Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2016

Incorruptibles

Voici venue la saison des votes !

prix des incos

prix des incosLes albums pour les plus jeunes ont été lus par Florence et Aline cette semaine, et le vote a eu lieu dans la foulée. Bien attentifs, les petits Incorruptibles ont aimé les 5 histoires, puisque tous les livres ont obtenu plus de 20 voix.

prix des incosLe gagnant, pour l'école maternelle Chadrillons, avec 40 voix, est :

Chut ! On a un plan ! de Chris Haughton.

 

prix des incos prix des incos

prix des incos

 prix des incos

 

 

 

 

 Depuis octobre, les enfants des classes primaires lisent aussi leur sélection de livres. En mai, ils votent, comme des adultes : bulletins de vote, isoloir, liste électorale, urne et dépouillement… les élections n’ont plus de secrets pour eux.

Les résultats pour Soucieu :

au CP : Chat rouge, chat bleu

au CE1 : Clodomir mousqueton

au CE2 et CM1 : Le mystère de la grande dune

au CM2 : Banzaï Sakura

prix des incos prix des incos prix des incos

prix des incos 

 

 

 

 

Ce qui plaît ? Pour le texte, l’humour ! Clodomir Mousqueton est trop drôle ! Les histoires d’amour, d’amitié, de solidarité, c’est bien aussi, mais pas si elles sont trop tristes. Il faut que ça finisse bien !

Les illustrations ont plu lorsqu’elles étaient réalistes, colorées ou poétiques, et surtout qu’elles semblaient bien correspondre avec l’histoire. Les plus appréciées sont celles de La légende du papier découpé de Yangzu, et du mystère de la grande dune. Par contre, on n’a pas aimé les illustrations de Babakunde, trop stylisées et colorées alors que l’histoire était tragique.

Toutes les sélections de livres, ainsi que les résultats nationaux (à partir de juin 2016), sont sur le site des Incorruptibles.

18/03/2016

Antoine Déprez

Antoine Déprez

illustrateur

 avec les CE2 et CM1

vendredi 18 mars 2016

rencontre d'auteur,prix des incosGraphiste et illustrateur, Antoine a étudié 5 ans à l'école Emile Cohl à Lyon, et vit maintenant à Lugano, en Suisse. Ses créations sont variées :  illustration d'albums jeunesse, mais aussi affiches, dessins de de presse, fresques dans des chambres d'enfants, mascottes de logos,... (voir son blog).

rencontre d'auteur, prix des incosL'auteur a raconté aux enfants la création de l'album La Louve. Quand son éditeur lui a proposé le texte écrit par Clémentine Beauvais, il a tout de suite aimé l'histoire de cette petite fille courageuse et déterminée. Ses illustrations, variant les plans et les techniques, plaisent beaucoup aux jeunes lecteurs ! Ils aiment surtout l'ambiance dans la forêt et la métamorphose...

rencontre d'auteur,prix des incos

Dans un deuxième temps, les enfants sont passés à la pratique en créant leur propre personnage, en pleine métamorphose, avec son aide.

rencontre d'auteur,prix des incos

A la bibliothèque, vous trouverez aussi tous ses derniers livres illustrés :rencontre d'auteur,prix des incos rencontre d'auteur,prix des incos rencontre d'auteur,prix des incos

rencontre d'auteur,prix des incos

08/02/2016

Max Ducos

max-ducos.jpgPeintre et auteur-illustrateur jeunesse, Max Ducos est venu de Bordeaux pour une visite dans les bibliothèques de Thurins, Soucieu le 8 février, Orliénas et St Symphorien/Coise.

Plusieurs fois sélectionné dans le cadre du prix des Incorruptibles, lauréat en 2008 avec l’album Jeu de piste à Volubilis et en 2013 avec Vert Secret, il revient dans la sélection des CE2-CM1 avec La Grande dune, superbe album qui nous plonge directement dans l’ambiance des vacances au bord de l’océan Atlantique, dans les pinèdes qui longent l’océan près de la dune du Pyla.

Très bon conteur, il a su passionner les élèves de CM1 et CM2 avec quelques moments choisis de son éducation : cancre à l'école, toujours à dessiner dans les "pages secrètes" de ses cahiers de classe des personnages de l'époque ou sa BD MaxMan ou "moi en superhéros"... il a quand même réussi à intégrer une école d'arts plastiques à Paris. Son récit sur les cours de "modèle vivant" ont fait rire aux éclats nos élèves modèles ! Avec ça, le voilà aussi calé en anatomie qu'un élève de première année de médecine, ou presque !

"Dessinateur, ce n'est pas un métier" disaient ses parents. Il faut être dessinateur en architecture, mode, design, dessin animé... ou illustrateur. Mais quel que soit le métier auquel on se destine, l'anatomie est primordiale : pour dessiner une voiture... commencer par dessiner un bonhomme, et construire la voiture autour. Même remarque pour les vêtements, etc.

Max Ducos Volubilis.gifSon grand projet de fin d'études n'était autre que.... Jeu de piste à Volubilis, jeu de piste imaginé dans une maison moderne (librement inspirée par la villa Savoye de Le Corbusier). Lorsqu'il a dû le présenter pour passer son diplôme, il a eu la chance d'être repéré par un éditeur de Sarbacane présent dans le jury ! Après un premier contrat, il a continué à travailler avec cet éditeur, qui lui permet de faire ses choix, et surtout d'écrire lui-même ses histoires pour pouvoir dessiner ce qu'il veut !

Max Ducos Vert Secret.jpgEchanger avec Max offre un nouveau regard sur ses albums ; il nous a révélé quelques petits secrets cachés dans les illustrations de Vert secret et de l'Ange disparu : beaucoup de symboles de l'Amour... Cacherait-il un grand romantique, sous ses blagues et son écharpe ? Quant aux références à de nombreuses œuvres d'art, disséminées dans ses livres (et qu'il n'a pas le droit de citer), au lecteur de les retrouver ! Encore un jeu de piste caché dans les jeux de piste.

Max Ducos 1000 était une fois.gif1000 était une fois est un album un peu à part : ses pages, en 3 sections, peuvent se tourner indépendamment, ce qui permet aux enfants d'inventer à l'infini des histoires loufoques...

Vous trouverez tous ses albums dans les bacs à la bibliothèque Eclats de Lire... tout au moins lorsqu'ils ne sont pas en prêt !

Max Ducos L'ange disparu.gifMax Ducos le mystère de la grand dune.gif

Max Ducos Le carnaval des dragons.gif

 

 

 

 

 

 Découvrez plus d'illustrations et un choix de peintures sur le site de l'auteur.

08/05/2014

Encore heureux qu'il ait fait beau...

Comme chaque année, le PRIX DES INCOS a embarqué la bibliothèque et les écoles. Les livres, sélectionnés par niveau, ont été présentés à la bibli en octobre, puis empruntés par tous les enfants… qui devraient maintenant avoir fini de tout lire !

Vote du 13 au 16 mai à la bibliothèque.

prix des incosCe prix, en plus du plaisir de découvrir de nouveaux livres, c’est aussi le bonheur de rencontrer un auteur !

Cette année, l’association Bibliothèque Jarézienne a invité l’illustratrice Charlotte Cottereau  à venir montrer son travail aux Grands de maternelle, à partir de l’album Les baisers de Cornélius.

 prix des incosCharlotte a présenté sa façon de dessiner, étape par étape, depuis le brouillon au "crayon de bois" (crayon à papier) jusqu’aux couleurs et à la finition sur ordinateur. Bien préparés par les enseignantes, les enfants ont posé beaucoup de questions pertinentes !

Après un exercice de dessin pour libérer leur imagination, les enfants sont passés à l’action, et ont ébauché chacun leur « machine à bisous ».

Pour retrouver les sélections en détail, voir le site du Prix des Incorruptibles.

 

24/02/2012

rencontre d'illustrateurs

Avec le prix des Incorruptibles,  deux illustrateurs d’albums sont venus animer des ateliers à la bibliothèque.

 

Anaïs Bernabé,

illustratrice de l’album Tu vois la lune tu vois la lune bernabé.jpga rencontré les quatre classes de CE1.

Anaïs a toujours adoré dessiner, c’était déjà sa passion quand elle était toute petite. En grandissant, elle a fait des études de droit, et puis… elle a changé d’avis et est retournée 4 ans dans une école de dessin très connue, à Lyon (Ecole Emile Cohl). Depuis, elle a travaillé dans une entreprise de jeux vidéo, et fait des dessins de presse, des pages de Bd…

Tu vois la lune est le premier album qu’elle illustre. C’est l’histoire d’une famille africaine qui quitte son village parce qu’il n’y a plus rien à manger et à boire, et émigre dans un pays comme le nôtre. C’est d’abord le texte du livre qui est écrit, et ensuite l’éditeur (celui qui fabrique le livre) cherche quelqu’un pour l’illustrer. bernabé tu vois la lune.jpg

Anaïs n’a jamais discuté avec l’auteur du texte, Agnès de Lestrade, elle l’a illustré comme elle voulait. Elle a décidé toute seule comment elle peindrait l’histoire, et où elle mettrait de la place pour le texte. Elle a fait beaucoup de petits brouillons, puis elle a peint directement en grand (sans dessiner au crayon à papier !) avec de la peinture à l’acrylique. C’est une peinture qui permet de peindre par étapes, en laissant sécher : par exemple tout le fond en bleu nuit, puis par-dessus la lune et ses reflets en blanc, puis un personnage en noir, puis par-dessus sa bouche bien rouge et ses yeux… Nous avons observé ses originaux, qui ressemblent beaucoup à l'illustration de l'album (les copies sont bien faites !).

P1010671.JPG

Anaïs s’est inspirée de masques africains pour les visages. Elle nous a apporté des modèles, et nous avons à notre tour dessiné des masques de toutes les régions du monde.

Nous étions nombreux à choisir le masque européen, dans le style des masques de Venise. P1010675.JPG

Mais le masque asiatique était super impressionnant aussi, il faisait penser à un masque de catcheur !P1010616.JPG

 

Nous avons colorié aux pastels gras, et peint des détails à la gouache par-dessus. Ensuite, il fallait encore découper et agrafersur une feuille rigide pour faire du relief. C’était du travail, mais le résultat est super beau !!!P1010682.JPG

 

 camille bouchon.jpg

Jérôme Peyrat,

illustrateur (et un petit peu auteur aussi) de l’album  Camille Bouchon et son cochon a rencontré les quatre classes de CP.

D’abord, il nous a raconté comment il a choisi de faire ce métier. Comme Anaïs, il a toujours beaucoup dessiné, même enfant. Après le baccalauréat, il est allé pendant 4 ans à l’école des Arts Décos de Strasbourg. Ensuite, il a commencé à travailler en faisant toutes sortes de dessins : parfois pour de la publicité, ou pour des journaux. Maintenant, il est assez connu, et a illustré beaucoup d’albums. Il aime bien travailler avec Myriam Picard, qui a écrit l’histoire de Camille Bouchon, et aussi celle de Bob, Bob le zèbre...bob le zèbre.jpg Ensemble, ils changent parfois un peu le texte (pour qu’il soit plus drôle !). Quand l'histoire est finie, il faut imaginer les dessins : Jérôme fait des petits brouillons de toutes les pages, et choisit les meilleurs. Il choisit aussi où il faut laisser de la place pour le texte.

 P1010709.JPG

Puis il fait son dessin original en plusieurs étapes : au crayon à papier sur une feuille rouge, puis à la gouache ; ensuite  il découpe et colle sur une page blanche ; enfin, il rajoute des petits détails découpés dans des magazines, un peu de décors à la peinture si besoin,… P1010710.JPGP1010711.JPG

Pour faire toutes les illustrations d’un livre, il lui faut à peu près un mois en dessinant tous les jours toute la journée.

Il nous a expliqué comment faire des personnages et des animaux facilement  à partir de formes géométriques, et montré ses originaux.   

 P1010727.JPG

A notre tour, nous avons dessiné « à la façon de Jérôme Peyrat », sur des feuilles peintes en rouge, avec les craies grasses. Nous avions apporté des phrases à illustrer. Et voilà le résultat !P1010685.JPG

 

 

Il faudra finir nos dessins à l’école en découpant les personnages et en les collant sur papier blanc, et ce sera encore plus beau !

Le travail sur feuille rouge, c'est le secret de Jérôme Peyrat pour que les couleurs ressortent mieux...P1010689.JPG