Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2020

Jean Giono

auteurCela fera 50 ans cette année que Jean Giono est mort. En hommage à l’écrivain et à son œuvre, France Culture a adapté son roman Un roi sans divertissement en feuilleton radiophonique sur 10 épisodes (cliquer sur l'image).

auteur

Par ailleurs, la "nuit Jean Giono" a été l'occasion de (re)diffuser plusieurs lectures de ses textes, dont "Une histoire d'amour", lue par Michel Galabru, et Prélude de Pan.

auteurauteur

 

"Une heure, deux heures, trois heures, la neige continue à tomber. Quatre heures, la nuit, on allume les âtres, il neige. Cinq heures. Six, sept ; on allume..."

Cliquer ici pour retrouver toutes les émissions de France Culture sur Jean Giono.

 

Jean Giono est né en 1895 à Manosque d’un père cordonnier et d’une mère repasseuse. Obligé de travailler pour les besoins de la famille, il quitte l’école en classe de seconde pour devenir employé de banque. Il ne cesse pourtant de se cultiver et de lire passionnément. Dès 1911, il commence à écrire. 

Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, il en sort traumatisé et viscéralement pacifiste. Son premier livre La Colline paraît en 1929 et connaît un relatif succès qui lui permet de quitter son emploi à la banque pour se consacrer entièrement à l’écriture. À la fin de la seconde Guerre mondiale, il est mis à l’écart par le milieu littéraire qui lui reproche d’avoir fait paraître des textes dans des revues pro-allemandes et il passe cinq mois en détention. Il faudra attendre 1951 et la parution du Hussard sur le toit, pour que Jean Giono redevienne un auteur à succès. On lui doit également à la même époque, Les Âmes fortes (1950). En 1954, il rentre à l’Académie Goncourt. Intéressé par le cinéma, Jean Giono participe aux scénarios de films à partir des années 1950 et s’essaye à la réalisation. Il meurt à Manosque le 9 octobre 1970.

06/12/2015

Jean Christophe Rufin (1)

JC Rufin.JPGA l'occasion du Bouillon de lecture consacré à Jean Christophe RUFIN, je me suis immergée dans son œuvre littéraire.

La personnalité de l'auteur est déjà très riche : né en 1952 à Bourges, petit-fils de médecin, il a suivi une carrière atypique, d'abord interne des hôpitaux de Paris en médecine (neurologie), puis de plus en plus orientée vers les missions humanitaires : il est l'un des pionniers de Médecins Sans Frontières, et effectue de nombreuses missions caritatives. Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il travaille aussi comme conseiller ministériel pour le maintien de la paix, et ambassadeur de France. En 2008 il est élu à  l’Académie française, dont il devient le plus jeune membre le 19 juin 2008, au fauteuil d’Henri Troyat (28e fauteuil).

Son expérience de terrain dans les ONG  l'a conduit à examiner le rôle des ONG dans les situations de conflit, tout d'abord dans des essais : Le Piège humanitaire (1986) sur les enjeux politiques de l'action humanitaire et les paradoxes des mouvements « sans frontières » qui, en aidant les populations, font le jeu des dictateurs, puis au travers de ses romans : Les Causes perdues (1999) et Checkpoint (2015).

Il publie notamment : L'Abyssin (1997), prix Goncourt du premier roman et grand succès de librairie, Les Causes perdues (1999),  prix Interallié, et Rouge Brésil (2001), prix Goncourt. Il sait alterner des genres très différents, essais, romans (dont anticipation avec Globalia (2004),  policier avec Le parfum d'Adam (2007), historique avec Le grand Coeur (2012)...), nouvelles, autobiographie (Un léopard sur le garrot, 2008).

Sa préférence semble aller désormais aux livres de fiction : «J'ai commencé par des livres techniques, des livres pour comprendre à quoi servait l'humanitaire. Mais j'étais assez découragé car les essais sont toujours réducteurs. La fiction rend beaucoup mieux l'ambiguïté des choses.»

Il raconte son itinéraire et exprime avec beaucoup de clarté ses choix dans une série d'émissions accordées à France Culture.  A voix nue 08/12/14, A voix nue 09/12/14, A voix nue 10/12/14, A voix nue 11/12/14 et A voix nue 12/12/14

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire 3 romans aussi différents que d'un côté  l'Abyssin, roman historique d'aventures à la Dumas, et de l'autre côté, Les Causes perdues et Checkpoint, romans de  l'humanitaire... et de ses limites.

Aline