Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2014

Oliver et les îles vagabondes

couverture_Oliver et les îles vagabondes.gifOliver et les îles vagabondes
Philip REEVE, ill. Sarah MCINTYRE
Seuil, mai 2014, 194 p., 11.50 €
Traduit de l’anglais Oliver and the Seawigs par Raphaëlle Eschenbrenner.

Oliver Crisp a passé les 10 premières années de sa vie à suivre ses parents explorateurs dans les expéditions les plus farfelues, et il est ravi que, faute de nouvelles terres à découvrir, ils se décident à s’installer dans leur maison de Calmeflot, en bord de mer. "Se réveiller chaque matin pour contempler le même paysage lui semblait très excitant, et l’idée de passer [enfin] ses journées dans une salle de classe le réjouissait."
Hélas, ses parents se lancent aussitôt dans l’exploration de nouvelles îles, apparues dans la baie. Oliver est obligé de partir à leur recherche sur la plus petite… qui n’est autre qu’une île vagabonde complexée, hésitant à suivre ses sœurs pour la Nuit des perruques marines.

extrait_Oliver et les iles vagabondes.jpegUne histoire loufoque et sympathique de concours entre îles pour la plus belle perruque, avec ses bons joueurs… et ses affreux tricheurs. Histoire aussi de persévérance, d’entraide et d’amitié entre Oliver, une sirène myope qui chante faux, un albatros râleur et une île vagabonde découragée. Parmi les personnages déjantés, j'ai beaucoup aimé les algues sarcastiques ("Nous sommes dans la mer Sarcastique, que les marins redoutent à cause des commentaires blessants des algues.")
Facile à lire, dynamique avec beaucoup de dialogues, très inventif, le texte est bien intégré aux illustrations, elles mêmes très belles et expressives, en noir/blanc/bleu.
A lire avec le sourire aux lèvres, dès 8 ou 9 ans.

06/12/2014

Journal d'un nul débutant

Roman jeunesse, collège, premier amour, mensongeJournal d'un nul débutant

Luc Blanvillain

Ecole des Loisirs (Neuf), 2014, 172 p, 9.50 €

Roman réjouissant sur l’entrée en sixième d’un élève surdoué, rédigé sous forme de journal, ou plutôt, comme Nils le précise lui même, "d’hebdomadaire intime" puisqu’il n’écrit qu’une fois par semaine.

Nils en a assez "d’avoir la vie de Petit Ours Brun", traité par ses parents comme un intellectuel à gaver d’explications et de programmes instructifs. Il profite de l’entrée en sixième pour s’appliquer à devenir nul en classe, afin de pouvoir enfin relâcher la pression, jouer et faire du sport. Mais changer sa nature n’est pas facile, d’autant qu’il arrive dans une classe de très bons élèves, avec des défis à relever,… et une charmante Mona à impressionner…
Nils collectionne les idées brillantes, depuis les rencontres où il essaie de manipuler sa psy, jusqu’aux cours avec Mona censés le faire progresser en maths. Il n’aboutit pourtant qu’à des catastrophes car finalement il y a bien un domaine où il est nul : celui des relations avec les autres, dont il est incapable de prévoir les réactions… bonnes ou mauvaises.

C’est drôle, parfois très juste. Les parents font des efforts, mais -pas plus doués que leur fils pour comprendre leurs proches- ils en prennent pour leur grade ! L’écriture est dynamique, pleine d’humour féroce et d’autodérision. Pour autant, le roman pose des questions pertinentes sur les besoins de performance, le mensonge, les préjugés, la nécessité d’aller vers les autres.
A partir de 10 ans.

Aline

28/03/2014

Jonah

roman jeunesse,aventure,amitiéJonah est anormal. Né sans mains, il possède en revanche deux petites excroissances au cerveau, qui prennent soin de lui : voix A et voix B. Comme sa mère est morte à sa naissance, il vit dans un orphelinat, qui s’est transformé depuis son arrivée en havre de bonheur pour tous ceux qui y vivent. Il est épanoui, avec ses copains et la jolie Alicia, muette. Mais un accident curieux attire sur lui l’attention d’une organisation secrète !
Lorsque Jonah est kidnappé, ses amis s’échappent de l’orphelinat pour partir à sa recherche, et les rebondissements se multiplient. Il semblerait que la nature elle-même en veuille à Jonah, envoyant à ses trousses animaux, foudre, tremblement de terre, et autres forces naturelles…
Le début du livre m’a évoqué Tistou les pouces verts, avec cet enfant qui répand le bonheur autour de lui. La suite, pleine de rebondissements, est haletante, toujours dans un style un peu naïf, très rafraîchissant. C’est un plaisir de lecture, qui met le sourire aux lèvres. Cependant, en raison de sa longueur, je ne le proposerais pas avant dix ans.

Jonah, tome 1 Les Sentinelles
Taï-Marc Le Thannh
Didier Jeunesse, juillet 2013, 438 p., 16€

24/04/2013

Noé Nectar et son voyage étrange

Noé Nectar, 8 ans, part avant l’aurore. Il fugue pour fuir ses problèmes à la maison. Après avoir traversé la forêt, il se retrouve dans un monde étrange, où arbres, animaux et objets parlent. Attiré par un étrange magasin de jouets en bois, muni d’une seule porte qui se déplace au gré des besoins,  il fait la connaissance d’un vieux sculpteur. L’homme ouvre pour lui son coffre aux souvenirs, et à partir des pantins qui s’y trouvent, lui livre peu à peu son histoire, où il est question d’amour pour son père et d’une promesse non tenue. Il force ainsi Noé à faire face à la réalité et à rentrer à temps chez lui.

Conte fantaisiste et poétique, inspiré de Pinocchio, qui aborde avec grâce le sujet de la mort d’un parent. La fantaisie pure n’est pas mon style et j’ai mis un moment à admettre le monde sans queue ni tête des premiers chapitres, mais le récit devient beaucoup plus prenant dès que l’on rentre dans le magasin de jouets et que les deux personnages principaux se rencontrent.
Beau récit initiatique, par l’auteur du roman Le garçon en pyjama rayé.

roman jeunesse,conte initiatiqueNoé Nectar et son voyage étrange :           un conte de fées
John  Boyne
ill. Oliver Jeffers, Gallimard jeunesse, 2012, 13€
Trad. de l’Irlandais Noah Barleywater runs away

 

Le mystérieux cercle Benedict

Tu es un enfant ?
Tu possèdes des aptitudes exceptionnelles ?
Tu souhaites vivre une expérience unique ?

roman jeunesse,aventureQuand cette annonce est publiée dans les journaux, des dizaines d’enfants se précipitent pour participer au concours. Cependant quatre candidats seulement sont sélectionnés, sur des critères assez fantaisistes : la logique et la gentillesse de Reynie, l’ingéniosité, la force et l’agilité de Kate,  la mémoire de Sticky, et le non conformisme de Constance. Les enfants doivent avant tout être foncièrement honnêtes et de préférence orphelins !
Leur étrange recruteur, monsieur Bénédict, les charge d’une mission dangereuse : infiltrer un étrange pensionnat dirigé par un savant mégalomane dont les manigances menacent le monde.
Leur consigne principale : rester unis !

Dans ce premier tome d’une trilogie d’aventures, dont les personnages s’apparentent à ceux de Roald Dahl, le goût du mystère des enfants est flatté, ainsi que celui des codes secrets (les héros utilisent beaucoup le morse pour communiquer). Trois pages de jeux ont été ajoutées à la fin du livre, dans l’esprit des tests passés par les enfants pour être admis dans le cercle Bénédict.
Le récit est chronologique, fluide, et contient de bonnes doses d’humour et d’action. Pour combattre le mal, les enfants doivent utiliser toutes leurs ressources : logique, mémoire, imagination, et même esprit de contradiction ! La solidarité et l’amitié jouent un grand rôle.

Très bon roman pour les enfants amateurs de gros livres : je me suis régalée, et les lecteurs de CM2 se le disputent !

Le mystérieux cercle Benedict
Trenton Lee Stewart
Bayard jeunesse, février 2013, 541 p., 14.90 €
traduit de l’américain « the Mysterious Benedict Society » par J.Baptiste Dupin