journal d'un vampire en pyjama

récit personnel, maladie

 

Journal d’un vampire en pyjama

Mathias MALZIEU

Albin Michel, 2016

 

Grand prix des lectrices Elle, Prix Essai France Télévision, coup de cœur des bénévoles… Il m’a fallu du temps pour me plonger dans ce récit de Mathias Malzieu. J’ai temporisé à cause du sujet, mais le temps suspendu par le covid 19 est venu à bout de ma résistance, et je ne le regrette pas !

Ce journal confiné est d’actualité, entre chambre-bulle, voyage immobile dans son "appartelier", et sorties masqué : "Des enfants toussent, éternuent, sourient, veulent des photos et des bisous. Je ne connais pas de façon plus douce de risquer sa vie."

Il est aussi beaucoup plus que cela. Mathias Malzieu évoque la maladie grave, les traitements médicaux lourds où "mon corps ne m’appartient plus", le séjour en chambre stérile, les moments d'abattement. Mais aussi l’hôpital comme "usine à rêve d’aller mieux", et l’équipe soignante comme famille adoptive : l’aide des "nymphirmières", l’écoute des médecins, l’hématologue à la voix douce.

Sans occulter la douleur, la peur ou le découragement, il souligne ce qui le soutient : L’humour et la poésie comme meilleures armes contre "Dame Oclès" ; Walt Whitman qui l’accompagne partout, et la rage de créer (naissance d’Eggman Records, We cook vynil, écriture, chansons, poèmes…). Et surtout, l’amour de Rosy.  "Dans le livre des records elle pourrait être championne du monde de chignon. Elle remet son titre en jeu tous les jours en changeant de coiffure même pour venir me voir à l’hôpital. Sa bouche est maquillée juste pour les quelques secondes où je vais la voir à travers le store." "Quand les batteries de l’espoir se vident, elle se transforme en chargeur et remet mon cœur en route".  "C’est le rocher le plus doux du monde, je ne sais pas comment elle fait".

Ce récit est un formidable élan vital et un bijou d'écriture ! Je conclurai donc par les mots de l’auteur, meilleurs que les miens : "Je vais entamer une carrière d’homme poétique. Etablir un programme de rêves à partager et m’y tenir. Je veux vivre le mieux possible, pour ne pas insulter le travail de ceux qui m’ont donné leur sang, leur temps, leur moelle osseuse…"

récit personnel,maladiePetit elfe roux à l’énergie indomptable, fan de skateboard, auteur-compositeur, musicien, écrivain et réalisateur, Mathias Malzieu est le chanteur du groupe de rock français Dionysos et le coréalisateur de Jack et la mécanique du cœur. En 2014, son roman Le plus petit baiser jamais recensé faisait partie de notre sélection du prix MOTTS (critique ici). Il vient d’adapter à l’écran son dernier livre, Une sirène à Paris prix Babelio imaginaire et d'enregistrer l'album Surprisier, dont voici le premier clip L'arbre.

récit personnel,maladie

Aline

30/04/2020

Bouillon confiné n°2

Suite des suggestions de lecture de nos lecteurs, dans toute leur diversité. Vous pouvez partager les vôtres en les envoyant par mail à bibliotheque@soucieu-en-jarrest.fr

 

coup de coeur, romanMaïmaï

Aki SHIMAZAKI

Actes Sud, 2019, 15€

Taro est sourd-muet. Métis, il n’a pas connu son père. Sa maman lui répétait souvent cette comptine : « Qui voudrait porter le fardeau d’un autre » (Maïmaï signifie escargot). Sa mère, qui tenait une librairie philosophique, meurt très jeune. Lors de ses obsèques, de nombreux personnages surprenants sont présents.

Japonaise, Aki Shimazaki vit à Montréal depuis 1991. Elle a écrit un ensemble de 3x5 livres courts, qui peuvent se lire dans le désordre. Les héros de l’un deviennent personnages secondaires de l’autre. Maïmaï est le 5e tome de la série L’ombre du chardon, mais se lit indépendamment.

 

coup de coeur, romanDiên Biên Phù

Marc Alexandre OHO BAMBE

S. Wespieser, 2018, 19€

20 ans après, Alexandre revient au Vietnam chercher Maï Lan, la femme vietnamienne qu’il a laissée derrière lui. Il refait le point sur son amour pour elle, sa vie, son mariage en France et ses enfants, ainsi qu’une belle histoire d’amitié avec l’homme qui l’a sauvé.

Né à Douala (Cameroun), bercé par la poésie d’Aimé Césaire et René Char, l’auteur est à l’origine poète et slammeur, ce qui se ressent dans l’écriture ciselée du roman, entrecoupé de poèmes à l’absente.

 

coup de coeur, romanLa terre invisible

Hubert MINGARELLI

Buchet-Chastel, 2019, 15€

En 1945, un photographe de guerre anglais, hanté par ce qu’il a vu à la libération des camps de concentration, erre dans l’Allemagne d’après-guerre pour essayer de comprendre. Escorté par un jeune chauffeur, part au hasard des routes photographier les Allemands devant leur maison.

Dernier roman de l’auteur, décédé en janvier 2020. On retrouve dans ce roman l’écriture fine et mélancolique qui lui a valu le prix Médicis pour Quatre soldats.

 

coup de coeur, romanUnderground Railroad

Colson WHITEHEAD

Albin Michel, 2017, 22.90€

Etats-Unis, dans la Géorgie d’avant la sécession, épopée d’esclaves noirs. Cora pense que sa mère a réussi à s’enfuir de la plantation, car elle n’a jamais été retrouvée. A son tour, elle s’échappe, poursuivie avec acharnement par les traqueurs. L’Underground Railroad (chemin de fer souterrain)  est le réseau d’aide aux clandestins, présenté ici de façon imagée. Prix Pulitzer 2017, National Book Award 2016.

 

coup de coeur, romanTempête rouge

Tsering DONDRUP

P. Picquier, 2019, 19€

Sous forme romancée, évoque l’invasion du Tibet par la Chine, et la révolte d'une communauté de pasteurs nomades contre l'impitoyable mainmise chinoise, à la fin des années 1950. L’auteur prend pour héros un lama bon vivant mais aussi arriviste et lâche, dont les déboires et les ruses placent le rire au cœur de la tragédie. Un glossaire détaille les coutumes tibétaines.

 

coup de coeur, romanRevenir à Vienne

Ernst LOTHAR

Liana Levi (Littérature étrangère), 2019, 23€

Sa famille a émigré aux Etats-Unis en 1938 au moment de l’Anschluss. Félix von Geldern revient à Vienne en 1946 réclamer la restitution des biens familiaux. Mais la ville est en ruines, occupée par les Alliés, et le passé récent mal digéré. Il se heurte à des sympathisants nazis, découvre l’attitude des Autrichiens pendant la guerre, et retrouve la femme de sa vie... bien compromise.

 

coup de coeur, romanBibliodyssées ; 50 histoires de livres sauvés

Kamel DAOUD, Raphaël JERUSALMY, Joseph Belletante, Bernadette Moglia

Actes Sud ; Imprimerie Nationale, 2019, 29€

50 histoires d'ouvrages et de bibliothèques mis à l'index, spoliés, menacés, puis sauvés par le courage et la passion des hommes. Des livres souvent devenus talismans et compagnons d'exil.

 

coup de coeur, romanUn petit carnet rouge

Sophia LUNDBERG

Le livre de poche, 2019, 8.20€

Doris, 96 ans, vit seule dans la campagne suédoise. Le récit alterne entre ses conversations avec sa nièce, Jenny, à qui elle raconte son quotidien et ses souvenirs sur Skype.  Dans son petit carnet rouge, elle a noté les adresses de toutes les personnes rencontrées au fil de sa vie, et les barre au fur et à mesure qu’elles disparaissent. Jenny essaie de lui retrouver son amour de jeunesse.

 

coup de coeur, romanIdiss

Robert BADINTER

Fayard, 2018, 20€

Etude de la condition des émigrés russes venus à Paris en 1914. Destinée singulière de la grand-mère de l’auteur, exode depuis  la Biélorussie jusqu’à Paris, période de la Belle époque, puis occupation et déportation. Un hymne d’amour à sa grand-mère.

 

coup de coeur, romanFélix et la source invisible

Eric-Emmanuel SCHMITT

Albin Michel, 2019, 17€

Félix a douze ans, et vit à Belleville avec sa mère, Fatou, qui tient le bistrot « Au boulot », haut en couleurs. Lorsqu’elle est expropriée, elle perd sa joie et son énergie. Faute d’arriver à lui redonner le moral, Félix et son père l’emmènent en Afrique, aux sources de l’animisme. Dans la lignée de Oscar et la dame rose, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, ou L’enfant de Noé,  Eric-Emmanuel Schmitt sonde les croyances animistes.

 

coup de coeur, romanLes sept mariages d’Edgar et Ludmilla

Jean-Christophe RUFIN

Gallimard, 2019, 22€

Sept fois, ils se sont engagés. Et six fois, l'éloignement, la séparation, le divorce... Edgar et Ludmilla... Le mariage sans fin d'un aventurier charmeur, un brin escroc, et d'une exilée un peu "perchée", devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d'opéra du monde. Pour eux, c'était en somme : "ni avec toi, ni sans toi". De l’après-guerre jusqu’aux années 2000, un récit plein d’imagination et de situations extravagantes.

 

coup de coeur, romanZulu

Caryl FEREY

Gallimard, 2008, 19.50€

Chef de la police criminelle de Cape Town, Neuman doit composer avec deux fléaux d'Afrique du Sud : la violence et le sida. Le cadavre d'une jeune fille blanche est découvert dans un jardin botanique du Cap. C'est la fille d'un ancien joueur des Springboks, véritable star nationale. Alors que l'enquête piétine, le corps d'une deuxième femme portant des scarifications faisant référence à des sacrifices zoulous est retrouvé. Neuman, qui enquête en parallèle dans les townships, envoie son bras droit, Brian Epkeen, et le jeune Fletcher sur la piste du tueur, sans savoir où ils mettent les pieds... Âmes sensibles s’abstenir ! Prix Nouvel Obs du roman noir et Grand prix des lectrices de Elle 2009.

 

coup de coeur, romanLes imprudents

Olivier BERTRAND

Seuil, 2019, 19€

Le 3 mars 1944, les habitants d'un hameau perdu des gorges de l'Ardèche ont été fusillés à l'aube par des SS, pour avoir caché des maquisards. Dans ce village, il y avait quinze habitants, mais on y a retrouvé seize corps. Qui était ce seizième homme ?  Ce livre débute comme une enquête, soixante-quinze ans après les faits, pour identifier l'inconnu. Sur place, les réticences à parler sont encore fortes. Mais peu à peu, les langues se délient, des habitants exhument des boîtes en fer contenant des photos, des carnets de notes, autant de souvenirs de famille qui permettent de mieux comprendre la lourde chape de silence qui s'était posée sur ces derniers mois de l'Occupation. Ces découvertes lancent l'auteur sur les routes, à la poursuite du maquis Bir-Hakeim.

 

coup de coeur, romanUn mot sur le pare-brise

Rolland ABONNEL

Editions Beaurepaire, 2017, 17€

Du fond de son lit de malade, Evelyne écrit le testament de son existence, afin de libérer son âme d'un secret de jeunesse. Peut-être pas un coup de coeur, mais le récit est situé dans notre région.

 

28/04/2020

Bouillon confiné n°1

Petite sélection de livres coups de cœur, proposée par les lecteurs de la bibliothèque Eclats de Lire, et les participants des comités de lecture.

 

la femme révélée.jpgLa femme révélée

Gaëlle NOHANT

Grasset, 2020, 22€

Dans les années 50, Eliza laisse derrière elle sa vie à Chicago, avec un mari fortuné et un petit garçon, pour commencer une nouvelle vie à Paris. Sous l’identité de Violet Lee, elle se fait un nom comme photographe. Au printemps 1968, Violet peut enfin revenir à Chicago à la recherche de son fils. Elle retrouve une ville chauffée à blanc par le mouvement des droits civiques, l'opposition à la guerre du Vietnam et l'assassinat de Martin Luther King…

 

Opus 77.jpgOpus 77

Alexis RAGOUGNEAU

V. Hamy, 2019, 19€

La famille Claessens est une famille de musiciens de génie, tout leur réussit. Enfin, c’est comme ça que le père aurait aimé que ça se passe. Le roman s’ouvre sur l’enterrement de ce grand chef d’orchestre. Et tandis que sa fille, la belle Ariane, joue du piano dans l’église bondée, elle nous raconte tout. Que vous soyez mélomane ou pas, vous apprécierez ce psychodrame familial qui se joue dans les plus fameuses salles de concert du monde.

 

sale gosse.jpgSale gosse

Mathieu PALAIN

L’Iconoclaste, 2019, 18€

On suit Wilfried depuis sa naissance. Abandonné par une mère trop jeune et trop perdue, il grandit dans une famille aimante de la Cité. Doué pour le foot, il a la chance d’être sélectionné pour un camp d’entraînement, mais il a trop de rage en lui, et finit par être exclu. On suit alors sa descente vers la délinquance, et les combats des services sociaux pour l’aider à s’en sortir. Roman urbain social, aux côtés de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

 

les sales gosses.jpgLes sales gosses

Charlye MENETRIER-McGRATH

Fleuve Noir, 2019, 17.90€

Jeanne, 81 ans, a été placée en maison de retraite par ses enfants. Très en colère contre eux, elle simule la démence pour faire enrager tout le monde. Elle se lie d’amitié avec une bande de joyeux lurons. Léger et plein d’espoir.

 

Les mots qu'on ne me dit pas.jpgLes mots qu’on ne me dit pas

Véronique POULAIN

Stock (La bleue), 2014, 16.50€

Ses parents, sourds-muets tous les deux,  se sont rencontrés à un bal pour sourds.  Véronique Poulain raconte son enfance dans les années 70. Des anecdotes pleines d’humour. Sa colère envers l’attitude des gens, qui ne font pas d’effort par rapport à la surdité de ses parents ou se moquent. Sa frustration aussi par rapport à ses parents parfois, alors qu’elle est si fière d’eux à d’autres moments.

 

pardon clara.jpgPardon Clara

Didier CORNAILLE

Presses de la Cité, 2016, 19€

Antoine, Parisien, en mal de vert et d'authenticité, tombe sous le charme du Morvan et du village dont est originaire son épouse. Un jour de promenade, il découvre, choqué, une étoile de David taguée sur le portail d'une maison. Il rencontre la propriétaire des lieux, une vieille dame, Clara, dont il devient le confident.

 

bondrée.jpgBondrée

Andrée A. MICHAUD

Rivages, 2016, 18.50€

Été 67, une jeune fille disparaît dans les épaisses forêts entourant Boundary Pond, un lac aux confins du Québec rebaptisé Bondrée par un trappeur enterré depuis longtemps. Elle est retrouvée morte, sa jambe déchirée par un piège rouillé. L'enquête conclut à un accident : Zaza Mulligan a été victime des profondeurs silencieuses de la forêt. Mais lorsqu'une deuxième adolescente disparaît à son tour, on comprend qu'un tueur court à travers les bois de Bondrée. Une écriture magnifique au service d'une atmosphère angoissante et de subtiles explorations psychologiques. Prix des lecteurs Quai du Polar 2017, prix SNCF du Polar.

 

profanes.jpgProfanes

Jeanne BENAMEUR

Actes Sud, 2013, 20€

Ancien chirurgien du cœur, Octave Lassalle a consacré sa vie à son métier, et se retrouve seul. Âgé, encore autonome, il anticipe, et se compose une équipe d’accompagnement. Il organise le découpage de ses jours et de ses nuits en quatre temps, confiés à quatre personnes choisies avec soin : Béatrice, Hélène, Yolande et Marc.

 

tout le bleu du ciel.jpgTout le bleu du ciel

Melissa DA COSTA

Carnets Nord, 2019, 21€

Emile, atteint à 26 ans d’Alzheimer précoce, refuse un essai clinique. Il part en voyage, recherche un accompagnateur par petites annonces, et c’est Joanne qui l’accompagne pour un périple en camping-car à travers la France. Hymne à la vie, ce récit nous fait passer du rire aux larmes. Les paysages sont très bien décrits. Premier roman, publié en ligne puis édité par Carnets Nord et le Livre de Poche.

 

la plus précieuse des marchandises.jpgLa plus précieuse des marchandises

Jean-Claude GRUMBERG

Seuil, 2019, 12€

Dans un bois habitait un couple de bûcherons pauvres et sans enfants. Chaque jour, à l’orée de la forêt, la bûcheronne voyait passer un train. Ignorant ce qu’il transportait, elle ramassait les petits papiers jetés par les fentes des wagons, mais comme elle ne savait pas lire, elle imaginait tout un monde merveilleux transporté dans ce convoi. Elle espérait qu’un jour, quelque chose d'extraordinaire lui arriverait de ce train. Aussi, lorsque qu’un homme réussit à déposer un bébé sur la neige, pensa-t-elle que les dieux l’avaient entendue… Conte émouvant et magnifique !

 

écoldar.jpgEcoldar

Christine LAPOSTOLLE

Editions Mf, 2018, 14€

Si vous ne savez pas ce qui se passe dans une école des beaux-arts, lisez ce livre. Récit entrecoupé par des extraits d’un journal d’étudiant. Christine Lapostolle a beaucoup d’empathie pour ses élèves, et tente aussi de faire le portrait d’une jeunesse.

09/04/2020

Silo

Silo.jpg

Silo

Hugh HOWEY

Actes Sud (Exofictions), 2013, 560 p., 23€

Traduit de l’américain Wool par Yoann Gentric  et Laure Manceau

 

Sur une terre post-apocalyptique, l’humanité a survécu depuis des générations dans un gigantesque silo enterré, organisé en étages autour de la spirale de son escalier central -répartis comme autant de couches sociales : tout au fond, les machines et les mécanos, plus haut les salles d’épuration, les jardins hydroponiques, les ateliers, les logements, les dortoirs, les services,… et enfin la cafétéria et le bureau du shérif.

Pour la survie de cette société en vase clos, il importe avant tout de respecter l’ordre établi. Contrôle strict des naissances, obéissance, travail assidu dans sa caste. Lorsqu’un contrevenant ne respecte pas les tabous, il est envoyé au "nettoyage" : expulsé du silo en combinaison de protection, il s’affaire à nettoyer les capteurs donnant la vue sur les environs jusqu’à ce que les gaz toxiques de la surface l’achèvent. Son sacrifice permet ainsi aux confinés de contempler le panorama désolé entourant le silo.

Brisé depuis la mort de sa femme, le shérif Holston décide de passer à son tour au nettoyage. C’est sa succession qui déclenche des conflits et déséquilibres dans le silo : la Maire, Jahn, souhaite nommer au poste de shérif la personne la plus compétente et incorruptible, tandis que le puissant chef du DIT (Département d’InfoTechnologies) voudrait un homme à sa solde…

Rosie la riveteuse.jpgUn des meilleures livres d’anticipation que j’aie lus depuis longtemps, avec des personnages  forts et crédibles, à commencer par Juliette, femme pleine de ressources et de convictions, meneuse d’hommes, que je n'ai pas pu m'empêcher de visualiser en Rosie la riveteuse ! Et toujours cette question lancinante : qu'y a-t-il réellement à l'extérieur ?

Ce roman haletant, bien construit, mêle judicieusement action et réflexion de fond… entre droit à l’autodétermination et  maintien à tout prix de l’ordre établi pour protéger le plus grand nombre. Hugh Howey soulève des questions d’éthique : peut-on, doit-on, pour le bien commun, réserver le savoir et la gestion à une élite sélectionnée ? Qui peut décider de ce qui est bon pour la communauté ? L’accès à la vérité justifie-t-il de mettre en danger ses proches ?

On peut lire seul cet opus, ou poursuivre la trilogie avec la prequel Origines et la touche finale Générations.

Aline

17/03/2020

Le chanteur perdu

bande dessinée, Le chanteur perdu

Didier TRONCHET

Dupuis (Aire libre), février 2020, 23€

 

 

 

Roman graphique inspiré d’une histoire vraie, celle de l'enquête menée par l'auteur pour retrouver un chanteur inconnu qui avait marqué sa jeunesse étudiante. Sans aucune piste sur ce chanteur dont les chansons l’ont accompagné pendant trente ans, le narrateur suit la piste ténue des paroles pour retrouver sa trace, de façon totalement désordonnée. Du viaduc de Morlaix au laboratoire de biologie du lycée de jeunes filles de la même ville, de Paris à la Baie de Somme, il suit ses intuitions.

C’est aussi l’occasion de se remémorer son personnage de jeune rebelle des années 1970, et de contempler un peu surpris la façon dont il a évolué. Il montre peu de patience pour ses propres travers, et son imagination qui le fait sauter facilement à des conclusions hâtives. Beaucoup d’autodérision dans l’évocation de ses maladresses, enlisé en voiture en baie de Somme, ou empalé sur les rochers pleins d’oursins…

Didier Tronchet a un talent pour les récits en apparence légers, qui sont pourtant empreints de profondeur et d’humanité. Cette bande dessinée fait pendant à Robinsons père et fils, une autre facette de son séjour sur l’Île aux Nattes, au large de Madagascar -bande dessinée faisant partie de notre sélection 2020 pour le prix M.O.T.T.S. des lecteurs

En fin d’album, 14 pages sur la véritable histoire du « chanteur perdu » avec quelques photos d’époque.

Paroles et musique : sur le site de Didier Tronchet, albums du chanteur perdu et version roman du récit, pour une expérience « BD-musique-roman » pour amateurs de narration multiple.

Aline

15/03/2020

Sélection du prix M.O.T.T.S. 2020

Il est encore temps de participer au dixième prix M.O.T.T.S. des lecteurs

en lisant notre sélection de 5 romans et/ou 6 bandes dessinées, d'ici le 12 juin 2020...

Vote prix M.O.T.T.S. 2020.png

 

15/02/2020

Les patriotes

roman étranger, Russie, Etats-Unis,

Les patriotes

Sana KRASIKOV

Albin Michel (Terres d’Amérique), 2019, 593 p., 23.90€

Traduit de l’américain The Patriots (2017) par Sarah Gurcel

 

Née en Ukraine en 1979, Sana Krasikov a grandi dans l’ancienne République Soviétique de Géorgie, avant d’émigrer aux Etats-Unis avec sa famille. Pour ce livre, pensé et écrit entre 2005 et 2017, elle s’est inspirée de l’histoire de la mère d’un ami, Pauline Friedman, dont elle a pu récupérer les dossiers déclassifiés par la Loubianka. La première scène du roman est directement transposée de la vie de cet ami : le moment où, adolescent, il a retrouvé sur le quai d’une gare sa mère de retour du goulag.

Ce récit kaléidoscope, situé entre 1934 et 2008, couvre trois générations d’une même famille. La perspective varie selon le narrateur et l’époque.

1932, après la grande dépression, Florence Fein – New-Yorkaise d’origine juive russe, embarque pour l’Europe "construire le paradis rouge".  "Florence elle-même n’était pas certaine de savoir après quel rêve elle courait : celui d’une humanité soviétique en général, ou celui d’un homme aux yeux noirs en particulier."  "Elle n’était pas vraiment communiste. Insatisfaite, c’est tout. Elle voulait faire de sa vie quelque chose de grandiose" et aspirait à un idéal d’égalité, une meilleure vie pour tous.

Toute sa vie, son fils Julian essaie de comprendre les choix de sa mère, qui ont été lourds de conséquences pour lui. Pourquoi sa mère at-elle pu continuer à refuser de condamner le système qui a détruit leur famille et l’a envoyée au goulag pendant 7 ans.  Il profite d’un séjour professionnel à Moscou pour réclamer les archives du KGB sur sa mère. Désormais Américain, il essaie de ramener aux Etats-Unis son fils Lenny, qui à son tour a choisi d’émigrer en Russie pour affaires… mais pas seulement.

Chaque génération a un rapport équivoque à ses origines, entre deux nationalités et deux mondes, et les relations entre les générations sont empreintes de d’incompréhension, chacune ayant dû supporter les conséquences des choix de la précédente. La loyauté de chacun des personnages est mise à rude épreuve. Bien que chacun se considère comme une bonne personne, les mauvais choix sont nombreux !

Cette saga m’a fait découvrir le destin des Américains ayant émigré en URSS dans les années 1930, qui se sont retrouvés piégés dans les années Staline. Le regard sur les relations diplomatiques et économiques entre US et Russie n’est pas sans rappeler la situation des années 2010 ! Dans un double discours, les dirigeants et médias américains se méfient de la menace rouge, de l’autre on continue à faire des affaires...

roman étranger,russie,etats-unisLes origines juives des personnages ont leur importance. Les juifs américains, venant d’un pays où l’on peut s’exprimer, partagent l’expérience des juifs russes. Pendant une courte période, après la révolution, et pendant la "Grande guerre patriotique", les origines juives en Russie ont été valorisées, mais dès lors que l’on sombre dans la période Stalinienne, l’identité juive est menacée et réprimée, et la "chasse aux ennemis du peuple" est partout. Pour survivre, il faut calculer tout ce qu’on va faire ou dire.

De nombreux autres personnages gravitent autour de ces trois narrateurs, dans un récit un peu complexe, touffu, mais passionnant. Coup de cœur de Renata et Aline.