Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2021

Le bureau des affaires occultes

roman policier,roman historique

 

Le bureau des affaires occultes

Eric FOUASSIER

Albin Michel, 2021, 360 p., 20€90

 

Roman policier historique situé dans un Paris encore très instable après les journées révolutionnaires de juillet 1930. Dans les débuts de la monarchie de Louis-Philippe, les idées politiques sont encore en ébullition, et les services de la police ne sont pas exempts d’une forme d’épuration.

Valentin Verne, jeune policier prometteur, doté d’un grand sens de la justice, est muté à la Brigade de Sûreté pour enquêter sur le suicide inexpliqué d’un jeune homme de bonne famille. Ce faisant, il se frotte à des groupuscules radicaux, ainsi qu’à des adeptes de l’occultisme et des théories du mimétisme animal de Mesmer.

De formation scientifique, Valentin Verne enquête de façon peu conventionnelle, utilisant volontiers la chimie, et faisant appel aux informateurs du fameux Vidocq. En parallèle, il poursuit LA mission léguée par son père, et qui l’a fait s’engager dans la police : mettre fin aux agissements du  Vicaire, sombre personnage en lien avec la maltraitance d’enfants.

La restitution historique est intéressante, l’enquête mouvementée progresse bien, et le destin du jeune Damien, prisonnier du Vicaire, tient en haleine. Le lecteur s’attache au personnage romantique, complexe et intelligent, de Valentin et prend plaisir à le voir élaborer les bases de ce qui deviendra la police scientifique.

La quête de justice de Valentin n’est pas terminée, et le lecteur aura grand plaisir à retrouver le bureau des affaires occultes pour d’autres aventures.

Aline

08/06/2021

Les protégés de Sainte Kinga

Les protégés de Sainte Kinga.jpg

 

Les protégés de Sainte Kinga

Marc VOLTENAUER

Slatkine & Cie, 2020, 542 p., 21€90

 

Prise d’otages dans les mines de sel de Bex, dans les Alpes Vaudoises, en Suisse. Un homme, déguisé en Charlot, retient dans une salle souterraine une classe de lycéens qui visitait les salines, ainsi qu’un groupe politique en réunion sur place.

Armes de poing, explosifs, le preneur d’otages est lourdement armé, et bénéficie manifestement du soutien d’un hackeur… voire d’une taupe parmi les policiers ? Ses revendications, transmises par vidéo, sont peu habituelles, mais il n’hésite pas à mettre ses menaces à exécution pour mettre la pression.

Le lecteur suit l’enquête de l’équipe de l’inspecteur Andreas Auer pour découvrir l’identité des ravisseurs et comprendre leurs motivations, ainsi que le travail des négociateurs. En parallèle, l’auteur déroule l’histoire de la mine, et celle d’Aaron Salzberg, un ingénieur juif polonais arrivé à Bex en 1826 pour travailler dans les mines de sel. Le rapport du passé avec le drame actuel est peu à peu dévoilé.

L’écriture est dynamique, avec de nombreux dialogues, l’intrigue très plausible, et le contexte des mines intéressant. Les personnages prennent de l’épaisseur au fil du récit, qui évolue vers un plaidoyer contre les injustices et laisse le lecteur dubitatif. La fin peut-elle justifier les moyens ?

Un polar intelligent, placé sous l'égide de Sainte Kinga, patronne des mineurs de sel.

Aline

12/04/2021

Dans la peau de l'ours

roman policier, thriller, écologie, amérique

 

Dans la gueule de l’ours

James A. McLaughlin

Ed. Rue de l’Echiquier, 2020, 448 p., 23€

Traduit de l’américain Bearskin par Brice Mathieussent

 

Rice Moore, biologiste de formation, plus doué pour plonger dans les ennuis que pour en sortir, s’est mis au vert au fin fond des Appalaches dans une réserve naturelle. Son poste d’homme à tout faire et de garde-forestier n’est pourtant pas une sinécure.  Ses efforts pour protéger le milieu naturel sont confrontés à l’hostilité des locaux qui n’apprécient pas qu’on limite leur chasse, y compris celle de la faune protégée.

Lorsqu’il découvre un braconnage organisé de vésicules et de pattes d’ours, il décide de s’attaquer au trafic à sa façon abrupte. Soucieux de conserver son anonymat pour rester loin des radars de la police comme des cartels de drogue mexicains, il se met lui-même en danger dans cette enquête.

Très beau roman de "Nature Writing", qui comporte des aspects policiers pour son enquête, mais aussi un regard critique sur la population (mâle) des recoins isolés des Appalaches, et une recherche approfondie sur la faune et l’intégration à la vie sauvage, voire l’imprégnation au milieu naturel. Deux femmes seulement sont présentes dans ce roman, deux personnalités fortes, mais blessées par la brutalité des hommes. La sauvagerie présente tout au long de ce thriller écologique n’est pas celle des animaux.

Prix Edgar-Allan-Poe 2019 du meilleur premier roman, Grand prix de littérature policière 2020.

Aline

05/03/2021

L'amitié est un cadeau à se faire

roman, cavale, amérique, roman policier

 

L’amitié est un cadeau à se faire

William BOYLE

Gallmeister (Americana), 2020, 377 p., 23€80

Traduit de l’américain A Friend is a Gift you give yourself par Simon Baril

 

Prenez quelques personnages au caractère affirmé :

-Rena, la veuve de Vic le Tendre, chef mafioso de Brooklyn exécuté sur son perron alors qu’il dégustait son expresso. Toute sa vie, elle a fermé les yeux sur ses activités illégales ;

-Lucia, ado qui n’attend qu’une étincelle pour commencer sa rébellion ;

-Adrienne, fille deRena et mère de Lucia ;

-Lacey, ancienne star du porno, la soixantaine pétillante ;

-Un vieux séducteur libidineux, un mafioso qui veut disparaître avec la galette, un assassin au marteau complètement givré, et des chauffeurs en tous genres…

Ajoutez un cendrier un peu lourd, une mallette pleine de dollars appartenant à la mafia et quelques belles américaines  – les voitures- Impala, Eldorado ou Town Car, adorées par leurs propriétaires. Et mélangez le tout pour obtenir une cavale déjantée à la Tarantino.

Avec tout cela, le titre de ce roman pourrait sembler bien trompeur. Mais non, car l’auteur prend le temps, entre deux courses-poursuites, de développer ses personnages. Et au bout du compte, ce sont bien l’amitié et le soutien entre femmes qui se révèlent salvateurs. Un roman -policier ou pas- qui se lit d’une traite et laisse à bout de souffle, le sourire aux lèvres. Bien rythmé, drôle et jouissif.

Aline

26/02/2021

Sélection polar

Sélection de polars et romans noirs, par la librairie Un Petit Noir, des pentes de la Croix-Rousse.

 

roman policier, roman noirL’ange rouge

François Médéline

Manufacture des livres, 2020, 512 p., 20€90

Lyon, 1997-1998, découverte à Confluence d’un homme crucifié sur un radeau. L’enquête se passe dans le milieu des étudiants des beaux-arts, de l’extrême gauche des pentes de la Croix-Rousse, la famille d’un grand pharmacien lyonnais… Elle est également prétexte à s’intéresser aux personnages de flics, à leurs failles, aux guerres entre services. L’intrigue et l’écriture sont toutes deux très bonnes. Par l’auteur de La politique du tumulte (financement politique) et Rêve de guerre (histoire familiale entre deux frères, l’un policier, l’autre accusé d’un crime).

 

roman policier, roman noirNoir diadème

Gilles Sebhan

Rouergue (Noir), 2021, 182 p., 18€

Lorsque le corps profané d'un adolescent est découvert aux abords d'un camp de fortune de réfugiés migrants, l’inspecteur Dapper en fait une affaire personnelle. Un roman noir réaliste et nécessaire, qui suit l’itinéraire de jeunes victimes et l’exploitation de la pauvreté.

 

roman policier, roman noirLes boîteux

Frédéric L’Homme

Le Rouergue (Rouergue Noir), 2020, 272 p., 20€

Début des années 1980, dans une réalité qui s'écarte légèrement de celle que nous connaissons, la guerre éclate entre la police judiciaire et le « boulevard Soult », autrement dit les « boîteux » ou barbouzes des services secrets, dont l'action centrée sur la lutte antiterroriste a longtemps échappé au contrôle des juges. L’enquête de la PJ, sur des crimes datant de 1958, se place à la limite de l’espionnage.

 

roman policier, roman noirNoir côté cour

Jacques Bablon

Jigal (Noir), 2020, 176 p., 17€

Huis clos dans un immeuble parisien. Le narrateur occupe un appartement du 5ème étage, qui appartenait à son père, ancien propriétaire de tout l’immeuble qu’il a vendu peu à peu. Un type du 3ème étage est assassiné. L’enquête nous fait visiter tout l’immeuble et ses différents occupants. Histoire de famille, de vengeance, d’erreur et de faux semblants, avec une écriture ciselée.

 

roman policier, roman noirLes martyres de Montplaisir

Jacques Morize

Andre Odemard éditions, 2020, 278 p., 18€

Les enquêtes du Commissaire Séverac se déroulent chacune dans un arrondissement de Lyon, à grand renfort de repas dans les bistrots et bouchons lyonnais. Dans ce roman, le quartier Montplaisir est le théâtre de deux assassinats abjects de vieilles dames. Ne laissant aucune trace derrière lui, si ce n’est une rose bleue, le criminel parvient même à orienter les policiers sur une fausse piste. Le commissaire aurait-il affaire à des crimes en série... ?  Enquête policière locale, facile à lire, avec un duo de criminels très violents.

 

roman policier, roman noirL’imposture du marronnier

Mariano Sabatini

Actes sud (Actes Noirs), 2021, 400 p., 22€80

Polar italien actuel, dans le milieu de la politique et de la mafia à Rome. L’enquêteur est un journaliste assez psychologue, aidé de son ami flic intègre. Classique et plaisant.

 

roman policier, roman noirJustice indienne

David Heska Wanbli Weiden

Gallmeister (Americana), 2021, 416 p., 24€20

Polar sur une réserve indienne, avec un crime et un enquêteur, justicier autoproclamé.  L’auteur s’intéresse aux addictions des peuples amérindiens, à la façon dont l’argent a fait exploser un système qui était, à la base, solidaire.

 

roman policier, roman noirDans la gueule de l’ours

James A. Mclaughlin

Rue de l'échiquier, 2020, 448 p., 23€

Dans les Appalaches, des ours (espèce protégée) sont tués. Rice, en cavale, s’est plus ou moins refait une virginité dans le coin. Garde forestier, il vit en symbiose avec la nature, et décide d’enquêter sur ces actes de braconnage… Prix Edgar Allan Poe aux Etats-Unis, Grand prix de la littérature policière BILIPO et prix SNCF.

 

roman policier, roman noirCe lien entre nous

David Joy

Sonatine, 2020, 302 p., 21€

Un braconneur abat un homme par erreur, et enterre le corps. Arrive un homme de la vallée, qui cherche son frère et enquête. A partir d’un fait divers, une histoire de vengeance d’une violence extraordinaire, portée par une très belle écriture. Très américain.

 

roman policier, roman noirDans la vallée du soleil

Andy Davidson

Gallmeister (Americana), 2020, 472 p., 24€80

Manipuler ou être manipulé… Un VRP itinérant s’arrêt dans un motel, et reste aider la gérante qui se bat au quotidien pour faire marcher l’établissement. Histoire de cette femme, de sa « conquête de l’ouest personnelle », grands espaces américains, et… un truc pas net du côté du VRP !

 

roman policier, roman noirMictlán

Sébastien Rutès

Gallimard (La Noire), 2020, 154 p., 17€

Deux types se relaient pour conduire un semi-remorque réfrigéré, avec interdiction de s’arrêter, sauf dans les stations-service pour faire le plein du camion. Les ordres du Gouverneur sont clairs : « si tu t’arrêtes, c’est pour toujours ! ». On suit les pensées -noires- de Gros et Vieux, condamnés à rouler sans trêve, qui philosophent au volant sur la vie, la mort, et pourquoi on tient à sa peau. Court et cynique.

 

roman policier, roman noirMarseille 73

Dominique Manotti

Les Arènes (Equinox), 2020, 450 p., 20€

Un polar très politique, dans l’atmosphère « anti-beur » de Marseille. Attitude des policiers qui enquêtent sur des morts arabes. Bien écrit, bien construit, avec des références à l’histoire, et des restes d’O.A.S.

 

roman policier, roman noirDeux balles

Gérard Lecas

Jigal (Polar), 2020, 216 p., 18€50

Deux vétérans d’Afghanistan reviennent à Marseille, bien abîmés psychologiquement. Ils s’étaient promis de monter ensemble un foodtruck à leur retour, mais l’un des deux doit d’abord suivre une lourde rééducation pour son handicap. En attendant, l’autre rejoint ses frères dans un business de magouilleurs. Comment on place son éthique, et comment on fait des ajustements… un parcours humain très noir !

 

roman policier, roman noirJoueuse

Benoît Philippon

Les Arènes (Equinox), 2020, 368 p., 18€

Dans le milieu du jeu, une jolie jeune femme tombe sous le charme d’un joueur professionnel de poker, bluffeur et manipulateur. Le thème n’est pas très original, mais l’écriture est pleine d’humour. Par l’auteur de Mamie Luger.

 

roman policier, roman noirLa mort et le météore

Joca Reiners Terron

Zulma, 2020, 192 p., 17€50

La tribu amazonienne des Kaajapukugi est décimée par l’avancée de la « civilisation ». Le mystérieux Boaventura cherche à les sauver en les implantant au Mexique, mais il est rattrapé par son passé et meurt juste avant leur arrivée. Peut-on décider comment « faire le bien » pour autres, lorsque ni la langue ni les références culturelles ne sont les mêmes ? Plus proche de la métaphysique que du polar, l’auteur s’intéresse à la spiritualité des indiens d’Amazonie.

07/01/2021

La transparence du temps

Cuba, roman policier

 

La transparence du temps

Leonardo Padura

Métailié (Bibliothèque Hispano-Américaine), 2019, 426 p., 23€

 

Leonardo Padura est né à La Havane en 1955. Diplômé de littérature hispano-américaine, il est romancier, essayiste, journaliste et auteur de scénarios pour le cinéma. Il a obtenu de nombreux prix littéraires. Il a créé le personnage de Mario Condé, son double, avec Passé parfait paru en 2008.

Amateur de rhum, de café et de littérature, Mario Condé aime savourer les plaisirs de la vie. Ex-inspecteur reconverti dans la recherche et l’achat de vieux livres, il mène des enquêtes officieuses au gré des demandes, tout en promenant son spleen dans La Havane, entouré par ses fidèles amis, une génération qui n'a connu de l'utopie que le goût amer de la désillusion. Un anti-flic pas très méthodique qui se fie essentiellement à ses intuitions et ses pressentiments.

Dans La transparence du temps, Leonardo Padura emmène le lecteur dans le milieu des marchands d’art de La Havane, ainsi qu’à travers les siècles. Mario Condé voit avec inquiétude approcher son soixantième anniversaire. Il réalise qu’il vieillit et son moral est au plus bas. De surcroît sa recherche d’ouvrages rares s’avère de plus en plus difficile.

C’est dans cet état d’esprit qu’il reçoit l’appel d’un ancien camarade de lycée, Bobby, spécialisé dans l‘achat et la vente d’objets précieux et d’œuvres d’art. Une statue miraculeuse de Vierge en bois noir lui a été dérobée par son amant Raydel. Elle n’a pas de valeur marchande, explique-t-il, mais une valeur sentimentale, car elle a été amenée de Catalogne en 1936 par son grand-père venu s’installer à La Havane pour fuir la guerre civile espagnole. 

Mario Conde s’embarque alors dans une aventure pleine de rebondissements qui le conduira de la misère des bidonvilles où survit péniblement toute une population de migrants venus de Santiago à la richesse insolente des marchands d’art et des nouveaux riches sans scrupules et au mode de vie très confortable.

L’origine médiévale de la Vierge noire sert de prétexte à l’auteur pour nous faire remonter le temps et nous plonger dans plusieurs faits historiques marquants : La prise de St Jean d‘Acre en 1291 par les troupes du sultan Khalil al-Ashraf qui sonne la fin de la conquête de la Terre Sainte ; La persécution, la condamnation et la dissolution de l’ordre des Templiers en 1307 par Philippe IV ; La guerre entre Catalans au XVème siècle, menée au détriment de la population par des seigneurs avides de puissance. 

La statue est chaque fois protégée et sauvée et termine son périple en 1472 dans un petit hameau pyrénéen où le seigneur du coin, Jaume Pallard, fait édifier une chapelle pour remercier la Vierge de l’avoir ramené à la vie. Pendant des siècles elle est adorée et remerciée pour ses miracles jusqu’en 1936 où elle est à nouveau enlevée et traverse l’océan...

Nous retrouvons, à travers les turbulences du temps, Antoni Barral, personnage intemporel dont le destin est inéluctablement lié à celui de la statue. « Il pensa alors qu'il voyait le temps à travers la transparence d'une goutte de pluie accrochée à une branche. Ou en franchissant les années, à travers la transparence cristalline d'une larme qu'un état d'âme altéré mais incoercible avait arraché à ses yeux. »

Une nouvelle fois, ce roman sert à présenter l’existence quotidienne de la population cubaine, l’atmosphère sociale et politique, ainsi que les changements qui sont en train de s’y opérer. Leonardo Padura décrit d’ailleurs ses romans noirs comme des « chroniques sociales qui, pour se mettre en place, partent d’un délit, ou d’un homicide ».

Avec force et sensibilité, il communique son amour de Cuba, de La Havane et de son quartier, son sens aigu de l’amitié et son attachement aux valeurs épicuriennes, vaille que vaille. Il nous émeut par ses accès de mélancolie, son désenchantement et sa capacité à résister à la fatalité avec le soutien indéfectible de ses amis de toujours et de l’amour de sa vie, Tamara. Ce roman mêlant intrigue policière et voyage dans le temps est absolument passionnant.

Annie

09/11/2020

L'attaque du Calcutta-Darjeeling

roman policier, inde

 

L'attaque du Calcutta-Darjeeling

Abir Mukherjee

Liana Levi (policiers), 2019, 400 p., 21€

 

Nous sommes en 1919 à Calcutta, un haut dignitaire anglais est retrouvé mort, assassiné dans une ruelle d'un quartier malfamé.

L'enquêteur, le capitaine Wyndham, vétéran de la guerre de 14-18, est muté en Inde colonisée, son équipe est constituée d'un anglais, Didby, et d'un sergent indien, Banerjee, qui a étudié à Cambridge.

Mais alors qu'ils viennent de découvrir le corps de MacAuley une attaque est perpétrée contre le train "Calcutta-Darjeeling". Les deux incidents seraient-ils liés ? Quel lien avec le massacre d'Amritsar avril 1919 ? Les terroristes anticolonialistes britanniques sont-ils à l’origine du meurtre?

C'est ce que devra découvrir le capitaine Wyndham. Cet enquêteur est addict à l'opium et à la morphine (référence à Sherlock Holmes !) substances qui lui permettent de soulager les douleurs de la guerre et un drame personnel.

Tout est présent dans ce roman : le contexte historique, l'humour, des personnages hors normes sans concession, l'intrigue et l'amour. J'attends la traduction des  autres tomes avec impatience !

Pascale

18/04/2020

Antidotes au confinement : polar

roman policier, roman noir, thriller, nouvelle40 auteurs de polars imaginent l’après-confinement. Le site de Polars sur Garonne et le Festival Lisle Noir publient une nouvelle par jour : une belle brochette d’auteurs de polar, thriller ou roman noir !

roman policier, roman noir, thriller, nouvelle

L’occasion de retrouver vos auteurs préférés… ou d’en découvrir de nouveaux !

Jour 1 : Déconfinés, Ian MANOOK

Jour 2 : La vengeance des chauves-souris, Nadine MONFILS

Jour 3 : Le jour d’après, Jean-Luc BIZIEN

Jour 4 : Madame Mathesen, Niko TACKIAN

Jour 5 : Homo Confinus, Bernard WERBER

Jour 6 : Au somment de la chaîne alimentaire, Claire FAVAN

Jour 7 : Relations de bon voisinage, Olivier NOREK

Jour 8 : Comptes rendus, Nicolas LEBEL

Jour 9 : You’ll never walk alone, David KHARA

Jour 10 : Blanc sur noir, Ingrid ASTIER

Jour 11 : N’est pas témoin de Jéhovah qui veut, Benoît SEVERAC

Jour 12 : Pas le moment, Mouloud AKKOUCHE

Jour 13 : C’est la fin, Céline DENJEAN

Jour 14 : Dasha et le très vieux magicien, Mathias MALZIEU

Jour 15 : Huis clos, Fabrice PAPILLON

Jour 16 : Adoptons les gestes barrières, Michèle PEDINIELLI

Jour 17 : Midas, Eric WIETZEL

Jour 18 : Âme de pique et âme de cœur, Sonia DELZONGLE

Jour 19 : Le virus est revenu, Jacques SAUSSEY

Jour 20 : Le complexe de Cassandre, Simone GELIN

Jour 21 : Voulez-vous… ? Michel BUSSI

Jour 22 : Juste toi et moi, Marlène CHARINE

Jour 23 : Et après… les hommes, Bernard MINIER

Jour 24 : Encore une vie, Sandrine DESTOMBES

Jour 25 : 16 000 têtes, Eric GIACOMETTI

Jour 26 : Réclusion, Danièle THIERY

à suivre...

 

roman policier, roman noir, thriller, nouvelleSur le site des éditions Calmann Levy, retrouvez aussi une nouvelle inédite à télécharger.

Tout le monde a vu sa vie chamboulée par le long confinement : travail, organisation personnelle, hobby, tout a changé. Jacques Expert, qui raconte les monstres de l'intérieur depuis longtemps dans ses polars, imagine ici ce qu'il en est du confinement quand on est un serial-killer...

 

 

22/03/2020

Antidotes au confinement : quais du polar

Retrouvez de votre canapé tout le programme de l'édition virtuelle de Quais du Polar du 3 au 5 avril roman policier, numérique

Dictée noire, rendez-vous avec les auteurs, sélections de polars, coups de coeur des libraires, quiz photos, textes inédits, fims...

Faites du repérage ! à la réouverture, votre bibliothèque se mettra en 4 pour vous procurer les polars sélectionnés.

01/07/2019

Lagos Lady

bouilon de lecture,roman étranger,roman policier,nigériaLagos Lady

Leye ADENLE

Traduit de Easy Motion Tourist par David Fauquemberg

Métailié Noir (bibliothèque anglo-saxone), 2016, 335 p.

 

Polar noir, situé à Lagos, Nigeria.

Guy Collins, petit journaliste anglais venu couvrir les élections présidentielles, néglige les conseils de prudence et sort boire un verre dans le quartier de Victoria Island. Suite à la découverte d’une femme mutilée devant le bar,  il est embarqué au commissariat, où il assiste à des scènes effrayantes. Les policiers s’appliquent plus à préserver la réputation de leur pays à l’étranger qu’à résoudre le meurtre. C’est une belle avocate noire, Amaka, qui vient à son aide : le croyant journaliste à la BBC, elle obtient sa libération, et lui demande d’enquêter pour témoigner sur des disparitions suspectes, et sur les mauvais traitements que subissent les prostituées. Sous l’emprise de cette femme de tête et de convictions, notre pauvre journaliste fait de son mieux pour sortir de cette galère, sans jamais savoir à qui se fier.

Le roman, rédigé en courts chapitres, présente des points de vue différents à chaque chapitre, ce qui embrouille un peu l’intrigue, dotée de nombreux personnages secondaires, souvent équivoques. La ville elle-même semble totalement chaotique, embouteillages, industrie du sexe, corruption, braquages, attaques à main armée voisinant avec  juju et croyances traditionnelles.

L’auteur traite d’un sujet grave, l’industrie du sexe, et les maltraitances faites aux femmes, souvent jeunes,  mais en fait surtout un polar haletant et décalé : les personnages de petits truands, caricaturaux, permettent de prendre du recul, comme dans le cinéma de Tarantino. Sans dévoiler la fin du roman, je dirais qu'elle est un peu convenue, contrairement au reste du récit.

La phrase de clôture ouvre sur un nouveau suspense. Le tome 2 est paru en anglais sous le tire « When trouble sleeps ».

Leye Adenle est né au Nigéria en 1975, et vit à Londres où il travaille comme chef de projet et acteur. Lagos Lady est son premier roman, il a reçu le prix Marianne / Un aller-retour dans le noir.

Aline