Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2021

Bouillon de lecture autour de l'art

Question judicieuse : quels sont les arts ?

Traditionnellement, les arts majeurs sont l’architecture, la sculpture, les arts visuels (dessin & peinture), la musique, la littérature, les arts de la scène, (théâtre, danse, mime, cirque, humour). Le consensus désigne ensuite le cinéma comme 7ème art, les arts médiatiques (radio, télévision, photographie) comme 8ème art, la bande dessinée comme 9ème art, et les jeux vidéo comme 10ème art... puis les candidats sont nombreux pour le 11ème… arts culinaires ? éloquence ? mode et parfumerie ?...

 

Autour de la musique

art, Quatuor

Anna Enquist

Actes Sud, 2016, 300 p., 21€90

Auteur néerlandaise, musicienne, concertiste et psychothérapeute, Anna Enquist travaille en milieu hospitalier.

Amsterdam. Les personnages, amis de longue date, se retrouvent pour jouer de la musique : Caroline, violoncelliste, est médecin, son mari Jochem, alto, est luthier, Hélène 2nd violon, est infirmière, Hugo, 1er violon, dirige un centre culturel. L’ancien professeur de musique d’Hugo et Caroline, Rainier, âgé, donne encore des cours.

Chaque personnage parle à la 1ère personne pour livrer son histoire. La musique partagée les aide à surmonter les épreuves de la vie. Ce roman, au rythme soutenu, se lit vite et facilement, y compris pour les non mélomanes. Au-delà de la musique, qui imprègne tout le roman, l’auteur présente une critique de la vie actuelle aux Pays-Bas, et de la place accordée aux personnes âgées dans la société. Elle aborde les problèmes de la vieillesse et de la retraite. Quand on se voit diminuer, mais qu’on veut résister…

 

art, art,

Eric-Emmanuel Schmitt

Ma vie avec Mozart

Albin Michel (livre avec CD), 2005, 160 p., 23€90

Le narrateur parle avec Mozart. Il raconte qu’ado il déprimait, pensait au suicide, puis tout a changé pour lui à l’écoute de La flûte enchantée. « A cette époque je croyais que le monde mourait, alors que c’était moi qui mourais au monde ». Cette musique le rapproche de la vie. Il décrit ses états d’âme.

Madame Pylinska et le secret de Chopin

Albin Michel, 2018, 118 p., 13€50

Jeune, le narrateur n’aimait pas le piano, jusqu’à entendre sa tante jouer du Chopin. C’est sa professeure de piano qui lui apprend que le piano ne se joue pas seulement avec ses mains, mais avec tout son être. « Il y a des secrets qu'il ne faut pas percer mais fréquenter : leur compagnie vous rend meilleur. »

 

La Calligraphie

 

art, Passagère du silence

Fabienne Verdier

Albin Michel, 2003, 292 p., 23€

Fabienne Verdier a consacré toute sa vie à la calligraphie chinoise. A l’école des Beaux-Arts de Toulouse, elle s’intéressait aux représentations de la nature, essayant de saisir l’instant en un trait.

A 20 ans, partie en Chine, elle s’est retrouvée dans une ville immense, seule étrangère à l’université. Les professeurs, persécutés pendant la révolution chinoise, ont mis longtemps à lui ouvrir leur porte. L'artiste est restée dix ans à Chongqing, pour apprendre l'art de la calligraphie auprès de Huang Yuan, et du graveur de sceaux Cheng Yun. Au-delà de son aventure personnelle, on perçoit la philosophie qui sous-tend son art. Actuellement, elle travaille sur d’immenses calligraphies, et peint comme on danse, avec un pinceau énorme, soutenu par des rails, et guidé par un guidon de vélo. (cf Exposition à Aix en Provence l’été dernier, voir affiche Roland Garros 2018)

 

L’écriture

art, Mr Gwyn

Alessandro Baricco

Gallimard (Du monde entier), 2014, 192 p., 18€50

Mr Gwyn, romancier londonien, est au sommet de sa gloire après avoir écrit trois romans à succès. Dans un article du Guardian, il annonce qu’il n’écrira plus jamais de roman. Lorsqu’il revient à l’écriture, après un an, c’est pour faire des portraits de gens. Il crée un lieu, prépare l’ambiance, pour chacune des personnes qu’il va dépeindre.

On s’attache à ce personnage d’écrivain, sympathique, mais assez excentrique, sophistiqué, mystérieux. Un roman formidable, et une très belle réflexion sur l’artiste. Qu’est-ce qu’est un artiste. Qu’est-ce que l’art ?

Alessandro Baricco est écrivain, homme de théâtre, et musicologue. Son œuvre Novecento : pianiste, écrite sous la forme d’un monologue poétique, a été magnifiquement joué au théâtre par André Dussolier.

 

art, Miss Islande

Audur Ava Olafsdottir

Zulma, 2019, 266 p., 20€50

Histoire d’une femme qui pour pouvoir vivre de sa passion, l’écriture – la poésie- doit passer par le stade de miss Islande pour gagner son indépendance. Plus qu’une histoire d’artiste, c’est un récit sur la réalisation de soi, la débrouille et la résistance à l’ordre établi.

 

La peinture

 

art, Manet, le secret

Sophie Chauveau

Télémaque, 2014, 384 p., 22€

Nommé chef de file des impressionnistes, Edouard refuse d’étudier le droit, devient apprenti marin, rate le concours de l’école navale. Dandy, croqueur de femmes, il recherche la reconnaissance du salon des peintres, est éconduit. Ses amis, peintres et poètes sont évoqués dans le livre : Renoir, Degas, Pissarro, Monet, Baudelaire…  Amoureux de Suzanne, qui enseignait le piano à sa mère, il a un enfant avec elle, mais ne le reconnait pas, car elle n’est pas de son milieu. L’auteur décrit la relation extraordinaire de ce fils Léon avec sa mère. L’histoire de France s’entrechoque avec la vie de l’artiste, dans un contexte historique allant du second empire à la défaite française de 1870, puis à la IIIe république. Bien écrit, facile à lire et bien ancré dans l’histoire.

Sophie Chauveau a écrit avec talent de nombreuses biographies d’artistes romancées : La passion Lippi, Le rêve Botticelli, L’obsession Vinci, Fragonard l’invention du bonheur, Sonia Delaunay la vie magnifique…)

 

art, Radeau

Antoine Choplin

Pendant la guerre, Louis transporte en camion de précieux tableaux du Louvre, pour les emporter à l’abri dans le sud. Le radeau de la méduse en fait partie. Malgré l’ordre strict de ne pas s’arrêter, il recueille Louise, qui chemine au bord de la route. L’écriture ciselée et pudique de Choplin, à son meilleur, comme dans son splendide roman Le héron de Guernica.

 

art, art, Le meurtre du Commandeur

T1, Une idée apparaît / T2, la métamorphose se déplace

Haruki Murakami

Belfond, 2018, 456 + 472 p., 23€90/tome

Un jeune peintre, que sa femme a quitté, s’installe dans l’ancienne résidence d’un peintre japonais décédé, spécialiste de peinture traditionnelle. Il découvre au grenier une peinture obsédante, sur le meurtre du commandeur. Un voisin veut faire peindre un portrait, mais comment faire le portrait d’un homme sans visage ???

Intrigue à tiroirs, histoire d’amour, secret de famille, un peintre qui se cherche dans la progression de son art, la naissance d’une œuvre… Dans le 2e tome, Murakami fourni les réponses aux questions posées dans le premier. Féru d’art, il décrit la création, la quête du peintre, les rapports entre modèle et peintre, quand une toile est-elle achevée ? comment s’en séparer ?

Ces romans tournent autour de la peinture, et -comme souvent chez Murakami- mélangent réel et fantastique, jusqu’à ce que le lecteur ne distingue plus la frontière. "La réalité ne se limite pas seulement à ce qui est visible". Passionnant et philosophique.

 

art, Les couleurs de nos souvenirs

Bleu, histoire d’une couleur / Vert, histoire d’une couleur /….

Michel Pastoureau

Tous les livres de Michel Pastoureau autour de l’histoire et de l’origine des couleurs sont passionnants, avec des anecdotes très parlantes.

 

art, Le grand art

Léa Simone Allegria

Flammarion, 2020, 358p., 20€

Paul Vivienne, commissaire-priseur, a beaucoup vendu, mais il commence à être dépassé par internet et les ventes en ligne. Lorsqu’il découvre un retable au fond d’une chapelle toscane, il se demande si c’est un faux ou pas, s’il a de la valeur ou non. La forme du roman est proche de l’enquête policière, dans le milieu de l’art et de la finance, des bulles spéculatives.

 

art, Efface toute trace

François Vallejo

Viviane Hamy (Contemporaine), 2020, 320 p., 19€

Dans ce roman qui démarre comme un policier, le narrateur est un expert en art contemporain, chargé par un groupe de collectionneurs d'enquêter sur des incidents étranges ayant entraîné la mort de trois d'entre eux. Comment faire de l’argent avec l’art contemporain, l’art conceptuel, les happenings… On en arrive parfois au « foutage de gueule », voire au blanchiment d’argent.

Andy Warhol, Keith Harring, Bansky sont évoqués, y compris la vente aux enchères où l’œuvre de Bansky s’est auto-déchiquetée aussitôt adjugée.

 

La sculpture

 

art, Trencadis

Caroline Deyns

Quidam éditeur (Made in Europe), août 2020, 364 p.

Roman biographique sur Niki de Saint Phalle

L’auteur écrit la biographie de Niki de Saint Phalle comme un patchwork d’éclats de vie. D’où son titre : le trencadis est une forme de mosaïque à base d’éclats de céramique, typique de l’architecture moderniste catalane, employé en particulier par Gaudi au parc Güell. Les narrateurs, différents pour chaque chapitre, présentent chacun une scène ou une facette de la vie de Niki, qui permet de faire des liens avec son œuvre artistique, et l’apprécier plus en profondeur. Tel ce forain qui, refusant de prêter sa carabine à cette tireuse d’élite, l’accompagna jusqu’à la cour où elle réalisait ses œuvres « Tir à la carabine » et put lui-même participer au processus créatif.

Cette forme de narration fait à la fois l’originalité du livre, et sa difficulté. Car si chaque chapitre est bien écrit et prenant, le passage d’une scène à l’autre peut démotiver un peu le lecteur.

 

art, Pietra Viva

Léonor de Récondo

S. Wespieser, 2013, 242 p., 20€

Un épisode de la vie de Michel Ange, son parcours autour d’une œuvre. En 1505, il part dans les carrières de Carrare choisir le marbre qui lui est nécessaire pour réaliser le tombeau commandé par le pape. Très intéressant, ce roman présente sa façon de travailler, mais aussi sa vie débridée.

 

art, La brodeuse de Winchester

Tracy Chevalier

Table Ronde (Quai Voltaire), 2020, 348 p., 23€50

L’histoire, située en Angleterre à l’époque de la montée du fascisme sur le continent, s'inspire de celle de Louisa Pesel, la fondatrice du cercle des Brodeuses de la cathédrale de Winchester.

 

Prochain Bouillon en visioconférence

Lundi 1er mars, à 20h

Auteurs choisis : Colum McCann et Marc Dugain

26/01/2021

Un monde à porté de main

roman, art

 

Un monde à portée de main

Maylis de Kerangal

éd. Verticales, 2018, 288 p., 20€

 

Avec ce roman Maylis de Kerangal nous fait découvrir, avec talent, l’art du trompe-l’oeil et interroge sur l’artifice et la frontière entre illusion et réalité.

Paula rêvait d'être artiste, elle sera peintre en décor, elle apprendra les trompe-l’œil, les bois et les marbres, elle créera l'illusion sur les murs, les plafonds, au cinéma, jusqu'à la consécration, jusqu'au projet qui la touchera jusqu'au plus profond de son âme. Avec en toile de fond, Jonas, toujours.

Après avoir passé son bac et cherché sa voie pendant 2 ans sans beaucoup de conviction, Paula se découvre une sensibilité d’artiste.  Après quelques mois dans une école préparatoire aux Beaux-Arts, elle abandonne et subitement décide d’intégrer le prestigieux Institut Supérieur de peinture de décors à Bruxelles.  La formation est courte, 6 mois mais intense ; la charge de travail est violente pour une étudiante comme elle, peu habituée à l’effort. La pratique en atelier est très physique, épuisante et douloureuse. Mais elle s’accroche.

Copier n’est pas si simple. Pour imiter le bois, il faut sentir la forêt, établir une relation avec elle. Pour peindre les marbres, il faut accepter des codes de représentation stricts, une syntaxe, un vocabulaire rigoureux, scruter leur spécificité, différencier les marbres de Carrare, Grand antique, Labrador, Henriette blonde, Fleur de pécher, Griotte d’Italie, se familiariser avec les couleurs Vert de Polcevera, mischio de San Siro, albâtre du mont Gazzo. Paula apprend  à développer son sens de l’observation, à maîtriser ses gestes, à pénétrer dans la matière même de la nature, à explorer sa forme pour capter sa structure.

Elle partage cet enseignement avec une vingtaine d’élèves venus d’horizons divers pour des raisons bien différentes. Après quelques semaines, ils finissent par constituer une petite communauté. Paula se lie d'amitié avec Kate, débrouillarde et impulsive et noue une relation ambiguë avec son co-locataire Jonas, secret, énigmatique et surdoué. Le diplôme obtenu, ils suivront chacun leur route mais resteront en contact.

Pendant 5 ans Paula enchaîne des chantiers modestes, s’assurant ainsi une autonomie matérielle fragile mais réelle.  Au fil des expériences, elle gagne en professionnalisme. Elle acquiert une petite notoriété lui offrant des chantiers de plus en plus intéressants. Elle devient nomade, se déplace au gré des contrats, s’adapte à toutes les pratiques, à tous les protocoles, à tous les rythmes. Mais cette précarité, cette instabilité la rendent vulnérable. Ni les amours, ni les amitiés ne durent. Sa vie devient un tourbillon qu’elle ne maîtrise pas.

Et un jour, un appel de Jonas bouleverse son existence. Il offre à Paula le fac similé ultime : participer à la réplique IV de la grotte de Lascaux. « Ce chantier est pour toi. Une caverne cabossée, des peintures rouges et noires, des taureaux, des rennes, la chapelle Sixtine de la Préhistoire ». Paula se passionne pour ce chantier hors du commun, et elle parvient enfin à sortir du décor et à s'inventer pleinement, découvrant la vertigineuse profondeur du vrai monde et un amour véritable.

Maylis de Kerangal, comme dans ses autres romans, s'approprie le lexique technique pour décrire avec précision l'univers qu'elle présente. Tout est précis, détaillé.  Elle invite à une réflexion sur l’Art, la création et la copie. Mais elle livre aussi une analyse fine et subtile de l’enseignement, des rapports familiaux, de l’amitié et de l’amour. Un bon roman.

Annie

18:41 Publié dans critiques de livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman, art

28/03/2020

Antidotes au confinement : promenades virtuelles

Rincez-vous l'oeil, avec les offres de visites virtuelles d'expositions et de musées :

 

Le Musée des Beaux Arts de Lyon !

avec 50 tableaux à découvrir "en Gigapixels" ici.

 

15 musées à explorer depuis votre canapé

 

L'expo Pompéi chez vous, en 3D et en réalité augmentée

 

12 des plus beaux musées au monde

 

La Casa Azul, musée Frida Kalho au Mexique

numérique,musée,art

 

Rendez-vous chaque semaine avec la Fondation Louis Vuitton

 

Smithsonian Open Access : Une formidable collection d’images en haute définition libres de droits, à compulser, à télécharger. « La diffusion du savoir », telle est la mission que revendique le Smithsonian. 

numérique,musée,art

 

 

numérique,musée,artPour plus d'idées d'activités culturelles ou manuelles, lectures, visites virtuelles, consultez  ID BOOX  qui recense grand nombre d'initiatives !

26/11/2019

Le mois du film documentaire

mois du doc, projection, film

Quand Aragon rencontre Matisse

La bibliothèque a participé cette année à la 20ème édition du mois du film documentaire en projetant une très belle réalisation de Richard Dindo : Aragon, le roman de Matisse.

Le film a réuni une vingtaine de personnes autour de Renata Lefebvre et André Mallet, lecteurs de la bibliothèque et admirateurs d’Aragon.

projection,film,poésie,art,cinéma

Ensemble, ils ont lu des textes du poète en guise de mise en bouche littéraire, avant que les lumières ne s’éteignent et que la projection ne commence.

 

mois du doc,projection,film,poésie,art

Ce très beau documentaire nous a offert, par la voix de Jack Weber, les mots d’Aragon racontant le travail de Matisse à la fin de sa vie, son optimisme, sa lumière, son idée de la beauté face au désordre d’un monde en guerre.

projection,film,poésie,art,cinéma

La salle d’animation était ornée des magnifiques œuvres crées en atelier par les enfants de la bibliothèque, à partir des techniques de découpage et de collage de Matisse. Bravo les artistes !

 

14/10/2019

Atelier Matisse

atelier créatif, Matisse, art

03/05/2017

Petite recette d'art pariétal

A l’occasion de la très belle exposition dédiée à la grotte Chauvet qui s’est tenue à la bibliothèque en mars dernier, les petits homo-habilis jarréziens se sont essayés à la peinture rupestre. Voici la recette d’un atelier à succès :

  • Une animatrice plasticienne astucieuse
  • Des enfants curieux
  • Du carton
  • Des pigments colorés
  • Quelques jaunes d’œufs
  • Des épices jaune orangé
  • Du sable
  • Des craies grasses
  • Un peu d’imagination

préhistoire,art

préhistoire,artUne quinzaine d’enfants s’est réunie autour de Catherine Chulliat pour observer le travail des artistes de la préhistoire à partir des panneaux d’exposition et des livres mis à leur disposition. Ensemble, ils se sont interrogés : quelle peinture utilisaient-ils ? Pourquoi dessinaient-ils des animaux ? Après avoir convenu de manière quasi unanime que le tube de gouache n’avait pas encore été inventé, les enfants se sont lancés dans la confection d’une peinture maison : quelques jaunes d’œufs, une cuillère de pigments -ou d’épices colorées chipées sur l’étagère de la cuisine- un peu d’eau pour la consistance, et le tour est joué !

préhistoire,artPuis chacun a dessiné à la craie sur son morceau de carton la silhouette d’un animal sortie de la nuit des temps. Mammouths, tigres à dents de sabre, mégacéros, rhinocéros, lions des cavernes se sont animés sous les pinceaux  des enfants avant d’être exposés dans la salle d’animation. Matis est intraitable : « C’était hyper bien ! J’ai adoré tremper mon doigt dans la peinture et l’étaler sur le carton. »

Après le succès rencontré par cet atelier, la plasticienne nous fera le plaisir de revenir  le 28 juin pour animer la rencontre "Mes doigts pour peindre" autour de l'exposition "Du bout des doigts" de l’illustratrice Lucie Albon. Vivement l’été !

08:19 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : préhistoire, art

21/04/2017

Les filles au lion

Les filles au lion.gifLes filles au lion

Jessie  BURTON

Gallimard (Du monde entier), 2017, 496 p., 22.50€

Traduit de The Muse par Jean Esch

1936, Olive, passionnée de peinture, sait que ses espoirs d’être reconnue en tant qu’artiste sont illusoires. Dans le monde des marchands d’art dont fait partie son père Harold, le talent ne peut être que masculin ! Sa rencontre avec Isaac, peintre et militant communiste en Andalousie tandis que la guerre d’Espagne s’annonce, bouleverse sa vie.

1967, Odelle, originaire des Caraïbes, ambitionne de faire sa place à Londres comme écrivain. En attendant, elle est vendeuse de chaussures, puis travaille comme dactylo dans une galerie de peinture. Là,  elle fait connaissance avec le sympathique Laurie, venu faire expertiser une toile d’origine mystérieuse.

Au centre de l’histoire, un tableau fascinant, longtemps disparu, l’énigme de sa création et de sa transmission…

Après l’imagination et les qualités d’écriture dont elle avait fait preuve dans Miniaturiste, la jeune auteure anglaise nous revient avec un deuxième roman situé dans un double contexte historique, ambitieux récit d’imposture et étude de personnages féminins.

Autant que le rapport à l’art et à la création, c’est la place laissée aux femmes –qui plus est aux femmes d’origines minoritaires- dans la société et dans le monde de l’art qui est explorée dans ce roman. Faut-il suivre le modèle dominant ? L’amour doit-il primer sur toute autre considération ? Comment se réaliser et faire coexister des aspirations artistiques et sentimentales ?... Dans un récit agréable, Jessie Burton offre au lecteur les choix de femmes remarquables, marquées par leur époque.

Aline