Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2021

Passé minuit

roman ado,thriller

 

Passé minuit

Emmanuelle COSSO

Sarbacane (Exprim’), 2021, 16€

 

Ève se raconte, en allers-retours entre le temps présent, où tous les jours se ressemblent, et le « temps d’avant ». Avant cette fameuse soirée du 31 décembre avec sa bande de copains.

Le réveillon organisé par les jumeaux sur un îlot isolé, en mode « chair de poule » ou « pirates des Caraïbes », qui devait être mémorable, a tourné au cauchemar. Et Ève est condamnée à le revivre indéfiniment tant qu’elle ne parvient pas à se rappeler tout ce qui s’est réellement passé.

Thriller psychologique ado bien écrit, où les relations familiales prennent toute leur importance, ainsi que les amitiés et amours adolescentes.

Merci à ComJ et aux éditions Sarbacane pour cette découverte.

roman ado,thriller

06/11/2021

Sélection CRILJ : des livres pour les ados

Le travail des bibliothécaires, c'est aussi de suivre l'édition, et de choisir des titres parmi toutes les parutions annuelles. La sélection 2020-2021 pour ados et jeunes adultes est parue. Découvrez-là dans vos bibliothèques !

roman ado,crilj

Réalisé par les bibliothécaires de Brignais, Chassieu, Corbas, Craponne, Décines-Charpieu, Ecully, Francheville, La Mulatière, Meyzieu, Oullins, Pierre-Bénite, Saint-Priest, Saint-Symphorien-sur-Coise, Saint-Genis-Laval, Sainte-Consorce, Sainte-Foy-lès-Lyon, Soucieu-en-Jarrest, Tassin-la-demi-lune, Vaulx-en-Velin, ainsi que le CDI du lycée Deborde à Lyon.

20/07/2021

Sous un ciel d'or

roman ado,amour,années folles

 

Sous un ciel d’or

Laura Wood

Pocket Jeunesse, 2021, 378 p., 18€50

 

Années 1920, dans les Cornouailles. La jeune Lou vit au sein d’une famille unie et sympathique, dans une ferme prospère. Passionnée de lecture, écrivant elle-même à ses heures, elle trouve son espace de rêve dans la maison de l’île, belle demeure  abandonnée depuis des années par ses riches propriétaires.

Lorsque les Cardew réinvestissent l’île pour un été de fêtes et d’excès, Lou, fascinée par la famille et ses prestigieux invités, se prend à rêver d’une vie qui lui semble tellement plus stimulante et pétillante. Mais la clique des citadins fortunés lui trouve-t-elle d’autres attraits que celui de la nouveauté et de la candeur ?

Un roman agréable et facile à lire, situé dans les années folles, à l’aube de nouvelles perspectives pour les femmes, qui peuvent s’imaginer un autre destin que le mariage et la famille. Ce qui ne les empêche pas de rêver du grand amour.

Merci à Marie de l'Agence ComJ, et aux éditions Pocket Jeunesse, pour l'envoi de ce roman 
Aline

 

28/06/2021

Burn

roman ado, fantasy

Burn

Patrick NESS

Pocket Jeunesse (PKJ), octobre 2020, 398 p., 18€90

 

En 1957, dans la petite ville de Frome, aux États-Unis, Sarah est l’objet de brimades en tant que métisse, et son ami Jason –américain d’origine japonaise- plus encore ! Pour tenter de maintenir leur ferme à flot, le  père de Sarah doit se résoudre à embaucher un dragon (et un bleu, de l’espèce de la pire réputation). Sarah est censée se méfier de « La bête », pourtant Kazimir le dragon semble la protéger.

Selon le dragon bleu, Sarah serait la clé d'une prophétie au cœur des conflits entre humains et dragons, et l'avenir du monde entier serait en jeu. De son côté, Malcolm, jeune assassin élevé dans une secte d’adorateurs des dragons, est en route pour Frome pour accomplir la prophétie à sa façon… si le FBI qui le poursuit ne le tue pas avant.

L’originalité de Patrick Ness est de faire coexister un récit de fantasy avec la société américaine des années 1950, avec ses tensions raciales et homophobes, la guerre froide avec la Russie, et les premiers pas de la conquête de l’espace.

L'aventure est prenante, pleine d’action et de retournements, mais trop rapide pour développer les personnalités des protagonistes. Après un début assez détaillé, le récit s'emballe pour finir en un seul tome, et déterminer l'avenir des mondes en une scène finale enlevée.

Aline

21/06/2021

Soleil jusqu'à la fin

soleil-jusqu-a-la-fin-600x.jpg

 

Soleil jusqu'à la fin

Mélanie Georgelin

Sarbacane (Exprim'), 2021, 208 p., 16€

 

La vie d’Amaya bascule le jour où les gendarmes la trouvent près du corps de sa mère, morte de chagrin après le départ du père pour une autre femme.

La jeune fille de douze ans est alors envoyée dans une Maison d’Enfants à Caractère Social, puisque sa tante ne peut pas l’accueillir chez elle, faute de moyens. Dans ses bagages, elle emporte la robe flamenco de sa maman, sa poupée Soledad à qui elle confie tout et son courage, immense.  Aux Coucous, elle fera la rencontre d’autres enfants que la vie a cabossés. Directeur, éducateurs, psychologue vont tenter de l’apprivoiser, mais ils ne sauront pas la protéger du pire.

C’est auprès de Madeleine et Pierrot, quelque part dans un refuge perdu dans le Vercors qu’Amaya va rassembler les petits morceaux d’elle-même et se reconstruire.

Bouleversant, poignant, sensible et tellement intelligent ! L’écriture de Mélanie Georgelin est belle, faussement légère. Elle parle de la vie, de la mort, des évènements qui parachutent les enfants dans le monde des adultes, bien avant l’heure.

Amaya interpelle le lecteur en le nommant Albert. Elle le positionne en témoin de chaque fêlure comme pour lui dire "Tu vois, la vie, elle fait ça aussi…" Certains chapitres nous proposent de voyager dans le monde des adultes pour compléter ce prisme sensible sur les différents aspects de l’aide sociale à l’enfance.

Il y a tellement d’humanité dans ce livre que l’on en sort grandi. Retourné, épluché, lessivé, mais grandi. Une belle leçon de résilience ! Dès 13 ans

Lissy

18:27 Publié dans Livres pour ados | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman ado

27/05/2021

Ash house

adolescent

 

Ash House

Angharad Walker

Casterman, 2021, 328 p., 16€

 

Sur les conseils de l’hôpital qui n’est pas parvenu à le soigner, un jeune garçon est déposé par le père de sa famille d’accueil dans une maison isolée de la ville. Là, il doit recevoir les soins qui lui permettront de ne plus souffrir.

Mais à son arrivée à Ash House, la réalité vacille : la maison semble faite de cendres encore fumantes, des drones survolent le domaine et enregistrent tout ce qu’il s’y passe et le directeur, mystérieusement absent depuis quatre ans, n’appelle plus au téléphone… Seul le Docteur semble se soucier des enfants, mais ses apparitions les terrifient depuis la disparition de l’une des filles…

Les enfants qui vivent ici obéissent aux "obligeances", les règles morales qui contrôlent chaque instant de leur vie et leur permettent de vivre sans adulte. Chacun porte un nom qui lui rappelle l’obligeance qu’il incarne : Freedom, Wisdom, Concord, Merit, Justice… En arrivant, le jeune garçon devient Sol (solitude), peut-être parce qu’il reste un personnage à part tout au long de l’histoire ou bien parce que les souvenirs de sa vie d’avant semblent lui échapper jour après jour. Pourtant, il va puiser en lui la force nécessaire pour tenter de sortir de ce qui commence à ressembler à un cauchemar.

J’ai été prise par l’ambiance dès les premières pages et je n’ai pas lâché le livre. Toutes les astuces du thriller fonctionnent très bien, avec leurs lots de surprises et de rebondissements.  Chaque chapitre est une descente vers le mystère. La construction narrative est efficace, les personnages attachants, l’écriture est soignée et il y a une bonne maîtrise du rythme et des actions. Je ne savais pas où l’auteur allait m’emmener et je n’ai pas été déçue, bien que la fin reste en balance, entre rêve et réalité. (une suite à venir ?). Dès 12 ans.

Lissy

22/01/2021

Cogito

cogito.jpg

 

Cogito

Victor Dixen

R. Laffont, mai 2019, 537 p., 19€90

 

Roxane, 18 ans, rebelle depuis le décès accidentel de sa mère, pour lequel elle blâme en vrac la société de plus en plus automatisée et son père, sombre dans la provocation et la petite délinquance avec sa bande de "Clébardes".

Sa seule chance de décrocher le BAC (Brevet d’Accès aux Corporations) est d’obtenir une bourse pour un stage de « science infuse », remise à niveau neuronal organisé par la corporation Noosynth. Mais que faire quand le stage de cyber-bachotage en île paradisiaque vire au cauchemar ?

Beaucoup d’action et de revirements dans ce roman de science-fiction teinté de philosophie, en un seul tome. Il est facile à lire, mais questionne sur ce qu’est la pensée, sur ce qui fait la spécificité de la pensée humaine par rapport à l’intelligence artificielle. Victor Dixen fait appel aux grands philosophes ou théoriciens de l’humanité : Descartes et Rousseau sont évoqués, mais aussi Turing, Asimov ou Ada Lovelace. Parfait pour les lycéens, ce roman a d'ailleurs gagné leur prix Imaginales 2020.

Aline

24/11/2020

Le monstre chez moi

société,maltraitance,thriller

 

Le Monstre chez moi

Giles Amy

Nathan (Grand format), 2020, 394 p., 17€95

(dès 15 ans)

Hadley a 17 ans. Capitaine de l’équipe de hockey et excellente élève, elle pourrait intégrer les meilleures universités américaines, mais elle serait alors obligée de quitter la maison.  Pour elle, impossible de laisser sa sœur entre les mains de leur père, un homme tyrannique et violent prêt à exploser. Protéger Lila est la seule chose qui compte car elle ne pourra espérer aucun soutien de leur mère, soumise et alcoolique.

Heureusement dans la vie d’Hadley, il y a des moments où la légèreté de l’adolescence semble  reprendre le dessus, entre amour et amitié. Mais la jeune fille est passée maître dans l’art de dissimuler ses blessures...

Le crash d’avion qui coûte la vie de ses parents dès le premier chapitre va faire craquer le verni de cette famille américaine bien sous tous rapports.

Ce roman très prenant, alterne les récits:

Dans les chapitres intitulés "avant", on découvre sa vie au lycée et à la maison avant le crash : les injonctions, les menaces, l’omniprésence oppressante du père et le climat de violence dont Hadley capte toutes les nuances électriques dans l’air ...

Dans les chapitres intitulés "maintenant", on évolue dans l’univers de l’hôpital psychiatrique qui l’accueille après le drame.

Un troisième point de vue narratif nous donne des éléments d’information supplémentaires. Il s’agit de l’enquête de police qui est menée pour déterminer les causes exactes de l’accident, car là encore il faut regarder au-delà des apparences.

L’auteur nous donne avec beaucoup de force les clefs d’un thriller où la tension dramatique et les informations sont distillées au compte-goutte après un premier chapitre qui nous plonge au cœur de l’intrigue. 

L'écriture relate très bien l’emprise psychologique du bourreau sur sa victime et la manière dont un enfant maltraité entre en vigilance permanente et développe des fonctionnements de survie pour échapper au pire.

Le sujet de la maltraitance parentale y est abordé sans pathos; le personnage principal étant dans l’action et du côté de la vie, elle nous porte tout au long de l’histoire.

Lissy

09/09/2020

Quand le spectacle a le goût du sang

roman ado, dystopie, critique des lecteurs

 

Show Stopper

Hayley BARKER

Bayard, 2019, 17€90

Traduit de l'anglais par Laurence Bouvard

 

On suit dans l’histoire Hoshiko et Ben, évoluant des deux côtés du Cirque de l’horreur. Ben en tant que spectateur, qui n’a qu’à se délecter de la mort des artistes, et Hoshiko, la funambule qui doit faire son numéro -à la fin potentiellement mortel.

Mais Ben tombe sous le charme d’Hoshiko, et, pour simplifier, veut l’aider. Elle, Hoshiko, veut que ses « proches » survivent à l’enfer qui se déchaînera, suite à la rencontre des deux protagonistes.

Ce livre contient son lot de personnages attachants, ainsi que d’inhumanité, d’horreur et de mort (parfois violente), mais aussi de petites joies et d’espoir, le tout écrit de façon à ce qu’une fois commencé on ne lâche plus le livre !

Excellent ouvrage. J’ai bien aimé ce livre et le recommande, mais peut-être pas aux enfants trop jeunes. D'ailleurs il est rangé au rayon ados.

Valentine P.

08/06/2020

Soeurs de sang

roman ado, fantasyL'envol du Phénix

Sœurs de sang, tome 1

Nicki PAU PRETO

Lumen, 2020, 724 p., 16€

Traduit de l’anglais (canadien) Crown of Feathers par Julie Lafon et Céline Morzelle

 

Autrefois, de puissantes reines défendaient leur royaume sur le dos de fantastiques créatures, phénix capables de s’embraser et de cracher des flammes. Mais ces temps sont révolus, et les animages, qu’ils soient capables de d’imprégner des phénix ou juste de communiquer avec les animaux, sont désormais traqués.

Véronyka et sa grande sœur Val ont grandi dans la clandestinité, survivant depuis des années de chasse et de rapine. Elles pourraient retrouver leur dignité, si les deux œufs de phénix qu’elles ont découvert se décidaient à éclore. Encore faudrait-il que les oiseaux de feu les choisissent, et qu’elles sachent les élever. Or le seul groupe de dresseurs de phénix qui résiste encore dans les montagnes refuse d’entraîner les femmes.

La relation complexe entre les deux sœurs est au cœur du récit, autant que leur ténacité, et leur volonté de devenir dresseuses de phénix.

Véronyka est narratrice principale, même si d’autres personnages gagnent de l’épaisseur en prenant tour à tour la parole : Sev, enrôlé de force dans l’armée, qui cache de son mieux sa  nature d’animage ; Tristan, dresseur de talent dont tous les efforts semblent néanmoins insuffisants par rapport aux attentes de son père ; et enfin, la terrible Val !

Dans la lignée d’Eragon, (ou en version adulte, des Cavaliers de Pern ou Game of Thrones), un roman d’Heroic Fantasy pour ados, fluide et agréable à lire. Les dragons sont remplacés par des phénix, mais l’idée reste la même. Le tome 2 de la trilogie est annoncé en 2020.

Aline