Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2013

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliersfantastique,nazisme,différence

 

Ransom Riggs, traduit de l'américain par Sidonie Van den Dries

 

Bayard jeunesse, mai 2012, 14.50 €

 

Après avoir appelé son petit-fils à l'aide dans ce qui ressemblait à un délire paranoïaque, le grand-père de Jacob est mort dans des circonstances étranges. Jacob l'a trouvé agonisant au fond d'un bois, portant de profondes marques de griffes, et il a à peine eu le temps de recueillir ses dernières paroles avant de fuir à son tour devant un monstre… invisible pour les autres.

 

Sous le choc, hanté de terribles cauchemars, Jacob est encouragé par son psychologue à tenter de comprendre le dernier message de son grand-père, et à se rendre au Pays de Galles, dans l'orphelinat extraordinaire où celui-ci a grandi. Et si les récits de monstres et d'enfants particuliers dont le régalait son grand-père lorsqu'il était enfant n'étaient ni des délires, ni des mensonges… ? Et si sa mort atroce s'expliquait par son enfance ?

 

Récit émouvant et original, qui oscille entre l'année 1940 et l'époque actuelle. C'est une sorte de conte fantastique, certes, mais aussi un livre qui fait réfléchir sur la sécurité et l'enfermement, les persécutions contre les juifs, le devoir d'agir,…

 

Les illustrations, d'anciennes photos sépia de personnages étranges, contribuent à mettre le lecteur dans l'ambiance. Le héros est un adolescent réfléchi, plein de bonne volonté. Il est entouré de nombreux personnages attachants, qui possèdent une certaine profondeur, et dont la différence fait le charme et la force.

 

 

Pour la suite : le tome 2 devrait paraître en anglais au printemps 2013. Et Tim Burton aurait acquis les droits cinématographiques de ce roman, dont l'univers semble fait pour lui !

08/05/2011

Steampunk

La saga des Wildenstern, tome 1 "Voraces"
Oisín McGann, traduit de l'anglais (Irlande) "Ancient Appetites" par Patrick Imbert
Mango, (Mondes imaginaires), août 2010, 18 €, 375 p

Saga familiale située à l'époque victorienne, avec meurtres, complots, trahison...
Basée en Irlande où elle opprime le pauvre peuple, la famille Wildenstern a bâti un gigantesque empire financier mondial. Il faut dire que cette famille a un fonctionnement bien particulier, basé sur l'ambition et l'agressivité, conforté par les particularités physiques de ses membres : les Wildenstern jouissent d'une longévité et de capacités de guérison exceptionnelles ! Le patriarche de la famille est tout simplement le plus impitoyable, et le code de succession est très particulier : l'assassinat pour monter dans la hiérarchie du pouvoir est même encouragé !

Nathanaël, 3ème fils du patriarche tyrannique, rentre de quelques années aventureuses en Afrique pour se mesurer à la Bête de Glenmalure. Il espère impressionner son père en domptant ce terrible mécanimal. Son triomphe est de courte durée, puisqu'il apprend le décès de son frère aîné, et que des soupçons d'assassinat pèsent sur lui. Charmant, mais désinvolte et égoïste, il doit revoir sa position dans la famille et dans la vie. La situation se complique encore lorsque des ancêtres momifiés sont ramenés à la vie par Gérald, le fou de science, et qu'ils revendiquent leur place dans la famille !
Et pendant ce temps, le peuple essaye de survivre, se rebelle parfois, ou vit de rapines.

Je n'ai évoqué que le héros principal, mais l'auteur s'attache à de nombreux personnages, originaux et surprenants. Le côté "steampunk" est surtout développé dans les surprenants "mécanimaux", mi automates, mi animaux. Leur lien particulier avec les Wildenstern s'expliquerait peut-être par mathaumaturgie, science qui consiste à expliquer la magie par les maths...
Le lecteur en apprendra sans doute plus dans le tome 2, "Féroces", paru le 8 avril.
Au total, un livre intelligent, à l'intrigue bien menée, dans un monde original. Pour bons lecteurs.
A dévorer ! 

Aline