Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2021

Journal d'un jeune naturaliste

oiseau, nature, biographie, autisme

 

Journal d’un jeune naturaliste

Dara McANULTY

Gaïa, 2021, 240 p., 22€

Traduit de l’anglais par Laurence Kiefe 

A l’âge de 14 ans Dara McAnulty, jeune Irlandais (Ulster) autiste apprend la décision de ses parents de déménager et de s’installer à l’autre bout du pays. Il est bouleversé par la perspective de devoir quitter les forêts et paysages qu'il affectionne tant. Le changement l’effraie terriblement et l'écriture s'impose à lui comme une nécessité, un moyen de se libérer de sa peur et d'exprimer ses sentiments, ses passions et ses frustrations.

Il nous fait partager, au fil d'une année, son émerveillement au contact de la vie sauvage et son désarroi face à l'inconséquence et l'indifférence humaines. Mêlant observations scientifiques, poésie et mythologie irlandaises, son récit nous offre la perspective unique d'un jeune autiste sur le monde vivant et nous invite à observer et protéger les merveilles trop souvent ignorées qui nous entourent.

Il a une très grande connaissance de la flore et de la faune locales et plus particulièrement des oiseaux qu’il sait parfaitement identifier et dont l’observation quotidienne est pour lui un besoin vital ; ils lui apportent du bonheur et participent à son équilibre.

Après le repas, des chants jaillissent de tous les coins du ciel et nous nous immobilisons pour écouter le crépuscule. En isolant ces mélodies chacune à leur tour, je me sens soudain enraciné. Les spirales des alouettes. Les harmonies des merles. Le bouillonnement des pipits farlouses. Le battement des ailes des bécassines. Et toujours les cris des oiseaux de mer. Nous sommes dans un autre univers. Pas de voitures. Pas de gens. Rien que la nature dans toute sa splendeur.

Ce journal n’est pas ordinaire, il est celui d’un jeune autiste qui nous fait ressentir d’une façon poignante son extrême sensibilité, sa souffrance due à son handicap dont il a parfaitement conscience, ses difficultés de communiquer, la douleur ressentie à l’école face à la méchanceté, le harcèlement, la brutalité de la plupart des autres élèves. 

A travers son récit il révèle à quel point la nature est un ancrage pour lui et à quel point elle devrait l’être pour chacun de nous. Il démontre avec intelligence comment progressivement nous nous sommes désolidarisés de l’environnement dans lequel nous évoluons. Une déconnexion qui a des impacts dramatiques sur la nature et sur notre mode de vie.  

Il s’exprime avec sincérité et naturel dans une écriture fluide et poétique qui rendent son récit très attachant.

Dans un monde aussi rapide, aussi compétitif, il est indispensable de se sentir enraciné. Il est indispensable de sentir la terre et d’entendre les oiseaux chanter. Il est indispensable d’utiliser nos sens pour participer au monde. Peut-être, à force de nous taper la tête contre un mur de briques, celui-ci finira-t-il par s’écrouler. Et peut-être pourrons nous utiliser ces décombres pour reconstruire quelque chose de mieux, de plus beau, en lâchant la bride à notre propre nature. Vous imaginez ça ?

Annie

25/09/2018

Marcher droit, tourner en rond

Marcher droit.gifMarcher droit, tourner en rond

Emmanuel VENET
Verdier, 2016

En parcourant ce roman à une voix, fort bien écrit, on se surprend vite à envier le héros. Qu’il soit atteint du syndrome d’Asperger est juste anecdotique C’est surtout le prétexte d’un roman sans concession, à la manière du Candide de Voltaire, le narrateur tend un  miroir très lucide sur nos modes de vie contemporains. Quel privilège de penser sans entrave et d’évacuer toute culpabilité dans ses analyses. Seul bémol, la tristesse ambiante : notre autiste se pose en légiste et déroule une vie humaine, sa légèreté puis l’âge venant les compromis et la dégradation physique qui nous fait oublier jusqu’à nos exigences. Au-delà du ton léger pour décrire les funérailles de la grand-mère Marguerite et l’inénarrable tante Solange, ce n’est pas vraiment gai. Mais jubilatoire, incisif et vrai… Oui !

Sylvie

25/03/2017

L'enfant qui mesurait le monde

L'enfant qui mesurait le monde.jpeg

 

L’enfant qui mesurait le monde

Metin ARDITI

Grasset, 2016, 19€

 

Sur l’île grecque de Kalimaki, on n’a jamais eu que le strict nécessaire. Pêcheurs, mareyeurs, constructeurs de trehandiri (bateau traditionnel), cafetiers…  ont toujours travaillé dur, mais la situation a empiré depuis la crise ! Maraki trime pour gagner sa vie et celle de son fils en pêchant à la palangre.

Le maire, Andreas, arrange avec le goupe Investco un grand projet hôtelier « Pericles palace » qui, certes, bétonnerait la plus belle crique de l’île, mais permettrait de réaliser des infrastructures et apporterait la prospérité aux îliens. Le roman oppose le point de vue des « progressistes » à celui des défenseurs de l’intégrité de l’île. Esthètes ou pragmatiques, les personnages sont présentés avec empathie par l’auteur, qui s’attache à comprendre leurs motivations, et les changements que ce projet  apporterait dans la vie de chacun, femme, homme ou enfant. Ce que personne ne souhaite voir disparaître, c’est le caractère humain et solidaire de la communauté.

Pendant ce temps, le petit Yannis, muré dans ses comportements compulsifs, mesure les détails et compare les chiffres à ceux de la veille pour rétablir l’ordre du monde. Mais le monde peut-il rester en ordre même lorsque les choses changent ? Et qu’est-ce que l’ordre du monde ? Aidé par Eliot, architecte retraité venu enterrer sa fille sur l’île, Yannis essaie de trouver ses propres réponses.

Proche du conte philosophique, ce roman offre, outre une galerie de personnages attachants,  plusieurs pistes de réflexion. Les thèmes : Grèce, autisme, deuil, maîtrise du progrès… sont entremêlés, et s’enrichissent l’un l’autre. Belle lecture facile, émouvante et positive.

Aline

24/07/2013

Cher Gabriel

roman étranger,autismeEntre roman et témoignage, rédigé sous forme de lettres d’un père à son fils, Cher Gabriel est un récit de ce que vit un père au jour le jour auprès de son fils autiste.

Les réflexions philosophiques, l’amour de sa côte norvégienne sauvage, alternent avec le récit des « problèmes » de Gabriel.

Les rituels et les petites victoires aident à vivre. Les bons moments, tels que le pique-nique et chasse au trésor sur une île, alternent avec les « pas très bonnes journées », comme les appellent avec diplomatie les enseignants de Gabriel, et les moments de lassitude des parents.

 

L’amour inconditionnel de l’auteur pour son fils est admirable, et je pensais être emportée dans le récit, ce qui n’a pas été le cas. Peut-être en raison d’une façon d’écrire relativement intellectuelle, qui met à distance des évènements évoqués… ? ou bien du choix artificiel de parler à son fils alors que l’auteur s’adresse à nous, lecteurs ?

 

Cher Gabriel

Halfdan W. Freihow

Gaïa, 2012, 165 p., 16 €

17/07/2013

Les choses comme je les vois

roman étranger,autismeTrois narrateurs prennent tour à tour la parole pour exprimer « les choses comme ils les voient » : leurs ressentiments, leur frustration, leur mal-être, leur inadaptation. Asif Murphy et ses deux sœurs Yasmine et Lila semblent  tous trois engloutis par leur histoire familiale et la différence de Yasmine, autiste.

 

Depuis la naissance de cette petite sœur difficile, suivie de près par le départ du père, toute la famille a tourné autour de Yasmine, de ses « implosions » et de ses rituels. Avec son syndrome d’Asperger, elle a pris toute la place auprès de sa mère, et les aînés ont occupé tant bien que mal l’espace qu’on leur laissait : le rôle de gentil grand frère transparent pour Asif, et celui de souillon, rebelle méchante, pour Lila.

 

Le récit plonge dans leurs relations mortifères, les responsabilités qu’ils s’imposent ou refusent. Adultes maintenant, et privés de leur mère, tous trois peinent à vivre et à trouver leur place dans la société. Et pourtant, leurs qualités cachées peuvent émerger à l’occasion de nouvelles rencontres, et leur donner une seconde chance…

 

La citation récurrente de Larkin "They fuck you up, your Mum and Dad. They don't mean to, but they do" (Ils te fichent en l'air, ton père et ta mère. Ils ne le font pas exprès, mais n'empêche qu'ils le font) est longuement explorée. Mais finalement, vient un moment ou chacun doit choisir de vivre... ou pas.

 

Les choses comme je les vois

Roopa Farooki

Gaïa editions, 2013, 312 p., 22 €

Traduit de l’anglais The way things look to me par Jérémy Oriol